undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,9 sur 5 étoiles
14
4,9 sur 5 étoiles
5 étoiles
13
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Relié|Modifier
Prix:9,95 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Le Domaine des Dieux : Le Domaine des Dieux est le dix-septième album des aventures d’Astérix. Publié en 1971, il nous propose une histoire dite « village » où Jules César va tenter une nouvelle approche pour se débarrasser des Gaulois qui résistent encore et toujours à l’envahisseur.
Jules César décide d'encercler le village gaulois en construisant un domaine résidentiel destiné à des propriétaires romains, et appelé le « domaine des dieux ». Cette construction a pour but de civiliser les irréductibles et de les affaiblir en les privant de leur principale ressource, la forêt, et de faire ainsi tomber le dernier bastion qui lui résiste et le nargue. Malgré les interventions des Gaulois qui perturbent les travaux, le premier bâtiment est finalement construit et les nouveaux propriétaires commencent à emménager. Comme cela avait été prévu par César et Anglaigus, son architecte, les nouveaux habitants romains prennent l'habitude de se rendre au village pour faire leurs emplettes, commençant ainsi à influencer ces derniers. Parmi eux, seuls Abraracourcix, Panoramix, Astérix et Obélix ont conscience du danger. Astérix et Obélix sont chargés de trouver une solution.
Jules César charge donc Anglaigus, architecte de son état, de construire un domaine résidentiel au cœur de la forêt bordant le village d’Astérix. Et dès les premières scènes, nous avons le droit à une dose d’humour qui donne le ton de l’album, avec le pauvre Idéfix qui frôle la syncope en voyant un arbre déraciné ! Les premières journées vont se résumer à Anglaigus et ses esclaves qui arrachent des arbres la nuit (pour ne pas tomber sur des Gaulois) et Astérix, Obélix et Panoramix qui refont pousser ces arbres avec des glands magiques. Mais voyant que leurs actes ont des répercussions sur la condition des esclaves, Astérix et ses compagnons laissent faire.
Et très vite, le premier immeuble sort de terre et les premiers Romains viennent y habiter. Le plan de Jules César se concrétise, les Romains vont faire leurs courses chez les Gaulois et très vite, l’argent va venir semer la zizanie dans le village, tous voulant s’improviser poissonnier ou antiquaire. A Astérix de trouver une solution pour empêcher à son village d’imploser et à la forêt de disparaître.
Tome très plaisant à lire et plein d’humour. Il est amusant de voir ces Romains venir mettre la pagaille chez les Gaulois et inversement, deux peuples qui découvrent des modes de vie complètement différents. Le tome met également en lumière les conditions de travail et ce que l’on pourrait apparenter à des réunions syndicales que ce soit pour les esclaves ou pour les légionnaires qui se plaignent de leurs conditions de travail. Grève, revendications et chef qui cèdent en se moquant de ses soldats. On peut voir aussi en ce Domaine des Dieux un petit clin d’œil à Parly 2 qui devait s’appeler au départ Paris 2.
Bref, un excellent tome, une histoire pleine de sous-entendus, riche en humour et en scènes causasses.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Cette 17 ème aventure de nos héros gaulois est très aboutie. L'histoire est très drôle,les dessins parfaits et on ne s'ennuie jamais d'un bout à l'autre de l'album contrairement à d'autres Astérix où il peut y avoir des temps morts. César pour faire plier les irréductibles gaulois décide de détruire la forêt qui entoure le village et d'y construire un complexe immobilier pour noyer les gaulois dans la modernité et les sociabiliser. Anglaigus l'architecte chargé des travaux en compagnie d 'esclaves et des légionnaires romains va suer bec et ongle pour faire prendre corps à ce projet. La condition des esclaves, les bases du syndicalisme, le marché immobilier et le comportement bourgeois de certains locataires du domaine des dieux sont autant de thèmes abordés dans cet album qui reste l'un de mes préférés. à lire sans retenue par Toutatis !
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
album de BD rigide grand format de 2000/1971; cette dix-septième aventure des célèbres héros de Goscinny et Uderzo fait partie des oeuvres de la maturité et, étant une des plus connues, et elle a marqué néanmoins nombre de lecteurs dans leur jeunesse; le dessin des différents personnages est parfait (contrairement au tous premiers épisodes où il se cherche encore); dans cet opus, ils profitent de cette histoire pour se moquer avec humour des promoteurs immobiliers et leurs plaquettes alléchantes en intégrant cela dans une fiction historique mettant en scène un César hilarant de suffisance; cet épisode particulièrement réussi dans le cadre d'une série d'aventures toutes plus drôles les unes que les autres qui ont fait leur succès international;l es dialogues et l'intrigue sont truculents (qui ne se souvient pas des romains désespếrés par la repousse incessante des chênes?); cette version classique cartonnée Hachette est parfaite pour renouveler sa collection qui, il faut bien l'avouer, a du mal à survivre, avec cicatrices et marques d'usure, aux années et multiples mains entre lesquelles elle est passée (et c'est bien normal après tout!)
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 novembre 2009
un de mes classiques préférés, relu et mis en charpie par mes enfants, donc racheté
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Pour une fois un romain a une idée intéressante ! Si les gaulois ne veulent s'intégrer à l'empire romain, il suffit d'intégrer l'empire romain à ce village de téméraires ! Il lance donc la construction d'un domaine de villégiature qui ne peut que attirer les romains. En suivent forcément des difficultés de construction mais aussi des scènes familières sur le tourisme ...
Un tome très réussi qui sera de plus le prochain à être adapté au cinéma.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 janvier 2010
Un album de la série "Astérix" exceptionnel : sombre et plein de critique sociale ! Indispensable pour tout amateur !
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Le Domaine Des dieux est un des meilleurs de la collection . Mes critères pour décerner cette palme , tient au fait que c'est un des volumes où l'histoire est vraiment riche car traitée de façons approfondies . Cette histoire se termine sans être bâclée où simplement sans être clôturée par une fin trop abrupte . Parce que aussi , les dessins nous interpellent souvent , car ils sont denses et recherchés , surtout ceux qui viennent densifier le contexte , le cadre , disons l'univers . Je pense par exemple , à la pub et au prospectus qui sont fait à Rome pour promouvoir ce programme immobilier , directement téléguidé par César en personne . C'est un exemple , entre autres exemples , de ces planches de qualité qui sont offertes à la sagacité du lecteur et qui sont riches d'humour et de détails .
Le village résiste , les camps romains poursuivent leur surveillance qui consiste principalement à essayer de ne pas avoir trop d'ennuis . Nos amis gaulois ont la belle vie . Ils sont en bord de mer , il y a de belles forets , des sangliers et des romains à qui distribuer des baffes . César en a assez , ce village qu'il connaît bien est une ombre qui ridiculise Rome et qui pourrait finir par nuire à sa carrière politique , lui qui affirme avoir conquis la Gaule .
L'idée est de cerner le village , en plaçant dans son voisinage immédiat , une vitrine attractive de la civilisation romaine . Qui doit permettre d'assimiler le village en diluant son identité par des contacts quotidiens , interactifs et constants avec le monde romain et sa civilisation , incarnée ici dans un lotissement romain et dans ses habitants .
C'est bien vu au fond , parce que ce n'est pas d'une autre façon que s'est réellement effectuée la romanisation du bassin méditerranéen occidental . Ce processus de latinisation s'est entre autre effectué par l'implantation de colonies romaines et urbaines de peuplement et par l'accession à la citoyenneté romaine des élites locales . de même qu'elle s'est faite par une politique systématique d'urbanisation de qualité , qui fut intensive et impulsée dans le même élan que l'établissement des colonies romaines ..
Sur cette strate historiquement pertinente , se dépose une strate thématique plus contemporaine , avec ce qui est finalement la mise en place d'un programme immobilier en bord de mer , qui vient sabrer la vie locale , l'identité locale et la pauvre nature locale (biotopes dénaturés ... ) .
Se greffe clairement à la trame narrative l'idée que les contacts commerciaux asymétriques , dénaturent l'identité et les traditions locales , en réduisant cette identité à un facteur commercial dénaturé et désincarné .
Le village se transforme rapidement en centre commercial , les prix montent et tout le monde dans le village , se retrouve dans l'industrie du folklore , l'offre abonde et César pourrait bien réussir ?
Pour construire le Domaine Des Dieux , il faut effacer la foret et pour construire , il faut des esclaves . Les pauvres esclaves n'en finissent pas , car mystérieusement , les arbres repoussent constamment . Il faudra finalement consentir à les payer , pour essarter la foret et pour construire le premier immeuble . Cette thématique de l'esclavage est ici désopilante et riche , car ces messieurs viennent de tout le monde romain et ils sont dotés de tempéraments très différents . Leurs revendications sont également désopilantes , et l'évolution de leur contrat de travail vaudra le détour .
Dans cet album comme d'habitude tout le monde en prend pour son grade , les syndicalistes , les politiques , nos farouches gaulois . Mais ce qui fait le succès de cet univers à mon humble avis , c'est que si on n'hésite pas à ruer frontalement dans les brancards , concernant certaines réalités ou certains comportement innommables ou contreproductifs . Il y a aussi et systématiquement une douce aménité , qui vient jeter du baume sur ce que les auteurs dénoncent régulièrement ou seulement plus ponctuellement . En effet , c'est ainsi que les romains ne viennent pas tous s'installer volontairement dans ce lotissement , certains y sont contrains . Les esclaves sont bien obligés de gagner leur vie et pour cela il faut du travail ....
Donc toujours cette relativisation des dynamiques , qui s'enracine dans la complexité pertinente et éternelle des choses , qui vient opportunément arrondir les angles , et finalement cette aménité constante dans le traitement des problématiques évoquées , fait que cette bande dessinée respecte profondément la nature humaine en la posant comme grise ( pas noire et pas immaculée ) . Les réalités et les responsabilités ne sont ne sont jamais simples. Elles sont souvent ambiguës . C'est vrai dans cette BD comme dans le monde réel que nous connaissons .
Bref , un épisode qui est dense , que ce soit le texte ou que ce soit les dessins et les belles couleurs , des couleurs souvent pastelles et vives
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 novembre 2013
Asterix n'est plus a présenter. Ce petit gaulois aura fait le bonheur des petit et des grands depuis près de 50 ans.
Retrouvez le dans "Le domaine des dieux", Histoire prochainement adapté au Cinéma par Alexandre Astier.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 août 2014
j'ai mis cette note car il s'agit de l'un des incontournable de la saga : Astérix et Obélix :du grand art, orchestré par le talentueux Goscinny , avec les dessins d'Uderzo!
Envoi rapide et soigné
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 juillet 2014
Très content de trouver des rééditions des aventures d'Astérix et Obélix et ce qui permet de reconstituer des années après , la collection au complet de ces petits Gaulois pour une BD la plus lue.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici