Choisir vos préférences en matière de cookies

Nous utilisons des cookies et des outils similaires qui sont nécessaires pour vous permettre d'effectuer des achats, pour améliorer vos expériences d'achat et fournir nos services, comme détaillé dans notre Avis sur les cookies. Nous utilisons également ces cookies pour comprendre comment les clients utilisent nos services (par exemple, en mesurant les visites sur le site) afin que nous puissions apporter des améliorations.

Si vous acceptez, nous utiliserons également des cookies complémentaires à votre expérience d'achat dans les boutiques Amazon, comme décrit dans notre Avis sur les cookies. Cela inclut l'utilisation de cookies internes et tiers qui stockent ou accèdent aux informations standard de l'appareil tel qu'un identifiant unique. Les tiers utilisent des cookies dans le but d'afficher et de mesurer des publicités personnalisées, générer des informations sur l'audience, et développer et améliorer des produits. Cliquez sur «Personnaliser les cookies» pour refuser ces cookies, faire des choix plus détaillés ou en savoir plus. Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en accédant aux Préférences pour les publicités sur Amazon , comme décrit dans l'Avis sur les cookies. Pour en savoir plus sur comment et à quelles fins Amazon utilise les informations personnelles (tel que l'historique des commandes de la boutique Amazon), consultez notre Politique de confidentialité.

Personnaliser les cookies

Commentaire client

1000 PREMIERS REDACTEURS D'AVIS
Commenté en France le 21 mars 2019
Juan Branco est ce jeune homme de 29 ans qui milite pour les grandes causes en étant avocat de Julian Assange ou encore Maxime Nicolle, un des leaders des Gilets Jaunes.

Dans son livre « crépuscule », il balance pas mal de choses qu’il connaît sur les dessous de l’élection Macron que l’on commence à connaître si on a vu et/ou lu Branco ou Pinçon-Charlot.
L’auteur nous décrit comment Michèle Marchand, ex-dealeuse et taularde, par l’entremise de Xavier Niels a mis en scène la vie du couple Macron grâce à un très grand nombre de couvertures de journaux ou hebdomadaires juste avant l’élection. L’idée était de faire de ce proche de Hollande, qui comme on s’en souvient, s’occupera pendant la moitié du mandat de ce dernier des questions économiques qui fera passer le très contestable « CICE », qui est aussi à l’origine des lois El Khomri et qui a donné son nom à une loi, « loi Macron », encore appelé « cars Macron », en obtenant la dérégulation du transport de cars, étant vécu par certains (journalistes et économistes de droite) comme un modèle du libéralisme triomphant qui allait créer des milliers d’emplois et résorber le chômage de masse. On suggérait par-là que c’était l’exemple à suivre pour tous les secteurs en France. Sauf que voilà, après quelques années les chiffres sont tombés. Là où on nous promettait en 2015, plus de 22 000 emplois, il n’en a créé que 2 400 et les bus ne sont toujours pas rentables puisque à moitié vide. C’est bien cette politique que notre président voudrait voir appliquer à toute l’économie française en donnant au secteur privé ce que l’état fait actuellement et en dérégulant les lois sur le travail pour faire baisser les prix sur le dos des salariés qui voient déjà pour certains ou qui verront pour les autres leurs conditions de travail se détériorer.

Bref, on pourrait longuement parler de la casse sociale et économique que Macron a commencé à faire et qui n’en ai même pas à la moitié de son mandat. D’autres choses palpitantes sont en préparation. Il est bien décidé à faire ce que Sarkozy et Hollande avaient commencé à faire mais qu’ils n’auront fait qu’à moitié, à savoir, casser le code du travail en paupérisant les moins ou les mal diplômés. Paraît-il que l’austérité est le seul choix face à la mondialisation et à la concurrence de nos voisins européens. Sauf que beaucoup d’économistes disent le contraire et que beaucoup pensent que faire de l’austérité dans le contexte actuel est mortifère. On ne parle même pas des futures réformes des allocations chômage ou des retraites. Bref, là où la France avait réussi à contenir son taux de pauvreté à un niveau inférieur à la plupart de ses voisins, Macron va s’aligner sur ces mêmes pays et sa politique aura comme résultats l’augmentation des inégalités et un taux beaucoup plus élevé de paupérisation. Bienvenue dans le monde néolibérale de nos politiciens qui vont finir de balayer en un temps record les acquis sociaux obtenus depuis près d’un siècle.

Pour en revenir à nos moutons, ou devrais-je dire à Macron, le but de ces fausses paparazzades étalées dans des « torchons people » et hebdomadaires plus sérieux était de donner de la crédibilité à un candidat qui n’avait jamais été élu (contrairement à Sarko ou Hollande) et d’en faire un candidat tout à fait légitime à l’allure de gendre idéal. Le problème est donc que cet homme est un produit marketing propulsé par des amis milliardaires, M. Niels en priorité, que Macron connaissait de longue date. Il est d’autant plus problématique que ce même M. Niels est aussi le gendre de Bernard Arnault, première fortune de France et qui n’hésite pas à s’expatrier pour payer moins d’impôts. Juan nous rappelle ces faits pour nous rappeler qu’il peut y avoir conflits d’intérêts mais aussi pour insister sur le fait que nos médias sont, du coup, susceptibles de ne pas être indépendants puisque que 90% de nos médias majeurs appartiennent à une poignée de milliardaires qui peuvent s’arranger pour donner les orientations de la ligne éditoriale, censurer certains articles, nommer les journalistes qu’ils veulent à la tête de leurs journaux et par là-même accélérer ou détruire des carrières. Est-ce vrai ? Ce ne serait pas impossible. Après tout, ils ne feraient que reproduire ce que Rupert Murdoch a fait avec les médias dans le monde anglo-saxon. Branco admet tout de même que certains journalistes font bien leur travail même au sein de ces grands médias mais que ce n’est malheureusement pas le cas de la majorité. Je le trouve personnellement un peu dur avec Lucet et Plenel que l’on ne peut pas vraiment critiquer vu les attaques auxquelles ils doivent faire face et surtout Plenel qui a été perquisitionné pour lui extorquer ses sources sur l’affaire Benalla, ce qui devrait tous nous alerter sur le tournant dangereusement autoritaire que prend ce gouvernement.

Bref, après une première partie nous décrivant les connivences entre milliardaires, journalistes et politiques, la deuxième partie nous décrit comment sont désignés et d’où sont issus les gens qui nous gouvernent et donc qui auront un impact direct sur nos vies quotidiennes.
Il prend comme exemple, Gabriel Attal, le plus jeune membre d’un gouvernement de la Vème République qui a été propulsé à un des postes les plus importants de la République en ayant fait que des stages pour des ministres socialistes. Si Branco s’attarde sur Attal, c’est qu’il l’a connu puisqu’ils ont le même âge et ont été dans la même école (l’école Alsacienne) dans les beaux quartiers de Paris. Il le décrit en tout cas comme un élève pas particulièrement brillant qui doit plus son succès à son réseau qu’à ses convictions politiques (il serait un arriviste près à retourner sa veste pour réussir). Il enchaîne avec les proches de Macron : Griveaux, Emelien, Séjourné…Etc.
Ce second chapitre vise surtout à dénoncer ces petites élites qui nous gouvernent et qui sont issus du même milieu social, qui sortent des mêmes écoles, qui gagnent très bien leur vie et qui ont pris le parti de s’acoquiner avec des gens ou réseaux d’influences pour s’enrichir et monter dans l’échelle sociale sans se préoccuper de la première mission pour laquelle ils ont été élue, c’est-à-dire, avoir une vision d’avenir à long terme pour la France afin de la faire prospérer et d’assurer le bien-être du plus grand nombre.

Je ne suis personnellement pas complotiste mais plutôt curieux, ce qui n’est pas une mince affaire quand on voit les forces à l’œuvre d’un côté comme de l’autre. Il suffit de voir comment nos médias ont traité la crise des Gilets jaunes pour s’en rendre compte. Ils ont attendu un mois et demi avant de parler des violences policières, le gouvernement à jouer le pourrissement pour décrédibiliser le mouvement ; les journalistes, encore le week-end dernier, ne nous parlaient que de ce kiosque à journaux qui a cramé alors que la disparition des kiosquiers depuis plusieurs années n’émeut habituellement personne. Pourquoi alors, si ce n’est pour dénoncer ce mouvement avant tout social ? Les journalistes auraient-ils peur des mouvements insurrectionnels ? Ont-ils peurs de disparaître ? Sont-ils en rébellion contre les gilets jaunes qui ont frappés, pour une minorité, certains de leurs confrères ? Font-ils parti de ces gens qui font partie de ces élites et qui n’ont pas envie que les choses changent ? Bref, il est clair en tout cas que la thèse de Branco tient la route, surtout quand on voit certains éditorialistes ou journalistes qui ne se cachent même plus pour défendre Macron et sa politique. Quelques noms au hasard : Pascal Praud (cnews), Brunet (bfmtv/Rmc), Barbier, dit « M. Echarpe rouge » (bfmtv), Patrick Cohen (France 5, europe 1). Bref, tout ce beau monde n’incitera pas le citoyen lambda à croire en l’indépendance des journalistes et c’est bien dommage.

Pour conclure, je suis toujours assez fasciné mais à la fois intrigué par les personnages comme Juan Branco qui sortent des mêmes écoles que les élites qui nous dirigent et qui auraient pu faire carrière en politique comme ses anciens camarades et pantoufler dans un ministère à attendre sagement la retraite qui leur assure une rente à vie pour une durée de travail très courte mais qui finalement décident d’aller à contre-courant et de dénoncer le système dont ils sont issus.
Néanmoins, même si la façon dont on forme nos élites est très française et pose des problèmes de représentativités indéniables, le problème n’est-il pas aussi européen voire mondiale. Quand on voit M. Barroso, ex-président de la commission européenne, partir travailler chez « Goldman Sachs », on peut se poser des questions. La financiarisation de l’économie n’est-elle pas non plus le problème ? L’Europe libérale qui pousse à toujours plus d’austérité n’est-elle pas un problème avec sa fameuse règle des 3% ? Les paradis fiscaux au sein même de l’Union ne sont-ils pas un problème ? Voilà des questions qui font débat et qui méritent d’être posées. Par contre, il y a des problèmes franco-français. Pourquoi avoir privatisé ADP ? Ne devrions-nous pas changer de République avec plus de représentativité pour éviter l’entre-soi ? Si règles des 3%, pourquoi les très riches ne participent pas à l’effort ?
Pour être un peu critique, on peut se poser la question de savoir si des gens issus de classes plus défavorisées seraient moins cyniques et arrivistes que ces bourgeois qui intègrent l’hémicycle. Après tout, la cupidité n’a ni sexe, ni couleur de peau, ni origine sociale.
En tout cas, bravo Juan pour le ou les combats que vous menez en espérant que vous vous engagerez un jour ou l’autre en politique. Le monde a besoin de gens comme vous et pas de ces guignols en carton-pâte qui sont actuellement au gouvernement. On vous soutient.
597 personnes ont trouvé cela utile
Signaler un abus Lien permanent

Détails sur le produit

4,5 sur 5 étoiles
4,5 sur 5
1 184 évaluations