Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Les histoires d'amour au Japon : Des mythes fondateurs aux fables contemporaines Relié – 21 novembre 2012

4.8 étoiles sur 5 4 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Relié
"Veuillez réessayer"
EUR 150,00 EUR 149,00

Cahiers de vacances Cahiers de vacances

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Description du produit

Extrait

Extrait de l'introduction

L'amour comme expérience du vide

Dans le corpus de textes qui sont considérés comme l'équivalent de la Bible, Le Kojiki et Le Nihongi, Izanami, la première femme, et Izanagi, le premier homme, se chargent de procréer l'univers. Le monde n'advient pas par la parole. Il est le résultat d'un acte d'amour physiquement décrit comme un emboîtement de la "partie en creux" avec la "partie en plein" de deux êtres qui, avant de s'unir, ont préalablement tourné autour d'un poteau pour mimer la première rencontre : "Oh, quel beau jeune homme !" s'exclame Izanami en simulant la surprise. "Oh, quelle belle jeune fille !" s'exclame Izanagi, qui lui renvoie l'image en miroir du coup de foudre... De là découle que le verbe "se voir" (miru) au Japon signifie aussi bien "faire l'amour" que "s'enchanter de voir se refléter dans le regard de l'autre la profondeur de son propre amour". Izanagi et Izanami croisent donc d'abord leur regard (hitome), puis échangent une déclaration suivant des modalités qui fixeront pour plusieurs siècles le modus operandi de la séduction à la japonaise. Après quoi, les amoureux mythiques procèdent aux multiples étreintes dont sont issus les mers, les continents, les fleurs, les animaux, les peuples ou les étoiles. S'il faut en croire cette légende cosmogonique, les êtres humains partagent le même sang que tout ce qui les entoure. L'énergie vitale qui circule à travers leurs corps est la même que celle qui traverse les pierres ou qui souffle dans les frondaisons des arbres en fleurs. Elle est faite de ce désir qui a porté la première femme vers le premier homme. Un désir si puissant que les roches elles-mêmes en sont restées comme aimantées...

Au Japon, où l'on répugne à l'exprimer autrement qu'en acte, l'amour suit la trace des pas divins comme une danse magnétique, semblable au doux frottement des herbes que le vent fait s'enlacer. Semblable au va-et-vient des vagues lorsqu'elles recouvrent le sable tendre de leurs écumes superposées ou à celui des nuages frottant leur ventre aux flancs recto puis verso des montagnes...

Cette chorégraphie rythmique, placée par la mythologie à l'origine du monde, revêt le caractère sacré d'un rituel que les êtres humains sont appelés à célébrer le plus souvent possible parce que, comme "le sourire appelle le bonheur", il faut jouir pour être heureux. Inutile de dire l'amour, ni de le théoriser. Il faut le vivre. Plus précisément, "le faire", car, ainsi que l'explique Jean Herbert dans Aux sources du Japon, le sacré relève avant tout de l'expérience physique et émotionnelle. "Inazô Nitobe (ancien secrétaire général adjoint de la Société des Nations, auteur de plusieurs livres sur la mentalité japonaise), constatait que le Japonais ne s'intéresse pas à ce qu'il faut croire, mais à ce qu'il faut faire. L'un des attributs que l'on reconnaît généralement aux kamiest d'ailleurs koto-agesenu, le fait de ne pas 'élever de paroles', ce qui met un sérieux frein à toute tentation de se lancer dans des théories ou des généralisations. C'est pourquoi dans les grandes cérémonies religieuses (matsuri) l'expression verbale est pratiquement absente et seuls les sentiments sont invités à se manifester." Pas de théologie au Japon : la pensée procède du corps.

