undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles
49
4,5 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:3,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 7 novembre 2013
Pour ceux qui veulent le texte en une fois, passez votre chemin.
Toutes les 3 ou 4 pages il y a des coupures avec des éléments de réflexion sur ce qui vient d'être lu....
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Claude Gueux, ouvrier parisien de trente-six ans, est condamné à cinq ans de prison pour avoir volé, un "crime" qu'il a commis pour mettre sa maîtresse et sa fille à l'abri du froid et de la faim... un geste d'amour trop sévèrement puni.
A la prison de Clairvaux, son attitude et sa personnalité forcent le respect et l'admiration de tous les détenus : "En moins de trois mois, Claude est devenu l'âme, la loi et l'ordre de l'atelier"...

Chef de file du mouvement romantique, fondateur du Cénacle, maître de l'oxymore, Hugo explore tous les genres : poésie, roman, théâtre... C'est Hugo homme et écrivain engagé que nous retrouvons ici.
Au début du récit, Hugo relate les faits sans prendre parti, il rend compte d'une situation de façon objective : Claude Gueux s'est rendu coupable d'un vol, il est emprisonné, il subit la méchanceté gratuite du directeur de prison, il est déterminé à accomplir un acte criminel réfléchi et prémédité car il le trouve juste. Il est appelé à comparaître devant une cour d'assises (que Hugo compare à un hippodrome) et en véritable orateur, il explique son choix et reprend ses compagnons lorsque l'un d'eux, appelé à témoigner, tente de minimiser les faits.

Après avoir exposé les faits tels qu'ils se sont déroulés, Hugo prend le lecteur à témoin et tente de le faire réfléchir sur cet acte criminel que le prisonnier vient de commettre : "Qui est réellement coupable ? Est-ce lui, est-ce nous" ?
L'auteur se livre à un véritable plaidoyer contre la peine de mort, réclame la suppression des bourreaux, la création de davantage d'écoles pour les enfants, des ateliers pour les hommes. Pour lui, c'est évident, ce sont la souffrance et la misère mais aussi l'intolérance et la haine qui conduisent un homme à devenir un criminel.

"Claude Gueux" est suivi de "La chute" extrait des "Misérables" et qui relate l'histoire de Jean Valjean errant désespérément, essayant de trouver un gîte où se nourrir et se reposer. Toutes les portes se referment sur son passage, seul l'évêque accepte d'accueillir ce galérien qui a passé dix-neuf ans au bagne, dix-neuf ans sans s'être couché dans un lit.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 février 2004
Ce chef-d'oeuvre,qui fut à la source un article de journal,(Claude Gueux étant une histoire vraie),retrace la triste aventure de Claude Gueux,dont les dernieres minutes furent passées a l'échafaud.Malgré sa petitesse,entre chronique sociale et témoignage,Claude Gueux nous donne énormément à réfléchir et rebondit sur moultes autres débats.Claude Gueux est,par excellence,un exemple parmi d'autres d'une victime de la société,qui ne sait répondre à ces problèmes que par la répression,comme nous l'explique eminemment Victor Hugo tout au long de ce plaidoyer contre la peine de mort.A lire ou à redécouvrir.
0Commentaire| 22 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 avril 2016
Pour un peu de pain dans le ventre de son enfant et de sa maîtresse et un peu de feu dans l'âtre de son foyer, Claude Gueux a volé. Sans pitié pour cet homme jusque là honnête sorti du droit chemin par la misère, la justice l'envoie à la prison de Clairvaux pour cinq ans. L'homme, doux et placide, ne se plaint pas de son sort même si la faim le tenaille à tous les instants. Respecté par ses compagnons d'infortune, il s'attire la jalousie du directeur de l'atelier pénitentiaire, Monsieur D. Abusant de son pouvoir, celui-ci le sépare de son jeune ami Albin qui partageait son pain avec lui. Claude a beau demander des explications, supplier pour qu'on lui rende son ami, l'intransigeant Monsieur D. ne cède pas. Alors le prisonnier docile se transforme en juge inflexible et condamne son tortionnaire à mort. Passé le délai raisonnable qu'il lui avait accordé pour revenir sur son injuste décision, il tue Monsieur D. d'un coup de hache. Il était voleur, il est devenu assassin et sera condamné à mort par une justice horrifiée par son geste et aveugle aux circonstances qui l'ont conduit à cette extrémité.

Partant d'un fait divers réel, Victor Hugo dresse le portrait d'une société répressive qui à la misère du peuple oppose le couperet de la guillotine. Plaidoyer contre la peine de mort, son Claude Gueux vibre de la certitude qu'une autre voie est possible. Et ce qui frappe à la lecture de ce texte court mais éloquent, c'est la modernité du propos. HUGO dénonce la justice du XIXè siècle mais chacun de ses mots pourrait être prononcé aujourd'hui sans paraître anachronique. Certes la peine de mort n'a plus cours mais tout le reste est encore d'actualité : le peuple a toujours faim et froid, les conditions d'incarcération ne se sont guère améliorées, certains profitent du petit pouvoir qu'on leur a accordé pour en abuser au détriment du plus faible et les députés continuent à s'inquiéter de sujets frivoles pour éviter les changements de fond nécessaires.
Un texte brillant qui donne à réfléchir sur notre XXIè siècle si brillant qu'il n'a toujours pas régler ses problèmes d'injustice, d'égalité sociale, de prévention de la délinquance, etc. A lire!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 novembre 2014
Original, le point de vue de Victor HUGO dans cette histoire est plein de générosité. C'est voir l'homme et ses coutumes telles qu'elles sont, avec leurs intérêts bassement économiques sous-jacents, et à la fois cela s'ouvre sur des perspectives de tolérance et la capacité à pardonner et laisser chacun des acteurs vivre la vie qu'il a finalement choisie. Un livre court, mais de qualité que chacun devrait prendre le temps de lire.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 juin 2015
Très bon livre, un classique de la littérature française à ne négliger sous aucun prétexte. Surtout pour ce prix :)
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
De la même manière que le dernier jour du condamné, ce livre qui laisse l'empreinte de Hugo contre la peine de mort l'un de ses combats est si puissant qu'il ne peut que nous laisser un enseignement.
Toute la force du livre est dû à l'engagement de l'auteur qui nous fait traverser des moments poignants.Mais il faut retenir la beauté du texte de ce courageux plaidoyer qui met le lecteur face à la réflexion. Une œuvre belle, déchirante et émouvante.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 septembre 2008
Ce livre traite tout au long de la peine de mort de façon remarquable.
Le procès et tout le procésus de la peine de mort est décrit dans ce livre et de façon simple et on ressent bien le vécu de l'auteur dans ces propos. Alors le livre remet au gout du jour faut-il ou ne faut-il pas la peine de mort ??? Le débat est réouvert avec ce livre ...
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 juin 2009
Après avoir lu Le dernier jour d'un condamné du même auteur, j'avais envie de revenir sur les thèmes de prédilection de Victor Hugo et lire ce bref roman qui aborde la peine de mort et le système pénal désuet du XIX ème siècle.
Magnifique plaidoyer pour une société plus juste, tirée d'une histoire vraie, cette brève œuvre est un régal, de la première à la dernière ligne. Le lecteur suit avec beaucoup d'intérêt des courts moments de la vie de Claude Gueux et s'attache profondément à lui grâce au talent incroyable d'Hugo ! A travers ce personnage éponyme, il critique avec virulence la société de son temps qui ne que savait que "soigner" (et encore...) et ne traitait pas l'origine de la maladie ! (si je peux me permettre de reprendre cette métaphore filée qu'utilise Hugo dans ce roman).
Le dernier jour d'un condamné et Claude Gueux devraient être lus par toutes les personnes encore favorables, de nos jours, à la peine de mort. Ils verraient que ce système n'a véritablement aucun effet dissuasif ! (il suffit de comparer les statistiques à propos des récidives entre les États-Unis et la Norvège par exemple !)
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 avril 2015
Rien a redire sur la qualité de l'ouvrage dans un premier temps.
L'autobiographie rajouté ainsi que les repère chronologique et l'annexe sont très intéressant et permettent de bien comprendre l'oeuvre .
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus