• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
La mélodie du tic-tac et ... a été ajouté à votre Panier
D'occasion: Comme neuf | Détails
État: D'occasion: Comme neuf
Commentaire: Livre d'occasion proche du neuf. Expédition rapide et soignée.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 3 images

La mélodie du tic-tac et autres bonnes raisons de perdre son temps Broché – 21 septembre 2013

3.0 étoiles sur 5 3 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
"Veuillez réessayer"
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 18,00
EUR 18,00 EUR 7,00
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

Harry Potter Harry Potter

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

Traîner

Plusieurs silhouettes errent dans les allées. C'est l'heure creuse, quand les gens qui travaillent sont déjà passés et ceux qui ne travaillent pas réussissent encore à s'occuper. Nous sommes quelques naufragés que le matin a laissés dans le parc.
J'avais rendez-vous en ville, mais je suis tombé de ce vaisseau immatériel qui nous emmenait tous ensemble, en file indienne ou par rang de deux, depuis la bouche du métro jusqu'aux immeubles de bureau, de l'autre côté de cette étendue végétale. Personne n'a donné l'alerte. Je suis resté accroché à une chaise de métal.
L'histoire de mes compagnons d'infortune est probablement analogue à la mienne. Les distances entre nous se sont démultipliées. Nous pouvons bien nous observer les uns les autres, au loin, mais il est impossible de nous faire signe, ou de nous parler ; impossible aussi de gagner les grilles du parc de l'autre côté de pelouses vastes comme des océans.

Ce sont des lycéens, je ne les ai pas vus arriver. Ils ont dû faire du bruit, pourtant. Leur professeur a même peut-être lancé quelques coups de sifflet pour les faire taire. Ils courent maintenant autour de la pelouse. L'enseignant est immobile, debout. Il porte aussi un survêtement. Il tient un chronomètre à la main et égrène le temps qui passe : un trente-cinq, un quarante, un quarante-trois, allez, allez ça traîne, un cinquante-deux, allez, allez ça traîne, deux minutes, deux dix, deux treize, deux vingt, allez, allez ça traîne, deux vingt-cinq, deux trente et un.

Le cours de sport se termine. Les lycéens repartent. D'autres les remplacent et un nouveau professeur, avec le même sifflet et le même chronomètre. Je ne bouge pas. C'est une sorte de duel, ou de bras de fer, avec le temps qui cherche à m'entraîner. Je résiste.
Ma victoire n'est que provisoire, bien sûr, comme le sont toutes celles que l'on obtient sur le temps. Resté seul, je suis assailli par une multitude de désagréments : l'ennui, le mal au dos, la faim. Le parc retrouve ses dimensions humaines.

Je marche le long du boulevard, portant un sac trop lourd, un fatras inutile. L'air est irrespirable. Les voitures, pare-chocs contre pare-chocs, les quelques autobus immobilisés en travers des carrefours, le camion à contresens qui tente de démarrer ne grondent plus mais s'unissent dans une sourde vibration. La gare de l'Est au bout de la perspective ressemble à un mirage tant elle tremble dans la chaleur des gaz d'échappement. Un jeune homme me bouscule, qui avance à grands pas, puis se retourne vers moi :
«Tu traînes !»

Revue de presse

Et si flâner n'était pas pécher ? Sans aller jusqu'à louer la paresse, un philosophe s'interroge sur l'importance de ne rien faire. «Il rêve, il s'ennuie. Il tripote un morceau de cire posé à côté de lui tout en jouant à imaginer que le monde est une illusion, une tromperie qui lui serait suggérée par un malin génie.» Lui, c'est Descartes en personne, héros des Méditations métaphysiques (1641), croqué par un jeune philosophe d'aujourd'hui, Pierre Cassou-Noguès. Notre Descartes national, «assis près du feu, vêtu d'une robe de chambre», tel qu'il se décrit lui-même, serait-il donc un traînard ? «Je traîne donc je suis» ? C'est la piste que s'amuse à explorer Pierre Cassou-Noguès dans son nouveau livre. (Juliette Cerf - Télérama du 18 eptembre 2013)

Pierre Cassou-Noguès est philosophe. Il eût pu, dans la Mélodie du tic-tac, livrer une méditation sur ce casse-tête philosophique qu'est le temps. Mais il a préféré «faire l'éloge du temps perdu et explorer ses différentes modalités, sans ordre, au hasard, sur quelques exemples, avec la désinvolture, la négligence, l'incohérence d'un promeneur qui hésite à chaque pas et ne sait pas où il va». Autrement dit, il a choisi un style narratif simple pour rendre compte d'«expériences de pensée» qui traduisent autant de façons de «perdre son temps» : paresser, remettre au lendemain, rester assis verre à la main, regarder vaguement la télévision, jouer avec son téléphone, fumer, être allongé sur la plage, se trouver dans un RER en panne, musarder, traîner... Mais avec, derrière la tête, l'idée, inavouable, de montrer que l'inactivité serait «le sol sur lequel s'appuie la philosophie» - un sol «qu'elle recouvre et qu'elle oublie, dans l'évidence d'un sujet qui pense et ne traîne plus». (Robert Maggiori - Libération du 26 septembre 2013)

Curieux livre, charmant en son genre, qui tresse récits et réflexions, mêle fictions et analyses pour nous inciter à retrouver... quoi donc au juste ? Le temps perdu ? Pas du tout. Plutôt du temps à perdre, c'est-à-dire de la flânerie, de la dérive incontrôlable et sans but, esquivant l'agenda pour s'adonner à quantité de tâches imprévues, inutiles, injustifiables. Au fil des heures et des pages, on croise Aragon et Baudelaire, Bachelard et Perec, Sartre et Queneau, entre autres. De proche en proche, ils viennent nous persuader que le philosophe, avant tout, est un homme qui " traîne dans les rues, traîne dans sa chambre, se demandant inutilement si le monde extérieur a une réalité ". (Roger-Pol Droit - Le Monde du 24 octobre 2013)

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit

Commentaires en ligne

3.0 étoiles sur 5
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché Achat vérifié
L'auteur nous surprend de chapitre en chapitre, nous fait rire, sourire et réfléchir et un voyage à travers des œuvres certes connues mais dont certains aspects m'avaient échappés.
De lecture facile, il se lit, s'abandonne et se reprend avec toujours autant de plaisir.
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché Achat vérifié
Je trouve la sociologie actuelle très décevante. N'est pas Pierre Sansot qui veut, sans même remonter jusqu'à Bachelard. Et on a l'impression que l'auteur ne les a même pas lus.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Broché
La mélodie du tic-tac et autres bonnes raisons de perdre son temps de Pierre Cassou-Noguès est un ouvrage à lire en traînant.
Remarque sur ce commentaire Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?