Actuellement indisponible.
Nous ne savons pas quand cet article sera de nouveau approvisionné ni s'il le sera.
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir cette image

Des pathologies sociales aux pathologies mentales Broché – 13 septembre 2010


Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché, 13 septembre 2010
"Veuillez réessayer"

bonnes résolutions 2017 bonnes résolutions 2017

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Descriptions du produit

Extrait

Extrait de l'introduction de Stéphane Haber

LES DÉFAILLANCES DE LA SANTÉ MENTALE COMME FAIT SOCIAL

À l'origine du travail collectif dont cet ouvrage est le résultat, se trouve une interrogation sur les conditions d'usage d'une catégorie philosophico-sociologique : celle de «pathologies sociales».
On devine ce qui est en jeu. Lorsque nous cherchons à fixer conceptuellement l'intuition selon laquelle quelque chose ne tourne pas rond dans une société donnée, nous tombons presque naturellement sur l'idée d'«injustice». Mais le problème provient de ce que l'idée d'injustice paraît largement indéterminée, ou, au moins, ambiguë. Sans doute la variété des biens et des pouvoirs dont on regrette, en parlant d'injustice, qu'ils aient été mal distribués y est-elle pour quelque chose. Sans doute l'existence de genres d'êtres qui ne peuvent pas être distribués (tels les biens collectifs) mais dont l'absence, dans la société donnée, nous paraît cependant être spontanément synonyme d'injustice ajoute-t-elle encore à la perplexité - tant l'image de la répartition de quelque chose fait corps habituellement avec celle de justice. Mais, à la réflexion, la principale source d'ambiguïté provient de ce que l'on peut se demander si cette idée d'injustice se réfère d'abord à une situation que l'on peut décrire comme qualitativement dégradée ou insatisfaisante - par exemple en fonction d'une vision de la nature humaine et de ce qui lui convient en guise d'institutions, d'habitudes collectives -, ou bien à une infraction qui viole certains principes formels très généraux enracinés dans des convictions égalitaires de base" ? Autrement dit : les critères que nous faisons intervenir en parlant d'injustice(s) impliquent-ils en premier lieu une conception forte («éthique») de ce qu'est une vie sociale digne de ce nom, accomplie, ou bien peuvent-ils se borner à présupposer une simple morale minimale gravitant autour du respect de la personne humaine, des prétentions et les droits de chacun, une morale qui ne s'engagerait pas du tout sur le terrain de la hiérarchisation des contenus de l'action et des formes de vie ?

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit

Commentaires en ligne

Il n'y a pour l'instant aucun commentaire client.
5 étoiles
4 étoiles
3 étoiles
2 étoiles
1 étoile


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?