undrgrnd Cliquez ici Livres Fête des Mères nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Fête des Mères

  • En mer
  • Commentaires client

Commentaires client

3,4 sur 5 étoiles17
3,4 sur 5 étoiles
Format: Format Kindle|Modifier
Prix:11,99 €
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

500 PREMIERS RÉVISEURSle 11 avril 2014
Toine Heijmans est un journaliste hollandais. Après quelques ouvrages professionnels, voici son premier roman : En mer. Couronné du Médicis étranger, ben ça alors. Et tous les blogs en parlent.
Alors on se méfie un peu du roman facile à la mode mais on essaye quand même, on commence d'abord par l'extrait numérique ebook des premières pages et puis on clique vite sur acheter la suite car dès les premières pages on a lu, on a vu, que le journaleux écrivait plutôt bien. Et même très bien.
L'histoire d'un homme, l'histoire d'un père. Visiblement pas très à l'aise, pas tout à fait à sa place, dans son rôle social, de mari, de père ... Pas mal dépressif le gars. Il a pris un congé sabbatique et est parti faire un tour en mer de quelques mois. Il revient au port et pour la dernière étape, il a embarqué sa fille Maria qui était venue le rejoindre. Reste plus que deux jours de mer avant la dernière escale.
Mais dès les premières pages, on sent que ça va très très mal se passer. D'ailleurs il le dit !

[...] Jusqu’à présent tout s’était bien passé, et tout allait bien se passer.

Il part en vrille le bonhomme. Dépressif, ça on a dit. Maniaque et un brin obsessionnel aussi. Avec sa fille Maria, il veut bien faire. Prouver à la face du monde en général et à celle de son épouse Hagar en particulier qu'il est un bon père, un bon mari, un homme responsable, un bon gars bien à sa place dans la société. Une obsession qui rappelle un peu celles de David Vann.
Sauf que, on est déjà presque arrivés au port et la petite Maria n'est plus sur le bateau. Et maintenant c'est presque le vent d'hiver de Laura Kasischke qui souffle sur la mer du nord.
Mais Toine Heijmans se démarque habilement de ces ombres menaçantes qu'auraient pu représenter D. Vann et L. Kasischke. D'abord par son écriture, minimaliste, obsessionnelle qui traduit à merveille les raisonnements morbides de son personnage. Juste assez proche pour qu'on s'y identifie avec un peu d'empathie, juste assez tordu pour nous emmener avec lui au fond des eaux du nord.
Et puis y'a l'histoire de ce gars dont visiblement les plombs ont sauté : pression sociale, professionnelle, familiale, ... notre société moderne est sans pitié. Un véritable rouleau compresseur. Tout comme les vagues de la mer sans état d'âme. Et malheur à celui qui ne garde pas la tête hors de l'eau.
Bien sûr on comprend assez vite où est passée la petite Maria mais Toine Heijmans réussit à nous sortir une fin étonnante, pleine d'empathie tragique pour son personnage.
150 pages, denses, ramassées qui vont droit à l'essentiel, sans varier de cap.
Ces quelques pages sur un homme qui part en vrille, un père, un mec broyé par la pression sociale, professionnelle, familiale, ces pages semblent également trouver un écho chez les filles puisque beaucoup de blogueuses en parlent.
0Commentaire|3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 janvier 2015
Ce court roman de 160 pages réussit l'exploit de nous bluffer en partageant l'état d'esprit du narrateur, un type plein d'allant, animé d'intentions louables, mais vite gagné par l'angoisse et saisi d'une paranoïa démentielle lorsque surgit le doute. Celui qui fait perdre tous les repères et noircir un tableau jusque là idyllique.

J'ai beaucoup apprécié cette plongée vertigineuse et délirante, le suspense psychologique et la construction en flashback qui nous tient d'autant plus en haleine ! Puis survient la fin ... véritable soufflé sorti du four trop tôt, dégonflé par l'air ambiant.