La langue japonaise elle-même, très pauvre en mots abstraits, répugne aux concepts. Elle leur préfère ces mots mimétiques, omniprésents dans la langue parlée, écrite et même purement littéraire, qui fourmille d'onomatopées (les giongo ou giseigo, renvoyant à des bruits) comme kotsu-kotsu, l'équivalent de "toc-toc", mogo-mogo, "marmonner", ou oi-oi, "pleurer à pleine gorge", et d'idéophones (les gitaigo, renvoyant à des sensations, des aspects visuels, des états physiques ou psychologiques) comme aki-aki ("en avoir assez"), ikatto ("dans un éclat de lumière") ou iji-iji ("intimidé"). Il existerait plus de 800 "mots-perceptions", sans compter ceux qu'improvisent au quotidien 127 millions de Japonais, conférant à leur langue un vrai pouvoir d'évocation tactile, visuel et sonore... La sensation seule compte. Au Japon, la réalité se réduit à ce que les nerfs des muqueuses et de la peau, l'opercule des tympans et la membrane parabolique de l'oeil peuvent capter de ce monde sans cesse changeant. Dans cet univers phénoménal, la notion d'amour elle-même se définit de façon empirique comme un état affectif fluctuant, impossible à décrire autrement qu'en termes de chaos intérieur, un chaos tel que l'image le plus souvent utilisée en poésie amoureuse est, depuis le 9e siècle, celle de l'herbe ballottée par le vent ou par l'eau...

Subjectif par définition, l'amour semble à ce point flottant, insaisissable, qu'il a fini par devenir presque indicible. On ne dit pas "je t'aime" au Japon. La dernière mode, chez les adolescentes, consiste d'ailleurs à se déclarer en demandant : "Dis-le" (le), plongeant leur partenaire dans une détresse rougissante qui fait office d'aveu... Cela se passe de mots. Plutôt que dire "je t'aime", suivant une formulation considérée comme trop explicite, on préfère donc murmurer "la lune est belle", puis se serrer l'un contre l'autre en écoutant les battements de son propre coeur qui s'harmonisent avec la stridulation des insectes et le soupir des arbres. L'amour n'existe que le temps de ces minutes de recueillement. De même que le sacré, il est fait de cette somme d'instants arrachés au passage éphémère des perceptions. Il n'y a rien de tangible ni de définitif dans ce pays qui considère l'amour de la même manière que le divin : impossible d'atteindre cet objectif autrement que par éclairs. L'être tout entier n'aspire qu'à ces moments de grâce, durant lesquels il se laisse déposséder de lui-même sous l'effet de l'orgasme ou d'une émotion déchirante face à la beauté du monde. Après quoi, retour à la réalité.

Biographie de l'auteur

En collaboration avec des artistes japonais contemporains, Agnès Giard a successivement publié L'Imaginaire érotique au Japon (une analyse de la société japonaise par le biais de son rapport au corps, au sexe et au sacré), le Dictionnaire de l'amour et du plaisir au Japon (les 400 mots-clés de la culture japonaise) et Les Objets du désir au Japon (un livre de design répertoriant les objets les plus révélateurs de la psyché japonaise). Ses recherches portent sur la logique invisible qui sous-tend les manifestations parfois surprenantes de la modernité japonaise. Pour décrypter le sens des images véhiculées par la culture populaire, elle les replace dans une perspective historique et esthétique. Des symboles parfois anciens se cachent derrière les objets les plus anodins, dont les formes renvoient à une autre vision du monde, à d'autres codes et à d'autres critères de beauté que ceux des occidentaux... ce qui fait du Japon plus qu'un pays exotique et lointain: un miroir révélateur.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit

Commentaires en ligne

4.8 étoiles sur 5
5 étoiles
3
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir les 4 commentaires client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: Relié Achat vérifié
Un livre complet, épais et détaillé, correspond bien à la description sur amazon et à la qualité des livres de cet auteur. La personne (passionnée par cette culture) qui l'a reçu comme cadeau est ravie. Livraison rapide (en 2 jours), merci amazon!
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Relié Achat vérifié
Un grand Merci à l'auteur pour ces belles recherches et pour nous faire partager sa réflexion et sa belle connaissance de l'esprit japonais. Comme c'est précieux !!!
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Relié Achat vérifié
Superbe livre, érotique et subtile. Textes et images poétiques, qui même lorsqu'ils sont crus, restent agréables à lire et à regarder.
Remarque sur ce commentaire 6 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Relié Achat vérifié
C'est toujours un plaisir de découvrir un nouveau livre d'Agnès Giard, qui nous plonge dans un Japon méconnu voire inconnu (parfois même des Japonais eux même !). On apprends beacoup de chose, il y a toujours un très bon choix iconographique.
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Vous souhaitez découvrir plus de produits ? Consultez cette page pour voir plus : calligraphie chinoise

Rechercher des articles similaires par rubrique