Actuellement indisponible.
Nous ne savons pas quand cet article sera de nouveau approvisionné ni s'il le sera.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

La parole est à la victime Poche – 29 novembre 2013

Découvrez en premier les 10 livres les plus attendus du moment, que nous avons sélectionnés spécialement pour vous !


Voir les 2 formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Format Kindle
Poche

rentrée scolaire 2017 rentrée scolaire 2017

click to open popover

Offres spéciales et liens associés

  • Gratuit : téléchargez l'application Amazon pour iPhone, iPad, Android ou Windows Phone ou découvrez la nouvelle application Amazon pour Tablette Android !

  • Rentrée scolaire et universitaire : Livres, agendas, fournitures, sacs à dos, ordinateurs, ameublement …Profitez-en !

  • Outlet Anciennes collections, fin de séries, articles commandés en trop grande quantité, … découvrez notre sélection de produits à petits prix Profitez-en !

  • Tout à moins de 5 euros ! Découvrez notre sélection de produits à petits prix... Profitez-en !

  • Publiez votre livre sur Kindle Direct Publishing en format papier ou numérique : C'est simple et gratuit et vous pourrez toucher des millions de lecteurs. En savoir plus ici .
  • Plus de 10 000 ebooks indés à moins de 3 euros à télécharger en moins de 60 secondes .


Description du produit

Extrait

ACTE I

Tous les personnages, sauf Max, sont en scène, complètement immobiles. Catherine est assise dans le canapé, la tête dans ses mains.

MAX, sortant de derrière le paravent. - Bonjour, messieurs-dames. Je me présente : je m'appelle Max. Je vous suis très reconnaissant d'être venus. En des circonstances aussi pénibles, votre présence et vos condoléances muettes sont pour moi d'un grand réconfort. (II regarde le public puis, semblant comprendre...) Ah non ! Ne vous fiez pas aux apparences, elles sont tellement trompeuses ! Toutes ces personnes inanimées sont bien vivantes. C'est moi qui suis mort; moi qui suis le mort de cette histoire. (Un temps.) Oh ! je vous vois venir ! Je sais ce que vous êtes en train de penser : «Il parle beaucoup pour un mort.» Mais ça, c'est normal. Quand on est mort, on a plein de choses à raconter. (Un temps.) Ce n'est pas la peine de me chercher des ailes dans le dos, je ne suis pas un ange; encore moins une auréole, je n'ai jamais été un saint. Et de toute façon, vous n'êtes pas ici dans un conte, une légende. Non, vous êtes dans une histoire banale d'hommes et de femmes ordinaires ; et c'est ça qui est intéressant. (Silence.) En fait, l'explication est très simple. Je suis un personnage de théâtre et, fatalement, en mourant j'ai pris vie. Je suis devenu autonome et c'est pour ça que je ne suis pas abattu. Suivez mon raisonnement : a priori, quand il y a décès, celui qui a le plus à perdre, le plus de raisons d'être triste, c'est le premier concerné. Mais pour moi, c'est différent. J'ai pris mon envol, mon indépendance; c'est génial ! (Un temps pendant lequel Max sourit béatement. Puis il redevient sérieux.) Il y a pourtant deux choses qui m'ennuient. La première, c'est que je ne sais pas pourquoi ni comment je suis passé de l'état d'homme en pleine santé à celui de cadavre. Après le repas, un bon repas, bien arrosé, avec mes amis ici présents, comme je me sentais un peu lourd, je me suis assis dans un fauteuil et me suis endormi. C'est une chose qui ne m'arrive jamais ! Toujours est-il que je me suis réveillé mort. La deuxième, c'est que je me sens un peu seul. Oh ! je sais ! Vous êtes là, vous ! Mais ce n'est pas pareil ; on se connaît à peine... tandis qu'eux... (Un temps.) Au milieu, sur le canapé, c'est Catherine, ma femme; et les autres, ce sont mes amis. Celle qui est assise à côté de Catherine, c'est Dominique. Et puis il y a les trois couples : Monique et Bernard, derrière le canapé, Karine et Charlie, assis à la petite table, et enfin Jean-Loup et Sylvie. Ce sont de vrais amis, des amis de vingt ans, alors fatalement, de voir leur peine, ça me fait de la peine... (Un temps. Max regarde les autres personnages. Au public.) Ah ! au fait, j'oubliais de vous dire : mon cadavre est là, derrière ce paravent. (Un temps.) Vous savez, j'entends parfaitement ce que vous pensez : «Il aurait pu rester dans son corps, comme tout le monde. Ce serait tout de même plus correct. En tout cas, ça ferait moins désordre.» Je sais, je sais. Mais mettez-vous à ma place. Je viens de découvrir la liberté, alors j'en profite. Si j'étais resté dans ma carcasse, je me serais ennuyé... à mourir. Tandis que là, c'est plus... convivial. Je suis avec vous ; je discute avec vous, et... avec eux.

(...)

Présentation de l'éditeur

Après un repas bien arrosé en compagnie de son épouse et de ses meilleurs amis, Max s'endort et se réveille... mort, empoisonné. Or, pendant tout le week-end, Max n'a côtoyé que sa femme et ses invités. Alors qui, parmi ces personnes en qui il a toute confiance, a pu commettre ce crime ? C'est la question que tous vont se poser. Avec la collaboration de Philippe Marcel, docteur en études cinématographiques et chargé de cours à l'université de Lille-3.

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Commentaires client

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
Partagez votre opinion avec les autres clients
Vous souhaitez découvrir plus de produits ? Consultez cette page pour voir plus : harnais anti chute

Où en sont vos commandes ?

Livraison et retours

Besoin d'aide ?