Sérieusement, quelle déception ! Quelle supercherie. J'en attendais davantage et je regrette que l'auteur n'ait pas osé pousser plus loin son sujet (ou du moins ne fallait-il pas en promettre autant de la part de l'éditeur ?!). Une belle arnaque. Mais les 3/4 de la lecture n'en demeurent pas moins stupéfiantes !
0Commentaire|2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Dégoûté de la vie de bureau, le narrateur (nous ne connaîtrons son nom que très tard dans le livre) décide de prendre une pause. Il part en mer sur son beau voilier rouge. Pour la dernière étape, qui le ramènera du Danemark aux Pays Bas, il sera accompagné par sa fillette qui, en dépit de ses sept ans, a le pied marin, n'a pas son pareil pour lover les amarres et même, prend la barre par temps calme. Le voyage s'annonce donc serein et plein d'une tendre complicité entre un père et sa fille.
Mais au loin, le ciel se couvre, la tempête menace.
« En mer » est le premier roman de Toine Heijmans. Et pour un coup d'essai, c'est un coup de maître ! Quel chef-d’œuvre ! Abouti, tellement dense, tellement prenant. On est happé, ballotté en tous sens, semblable à ce petit voilier rouge, coquille de noix au milieu des flots hostiles.
Il ne compte guère que cent cinquante pages, mais plus, on ne le supporterait pas. La pression est si forte, le cœur lâcherait.
La traversée commence sur du velours. Attention toutefois. C'est le navigateur qui parle. Il nous donne sa vision des choses. Mais est-ce la vérité ? Son bateau s'appelle « Ismaël », du nom de ce personnage de « Moby Dick » qui, « finalement, survit à tout. Il s'embarque sur un baleinier, poussé par la vengeance et la fureur, à la recherche de la baleine blanche qui finira par avoir raison du navire tout entier. » La batterie de son téléphone portable est presque déchargée. Sa fille a peur d'une silhouette qu'elle prend pour un mort. Il commence à entendre des voix. Il se répète sans cesse qu'il est le capitaine, que tout repose sur ses épaules, qu'il doit s'en sortir seul. Il fait pourtant des choses dangereuses : laisser ouverte une écoutille, confier la barre à une enfant de sept ans, ne pas dormir pendant quarante-huit heures.
Le roman raconte avant tout la confrontation d'un homme avec la solitude et lui-même. Il brûle du désir de prouver aux autres et à lui-même qu'il est capable de faire de grandes choses malgré son âge, car, même s'il n'est pas vieux, il a remarqué, au bureau, que ses « collègues ne faisaient que rajeunir. Je n'arrêtais pas de vieillir. Les promotions que j'avais espérées ne venaient pas. »
Ce désir le pousse à en faire toujours plus. A aller plus loin. Trop loin ? La tension est insupportable, la lecture se fait haletante. Impossible de poser le livre. Quant à la fin, elle n'est pas du tout celle à laquelle on s'attendait.
J'ai adoré.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 29 septembre 2014
Un homme part sur son petit bateau pour oublier, reprendre des forces, se remettre en question et tenter de repartir de l'avant. Lors des derniers jours, il prend sa petite fille à bord, lors d'une escale, et très vite on sent la pression qui monte, l'on pressent que quelque chose va arriver... Mais on le pressent d'abord à cause de la quatrième de couverture qui fait référence au terrible Sukkwan Island, double erreur éditoriale qui d'une part nous annonce d'entrée un drame, et d'autre part fait retomber la fin comme un flan raté.

Donc l'idée est intéressante et aurait mérité plus de pression, plus de mise en abime, plus de crescendo et surtout un vrai suspense qui nous aurait pris à la gorge. Alors qu'au final, on lit un bon petit bouquin, pour un dénouement qui fait flop.
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Format: Broché|Commentaire d‘un membre du Club des Testeurs( Qu'est-ce que c'est ? )
Depuis le temps qu'il en rêvait, Donald a entrepris son périple en mer du nord en solitaire sur son voilier sauf pour la dernière étape : il embarquera sa fille de 7 ans au Danemark pour voguer vers les Pays Bas et le retour en famille. Le voyage s'annonce comme un merveilleux instant de partage entre une fillette très dégourdie et son père attentionné. Un moment privilégié, rêvé, idéalisé. Mais un coup de vent s'annonce en mer du nord et très vite, il faut prendre des décisions irréversibles, continuer la route, attendre que le coup de vent s'épuise... Donald s'angoisse et puis, l'inconcevable, la fillette disparait en pleine nuit et en pleine mer. Que faire ? Les réminiscences du passé, la vie de famille, la vie au travail, la solitude de Donald, son mal-être et finalement cette catastrophe, comment affronter tout cela. En 155 pages, vous êtes embarqué en empathie avec la tempête qui sévit dans le crane de cet homme. Jusqu'à la chute finale. Laissez vous emporter par la vague des mots et des émotions. Grand coup d'air dans le cœur. A lire
0Commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 décembre 2014
Évidement la comparaison avec le magistral Sukkwan Island au dos du livre met la barre très haut, mais cela laisse aussi sous entendre que l'histoire va mal tourner.
Alors on dévore les pages, on attend, on s'impatiente... tout en baignant page après page dans les clichés sexistes : la petite fille en pyjama rose, valise rose (c'est simple tout est rose) qui joue aux barbies ; la mère qui estime que les pères sont inaptes à l'éducation des enfants, un marin qui dit au père que la place des filles est à la maison, bref tout y passe. Et au bout d'un moment ça pollue vraiment la lecture !
Et puis on arrive à la fin (rapidement, car c'est court) et là, déception.
Un point positif ? c'est bien écrit, ok.
L'histoire aurait pu faire un super roman, digne de Sukkwan Island. Mais le résultat attendu et vendu n'est pas là.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 décembre 2013
Un suspense subtilement distillé et une magistrale desciption du processus de la folie . Une belle découverte bien que la fin soit finalement assez prévisible
0Commentaire|Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 septembre 2013
Un premier roman étonnant par sa maîtrise narrative. Court dans sa longueur, il est dense en suspense. Toine Heijmans sait installer d'emblée une tension dans ce huis-clos maritime où l'on partage les découvertes et les réjouissances d'un homme désireux de rompre avec la routine de son existence urbaine quotidienne, avant d'en découvrir les doutes et les angoisses de père, savamment distillées jusqu'au retournement final. La tension est maintenue au fil d'un flash-back nous permettant de reconstituer le parcours de cet homme par des bribes de mémoire fonctionnant comme les indices d'un roman policier. Le tout sur fond d'atmosphère maritime, tantôt étale, tantôt déchaînée, qui étaye et contribue au rythme mouvementé mais toujours happant du roman.
J'ai lu "En mer" d'une traite et l'ai aussitôt fait passer à quelques personnes de mon entourage qui l'ont également dévoré avec enthousiasme, enchantés de cette découverte littéraire.
11 commentaire|4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 décembre 2014
Ce court roman n'est vraiment pas à la hauteur de Sukkwan Island, comme semble le suggérer la quatrième de couverture.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 février 2014
lecture agréable. Ce n'est pas le genre de roman dont je raffole le plus, mais je ne regrette pas sa lecture.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)