undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Acheter Fire Bijoux en or rose

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles
15
4,5 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 28 mars 2003
Je connais peu de livres à ce jour qui sachent manier l'aventure, l'humour et posséder en plus du talent ! Et quel talent ! Conan Doyle, le père de Sherlock Holmes, médecin et explorateur des années trente (il a vécu en Inde), un peu vernien, nous transporte réellement. On sent la présence de l'écrivain derrière ses personnages, on le sent transpirer derrière sa plume... et nous projeter en douceur, avec humour, dans la jungle équatoriale, au milieu des dinosaures ! Les quatre héros du roman sont de véritables personnages à eux tous seuls, avec leur défaut, leur travers. On peut véritablement parler ici de "portrait".
Quand au style, fluide, plein de talent, il nous fait oublier le canapé dans lequel on est enfourné : là on se trouve dans la Londres de fin du XIXème siècle, avec les scientifiques et leurs grosses barbes, leurs discours enflammés, là, c'est la brousse, avec ses entremêlements végétaux, ses animaux et ses créatures qui attaquent... Et pourtant, dans cette ambiance terrible, demeure le flegme de Sherlock Holmes, bien anglais, l'homme qui ne s'inquiète pas, qui constate et qui garde son sang-froid. Ca n'est pas un livre, mais un gâteau, certes épicé, mais aussi sucré, qui passe tranquillement, même trop vite.
0Commentaire| 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 février 2003
Sir Artur Conan Doyle nous emmène dans un monde très différent que celui des savoureux Sherlock Holmes … et il y montre tout autant de talent. On aimerait qu’il vive ce monde perdu qu’il nous décrit, bien avant les Jurassic Parc, et d’une manière très convaincante. Pour tous les fans de romans préhistoriques et aussi pour tous ceux de Conan Doyle, dont ils reconnaîtront le style alerte et la maîtrise du suspens
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 octobre 2007
Sir Arthur Conan Doyle n'est pas uniquement le "père" de Sherlock Holmes. IL s'est adonné à la science fiction et si l'on sait que ce livre fut écrit au début du XX ème siècle, on voit que depuis, on n'a fait que ressasser les mêmes aventures. Donc, honneur au précurseur ! Le monde perdu n'apprendra pas grand chose à ceux qui ont vu et revu des films avec des hommes-singes et des dinosaures. Mais ce livre relate une véritable aventure et de suite, on est happé par cette épopée où l'équipage mené par le professeur Challenger rivalisera d'ingéniosité et de bravoure. Les personnages ont des caractères bien trempés et n'hésitent pas à montrer des égos démesurés. Mais Conan Doyle nous narre tout cela dans une langue simple et maniant l'humour. Ce livre se lit tellement vite et on en redemande que ce serait dommage de s'en priver !
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Un vrai panier de crabe où macèrent des égos surdimensionnés, voilà le monde scientifique du début du vingtième siècle vu par Conan Doyle. Pas sûr que les choses aient bien changé si ce n’est qu’elles ont migré vers d’autres formes selon la très contesté mais pourtant non contestable théorie de l’évolution. En tous cas pour une fois notre Conan Doyle se délecte d’un sarcasme en circuit fermé. Entendez par là, qui ne prend pas un étranger quelconque comme tête de turc. L’étranger en l’occurrence -par esprit de pratique dont la proximité serait une cause valable- est généralement le français.

Il faut dire que dans ces récits d’explorations lointaines le nègre ou l’indien sert de défouloir de substitution prompt à faire oublier ces commodes voisins. Mais passons ! et venons-en au fond. Si l’époque laisse apparaître ses déplorables mondanités en revanche on peut être étonné de la qualité de la documentation dont s’est servi l’auteur. Il faut dire qu’en la personne de son ami Percy Fawcett il puisait doublement à la source. D’abord parce qu’il y avait chez ce Fawcett les traits de caractères que l’on retrouve chez le Challenger du roman. Arrogance, vanité, intolérance, racisme mais aussi une résistance physique à toute épreuve qu’il avait eu l’occasion de mettre à l’épreuve au cours des diverses missions qu’il avait entreprises en haute-Amazonie pour le compte de la commission des frontières.

En dépit de cette source de première main on reste encore plus étonné quand Doyle fait référence à Curupiri. Il s’agit là d’un personnage des légendes autochtones, ( vrai nom Curupira) une sorte de lutin protecteur des animaux de la forêt qui punit les chasseurs prélevant plus qu’il est nécessaire. Voilà en tous cas un savoir qui ne devait pas être courant à l’époque de Doyle et qui démontre la qualité de son travail préparatoire. Seul petit bémol, mais c’est histoire de pinailler, il semble douteux que les explorateurs aient dormi dans leurs couverture en forêt amazonienne. C’est pratiquement impossible en raison de l’humidité putride et des insectes et autres bestioles venimeuses.

Voilà en tous cas un roman qui n’a pas véritablement vieilli. Pour en profiter pleinement je conseille de lire au préalable. Le continent perdu : Dans l'enfer vert amazonien 1906-1925 et/ou La cité perdue de Z : Une expédition légendaire au coeur de l'Amazonie. Pour mémoire Fawcett disparut en 1925 lors de son expédition à la recherche de la cité « Z » et il est à noter que tout comme le héros de Doyle il avait indiqué de fausses coordonnés géographiques pour éviter d’être devancé par un concurrent. Au final plus un bon roman mais aussi un excellent documentaire.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 octobre 2015
"Le Monde Perdu" n'est pas qu'un simple récit d'aventure ou de dinosaures à l'ancienne; c'est la vision acerbe d'Arthur Conan Doyle des mœurs de l'empire britannique des années 1910, entre colonialisme, xénophobie, conformisme scientifique et grandeur déchue. Le papa de "Sherlock Holmes" déplore l'immobilisme et le prosaïsme de cette société à l'aube de la Première Guerre Mondiale qui croit tout connaître du monde parce que les « grands espaces blancs sur la cartes ont été remplis » et que « le romanesque ne se trouve plus que dans les livres ». Les grands aventuriers comme Sir Richard Burton, Henry Stanley et David Livingstone sont morts, et avec eux le rêve de découvrir des mondes nouveaux..."Le Monde Perdu" est un roman qui fait partie des classiques, des indétrônables, et qui, même plus d'un siècle après sa publication et les avancées considérables de la science et de la paléontologie, reste encore très accessible au lecteur d'aujourd'hui...pour peu que ce dernier rêve d'aventures.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 mai 2015
Pour moi un classique au même titre que les roman de Jules Verne.

j'ai relu ce livre cette après midi vraiment top lu d'un trait car passionnant.

je le recommande surtout au jeune lecteur car il est très facile a lire.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Le jeune journaliste Ed Malone est amoureux de la jolie Gladys qui n’éprouve rien pour lui. Elle lui annonce qu’elle se réserve pour un homme courageux, intrépide, héroïque, capable de réaliser des exploits surprenants. Pour époustoufler sa belle, Malone décide de se lancer dans une enquête particulièrement risquée. McArdle, le rédacteur en chef de la Daily Gazette, lui propose de l’envoyer démasquer le professeur Challenger qui, au retour d’une expédition en Amérique du Sud, a osé déclarer avoir découvert une région où vivraient encore toutes sortes d’animaux préhistoriques.
« Le monde perdu » est un roman d’aventures fantastiques de très belle facture. Conan Doyle a su créer tout un univers préservé par la nature suite à divers mouvements telluriques avec dinosaures, ptérodactyles, iguanodons, tyrannosaures et autres hommes-singes. Le lecteur se retrouve donc dans une sorte de « Jurassic Park » bien avant l’heure, vu que cet opus parut en 1912. Les personnages sont tous attachants et bien campés. On s’amuse des disputes entre les deux savants, de la naïveté du jeune journaliste ou du snobisme de l’aristocrate de service. Tout est raconté tambour battant dans un style impeccable et truffé de péripéties relançant sans cesse l'intérêt. Quel plaisir de lire un ouvrage qui n’a pas pris la moindre ride et n’a rien à envier à ceux de nos auteurs actuels.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 janvier 2016
Tres bon livre bonne histoire qui accroche tout de suite on est rapidement dans l ambiance d aventure fait partit de la categorie des livres a lire poir la culture generale
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 août 2015
un grand classique... que j'ai attendu 37 ans pour lire.
Je le garde de côté précieusement de côté pour ma fille qui j'espère saura l'apprécié le moment venu.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 août 2015
Un excellent ouvrage d'aventure, écrit simplement. Un suspense qui nous tient en haleine tout du long. Des personnages délicieux. Vous allez vous régaler !!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,80 €
7,40 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)