Choisir vos préférences en matière de cookies

Nous utilisons des cookies et des outils similaires qui sont nécessaires pour vous permettre d'effectuer des achats, pour améliorer votre expérience d'achat et fournir nos services, comme détaillé dans notre Avis sur les cookies. Nous utilisons également ces cookies pour comprendre comment les clients utilisent nos services (par exemple, en mesurant les visites sur le site) afin que nous puissions apporter des améliorations.

Si vous acceptez, nous utiliserons également des cookies complémentaires à votre expérience d'achat, comme décrit dans notre Avis sur les cookies. Cela inclut l'utilisation de cookies tiers dans le but d'afficher et de mesurer des publicités basées sur les centres d'intérêt. Cliquez sur «Personnaliser les cookies» pour refuser ces cookies, faire des choix plus détaillés ou en savoir plus.

Personnaliser les cookies

Commentaire client

Commenté en France le 6 décembre 2019
Quel étrange livre que ce tome 4. Préalablement à sa lecture, et comme chacun d'entre nous, j'avais de multiples idées de déroulement en tête, mes propres théories sur les origines de Dieu, de l'Autre etc. Mais je ne m'étais certainement pas attendu à ce que Christelle Dabos nous a réservé. Comme le titre du livre l'indique, les échos prennent une place essentielle dans l'intrigue, et deviennent finalement le moteur explicatif de tout cet univers... Cela me dérange un petit peu, car à moins que mes souvenirs ne me trompent, il ne me semble pas qu'il y ait eu une emphase particulière sur ces échos dans les tomes précédents, en dehors d'une phrase dans le tome 3. Bien sûr, ce n'est pas le plus dérangeant, même si cela donne un peu l'impression d'arriver comme un cheveu sur la soupe... Non, ce qui dérange, c'est tout ce qui en découle, et notamment que les multiples arcs narratifs développés au cours des précédents tomes deviennent complètement caducs à mon sens. Prenons un exemple : dans le tome 3, la recherche d'Arc-en-Terre, tant par les héros que par l'ennemi lui-même, était un des grands enjeux du récit... Je m'attendais donc à ce que cette arche soit au centre du tome 4, mais étrangement il n'en est rien. En fait, à la fin de l'histoire, je me demande même pourquoi cette intrigue a été incluse, ou tout du moins, pourquoi y avoir mis une telle emphase dans le tome 3, tant elle est inutile ! Les conséquences de la redécouverte d'Arc-en-Terre par les personnages tiennent sur quelques lignes de dialogue, et n'ont au fond aucun impact réel sur l'intrigue (si ce n'est donner du temps aux personnages principaux... et donc servir de prétexte).
Certaines révélations me semblent si invraisemblables que plusieurs fois dans ma lecture, je les remettais sérieusement en question, en pensant qu'il s'agissait d'une feinte de l'auteure... alors que non, pas du tout ! Je pense notamment à une chose que l'on découvre sur l'un des personnages à la toute fin, et qui me laisse encore aujourd'hui perplexe, tant absolument rien ne laissait présager une telle chose...
Un autre point de déception concerne la structure même de l'intrigue, qui décide, à la manière du tome 3, de nous faire explorer un lieu unique sur des centaines de pages... Cela se justifie évidemment, mais c'est tellement dommage. Toutes ces arches inexplorées par les personnages principaux auraient pu servir de terrain d'investigation... Ici, même si ce n'est pas le cas, j'ai l'impression que les héros subissent l'intrigue, qu'ils sont encore une fois des marionnettes qui se font malmenées par des forces qui les dépasse complètement. Et le problème, c'est que je m'imaginais ce tome 4 comme une véritable course contre la montre, un jeu de cache-cache entre les héros et l'ennemi alors qu'ici, cette confrontation finale est VRAIMENT reléguée aux dernières pages du livre... Il n'y a pas ce sens de l'urgence que le synopsis veut instiller chez le lecteur, évidemment les arches s'effondrent, mais on se rend vite compte que les personnages peuvent prendre leur temps, et que la rencontre tant attendue n'arrivera que plus tard, une fois toutes les cartouches "révélation" épuisées !
Malgré tout, il y a quand même des choses à sauver, il y en a toujours, et je dois dire que l'auteure s'est encore améliorée dans son style. Si l'intrigue n'est pas à la hauteur des précédents tomes à mon sens, Christelle Dabos a acquis une certaine complexité dans sa façon d'écrire : c'est dense, riche en sens, et pour le coup, si l'inclusion des échos arrive de nul part à mes yeux, elle lui offre un terrain très fertile pour s'exprimer et pour s'amuser. Il est cependant dommage qu'elle ne pousse pas encore suffisamment loin cette idée d'écho : je sentais les prémices d'une sorte de "concept-univers", à la manière du vent dans La horde du contrevent, et je trouvais l'idée intéressante : que chaque chose, que chaque élément trouve une signification, une origine dans les échos, qui deviennent finalement modèle explicatif de tout. Cela ne va malheureusement pas si loin, ce qui est dommage, car quitte à introduire un tel concept au tome 4, autant qu'il renverse vraiment complètement la perception que le lecteur possède des règles qu'il connaissait avant (ce qui n'est que partiellement vrai ici).
De même, malgré mes déceptions autour de l'intrigue, Christelle Dabos réussit malgré tout à nous tenir en haleine, à amener ses révélations au compte-goutte, même si certaines ne font pas vraiment mouche, et posent plus de questions qu'elles n'en résolvent...

Au final, je ressors de ma lecture un peu déçu, même si cela restait un moment agréable, car l'auteure sait s'y prendre pour maintenir le lecteur dans son récit, d'autant que son style, plus étoffée, complexe, et imagé qu'auparavant laisse place à des moments contemplatifs assez poignants. Pour tous les regrets que je porte envers cette intrigue se concentrant en un lieu unique, je dois admettre que Christelle Dabos réussit à instiller une atmosphère particulièrement réussie. Cependant, je ne peux pas m'empêcher de penser que le chemin pris par l'intrigue est décevant, que la plupart des arcs narratifs ne servent finalement à rien du tout, et qu'au fond, il manque de façon paradoxale de vrais moments forts à cette intrigue. Le tome 2 brillait en effet par ce genre de moments, d'une rare intensité, qui arrivaient à déclencher en moi une excitation assez indescriptible. C'était également le cas pour le tome 3, dans de moindres proportions. Ici, les révélations s’enchaînent, certaines sont d'une ampleur assez importante, et pourtant... je n'arrive pas à me sentir plus bouleversé que cela. Et je pense que cela est imputable à l'impression que me donne ce tome 4 d'être parfois complètement déconnecté de ce qui s'est fait avant, en décidant de jeter à la poubelle certains arcs narratifs, pour en créer de nouveaux à la dernière minute. Malgré tout, le tome 4 ne brise pas la saga dans son ensemble, et ne gâchera jamais le plaisir éprouvé lors d'une relecture des précédents tomes, et c'est déjà pas mal en soi.
85 personnes ont trouvé cela utile
Signaler un abus Lien permanent

Détails sur le produit

4,6 sur 5 étoiles
4,6 sur 5
1 237 évaluations