EUR 14,95
  • Tous les prix incluent la TVA.
Il ne reste plus que 1 exemplaire(s) en stock (d'autres exemplaires sont en cours d'acheminement).
Expédié et vendu par Amazon. Emballage cadeau disponible.
La pensée stratégique rus... a été ajouté à votre Panier
Vous l'avez déjà ?
Repliez vers l'arrière Repliez vers l'avant
Ecoutez Lecture en cours... Interrompu   Vous écoutez un extrait de l'édition audio Audible
En savoir plus
Voir les 2 images

La pensée stratégique russe : Guerre tiède sur l'échiquier eurasien Broché – 26 mars 2012

5.0 étoiles sur 5 1 commentaire client

Voir les formats et éditions Masquer les autres formats et éditions
Prix Amazon
Neuf à partir de Occasion à partir de
Broché
"Veuillez réessayer"
EUR 14,95
EUR 14,95
Note: Cet article est éligible à la livraison en points de collecte. Détails
Récupérer votre colis où vous voulez quand vous voulez.
  • Choisissez parmi 17 000 points de collecte en France
  • Les membres du programme Amazon Premium bénéficient de livraison gratuites illimitées
Comment commander vers un point de collecte ?
  1. Trouvez votre point de collecte et ajoutez-le à votre carnet d’adresses
  2. Sélectionnez cette adresse lors de votre commande
Plus d’informations

bonnes résolutions 2017 bonnes résolutions 2017

click to open popover

Offres spéciales et liens associés


Produits fréquemment achetés ensemble

  • La pensée stratégique russe : Guerre tiède sur l'échiquier eurasien
  • +
  • Ukraine : Une bombe géopolitique au coeur de la Guerre tiède
Prix total: EUR 31,95
Acheter les articles sélectionnés ensemble

Descriptions du produit

Extrait

Partie I

L'héritage soviétique et les inerties stratégiques de la transition russe : dans la filiation de «l'atome rouge»

«(...) la Guerre froide nous a laissé, pour ainsi dire, des 'obus non explosés'. Je pense aux stéréotypes idéologiques, aux doubles standards et autres clichés hérités de la mentalité des blocs.»
Vladimir Poutine
Président de la Fédération de Russie
Conférence de Munich sur la Sécurité,
10 février 2007

Loin d'avoir été englouties dans les oubliettes libérales de l'histoire, les normes soviétiques sont encore présentes dans la perception russe des menaces périphériques grevant son espace historique. Le poids du passé est donc énorme. Et il continue d'imprégner la pensée stratégique russe, comme il continue de peser sur la transition incertaine de la Russie post-soviétique, en route vers un destin tourmenté. En effet, dans la mesure où elle cherche à reconquérir son influence perdue contre l'ambition des leaderships émergents en Eurasie post-communiste - principalement les puissances américaine, chinoise et européenne - la Russie a été amenée à adopter une stratégie d'opposition et de défense de ses intérêts nationaux, élargis à sa proche périphérie. Ce faisant, elle tend à se réfugier vers ses repères politico-psychologiques rassurants, hérités du soviétisme. Survivances idéologiques d'une hypothétique «fin de l'histoire» prématurément annoncée par F. Fukuyama (1992), les inerties soviétiques restent incroyablement présentes dans le cheminement stratégique de la nouvelle Russie. Le symbole supérieur de ces inerties est le maintien du statut politique de l'arme nucléaire, dans la continuité de l'atome «rouge» soviétique. De ce point de vue, le XXIe siècle sera aussi idéologique. N'en déplaise aux certitudes du néo-libéralisme triomphant sur les cendres du communisme défunt.

1.1 - Le poids du passé soviétique dans la vision stratégique russe

«Nous affirmons ouvertement que nous rejetons les aspirations à l'hégémonie et les prétentions globales des États-Unis.»
Mikhaïl Gorbatchev

Premier secrétaire du PCUS et chef de l'État soviétique Perestroïka - Vues neuves sur notre pays et le monde (1990, p. 13)

La perception stratégique russe reste structurellement imprégnée des normes politiques du soviétisme. Car la longévité relative du système communiste, menacé en permanence par l'ennemi capitaliste américain, a structuré chez les dirigeants russes des réflexes sécuritaires surdimensionnés et quasi-instinctifs. A l'origine, la nécessité de démontrer la supériorité du «socialisme avancé» a justifié le développement prioritaire - dans le cadre du plan - de la force de frappe nucléaire de l'Union soviétique, dans l'optique de surpasser son adversaire idéologique et ennemi héréditaire de la Guerre froide. Par la suite, la tentative américaine de contenir et d'affaiblir la puissance communiste - selon la ligne antisoviétique de Z. Brzezinski - a conduit les dirigeants communistes à renforcer le rôle de l'arme nucléaire dans la doctrine stratégique de l'URSS, doublement axée sur la dissuasion et sur la défense d'un vaste espace idéologique. Dans ce contexte géopolitique tendu de la Guerre froide, l'atome est progressivement devenu un vecteur clé du statut international de l'Union soviétique. En définitive, et dans le cadre d'un équilibre bipolaire de la terreur, l'atome a permis à la Russie soviétique, puis fédérale, d'exister sur la scène mondiale, en tant que grande puissance égalitaire avec les États-Unis. En cela, il peut être considéré comme un héritage politique du soviétisme - selon la filiation symbolique de «l'atome rouge».
(...)

Revue de presse

Spécialiste avisé de la question et chercheur indépendant, Jean Géronimo expose en quoi, pourquoi et comment la stratégie russe a changé depuis la fin de l URSS. Son préfacier, Jacques Sapir, voit dans cet ouvrage « un tableau synthétique et accessible, et en même temps complet, des principes de la stratégie et de la doctrine de sécurité russe actuelle ». La réorientation « eurasienne » de Moscou et sa « logique de confrontation » n excluent pas coopérations et incertitudes, dont celles contenues dans le projet de bouclier antimissile des Etats-Unis et dans le retrait, redouté à Moscou, des forces occidentales d Afghanistan. L un des sous-titres souligne l actualité du propos : « Les révolutions arabes, et après ? ». La Russie craint, d après l auteur, l « instrumentalisation de la menace [islamiste] » par des puissances étrangères avides de la déstabiliser. Ainsi se profilerait une « guerre tiède », qui serait une « forme réactualisée et désidéologisée de la guerre froide ». Jean-Marie Chauvier --https://www.monde-diplomatique.fr/2013/04/CHAUVIER/49015

Aucun appareil Kindle n'est requis. Téléchargez l'une des applis Kindle gratuites et commencez à lire les livres Kindle sur votre smartphone, tablette ou ordinateur.

  • Apple
  • Android
  • Windows Phone
  • Android

Pour obtenir l'appli gratuite, saisissez votre numéro de téléphone mobile.



Détails sur le produit


Quels sont les autres articles que les clients achètent après avoir regardé cet article?

Commentaires en ligne

5.0 étoiles sur 5
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Voir le commentaire client
Partagez votre opinion avec les autres clients

Meilleurs commentaires des clients

Format: Broché
J. Géronimo a réussi dans moins de 200 pages à faire le tour de la (nouvelle) question de la Russie.
Concis, précis, bien documenté ce livre apportera un éclairage nouveau sur la position de la Russie après la chute du régime soviétique, dont certains pensaient qu'elle aboutirait aussi à l'affaiblissement de la Fédération de Russie.
Le lecteur, averti ou pas, trouvera dans cet ouvrage pédagogique, les pistes de réflexion nécessaires pour la compréhension de la "guerre tiède" qui se joue en Eurasie.

Varoujan Sirapian
Directeur de la revue "Europe&Orient"
Remarque sur ce commentaire Une personne a trouvé cela utile. Avez-vous trouvé ce commentaire utile ? Oui Non Commentaire en cours d'envoi...
Merci pour votre commentaire.
Désolé, nous n'avons pas réussi à enregistrer votre vote. Veuillez réessayer
Signaler un abus


Commentaires

Souhaitez-vous compléter ou améliorer les informations sur ce produit ? Ou faire modifier les images?