• Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 11 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
Quantité :1
Les nouveaux chiens de ga... a été ajouté à votre Panier
+ EUR 2,99 (livraison)
D'occasion: Très bon | Détails
Vendu par momox fr
État: D'occasion: Très bon
Commentaire: Du N°1 des livres et articles multimédia d'occasion en Europe.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

Les nouveaux chiens de garde Poche – 18 novembre 2005

4.5 étoiles sur 5 40 commentaires client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 19,99 EUR 0,50
Poche
"Veuillez réessayer"
EUR 8,00
EUR 6,80 EUR 3,93
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

nouveautés livres nouveautés livres

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • Les nouveaux chiens de garde
  • +
  • Les chiens de garde
  • +
  • Sur la télévision
Prix total: EUR 22,00
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Amazon.fr

Quel point commun y a-t-il, selon Serge Halimi, entre Michel Field, Claire Chazal, Alain Duhamel, Jean-Marie Cavada et PPDA ? La même révérence devant leur patron, les grands groupes tels Bouygues, Havas ou Matra-Hachette, la même révérence devant l'argent et le pouvoir politico-industriel, les mêmes pratiques. Maintenir à distance certains sujets pour mieux en matraquer d'autres, désinformer, moins par volonté de manipuler que par paresse et par reddition devant l'idéologie néolibérale dominante, c'est le credo des nouveaux chiens de garde. La collusion entre les intérêts des propriétaires de la presse française et le trust des trente journalistes qui en tiennent les rênes à coup de présence incessante, d'info-marchandise, de renvois d'ascenseurs et flagorneries de courtisans, sape l'indépendance des journalistes, fragilisés par la crainte du chômage.

"Des médias de plus en plus présents, des journalistes de plus en plus dociles, une information de plus en plus médiocre", une sentence qui résume bien l'esprit de l'auteur qui, avec les résistants contre la pensée unique, hier Paul Nizan, aujourd'hui Chomsky, signe un plaidoyer lapidaire pour la dissidence intellectuelle. --Anne Barrat --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Présentation de l'éditeur

Les médias français se proclament " contre-pouvoir". Mais la presse écrite et audiovisuelle est dominée par un journalisme de révérence, par des groupes industriels et financiers, par une pensée de marché, par des réseaux de connivence. Alors, dans un périmètre idéologique minuscule, se multiplient les informations oubliées, les intervenants permanents, les notoriétés indues, les affrontements factices, les services réciproques. Un petit groupe de journalistes omniprésents - et dont le pouvoir est conforté par la loi du silence - impose sa définition de l'information-marchandise à une profession de plus en plus fragilisée par la crainte du chômage. Ces appariteurs de l'ordre sont les nouveaux chiens de garde de notre système économique.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre ou numéro de téléphone mobile.




Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

4.5 étoiles sur 5

Meilleurs commentaires des clients

Par Jean-olivier Allegre MEMBRE DU CLUB DES TESTEURS le 8 octobre 2008
Format: Poche
Eh oui, Terrifiant est le mot juste.
Ce petit opuscule de Serge Halimi fut boycotté dans la presse dès son lancement.
Je comprends mieux pourquoi...
La démonstration est argumentée, illustrée de nombreux exemples: la presse et ses relations avec le pouvoir et l'argent.
Parfois on se doute un peu des choses, mais ici Serge Halimi indique toutes les connexions, les collusions.
Du coup, même si on se doute, cela devient vraiment révoltant..
A lire, à relire, pour ne pas oublier d'où vient l'information et de qui vient l'information...
Remarque sur ce commentaire 56 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Un ouvrage référence. Une dénonciation salutaire et implacable des liaisons, (liens sanguins, familiaux, économiques, mondains, intellectuels, institutionnels etc.) entretenus entre médias et sphère politique, financière.
Simulacre de «contre-pouvoir», son indépendance, sa liberté d'expression aux mains des gens de pouvoirs.
« En France, la marque du succès pour les directeurs de l'information demeure d'obtenir d'un décideur quelconque qu'il exprime ce qu'il veut et quand ça lui chante, mais en exclusivité dans l'organe de presse dont il a la charge. »
Élite « éclairée » aussi, la séquence du référendum constitutionnel est à ce titre particulièrement emblématique de la propagande qui peut être mise en place pour influencer la population. A la vitesse où ça va, une propagande en remplace indifféremment une autre. La taille importe peu, plus c'est gros plus ça passe : il suffit de faire vite et surtout sans jamais s'arrêter.
Paru en 1997, mis à jour en 2005, depuis il semblerait qu'on ne puisse plus - aussi effrontément et tranquillement en tout cas, et encore.. - se foutre du monde, sous peine d'avoir l'internet au cul.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 37 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Format: Poche
Un livre puissant, drôle, effrayant, qui dégonfle une à une les baudruches d'un certain journalisme (Serge Halimi nomme, cite les émissions ou la presse écrite en question, il se livre à un tir sans pitié avec une jubilation véritablement contagieuse). C'est non seulement le cynisme des médias qui est mis en valeur, mais la crédulité, la sottise et l'immobilisme soigneusement entretenus des lecteurs-télespectateurs. "Les nouveaux chiens de garde" vient compléter, un demi-siècle après,"La Société du spectacle" de Guy Debord. C'est l'esclavage de l'homme moderne qui est démonté avec la précision d'un mécanisme d'horlogerie. On est secoué d'un drôle de rire en se souvenant que le titre est un hommage aux "Chiens
de garde" de Paul Nizan, mort sans doute d'avoir osé écrire, bien avant Debord, des phrases comme celle qui figure en exergue : "Nous n'accepterons pas éternellement que le respect accordé au masque des philosophes ne soit finalement profitable qu'au pouvoir des banquiers".
télespectateurs.
Remarque sur ce commentaire 62 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus
Par ayersrock TOP 1000 COMMENTATEURS le 21 décembre 2012
Format: Poche
Serge Halimi, éditorialiste au Monde diplomatique est bien connu pour écrire des éditos à contre courant sur l'actualité. Rien avoir avec les éditorialistes d'autres journaux tel Joffrin, Barbier etc... tous spécialistes et chantres de la pensée dominante. Cette fois ci, Halimi s'attaque au monde du journalisme et aux connivences entre ceux-ci et les politiques. On aperçois alors que certains journalistes ou intellectuels autoproclamés ( BHL, Giesbert, Duhamel, Ockrent, July...) passent leur temps à s'inviter entre eux pour parler de leurs livres respectifs souvent mauvais puisqu'ils se mettent à plat ventre en permanence devant les intérêts de certains partis ou d'industriels.
C'est le principe même de l'indépendance du journalisme qui a totalement disparu dans les médias dominant. En effet aujourd'hui comment ne pas s'insurger contre l'accaparement par les banquiers ou industriels des médias de notre pays (ex: TF1 appartient a Bouygues, Le Président de France télévision est nommé par le président de la République, Libération appartient à Rothschild, Lagardère rachète Le Monde, Le figaro appartient à Dassault etc...) où est l'indépendance!!
Pierre Bourdieu avait déjà analysé ce phénomène dans son essai "Sur la télévision". En effet pour lui dans les JT on parle plus souvent de non-évènements que de véritables sujets de fond.
Lire la suite ›
Remarque sur ce commentaire 9 personnes ont trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus

Commentaires client les plus récents



Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?