Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici WBD Cloud Drive Photos cliquez_ici. nav_CD Cliquez ici Acheter Fire En savoir plus cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles
12
4,5 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:6,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Une phrase clef pour comprendre ce sublime récit de la rencontre avortée de deux êtres complexes:..."la discrète mécanique qui met en branle tous les vrais drames de nos vies..."(page 83 de l'édition Points).
Admirons également l'intéressante description de l'état d'esprit de cette époque de révolte secrète contre l'ère Brejnev: une peinture de moeurs édifiante à quinze ans de la chute de l'empire soviétique.
Ce roman d'une grande qualité de style est aussi un poème , dans la lignée du "Testament Français", qui ravit la sensibilité de ceux qui aime le beau, en dépit d'un cadre que l'auteur s'évertue à rendre sinistre mais qui au final se révèle d'une sinistre beauté.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 janvier 2015
C'est le 2e roman d'Andrei Makine que je lis, après "L'histoire d'un homme inconnu".

Et je commence à trouver des thèmes récurrents: une sorte de tristesse passive, et des regards essentiellement tournés vers le passé, avec un regret plus ou moins mélancolique et assez passif. On aime ou on n'aime pas ce genre d'état d'esprit. Personnellement je ne suis pas un grand fan, surtout si cela devient une sorte d'automatisme.

A la différence de "L'histoire d'un homme inconnu", ce roman-ci évite largement le récit de faits passés, au temps de l'URSS, je dis bien "largement" car il ne peut tout de même pas s'empêcher d'évoquer un peu le temps de l'URSS, et d'évoquer encore une fois le siège de Leningrad. A quoi bon? C'est un peu comme si un écrivain français nous parlait à chaque roman du régime de Vichy. Bôf.

Et sinon? Sinon, eh bien c'est assez romantique, voire très romantique. C'est poétique. Et c'est plutôt bien écrit, oh certes loin de la grande langue littéraire la plus poétique, mais ça se tient bien.

Au final, 3 sur 5. En attendant le jour où, peut-être, je pourrai lire un autre roman de Makine, qui aura l'imagination de ne pas resservir encore une fois l'ex-URSS et le siège de Léningrad, et qui ne sera pas encore une fois basé sur des regrets et l'impossibilité de revenir en en arrière?
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 mai 2013
un très beau livre,merveilleusement bien écrit et rempli de poésie.Le style littéraire est soutenu et l'histoire est très belle.On s'attache à la délicatesse de cette femme,à sa patience,à sa générosité et son amour incommensurable.Les derniers passages nous berçent,c'est un fin comme on aimerait la vivre.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 juillet 2011
Roman énigmatique; plein de belles descriptions d'une paysage glaciale du nord de la Russie. La femme du titre; dont le fiancé a disparu à la fin de la deuxième guerre mondiale, n'agit jamais comme attend le narrateur.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 février 2017
Ce livre est une véritable ode au romantisme à la russe ! Une ambiance magnifique, toute en délicatesse et en poésie. Une belle écriture sur fond de régime soviétique en pleine décrépitude, et du mythe du retour du soldat.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 juillet 2010
La Russie soviétique sait aussi être poétique, forte, et tellement humaine sous la plume magnifique du plus grand écrivain français actuel (à mon humble avis)
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 août 2012
Le style, l'histoire, tout dans ce livre est excellent. Meme si ce n'est peut-etre pas le meilleur livre de Makin (question de gout), quel plaisir de lire un vrai roman litteraire (pas un roman de gare...) qui soit accessible (et comment !) au grand public
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 mai 2014
Une écriture fine et stylée, sont depuis toujours, la marque de Makine ; une histoire d'amour ouatée par la neige et des sentiments si purs et si bien décrits , oui quelle merveille, ce fut une réelle bouffée d'air et de poésie dans un monde qui en est parfois dépourvu, bref, cette femme qui attend, telle une image poétique, toute empreinte de délicatesse m'a ravie.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 juin 2007
Titre : La femme qui attendait

Auteur : Andreï Makine

Editions du Seuil (2004)

Collection Points

ISBN 2020787466

214 pages

Sur le bord de la mer Blanche, à Mirnoïé, un village fantôme sibérien où ne vivent que des enfants, des femmes et des vieillards, perdu entre un lac et une forêt, sous le brouillard et la neige, une femme, Véra, attend, depuis trente ans, le retour de l'homme qu'elle aime, parti au front dans les derniers jours de la deuxième guerre mondiale.

Le narrateur, journaliste écrivain chasseur collecteur de traditions folkloriques en voie de disparition, désabusé du régime soviétique et fatigué de jouer, dans le cercle d'artistes qu'il fréquente, « l'occidental de paille », arrive, avec l'idée d'y passer quelques jours, dans ce lieu désolé, isolé, et, comme pris par les glaces, y séjourne, plus longtemps qu'il ne l'avait prévu, fasciné par l'étrangeté de l'endroit « gelé » dans l'espace et le temps, et par la beauté et le mystère de cette femme hors du commun dont, par déformation professionnelle, il cherche à connaître l'histoire et à mettre à nu la psychologie.

L'homme se fait voyeur, épie la femme, et, vite, convoite son corps, la considère, en tant que mâle, comme une proie à saisir, en tant que romancier, comme un personnage dont il faut changer le destin, et veut remplacer l'amant attendu fidèlement depuis trente ans.

Il croit être arrivé à ses fins lorsque Véra devient sa maîtresse, en savoure secrètement la fierté du conquérant et s'en emplit du sentiment orgueilleux de la toute-puissance de l'écrivain et, le charme se rompant une fois que l'objet du désir est atteint, décide qu'il ne peut rester plus longtemps dans ce bout du monde, et qu'il a mieux à faire ailleurs, et qu'il est temps d'écrire le mot « fin ».

Il quitte Véra lâchement.

Mais il part, avec la gênante impression, soudaine, que la réalité de l'histoire est autre. Et le lecteur se demande avec lui, quand finit le roman, s'il ne faut pas inverser les rôles : n'est-ce pas Véra qui attendait le prétendu prédateur, tapie dans son bled reculé ?

N'est-ce pas la femme qui est l'affût de l'homme qui passe, et qui le renvoie une fois son désir assouvi ?

L'ambiguïté est confirmée, a posteriori, par le titre, et par la découverte que fait le narrateur du véritable niveau intellectuel de Véra, bien supérieur au sien...

Un roman qui se boit comme du petit lait...

Patryck Froissart, St Benoît, le 1er juin 2007
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 mai 2013
Très bien écrit, très sobre, ce roman qui nous plonge dans une Russie profonde, que l'on croirait millénaire bien que quasi contemporaine. Belle mise en scène de personnages pour certains figés, pour d'autres lâches, pour d'autres encore pleines d'espoir, et cette attente....qui mène où ?
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici