Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici RentreeScolaire Cloud Drive Photos cliquez_ici. nav_WSHT16 Cliquez ici En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles
22
4,7 sur 5 étoiles
Format: Relié|Modifier
Prix:27,68 €+ Livraison gratuite avec Amazon Prime


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 7 juin 2017
The Way of Kings I qualified as Masterpiece, and this one qualifies too!
As the plot unravels, surprises keep coming and charcacters evolve in sometimes unexpected ways.
This book is totally immersive and confirms the talent of Brandon Sanderson as a master storyteller.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
-
"The Stormlight Archive" s'apprête à rentrer dans l'histoire de la fantasy.
Cette épopée magnifique offre sans doute aucun le profil d'un chef d'oeuvre en marche : la complexité de l'histoire globale, la digestibilité du récit, la brillance de la manière de conter, l'excellence de la psychologie des personnages (c'est une fan de Jane Austen qui vous le dit !), l'enthousiasme, l'imaginativité, la créativité, la personnalité, la maîtrise, la capacité à enchanter, à surprendre, à laisser deviner, le sens du détail, l'art de la suggestion (en particulier dans les descriptions) sont autant de preuves du génie de l'auteur.
Les illustrations intérieures sont toujours aussi belles ; elles n'ont qu'un défaut à mes yeux : je les aurais aimé encore plus nombreuses.

Fait inhabituel en ce qui me concerne, je me suis maintes fois surprise à soupirer après un film (enfin une série télé haut de gamme comme on en fait désormais) pour mettre en scène cette histoire en enchanteresse, si vivante, si colorée, si chaleureuse, tellement humaine.

Si ce livre peut avoir un défaut, c'est celui de réduire à l'état de petit joueur besogneux bien des auteurs de fantasy, même ceux qui ont inspiré l'auteur...

J'ai toujours eu d'énormes difficultés à "voir" les histoires qui m'étaient racontées. Il me faut des détails, des couleurs, des reliefs - et pourtant les descriptions m'ennuient dès qu'elles font semblant de s'éterniser.
Pourtant, dans ces deux romans (j'ai relu le précédent juste avant, pour bien profiter de ma lecture, et bien m'en a pris) les paysages sont extraordinaires. Cette faune et celle flore étrange, cette vie rythmée par les violentes tempêtes, sources de toute l'énergie et l'eau nécessaires à la vie et à la "technique" de ce monde que l'on devine "contre-nature", forme un cadre incroyablement présent, vivant, servi par tous nos sens. Les couleurs en particulier, comme dans toute l'oeuvre de Brandon Sanderson, sont largement à l'honneur. C'est je crois le seul auteur à manifester un attrait aussi vif pour celles-ci, les employant avec maîtrise pour souligner son art créatif.

Brandon Sanderson est un auteur étonnamment "féminin".
Sa manière de présenter ses personnages, les relations d'amour et d'amitié qui les lient, l'évolution de leurs psychologies, montre une patte subtile, délicate, chaleureuse - féminine donc ! (pas de "Houuuu" s'il vous plait messieurs ; je sais de quoi je parle et cela ne retire rien à vos viriles aptitudes et au talent des auteurs masculins).

Il reste "masculin" aussi, n'oubliant pas la baston, les supers pouvoirs, les combats rapprochés, les grandes batailles, les blessures, la mort, la gloire.

Et surtout peut-être, cet auteur a su garder son coeur d'enfant. Bien que the Stormlight Archive soit une oeuvre de fantasy d'allure classique, le récit ne présente pas les caractéristiques habituelles du genre, ses teintes sombres, désespérées, sérieuses... "adultes", diraient certains ?

Le récit, bien que parfois dramatique, traitant de passés troubles et torturés, des faiblesses humaines, de la mort, de l'injustice, est incroyablement positif, allègre, tourné vers l'avenir, le progrès, la modernité.
L'auteur s'amuse, certains passages sont vraiment très drôles, les dialogues, toujours contrôlés, sont vifs, spirituels ; la malice affleure sans cesse, dans les réparties, les personnalités, les situations.

De grands thèmes sont abordés et traités avec justesse et profondeur. Mais l'espoir, malgré la capacité de l'auteur à voir juste, à n'épargner personne, à ne rien négliger des faiblesses humaines, est toujours là.
Brandon Sanderson est un auteur que je peux lire en tout confort : je sais qu'il ne m'imposera jamais des choses gratuites et intolérables. Son immense talent le dispense d'utiliser les horreurs habituelles du genre qu'il aime traiter - le viol, la torture, la mort de personnages secondaires attachants, etc.
Les injustices et les événements terribles ne manquent pourtant, pas plus que les morts violentes dans ce monde ébranlé par un changement d'une violence inouïe, nourrie par les faiblesses humaines. Mais rien n'est jamais gratuit.
De plus, les personnages les plus sympathiques montrent une part d'ombre, nous forçant à les apprécier en toute connaissance de cause... enthousiasme et confiance en un avenir meilleur ne sont pas synonymes de naïveté et d'immaturité.

Je pense en particulier à un court chapitre d'interlude, qui raconte une petite jeune fille de 13 ans, Lift, brillante, naïve, courageuse, pétillante, qui use de son pouvoir (son "awesomeness") qui lui est tombé dessus sans crier gare, avec tout le naturel et la spontanéité de sa petite personne inéduquée, courageuse - remarquable dans son anonymat. La manière dont sont mises en scène ses étonnantes facultés (le pouvoir de la glisse et de la varappe !), sa relation avec son "Voidbringer" récalcitrant et bougon, la manière délicieuse de raconter cette courte scène, de présenter une poignée de personnages, de faire monter la tension et enfin de clôturer, est tout bonnement admirable.
Ce chapitre, une pépite, pourrait être un roman à lui tout seul. Brandon Sanderson manie l'art de raconter très longuement, mais aussi de raconter très court, une faculté bien rare...

Bon, avec tout ça, j'en oublie de parler de l'intrigue.
Eh bien ça avance ! On retrouve les personnages d'une manière très linéaire, très confortable. Les particularités du monde, de l’histoire ancienne de celui-ci, sont approfondies. Certains mystères se dévoilent, parfois à notre surprise ébahie (l'explication des actions du "méchant" découvert à la fin du tome 1 est incroyable d'intelligence, de créativité et de drôlerie), nous permettant parfois de les deviner à l'avance, ce qui est bien satisfaisant (la nature des Shardblades par exemple).

La société des Parshendis nous est enfin révélée, dévoilant une réalité très surprenante, que nous aurions bien été en peine d'imaginer et qui offre, d'une certaine manière, une tonalité très SF.

Les personnages sont de mieux en mieux cernés, évoluant lentement mais avec une sûreté admirable : aucun raccourci facile, aucune faute de complaisance et une justification pleine des actions et de la personnalité de chacun.
Les personnages centraux sont toujours les mêmes, avec un zoom particulier sur Kaladin, mais aussi Adolin et surtout Shallan, qui est sans aucun doute le personnage pivot de ce roman.

Brandon Sanderson est un féministe, un vrai ! Au lieu d'attribuer des caractéristiques masculins à ses personnages féminins au nom de la parité, il leur offre une vraie place, un vrai rôle, tout en leur laissant leurs attributs féminins : une prouesse !!

Shallan est un personnage étonnant. Sa fragilité et sa force, la manière dont elle prend sa vie en main, nous laissant même parfois sur le bord du chemin, ébahis et estomaqués, nous emporte exactement là où l'auteur le souhaitait - ce que nous ne pouvions certainement pas deviner. Pour qui aime les surprises de qualité, c'est admirable et enthousiasmant.

Kaladin n'est pas en reste : l'auteur n'oublie pas ce qu'il a infligé à son personnage, la manière dont sa personnalité a été forgée par les épreuves, et n'offre aucun raccourci facile pour le faire progresser. Le résultat n'en est que plus exceptionnel.

Les personnages secondaires et périphériques sont tous admirables de justesse et de précision, touchants, vrais : les non-humains, Syl, Patern, les parshmen, les mystérieux, l'assassin en blanc, Wit, les insolites, les membres du Pont Quatre.

Les modifications profondes de ce monde ébranlé par la montée en puissance de forces ancestrales, l'apparition de pouvoirs étonnants ("magiques", pourrait-on dire, bien que ce terme ne soit jamais utilisé dans ce monde porté vers le modernisme par ses inventions utilisant l'énergie du stormlight) nous surprennent et nous émerveillent. Les coups de théâtres se succèdent, les relations entre les personnages évoluent d'une manière pas toujours attendue, le lecteur est subjugué.

Tant de pléthore et de richesse devraient nous embrouiller : pourtant le lecteur est transporté,enchanté, enthousiasmé, mais jamais perdu.
Une prouesse, vous dis-je !

Je finirai bien par une ode aux "méchants".
Dans ce genre d'histoire il faut un méchant, ou même plusieurs ; et si possible des méchants intelligents. Les cataclysmes, les forces de la nature, la Mort, tout ça c'est bien gentil, mais un méchant à détester et surtout à comprendre c'est quand même mieux.
Brandon Sanderson a un talent (oui, entre autres !) c'est de justifier ses méchants. Ceux-ci sont souvent "de l'autre côté". Leur méchanceté n'est que relative, leurs actions sont logiques, et l'égoïste et la cruauté gratuite ne sont jamais employés pour justifier leurs actes.
Il est troublant et passionnant de comprendre les motivations de chacun, et l'auteur en profite au passage pour nous faire réfléchir sur un thème pourtant souvent oublié dans ce genre de récit épique : est-il envisageable de faire le mal pour faire le bien ? Où le héros doit-il s'arrêter ? Qu'est-il prêt à perdre de son humanité ? Quand bascule-t-il ?
Car enfin, quand le livre se clôture, force nous est de constater que nos "gentils" offrent bien des similitudes avec leur ennemis...

La fantasy "classique" me parait souvent lourde, pompeuse, ampoulée, indigeste malgré ses qualités.
Le ton de ces deux milles premières pages de Stormlight Archive est serein, enthousiaste, délicat, d'une force remarquable, d'une justesse étonnante, jubilatoire enfin !
Parmi les romans du genre, cette série s'inscrit dans les meilleurs histoires que j'aie jamais lues.
Et parmi les romans en tout genre... aussi.

Un firmament d'étoiles pour cette merveille, et vivement le prochain !
99 commentaires| 17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 mai 2017
J'avais adoré le premier malgré le personnage de Shallan que je trouvais un peu fade. Là elle prend enfin de l'ampleur et vient rivaliser sans rougir avec Kalladin pour la place de "personnage principal qui tabasse des ours et qui envoie du gros" et son passé ainsi que les répercussions de son passé dans le présent sont habilement menés.

Joli travail Mr Sanderson. Can't wait for the final tome
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 mai 2017
Très solide, dans la lignée de sa fin réussie de la Roue du Temps.

Personnages assez fouillés sans tomber dans une complexité / cahot mal venus
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 mai 2014
Que dire ??? Words of Radiance est la suite de "The Way of Kings", un petit bijou de Brandon Sanderson, et ma seule crainte en l'ouvrant il y a quelques semaines quand je l'ai commencé était qu'il soit moins bien que le précédent, une somme de génie concentrée sur 1000 pages.
Comme le disent d'autres comm ici, ce second tome est non seulement aussi bien, mais peut-être même mieux encore que le précédent.
On retrouve Kaladin et son pouvoir naissant, Shallan, qui nous surprend encore - à la deuxième lecture du premier tome, on remarque qu'elle aussi a une inclinaison particulière pour les "10 battements de coeur", mais on ne comprend pourquoi qu'à la fin de ce tome
Comme souvent, Sanderson nous balade, nous promène, on sait bien que Kaladin va... et que Shallan va... et sans doute que Dalinar va... mais rien ne se passe comme prévu, comme l'aurait écrit un auteur moins talentueux, il tue des personnages importants, il malmène les méninges du lecteur en semant des perles de compréhension et de savoir tout au long du livre, mais ces perles, ces clés, restent totalement obscures la plupart du temps, et ne se trouvent explicitées - pour certaines - que lorsque le livre se termine...
Dans "The Way of Kings", l'intrigue se résolvait dans les 50 dernières pages. Ici, idem, les 100 dernières pages sont une torture pour le lecteur, un révélateur, une source d'étonnement, d'espoir(s) et de désespoir mêlés, d'allégresse et de frustration: il reste tant de questions sans réponses qu'il est très difficile d'accepter d'attendre encore deux ou trois ans la suite de ce merveilleux récit...
J'aimerais connaître les spens de Sanderson... ce génie n'est pas totalement humain... Radiant Writer, certainly...
33 commentaires| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Lorsqu'on attend le tome 2 d'un livre pendant plusieurs années, l'attente est forcément haute. J'avais relu the Way of Kings car quelques détails de cet énorme pavé avaient été oubliés entre-temps.

Ce tome 2 est tout aussi foisonnant et riche que le premier tome, le cadre de l'histoire est tellement nourri de détails et tellement original que je n'ai eu aucun mal à me replonger dans les aventures de Kaladin, Shallan, Dalinar et tous les autres.

Mais le tome 1 finissait en apothéose, avec des actes héroïques, de la reconnaissance et de l'espoir et le tome 2 commence dans ses 300 ou 400 premières pages à nous décrire un quotidien certes intéressant et amusant (surtout pour la partie avec Shallan) mais avec moins d'action, moins de surprises...
Un peu comme un conte qui nous ferait découvrir la suite après le Happy End "ils vécurent heureux à tout jamais" mais le lendemain Cendrillon/La Belle au Bois Dormant dut faire le ménage tandis que le Prince Charmant allait réparer le toit du château...

Dalinar est très présent mais Brandon Sanderson nous présente assez rarement son point de vue, ce qui nous le rend plus distant.
Kaladin quant à lui redevient un humain avec ses faiblesses (jalousie, parfois même un petit peu de mesquinerie, désir de vengeance) et ses doutes. Tant mieux car cela rend son personnage plus crédible, plus accessible et émouvant mais cela m'a finalement surprise.
Shallan est la révélation de ce livre: nous la découvrons réellement et son personnage reste teinté d'ambiguïté malgré son courage et sa vivacité d'esprit.

La guerre sur les Shattered Plains évolue, les guerres de pouvoir intestines aux Princes également.

Je ne peux décemment pas mettre moins de 5 étoiles à un livre pareil même si j'aurais apprécié un peu plus d'action dans la première partie du Livre.

Il y a tant de personnages secondaires qui peuvent devenir des personnages majeurs et dont on se demande comment ils peuvent évoluer (notamment les fils de Dalinar) que je rempile sans problème pour le 3e tome. J'ai pourtant peur qu'un nombre important de tomes finissent par me lasser car il est extrêmement difficile de maintenir une telle qualité sur plus de trois tomes...
55 commentaires| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Le premier tome de "The Way of Kings" m'avait impressionné, aussi bien par son ambition narrative que par le talent de Brandon Sanderson, qui s'aventurait sur un nouveau terrain plein de sang, de larmes et de sacrifices.

Ce deuxième tome revient (hélas pour moi) vers les fondamentaux de Brandon Sanderson. Il y a peu de scènes épiques, à peine quelques scènes de guerre, peu d'action (finalement pour 1080 pages, on a une histoire qui pourrait être résumée en 100 pages) mais de très nombreuses scènes "domestiques" (ici dans un camp de guerre), mettant en valeur les interactions entre les personnages. Hélas, pour un lecteur expérimenté, trop de choses se devinent immédiatement:
- comment va être l'esprit des relations entre le héros et Dallamar
- comment va se transformer la relation entre le héros et le fils ainé de Dallamar (vu maintes et maintes fois, même si sur le moment je suis incapable de citer un roman en particulier)
- comment va être la relation entre Shellan et le héros (leur rencontre, leurs répliques dès le début sont même un peu caricaturales de ce qu'on peut trouver dans un Harlequin Historique)
- le triangle amoureux qui se dessine (je mets quasi ma main à couper qu'un des personnages principaux mourra héroïquement pour que l'auteur résolve le triangle "honorablement")
- l'espion ...
- le jeune fils du roi qui défaillait parfois sur le champ guerrier
- le "retour d'entre les morts" à la fin du tome (il n'y a que le Maître George RR Martin pour oser détruire des personnages clés en plein milieu de l'action)

En outre on retrouve les caractéristiques des mondes de Brandon Sanderson: des gens très humbles qui soudains se retrouvent détenteurs de capacités de super héros (voler, etc.) classifiées comme des éléments chimiques, un système de caste, un monde qui menace de s'écrouler, une météo menaçante pour les humains, etc.

Heureusement, il n'y a pas que des déceptions. Moarsh, l'un des plus proches amis de Kalladin, le héros, est dépeint très subtilement, c'est certainement le personnage que je retiendrai de ce tome. Et le roman reste très divertissant... Dommage que cela manque de renouvellement. J'aurai préféré que BS arrêté d'écrire au kilomètre et propose quelque chose de nouveau. Mais cela me donne envie de relire Mistborn, clairement pour moi la meilleure série de Sanderson (le meilleur roman restant le premier tome de cette série).
77 commentaires| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 septembre 2014
Un conseil : ne commencez pas à le lire si vous avez des choses importantes à faire. C'est difficile de poser ce livre pour se concentrer sur une autre activité.

Evolution des personnages bien approfondis d'un point de vue psychologique, passés qui se dévoilent, surprises, rebondissements. Et toujours cet univers foisonnant de trouvailles imaginaires, entre autres les petits Spren (ils ne sont pas tous charmants).
Entre deux lectures on se prend à anticiper, à avoir peur pour nos héros, on imagine des complots, etc. L'écriture est intelligente et le suspense est bien entretenu.

Plus de 1000 pages qui se consomment rapidement sans risque d'indigestion.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 mars 2016
une grande qualité d écriture
des personnages nuancés

bref tout ce qui fait que dans ce genre B. Sanderson est un des meilleurs
j attends le 3ème volume avec impatience...

en 2017 ou 2018...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 juillet 2015
Les débuts d'une série épique, aux personnages profonds.
Le contexte est extrêmement fouillé, et on découvre les enjeux au fur et à mesure des chapitres.
Vraiment captivant
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,25 €
8,31 €
8,32 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici