undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles
22
4,5 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:7,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

"L'Affaire Jésus" (dont le titre est une citation de Charles Péguy dans "Clio") est un livre (publié en 1982) intimiste touchant à la pensée de Jésus-Christ, à la foi de l'auteur, à l’Église et aux grandes références intellectuelles d'Henri Guillemin (1903-1992). "Intimiste" parce qu'il fut écrit, à 79 ans, "L'Affaire Jésus" est le témoignage du parcours de sa vie et de sa foi (en particulier dans la troisième partie de l'ouvrage où l'auteur témoigne d'un moment important de sa vie en 1955 vis-à-vis de sa femme et de son fils.)

Ce livre est construit en trois grandes parties :

-la première s'intitule "Le Nazaréen" qui se veut une histoire de la pensée du Christ, des Évangiles et de leurs messages à travers la vie de Jésus replacée dans son contexte historique : "Ieschoua" c'est-à-dire Jésus. Cette partie est à la fois historique et se veut métaphysique via la lecture du message des Évangiles (c'est passionnant et pédagogique).

-La deuxième partie se nomme "Les obstacles" : c'est-à-dire l'opposition que fait H. Guillemin entre le message du Christ (Évangiles) et son opposition à la domination par le pouvoir de l’Église terrestre. A vrai dire, je trouve que cette partie est la plus banale de l'ouvrage (et même un peu injuste envers l’Église puisque Guillemin se veut chrétien et anticlérical en même temps.)

-Enfin, la troisième partie la plus autobiographique -que nous citions au début de ce commentaire- intitulée : "Et moi, je vous dis...". Dans cette dernière partie, H. Guillemin nous expose son extase métaphysique et éthique à travers de régulière citations de ses modèles que sont Jean-Jacques Rousseau, Victor Hugo, Léon Tolstoï, Alphonse de Lamartine, Jean Jaurès et bien sur Jésus-Christ.
55 commentaires| 20 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 juin 2012
Il est impératif que je précise avant toute chose que si je ne suis pas objectif (qui l'a jamais été), je le suis encore moins concernant Henri Guillemin, parce que j'admire ce que j'ai pu découvrir de lui. Il m'a pas mal aidé (à des années de distance) à mettre dans l'ordre un certain malaise moderne et je lui consacrerai à ce sujet une série d'articles.
Cette précision faite, voici ce que je peux dire de ce bouquin. L'affaire Jésus est un recueil de trois choses mêlées :
Un aperçu du point de vue historique de l'existence de Ieschoua telle qu'elle a été débattue depuis l'antiquité jusqu'à nos jours
Un arsenal de précisions concernant les obstacles à la compréhension du discours christique dans le monde moderne
Une synthèse argumentée de ce qui fait le cœur du christianisme selon l'auteur

Guillemin ramasse large pour accomplir en 47 pages un panorama sur la vie terrestre du Christ. Il convoque les évangiles synoptiques assortis de celui de Jean, mais aussi plusieurs apocryphes (notamment celui de Thomas) en précisant toujours l'état des connaissances sur leur datation. On y découvre un récit à peu près conforme à ce que la culture populaire en retient aujourd'hui, du moins de ce que j'en ai pu recevoir, à quelques détails près (notamment sur les passages de doute, le rapport aux femmes et son rapport à sa mère Marie plutôt surprenants pour ma part). Evidemment on connait la fin du film, Jésus est fait condamner par les Romains sous la direction du Sanhédrin (sorte de CRIF de l'époque) à la crucifixion. On trouvera un récit détaillé des quelques aller-retour du dossier sous l'administration romaine (assez comique depuis notre époque bureaucratique en diable).
0Commentaire| 29 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Recueil de réflexions amassées depuis un demi-siècle, de citations pertinentes glanées chez de grands auteurs, dialogue mi-apologétique, mi-réquisitoire... Difficile de dire ce qu'est vraiment cet essai. Brillant, lumineux même. Les questions abordées, nombreuses, ne sauraient être résumées. Qu'implique être chrétien ? Quel fut le message de Jésus, le Nazaréen ? Quelle fortune connut-il ? Quelles leçons en tirer ?
Mais ce n'est pas de morale dont il est question. C'est simplement un témoignage, le témoignage d'un chrétien qui se situe dans une Eglise dont il connaît le passé, la tradition discutables. Et qui prône une approche plus sincère.
Mais restons-en là. Cet ouvrage mérite sa lecture. De témoignage, il devient miroir...
0Commentaire| 39 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
L’affaire Jésus/Henri Guillemin
Dans ce petit ouvrage très bien documenté, l’iconoclaste Henri Guillemin évoque une épineuse question, celle de l’historicité de Jésus.
Les Évangiles restent la principale source concernant l’existence de Jésus.
Les Évangiles de Luc, Marc et Matthieu constituent le groupe des évangiles synoptiques, c’est à dire qu’ils jettent à peu près le même regard sur la vie du Christ.
Avec l’Évangile de Jean, ces trois textes constituent le groupe des évangiles canoniques, c’est à dire reconnus par la communauté chrétienne.
Il existe d’autres évangiles appelés apocryphes qui tout en relatant des choses très intéressantes ne sont pas reconnus par l’autorité chrétienne.
Les auteurs assignés sont-ils les vrais auteurs ? Rien n’est moins sûr.
Marc, compagnon de Pierre a repris des écrits anonymes dans les années 70 à 85.
Luc, médecin de Paul, fit de même.
Quant à l’Évangile de Jean, il s’agit à n’en pas douter d’une œuvre collective rédigée par les disciples de Jean dans les années 100.
Parmi les évangiles apocryphes, celui selon Thomas est riche de révélations sur les propos tenus par Jésus.
Origène au IIIé siècle et Eusèbe au IV é citent des paroles de Jésus qui ne figurent pas dans les canoniques.
En définitive, les synoptiques sont la reprise et l’aboutissement de maints essais antérieurs à des fins particulières.
« Les évangiles sont des entreprises non d’histoire, mais de prédication : leur intention est doctrinale…Notre investigation est une enquête qui s’efforce d’aller des légendes à l’histoire…Trouver la vérité historique dans l’aventure du Nazaréen, sous l’entassement des adjonctions. »
L’examen attentif des évangiles montre que les convergences l’emportent et de beaucoup sur les divergences. D’où leur valeur historique certaine.
La question de la supposée virginité de Marie est abordée aussi. Paul, dans ses lettres, antérieures aux évangiles canoniques, dit bien que le Sauveur est né d’une femme (guné) et n’on d’une vierge (parthenos). Le thème de la conception virginale est un ajout de Matthieu et Luc et sera érigé en dogme au Vé siècle.
Les évangiles sont unanimes pour montrer que Jésus fut un personnage charismatique, rayonnant, s’exprimant par parabole et hyperbole, ayant un goût prononcé pour le paradoxe. Un personnage tumultueux aussi, une sorte d’agitateur, ce qui lui valut son arrestation et sa condamnation.
L’auteur dans une seconde partie aborde le passif du christianisme : l’Inquisition, les carnages d’Indiens, les bûchers de Juifs, les papes chefs d’état. Le christianisme a un lourd passé.
Il explique comment le christianisme est devenu religion d’état, avec d’abord le rôle de l’empereur Constantin qui convoqua le concile de Nicée en 325. Chef d’état avisé et pragmatique voyant l’augmentation de l’audience des sectateurs de Krestos autorisa cette nouvelle religion tout en attendant lui-même d’être sur son lit de mort en 337 pour recevoir le baptême.
C’est Théodose en 379 au concile de Constantinople qui décida de faire du christianisme officiellement la religion d’état.
Dans une troisième partie, Henri Guillemin développe le thème concernant les paroles véritablement prononcées par Jésus.
Il s’interroge aussi sur sa propre foi et sa réflexion sur son catholicisme et le catholicisme d’aujourd’hui conduit à se poser la question : que reste-t-il de nos jours de l’enseignement véritable du Christ ?
Un livre passionnant tout empreint de spiritualité.
0Commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 novembre 2012
Henri Guillemin est un humaniste passionnant, que sa rigueur morale et son exigence intellectuelle ont amené à écrire des ouvrages historiques stimulants, décapants, ; on le voit ici faire un effort presque unique en son genre pour concilier esprit critique et foi, humanisme contemporain et religion. Et toujours dans une langue directe et un style d'une salutaire franchise.
0Commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 avril 2012
Un excellent livre sans prétention où Henri Guillemin exprime sa foi mais aussi fait preuve dès le début d'un esprit critique qui manque tellement à la France d'aujourd'hui. Déclarer pour commencer qu'André Malraux n'est pas à prendre au sérieux, ça fait du bien à lire. Il est très salutaire de dégonfler les baudruches.
0Commentaire| 21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 janvier 2015
Clair, concis, précis, ponctué de références riches et pertinentes sans se transformer en catalogue de citations, ce petit livre présente les grands points de la pensée de Guillemin qui mêle habilement réflexions personnelles et esprit critique. Bref, comme d'habitude avec H.G, on prend énormément de plaisir à se laisser raconter l'Histoire.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 janvier 2016
"Petit" livre (en taille), qui se lit d'une traite, aisément, très agréablement. D'abord une brève "vie" historique, avec ses éléments connus, leurs sources, des interprétations convaincantes. Une approche "à jour" des récentes études. Une sorte de "que sais-je" très passionnant, très vivant, très Guillemin.
Puis, une profession de foi, simple, émouvante, parfois (rarement) un peu trop militante (à mon gout) non pas du fait de la croyance elle-même (qu'un agnostique peut entendre voire partager ...), mais du désir de "prouver" (la nécessaire existence de Dieu).
En résumé, un livre doublement intéressant et attachant : sur Jésus et sur l'auteur, Henri Guillemin, l'historien, l'homme, le conteur engagé. Qui peut éclairer tout "honnête homme".
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Un livre qui tente, sans prétention, de rendre c'est qu'était vraiment le christ et surtout ce qu'il disait.
Guillemein, Chrétien de Gauche anti-clérical , nous démontre toute sa culture, sa finesse d'esprit et son humanisme sans faille.
Une bouffée d'oxygène dans ce monde sombrant de plus en plus dans le mépris de l'autre, ou chacun, flatté par la société libéral libertaire, à tendance à devenir de petit narcisse.
0Commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Le livre d'Henri Guillemin propose en une centaine de pages une étude érudite, claire et concise de l'histoire du personnage et des témoignages des textes mais aussi son témoignage des évolutions de l'église et le souffle de sa foi.

Henri Guillemin cherche à cerner les actes et la parole de Jésus Christ en la débarrassant des "obstacles" qui les rendent inaudibles ou contradictoires.
Un très louable et honnête effort qui intéressera tous les lecteurs, croyants ou non.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)