undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

3,3 sur 5 étoiles
9
3,3 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:6,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Certes les romans suivants de J. Coe sont plus aboutis, mais celui-ci concentre les grands thèmes et amorce le ton des autres, qui suivront. En quelques rapides heures de lecture nous assistons au désastre de la vie de l'héroine. Le regard impitoyable de Jonathan Coe sur la nature humaine est terrible, son analyse des relations humaines quelles qu'elles soient n'est pas franchement optimiste, loin de là. Et il y a dèjà ce recul, cette prise de distance qui caractérise le regard de l'auteur. Tout Coe est dèjà là, à l'état embryonnaire, et même si celà n'atteint pas le niveau des romans suivants, celà est déjà suffisamment fort pour qu'on lise ce roman d'une traite, ou presque.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Premier roman de Jonathan Coe et une vraie réussite, dans une veine mélancolique qu'il a approfondie par la suite avec plus de brio. Un des talents de l'auteur de Birmingham est de savoir créer des types littéraires ; or, notre Maria mérite de figurer haut dans son panthéon, certes pas au niveau de Benjamin Trotter, mais pas très loin.
Inoubliable figure que cette femme sans passion et sans affect, aux rares centres d'intérêt (les chats, les livres, son chez soi), tellement détachée du monde et des autres que j'ai cru déceler chez elle une forme d'autisme léger. Elle traverse le monde et les étapes de la vie (l'école, le travail, le mariage, l'enfantement) avec une telle indifférence qu'elle en devient troublante - et offre à nos propres vies un miroir déconcertant.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 mars 2007
Je me suis précipité sur le premier roman de Johnatan Coe que je considère comme un des plus grands romanciers contemporains et je suis resté un peu sur ma faim.

Certes, on retrouve son invraisemblable talent pour décrire la cruauté de la vie, la vanité des conventions sociales, à travers le récit de la vie de Maria objet plus que sujet de son existence, indifférente et quasi insensible aux institutions prédestinant au bonheur (école, mariage, famille, travail) mais il y manque l'humour noir qui fait sa patte et les interventions trop fréquentes du narrateur qui prend à partie le lecteur pour originales qu'elles sont au début deviennent à la longue très lourdingues.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
« La femme de hasard » de Jonathan Coe est comme la fille cachée de « l'Etranger » d'Albert Camus. Maria traverse sa propre vie avec indifférence et froideur. Elle passe par toutes les étapes de ce qui est sensé être le schéma du bonheur dans notre société : réussite scolaire, emploi, mariage et enfant. Pourtant ses relations avec les autres dégénèrent inlassablement. Comme si la vie se vengeait de son manque d'implication. Par opposition à cette étrange et sinistre héroïne, le narrateur est par contre très interventionniste et plein d'humour. Il installe une communication avec le lecteur tout au long de ce roman atypique et bien écrit.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 mars 2014
J'avais beaucoup aimé" La pluie avant qu'elle tombe"; là, j'ai été déçue par le style volontairement détaché, sarcastique à raconter une histoire banale, celle de Mme tout le monde, oubliée à mesure qu'elle se lit.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS REDACTEURS D'AVISle 18 novembre 2015
Ceci est le premier roman de Jonathan Coe. C’est comme si souvent chez lui l’histoire d’une vie ratée, des désillusions redondantes de Maria, une femme indifférente voire dépressive et assez peu douée pour le bonheur. On reconnait d’emblée son style particulier, ses constructions des personnages, son ironie et sa démystification des formes établies de sociabilité. Mais tout est encore un peu amateur, un peu maladroit, il y va avec le dos de la cuiller, sans encore cette subtilité et cette finesse qui caractérisent ses romans ultérieurs. A conseiller surtout aux inconditionnels de Jonathan Coe et ceux qui veulent avoir la collection complète.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 janvier 2008
Pas abouti ? Ce n'est sans doute pas qu'une histoire pour passer un du bon temps sur la plage.
Commentaires du narrateur lourdingues ? C'est une des choses que j'ai trouvé sympathique, ça m'a fait penserà Diderot.
C'est le premier roman que je lis de Coe... J'y retourne.

Guillaume
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 octobre 2013
livre dans un état correct comme signalé Livre arrivé dans les temps J'ai choisi ce livre de Jonathan Coe qui doit être son premier d'ailleurs car j'ai apprécié ce romancier anglais
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 mai 2012
J'en ai commencé deux de cet auteur: le 1 er La maison du sommeil je n'ai pas pu le finir. C'est le 1 er livre de ma vie que je ne fini pas.Et j'en ai lu !!!.
Le 2 eme Testament à l'Anglaise idem que le 1 er.
Enfin le troisième: La femme de hasard celui la je l'ai fini, il était court, sinon je crois que j'aurais fait comme les autres .
Un ennuis , cette fille qui vie une vie ou il ne ce passe rien , elle est molle. Vie une enfance qu'elle n'aime pas avec des parents qu'elle n'aime pas , un frère qu'elle n'aime pas ,un mari qu'elle n'aime pas des enfants qu'elle n'aime pas ,un livre plat on se demande pourquoi quelqu'un écrit ça.
Vous vous demandé pourquoi j'en avais trois et bien on me les avaient prêté.
Je n'aime vraiment pas cet auteur.
11 commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici