undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

3,8 sur 5 étoiles
27
3,8 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 28 avril 2008
Digne suite du magnifique "Haka", "Utu" est une nouvelle réussite de Caryl Ferey qui prolonge son portrait d' une Nouvelle-Zélande socialement écorchée, à l' image d' ailleurs de ses personnages, et surtout du superbe anti-héros Paul Osborne, qui prend ici la place de Fitzgerald.
Loin des polars formatés et fabriqués à la chaîne qui peuplent les rayons de librairie, "Utu" est un thriller noir, violent, engagé et jusqu' au-boutiste. Le style percutant et sans concession de Ferey risque de déplaire aux âmes trop sensibles, et pourtant quelle puissance, quelle force! Il appuie là où ça fait mal, se moque des bienséances et du coup livre une oeuvre unique et poignante, qui vous remue les tripes, et continue de hanter le lecteur bien après le déroulement final.
L' enquête est captivante, sur un rythme soutenu et dénonce la corruption qui gangrène le pays.
Un cocktail explosif, d' une noirceur vertigineuse à ne pas manquer!
N.B: Le nouveau thriller de Caryl Ferey, "Zulu", qui vient de paraître, est tout aussi excellent, mais se déroule cette fois en Afrique du Sud.
0Commentaire| 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 mai 2012
le match Fitzgerald/Haka, Osborne/Utu se solde par un nul entre les 2 clones imaginés , avec brio, par C. Ferey;
les 2 histoires sont strictement identiques, les 2 héros sont entrés dans la police pour la meme raison, très personnelle, agissent en francs-tireurs incontrolables, avec une violence rare, parce qu'ils sont tiraillés entre leur origine maorie et tout le folklore qui s'y rattache (sans méjuger les légitimes revendications de cette population écrasée, comme d'autres, par la colonisation) et leur appartenance à un pays au modèle occidental bien-pensant et moralisateur néanmoins gangrené par l'hypocrisie et l'appat du gain effréné de la classe dirigeante.
moi qui croyais que la Nouvelle-Zèlande était un petit pays vertueux au modèle de développement harmonieux, composé essentiellement d'éleveurs de mouton buvant de la bière en parlant rugby!
au fond Férey est au Utu maori ce que Mérimée est à la vendetta corse, et le style de ces 2 auteurs ainsi que les moeurs qu'ils décrivent sont bien de leur époque.
il est recommandé de lire Haka avant Utu si l'on veut bien comprendre l'ensemble de l'histoire, et notamment les circonstances et les raisons de la mort de Fitzgerald.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Un lieutenant de police tourmenté, paumé, drogué, à la poursuite d'un mirage féminin est forcément plus intéressant qu'un policier propre sur lui .... sauf qu'il y a des limites à l'invraisemblance, à la violence gratuite, à l'embrouillamini d'une intrigue à laquelle on finit par ne plus s'intéresser. La construction du récit fait que l'on élucide des bribres de l'histoire avant d'autres et que notre intérêt pour la suite se dissout dans l'énorme quantité de sang versé. Les scènes gore se succèdent mais, parce qu'elles ne sont pas indispensables, elles finissent par lasser : Paul Osborne découpe les jambes du tueur à la tronçonneuse, soit, mais est-il utile de décrire la giclée de sang associée au passage de l'artère fémorale. Après, on comprend que le personnage ne soit pas bien mais on ne sait plus s'il est assomé de coups, de drogue, de manque de sommeil, de violence, de frustration .... et le pire, c'est qu'on s'en moque un peu.
Je ne lis pas les romans de Férey dans le bon ordre manifestement car j'ai adoré Zulu mais Utu ne m'a pas convaincu. Disons qu'entre temps, l'auteur a du murir son art de faire vivre les personnages, de mener les intrigues et de gérer le taux d'hémoglobine. Je crois que je vais attendre le prochain et ne pas remonter le temps.
11 commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Suite de Haka, Ferey nous dresse les portraits de nouveaux personnages avec toujours le même talent, pour nous emmener dans le prolongement de l'intrigue du titre précédent, mais de façon plus aboutie. C'est violent, sexe, prenant, dévorant, bref du bon !
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 mai 2013
Pas mal mais pas de grande originalite apres haka. La fin est baclee, voire incomprehensible.la fin de haka etait deja , a mon gout, malfoutue. Celle ci est en queue de poisson. Preferez Zulu,sans hesitation
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Second volet de la saga Maorie, après Haka, ce roman en est le prolongement, même si les deux bouquins peuvent se lire indépendamment (mais se serait du gâchis, parole d'admirateur).
Nouveau personnage principal, nouveau flic écorché vif, drogué, violent, monstrueux parfois, désenchanté, désincarné, mais touchant aussi.
Quatre ans se sont passés entre l'écriture des deux histoires, est on sent l'évolution du style. Moins lyrique que dans Haka, mais plus fluide.
L'histoire en elle même propose son lot d'horreurs, de violences, de déchéance à en remuer les tripes des lecteurs les plus blasés.
Férey est cependant un peu moins jusqu'au boutiste que lors du premier opus (mais juste un peu alors, hein).
Le roman, quant à lui est moins linéaire que Haka, mais toujours aussi prenant. Une vraie sombre histoire de vengeance (traduction du mot maori Utu) qui ne laisse pas indifférent et qui nous happe pour ne plus nous lâcher.
A noter que Férey détaille bien plus la culture maorie dans ce second volet, rajoutant un intérêt supplémentaire à l'histoire.
Estomaquant.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 mars 2012
D'un coté il y a une trame qui met un peu de temps à démarrer. De l'autre il y a un flic complétement déjanté (alcoolique violent et drogué). On finit par se laisser prendre par l'histoire pour en connaitre l'aboutissement. Malheureusement après avoir fermé le livre il reste des questions sans réponse (au fait pourquoi le copain flic s'est il suicidé???? ce qui est supposé être le fond du livre). J'ai trouvé que l'histoire personnelle du héros déjanté était trop longue, invraisemblable et peu intéressante. Les passages de violence ou de sexe sont plutot inutiles.
J'ai préféré, et de loin, Zulu. Ne commencez donc pas par utu vous n'auriez pas envie de lire Zulu.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 janvier 2011
Je viens de lire à la suite Aka et Utu. Les intrigues sont assez bien ficelées et sont prenantes. Cependant beaucoup de scènes qui se répètent presque au mot près d'un livre à l'autre, des scènes de violences gratuites qui n'apportent rien, un super anti-héro qui dépasse les bornes du vraisemblable à tout bout de champs. Les même thèmes de l'amour perdu et impossible, les drogues.
Dommage.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 août 2014
Ce mec m'a redonné le goût de lire, Aka, Utu, Zulu, Mapuche, j'ai dévoré ses polars à m'en endormir dessus épuisé.
Trouver de bons polars avec une bonne intrigue bien ficelée, ce n'est pas si difficile. Ce qui caractérise ce diable de Férey c'est la qualité de sa plume. il a le talent de décrire des scène d'une très grande violence avec des tournures géniales un vrai régal. Ses personnages sont attachants mais gare à ne pas trop s'attacher car il n'a pas de scrupules à les faire périr dans des circonstances atroces. La cerise sur le gâteau c'est qu'en lisant ces œuvres vous voyagez. Il m'a fait découvrir tour à tour l'Afrique du sud, la Nouvelle Zélande et l'Argentine dont je ne connaissais presque rien et ce, de bien belle manière. Bref, vibrer, se cultiver et boire ses mots avec délectation, voilà ce qui vous attend si vous ouvrez un de ses livres. Seul bémol : A QUAND LE PROCHAIN ??????
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Le roman démarre avec une scène forte et inattendue : la déchéance spectaculaire de Paul Osborne qui sera pourtant le héros du roman. Le ton est donné.

