Une version moins chère de ce livre est disponible
Economisez EUR 4,51 (24%) avec la version Kindle de cet ouvrage.
EUR 13,99
Prix Kindle
EUR 18,50
Prix de la version papier

Economisez <span class="a-color-price">EUR 4,51 (24%)</span> avec la version Kindle de cet ouvrage. Lisez dès maintenant avec l'appli Kindle gratuite.
Disponible sur iOS, Android, Mac & PC.
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Article d'occasion vérifié. Vendu par momox, professionnel de la vente en ligne d'articles culturels d'occasion. Livre lu en excellent état.
Vous l'avez déjà ? Vendez sur Amazon
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Aux innocents la bouche pleine Broché – 22 mai 2008

Découvrez toutes nos idées cadeaux livres pour Noël !

3.9 étoiles sur 5 3 commentaires client

Voir les 3 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
Broché
EUR 18,50
EUR 18,50 EUR 0,98
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Prime bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Romans et littérature
click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iOS et Android et facilitez vos achats sur smartphones et tablettes ! Découvrez les avantages de l'application Amazon.

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Description du produit

Extrait

On ne devrait jamais voir un cuisinier qui mange

Paris n'a plus de ventre. Mais un nombril. Les Halles sont parties dans la périphérie, sous glace et polystyrène. En deux coups de cuiller à pot, le centre s'est déplacé place de la Madeleine. S'y entassent avec une certitude impassible les enseignes les plus décidées : Hédiard, Fauchon, Maison du Caviar, de la Truffe, Baccarat... logiquement, on devrait avoir le tournis, pester devant tant de tentations. Le centre-ville est devenu mou. Satisfait. Il manque d'allure, de sens, de chien. C'est un peu comme Paris, vaquant comme ses modes, par embardées. Sans cette exaltation qui empourpre, éventre. L'église de la Madeleine durement plantée est sans doute posée comme un reproche lancinant. Elle empêche toute lisibilité, tout recul. Elle cadre la gourmandise comme un car de gardes républicains. Mine de rien avec ses airs détachés, sa collection de colonnes rangées comme des crayons à papier, son front de bicorne, elle est comme une mère fouettarde veillant à ce que l'on se range par deux avec les sacs estampillés. Elle est là comme une pierre lourde.
Il était midi pour ce rendez-vous. L'heure idoine pour devancer tous les métronomes. À ce moment, les restaurants sont désarmés. Ils se préparent. Ils sont sans défense, rattrapant le temps perdu, faisant chauffer les colles, lustrant les nickels, admonestant les serveurs retardataires. Parfois même, les cuisiniers mangent à une table. Il faut les voir, comme surpris dans une séance d'anthropophagie. Les yeux éberlués. Ils becquettent comme des coureurs cyclistes, le dos cassé, le nez dans le guidon. Ils sont déjà dans la transe industrieuse. Que mangent-ils ? Des restes, des bouts (de ficelle), des plats obsessionnels, roboratifs, des plats fétiches revenant comme une ritournelle enfantine (grosses plâtrées de pâtes, viandes outrageusement poivrées, salade de bric et de broc, yaourt au chocolat). C'est rarement appétissant. Comme du plâtre, un enduit, un bouche-trou. Comme s'ils se vengeaient de l'engeance alimentaire. Ils sont déjà dans le tunnel. Sont dans la zone interdite, celle des clients ; les bien habillés, les propres. Eux sont déjà dans la fumée, les odeurs et le gras. Ils sont déportés, en transit, bouffent comme des dératés. Les cuisiniers mangent vite. Ils ont cette impatience des hallucinés. Ils sont précipités comme leurs sauces. Comme s'ils allaient trouver la réponse à une question qu'on ne leur pose jamais. Ils sont habillés comme des forçats. De blanc approximatif, de pantalons noués à la va j'te, vestes serrées. De toutes les façons, il fera bientôt trop chaud, trop exigu. Ils causent à peine. Des mots vraqués, bousculés, réduits. Pas le temps. Jamais vraiment prêts. Toujours ce retard que l'on va chercher, histoire de faire monter la pression. Il devient presque organique, ressemble à un plat de nerfs.
On ne devrait jamais voir un cuisinier qui mange.

Revue de presse

Avec François Simon, on n'est jamais déçu. C'est le critique gastronomique du «Figaro», et ses chroniques sont toujours savoureuses. Là, il en réunit une trentaine, agencées comme le roman d'un homme cherchant le restaurant parisien idéal pour parvenir à ses fins avec une femme. Ce n'est plus de la littérature, c'est au-delà. De la civilisation : grignotage, bavardage et marivaudage, les mamelles de notre art de vivre. Une certaine idée de la France, tout simplement.
Des trois-étoiles aux petits bistrots et du Palais-Royal à Belleville, il traîne un peu partout. C'est un méticuleux : il cherche le Graal dans tous les steaks-frites...
En vérité, il adore vivre dans une ville pleine de grandes tables. Certaines sont vulgaires quand elles servent les asperges creusées comme des canoës pour y glisser du caviar, mais pourquoi pester quand on observe à la table voisine des hommes d'affaires sinistres et gris fondre dans les grands bordeaux comme un cachet d'aspirine et ressortir colorés et radieux ? C'est Paris, c'est du théâtre et c'est de la frime mais, avec François Simon, c'est un délice, comme une spécialité locale, l'art de mettre une vraie profondeur dans la futilité. La cuisine, c'est bien plus que de la cuisine. (Paris-Match du 19 juin 2008 )

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Retrouvez toutes nos idées cadeaux livres

Détails sur le produit


3 commentaires client

3,9 sur 5 étoiles

Évaluer ce produit

Partagez votre opinion avec les autres clients

Affichage de 1-3 sur 3 commentaires

16 septembre 2013
Format: BrochéAchat vérifié
22 novembre 2009
Format: Broché
7 personnes ont trouvé cela utile
Commentaire Signaler un abus
16 novembre 2010
Format: Broché
Une personne a trouvé cela utile
Commentaire Signaler un abus

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?