Acheter d'occasion
EUR 0,01
+ EUR 2,99 (livraison en France métropolitaine)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par RecycLivre
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Merci, votre achat aide à financer des programmes de lutte contre l'illettrisme à travers le monde. Expédition depuis la France.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

La lettre à Helga Broché – 22 août 2013

3.5 étoiles sur 5 26 commentaires client

Voir les 6 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché, 22 août 2013
EUR 16,50 EUR 0,01

Harry Potter Harry Potter

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?


Description du produit

Extrait

Bergsveinn Birgisson

Bergsveinn Birgisson est né en 1971. Titulaire d'un doctorat en littérature médiévale scandinave, il porte la mémoire des histoires que lui racontait son grand-père, lui-même éleveur et pêcheur dans le nord-ouest de l'Islande. Immense succès dans les pays scandinaves ainsi qu'en Allemagne, La Lettre à Helga est enfin traduit en français.

Rufus

Rufus est né le 19 décembre 1942 à Riom. Comédien et humoriste, Il mène de front sa carrière au théâtre, du Café de la gare aux pièces de Beckett, et au cinéma en jouant des rôles importants entre autres pour Lelouch, Godard, Mocky ou Jean-Pierre Jeunet, pour qui il sera le père d'Amélie dans Le Fabuleux destin d'Amélie Poulain. --Ce texte fait référence à l'édition CD .

Revue de presse

« Ce petit livre magnifiquement écrit, bouleversant à en pleurer, est un enchantement. » Laurence Caracalla – Version Femina

--Ce texte fait référence à l'édition CD .

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit

Commentaires en ligne

Meilleurs commentaires des clients

Par Guillaume TOP 1000 COMMENTATEURS le 10 juin 2015
Format: Broché Achat vérifié
A la lecture de la quatrième de couverture et de certaines critiques, on pourrait s'attendre à un ouvrage très romantique. Il n'en est rien et on est bien dans la sentimentalité islandaise, c'est à dire dans une espression des sentiments assez minimaliste pour ne pas dire rude.

L'ouvrage est une vraie ôde au mode de vie traditionnel et rural des campagnes islandaises et de ce côté, c'est un pur bijou avec quelques réflexions de bon sens sur l'accumulation d'objets manufacturés, le goût des choses simples... Le côté regrets quant à une histoire d'amour manquée est aussi très bien tourné.

Quelques passages sont pour le moins un peu rude. Le traitement réservé aux brebis lorsque notre auteur pense à sa bien aimée, même s'il est décrit dans le non dit reste trash... Attention donc à ne pas se laisser embarquér par des critiques qui pourraient laisser une autre image de l'ouvrage.
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par traversay TOP 100 COMMENTATEURSMEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 29 août 2013
Format: Broché
Romantique, La lettre à Helga ? A vrai dire, tout dépend de ce que l'on entend par là et ce n'est que l'un des aspects du roman de Bergsveinn Birgisson. Nostalgique, alors ? Oui, sans l'ombre d'un doute, dans la description d'un monde rural, âpre et humain, loin du pays standardisé et "vendu" au Dieu argent qu'il est devenu. Cette longue lettre (130 pages) est la confession ultime d'un vieil homme, Bjarni, à la seule femme qu'il ait jamais aimée et avec laquelle il n'a pas pu, ou pas su, vivre pleinement sa passion. Et comme il est lucide, cet éleveur de moutons, lui qui se décrit lui-même comme un indécrottable cul-terreux, au moment de faire le bilan d'une existence gâchée par une certaine lâcheté ou tout bonnement l'impossibilité d'abandonner sa vie tranquille, quoique insatisfaisante, pour la grande aventure amoureuse. S'il y a souvent de la mélancolie dans le livre de Birgisson, pas trace de complaisance en revanche et encore moins d'effets mélodramatiques. Les dernières lignes, avec sa cruelle révélation, en sont d'autant plus poignantes. Le ton du livre est vigoureux et alerte, avec des traînées d'humour irrésistibles qui font parfois place à une crudité éclatante dès lors qu'il s'agit d'exprimer les vertiges du désir. Sans oublier un lyrisme diffus et élégiaque, ode splendide à la beauté dangereuse de la nature islandaise. La traduction de Catherine Eyjolfsson est magnifique, à l'égal du travail qu'elle a accompli sur les livres d'Olafsdottir. On pense un peu à Sur la route de Madison et puis on n'y pense plus.Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 17 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par Rospico MEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 27 septembre 2013
Format: Broché Achat vérifié
Je ne vais pas vous faire le récit de cette lettre, d'autres l'on fait avant moi.
J'ai adoré, je l'ai lu d'une seule traite.
Je le recommande chaudement.
Bravo à l'auteur !!
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Voici un livre autour duquel j’ai longuement tourné et au final ce n’était pas du tout ce à quoi je m’attendais. Le fait est que je suis passée complètement à côté de cette lecture. Ou alors ce n’était pas le bon moment pour lire ça ? Non, je ne crois pas, je n’ai pas aimé, point ! J’ai même survolé rapidement certains passages pour arriver plus vite à la fin, je l’avoue… Contrairement à plusieurs commentaires que j’ai pu lire par ci par là, je n’ai trouvé ça ni bouleversant, ni drolatique, ni torride. L’idée m’avait pourtant séduite au départ : la lettre d’un vieil homme à Helga, l’amour et le grand regret de sa vie. A noter, Helga est décédée au moment où il lui écrit ce qui aurait du accentuer encore le côté romantique et sombre de la chose : les regrets éternels de l’amour, la jeunesse définitivement perdue, trop tard on ne revient pas en arrière. Bref, vous voyez ce que je veux dire ! Normalement ce sont des ingrédients qui me plaisent, que je recherche même parfois : j’aime assez me morfondre à lire des trucs comme ça, peut-être parce que ça parle à mon côté pessimiste et éminemment nostalgique d’un je ne sais quoi. Mais voilà, ça n’a absolument pas fonctionné cette fois, allez savoir pourquoi ! Bon, je sais un peu pourquoi en réalité, j’ai été rebutée par le côté prosaïquement paysan de l’ouvrage, il s’agit davantage d’un témoignage sur la vie d’un éleveur ovin islandais des années 40 que d’une sombre histoire d’amour malheureux. Je ne dis pas ça pour critiquer ce type de témoignages, non, je dis juste que je ne m’attendais pas à ça et que, résolument, ce n’est pas ma tasse de thé !
Remarque sur ce commentaire 2 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
Bjarni va passer l'été dans une chambre avec vue plongeante sur la ferme où vécut Helga, celle pour qui il brûla toute sa vie d'un amour impossible. Le vieil homme rédige alors une longue lettre à celle qui emplit chacun des moments de son existence et la rend ardente: "Tu as mis en moi une attirance qui ne fit que s'exacerber et qui pouvait se transformer en brasier à tout moment., sous le moindre prétexte. Si je voyais une bosse de terrain rebondie ou une meule bien ronde , leurs courbes se confondaient avec les tiennes, de sorte que ce n'était plus le monde extérieur que je percevais , mais toi seule dans toutes les manifestations de ce monde."
Comment ce fermier islandais, en complète osmose avec la nature, s'est-il astreint à se priver d'un bonheur à portée de la main et à gâcher délibérément, semble-t-il, sa vie ?
Dans une langue charnelle, Bergsveinn Birgisson peint le portrait de cet amour par delà les années, un amour qui s'inscrit dans un paysage âpre auquel son héros prête une attention particulière car "Habitués à l'isolement, les gens des péninsules ont les sens plus développés que les autres." Un roman captivant , qui nous emporte très loin...
Remarque sur ce commentaire 6 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents


Rechercher des articles similaires par rubrique