Osborne est un ex-flic Néo-Zélandais, en exil en Australie. Son passé et sa dernière enquête, le hantent et il est en train de se détruire à coup de drogues et d'alcool.

Pourtant, le suicide -auquel il ne croit pas- de son ami, Fitzgerald, chef de la police d'Auckland l'incite à reprendre une enquête qui va le conduire à renouer les fils de son passé.

C'est donc dans le milieu Maori qu'il connaît bien, qu'Osborne va affronter ses démons et tenter d'échapper au UTU, le culte maori de la vengeance.

Avec Caryl ferey, nous ne sommes pas là pour rigoler. De toute façon, quand Maori, on voit rouge, non ?

Le climat et la nature sont oppressants, la violence est partout. Celle des personnages bien sûr, mais aussi celle d'une époque où avec l'achèvement des temps de la repentance envers les indigènes, commence l'ère du business.

Osborne est ainsi ballotté tout au long du roman, sans cesse rejeté, aussi bien par son 1er amour que par son père, à mi-chemin entre 2 civilisations qui s'affrontent.

Mon avis ?
Mitigé. Si Utu a préparé Zulu, ce sera retenu à sa décharge car je trouve que Ferey s'en sort moins bien chez les Maoris qu'au pays Zulu.

La faute en revient sans doute à son principal protagoniste, Paul Osborne, auquel j'ai eu du mal à m'attacher. J'ai également été déçu de trouver, à côté de séances magnifiques dans leur poétique brutalité, des scènes un peu limites de sexe et de violence, pas très bien écrites de surcroit et une intrigue assez complexe, pour ne pas dire brouillonne.

Recommandable, donc, mais avec réserves.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,70 €
11,00 €
8,70 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici