Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici RentreeScolaire Cloud Drive Photos nav_BTS17CE Cliquez ici En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles
71
4,2 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:6,99 €+ Livraison gratuite avec Amazon Prime


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 9 août 2017
A lire jusqu'à la fin... c'est beau, c'est plein de sens. Comme souvent avec les romans de Coelho, on n'en ressort pas indemnes.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 juillet 2017
Un très joli livre qui nous fait renouer avec la vie, esprit un peu farfelu mais qui fait réfléchir. A lire impérativement
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 juillet 2016
C'est une très belle histoire, mais le livre que j'ai reçus était différent que le livre montrer en photo, est l'état du livre était catastrophique, tres déçus de cette commande
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 avril 2017
Arrivé rapidement et en trés bon état! Je recommande. L'histoire est belle, et porte à refexion comme la plupart des ouvrages de cet auteur.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 novembre 2011
Comme tous les livres de Coelho, celui-ci se lit vite et est très fluide. L'histoire est à la fois profonde et légère et laisse à reflechir.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 juin 2017
Veronika, une jeune fille de la bonne société Slovène, décide d’en finir avec la vie, à laquelle elle ne voit pas de sens. Elle avale des médicaments, et se réveille dans un hôpital psychiatrique (appelé ici un hospice, je ne sais pas si c’est une faute de traduction) dont le médecin chef (le Dr Igor) a des théories un peu curieuses. Le Dr Igor lui prédit une mort proche malgré le ratage du suicide, en raison des dégâts soi-disant occasionnés sur son cœur (l’organe) par les médicaments. Veronika rencontre là plusieurs pensionnaires, dont une ancienne avocate, et surtout un jeune schizophrène. Cette épreuve, ces rencontres, et l’approche de la mort, lui permettent de découvrir sa vraie personnalité, elle qui comme les autres, avait été formatée par son éducation et par une société normative.
J’avais envie de lire ce livre depuis longtemps, mais je dois dire que je suis déçu. Le récit est assez brouillon, les théories médicales imaginées par l’auteur sont fumeuses et peu claires, et le message (l’oppression de la société qui empêche les gens d’être eux-mêmes) assez convenu. Il y a néanmoins quelques passages assez poétiques, un passage érotique assez original, et une écriture de qualité. Mais pour moi, ce roman est loi d’être un chef-d’œuvre.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 avril 2002
Une étude psychologique passionnante. J'ai bien aimé "l'alchimiste" et "Le démon et Mle Prym" mais "Veronika" reste une de mes préférées car elle parle de vie, de mort et d'amour.
Les messages que nous adresse Paulo Coelho entre les lignes de ses oeuvres, me font rêver aux histoires que nos parents et ancêtres se racontaient au coin du feu jadis.
Chaque lecture est un partage entre l'auteur et le lecteur, plus que pour tout autre roman.
0Commentaire| 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 août 2003
Dans cette oeuvre d'une grande maturité Paulo Coelho nous décrit une jeune femme qui possède tout sauf l'envie de vivre. Pourtant, le choix de vivre va reprendre le dessus. Par une analyse brillante pour un personnage qu'il aime, Paulo Coelho nous invite à prendre conscience au travers du combat de cette jeune fille que ce choix dépend entièrement de nous-mêmes.
Excellent ouvrage
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 septembre 2006
J'entendais beaucoup parler de Paulo Coelho, un de ces auteurs à la mode.

Alors j'ai voulu me faire ma propre opinion, et le titre me plaisant, j'ai décidé d'acheter "Véronika décide de mourir".

Je dirai que M. Coelho est loin d'avoir une écriture hors du commun. Il reste très classique, et bizarrement parle de lui à la troisième personne du singulier, à la façon de César, ce qui rend le quelque peu narcissique.

Pourquoi en parler, dans ce cas-là, devez-vous vous demander...

Et bien tout simplement parce que le sujet traité est intéressant. Et qu'il permet une réflexion personnelle sur différents sujets.

Véronika vie en Slovénie. Elle s'ennuie. Sa vie est lisse. Elle décide de se suicider. Et rate. Internée chez les fous, on lui apprend qu'elle n'a plus qu'une semaine à vivre.

Vient alors toute une série de questionnement sur la définition de la folie. Qui est fou? Est-ce utile d'être fou? Le fou est-il le seul à être vraiment libre? Que vaut la vie? Ne fabriquons-nous pas nous-même notre ennui afin de nous préserver de tous les aléas apportés par la vie? La vie ne vaut-elle d'être vécue que lorsque nous assumons nos folies ?

En somme, Paulo Coelho nous montre ici que nous avons tendance à nous gacher la vie pour des 'paraître' qui n'ont pas lieu d'être...

Et ça fait du bien de se l'entendre dire !
11 commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 février 2014
Paulo Coelho a choisi un cadre historique, la Slovénie nouvellement née, et un asile particulier où l’on pourrait renaître à la vie, ou pas. L’asile est comme un refuge bien particulier, avec des soins bien particuliers, géré par un médecin bien particulier. In fine, on y pose la question de la folie : qui est fou et qui ne l’est pas. S’y pose alors le problème de la conformité dans une société qui se dit normale. Un sujet bien grave développé dans un récit de quatre personnages dont Veronika est la protagoniste. On lui dit que ses jours sont comptés, après sa tentative de suicide. C’est un récit plein d’ambiguïtés à mes yeux, et je crois bien que ça fait partie de l’objectif qu’à choisi de développer l’auteur. D’abord le médecin chef, qui pense à préserver et protéger sa carrière (normalité) et qui cependant applique des méthodes peu communes avec ses patients, qui leur veut du bien, leur laisse une certaine liberté, et cependant fait preuve d’une véritable manipulation dans l’intérêt d’un livre ambitieux qu’il veut publier sur ses expériences. Finalement, tous les personnages sont fous et ne sont pas fous… Le message Coelho s’exprime dans une scène assez forte de la jeune fille qui ose découvrir sa sexualité, différente des autres, et l’accepte. Elle se découvre également en s’abandonnant corps et âme à son piano. Un autre personnage, Edouard, atteint de schizophrénie, découvre non seulement l’amour, mais aussi son véritable Moi et se libère des volontés parentales de son enfance et de l'image qu'ils voulaient que leur enfant donne à cette société. Il y a dans cette narration une sorte de traité du vide, des vies non vécues parce que l’on n’osait tout simplement pas vivre ce que l’on est. J’ai remarqué que l’on aime ou on n’aime pas le style Coelho, personnellement, et même si le message est très intéressant, je n’accroche pas trop. Je pense qu’il ne faut pas trop s’intéresser à l’aspect de psychiatrie en lisant ce livre, qui me semble peu crédible ou qui est peut-être trop dirigé vers le message central : la liberté d’être différent. Ce sujet n’a probablement pas été facile à narrer et à construire, pour l’écrivain, j’ai un peu eu cette impression, des passages un peu lourds, pas facile à suivre, et justement cette ambiguïté que j’ai ressentie tout le long, comme si il s’agissait d’une histoire vécue, mais timidement, ou un peu maladroitement, mise en récit.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici