undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles
10
4,3 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:6,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Oui, les indignés existaient déjà au dix-neuvième siècle, Jules Vallès en était ! Dans ce second volume de sa "Trilogie" ("L'enfant", "Le bachelier", "L'insurgé") il nous conte les déboires de sa jeunesse parisienne. Fraîchement débarqué de sa province natale au lendemain de la révolution de 1848, Jacques Vingtras (le prête-nom de l'auteur), républicain farouchement jusqu'au-boutiste, va connaître la faim, le froid, le manque de travail malgré des efforts incessants pour trouver un emploi correspondant à sa condition de bachelier. Peu désireux de compromettre ses idées révolutionnaires, il va devoir se contenter de la maigre pension allouée par ses parents. Trois ans plus tard, la venue du Second-Empire, avec sa police secrète et ses délateurs appointés, ne va rien arranger, et notre héros va manger de la vache enragée... jusqu'à l'os ! Au-delà de l'histoire de ce jeune intellectuel, qui préfère vivre misérablement pour rester sincère avec lui-même, un cas toujours actuel, l'écriture de Jules Vallès mérite que l'on voie dans ce roman autre chose qu'un manifeste appelant à l'insurrection. Par son langage proche du français parlé de l'époque, ses phrases courtes truffées d'onomatopées, de points d'exclamation et autres artifices narratifs destinés à "mettre du sentiment" dans la phrase, le rédacteur du célèbre "Cri du peuple" maintient constant l'intérêt du lecteur, avec lequel il semble (ou plutôt voudrait) dialoguer. Le jaillissement de l'écriture rappelle étrangement les réussites littéraires d'un Louis-Ferdinand Céline (celui du "Voyage au bout de la nuit" et de "Mort à crédit") ou, plus proche encore, d'un Philippe Djian. Moderne, Jules Vallès ? Oui, très certainement, et toujours d'actualité en ces temps propices à l'indignation...
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Oui, les indignés existaient déjà au dix-neuvième siècle, Jules Vallès en était ! Dans ce second volume de sa "Trilogie" ("L'enfant", "Le bachelier", "L'insurgé") il nous conte les déboires de sa jeunesse parisienne. Fraîchement débarqué de sa province natale au lendemain de la révolution de 1848, Jacques Vingtras (le prête-nom de l'auteur), républicain farouchement jusqu'au-boutiste, va connaître la faim, le froid, le manque de travail malgré des efforts incessants pour trouver un emploi correspondant à sa condition de bachelier. Peu désireux de compromettre ses idées révolutionnaires, il va devoir se contenter de la maigre pension allouée par ses parents. Trois ans plus tard, la venue du Second-Empire, avec sa police secrète et ses délateurs appointés, ne va rien arranger, et notre héros va manger de la vache enragée... jusqu'à l'os ! Au-delà de l'histoire de ce jeune intellectuel, qui préfère vivre misérablement pour rester sincère avec lui-même, un cas toujours actuel, l'écriture de Jules Vallès mérite que l'on voie dans ce roman autre chose qu'un manifeste appelant à l'insurrection. Par son langage proche du français parlé de l'époque, ses phrases courtes truffées d'onomatopées, de points d'exclamation et autres artifices narratifs destinés à "mettre du sentiment" dans la phrase, le rédacteur du célèbre "Cri du peuple" maintient constant l'intérêt du lecteur, avec lequel il semble (ou plutôt voudrait) dialoguer. Le jaillissement de l'écriture rappelle étrangement les réussites littéraires d'un Louis-Ferdinand Céline (celui du "Voyage au bout de la nuit" et de "Mort à crédit") ou, plus proche encore, d'un Philippe Djian. Moderne, Jules Vallès ? Oui, très certainement, et toujours d'actualité en ces temps propices à l'indignation...
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Oui, les indignés existaient déjà au dix-neuvième siècle, Jules Vallès en était ! Dans ce second volume de sa "Trilogie" ("L'enfant", "Le bachelier", "L'insurgé") il nous conte les déboires de sa jeunesse parisienne. Fraîchement débarqué de sa province natale au lendemain de la révolution de 1848, Jacques Vingtras (le prête-nom de l'auteur), républicain farouchement jusqu'auboutiste, va connaître la faim, le froid, le manque de travail malgré des efforts incessants pour trouver un emploi correspondant à sa condition de bachelier. Peu désireux de compromettre ses idées révolutionnaires, il va devoir se contenter de la maigre pension allouée par ses parents. Trois ans plus tard, la venue du Second-Empire, avec sa police secrète et ses délateurs appointés, ne va rien arranger, et notre héros va manger de la vache enragée... jusqu'à l'os ! Au-delà de l'histoire de ce jeune intellectuel, qui préfère vivre misérablement pour rester sincère avec lui-même, un cas toujours actuel, l'écriture de Jules Vallès mérite que l'on voie dans ce roman autre chose qu'un manifeste appelant à l'insurrection. Par son langage proche du français parlé de l'époque, ses phrases courtes truffées d'onomatopées, de points d'exclamation et autres artifices narratifs destinés à "mettre du sentiment" dans la phrase, le rédacteur du célèbre "Cri du peuple" maintient constant l'intérêt du lecteur, avec lequel il semble (ou plutôt voudrait) dialoguer. Le jaillissement de l'écriture rappelle étrangement les réussites littéraires d'un Louis-Ferdinand Céline (celui du "Voyage au bout de la nuit et de "Mort à crédit") ou, plus proche encore, d'un Philippe Djian. Moderne, Jules Vallès? Oui, très certainement, et toujours d'actualité en ces temps propices à l'indignation...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Enfin bachelier, Jacques Vingtras peut échapper à la tutelle familiale et quitter Nantes pour Paris où il retrouve d'anciens compagnons de collège. C'est là qu'il cherche désespérément des places de répétiteur ou de pion , mais les places sérieuses sont rares et nous le suivons dans ses boires et ses déboires parfois racontés avec un humour très savoureux.
On sent déjà le révolté en devenir dans ce Paris du 19ème siècle placé sous le joug du second empire.

Quelle plume alerte et quel bel humour chez Vallès même lorsqu'il parle de misère. J'avais beaucoup aimé 'L'Enfant, mais j'ai savouré Le Bachelier jusqu'à la dernière page.

Un bon classique qu'il fait bon visiter ou revisiter !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Jules Vallès (1832-1885) est journaliste et écrivain. Journaliste engagé il créé le Cri du Peuple et sera membre de la Commune. Ecrivain, toutes ses expériences se retrouvent dans sa trilogie romanesque et autobiographique, L'Enfant ' Le Bachelier ' L'Insurgé. Ce roman, Le bachelier, second volet de la trilogie, paraît d'abord en feuilleton sous le titre Mémoires d'un révolté dans le journal socialiste Révolution française en 1879 et en livre sous son titre définitif en 1881.

Le narrateur Jacques Vingtras, baccalauréat en poche quitte Nantes et son collège pour monter à Paris. Il n'a pas d'argent mais il se sent libre, plein de haine pour la bourgeoisie et de fortes convictions républicaines. Après une enfance difficile et des rapports conflictuels extrêmes avec son père, il a pris l'enseignement en grippe lui reprochant d'avoir asservi son géniteur. Désormais il n'a qu'une envie, devenir ouvrier. « Qui peut le plus, peut le moins » assure un dicton mais pour Jacques ce n'est pas vrai, les éventuels employeurs se méfient d'un jeune homme trop vieux (à dix-sept ans !) et trop cultivé qui veut être ouvrier « Par ce temps de révolution, nous n'aimons pas les déclassés qui sautent du collège dans l'atelier. Ils gâtent les autres. Puis cela indique un caractère mal fait, ou qu'on a déjà commis des fautes. »
Dès lors, il doit se résoudre pour survivre à dénicher de petits boulots qui payent à peine le quignon de pain et la chambre mansardée dans un immeuble insalubre. Vie de bohême étudiante au début, d'amis avec lesquels on refait le monde lors de longues discussions politiques dans l'attente du Grand Soir et de la révolution tant espérée. Après le coup d'état de Louis Napoléon Bonaparte alors que Jacques et ses amis n'ont pas réussi à entraîner les ouvriers dans un mouvement de défense de la démocratie, il retourne un temps revivre chez ses parents à Nantes.
Quand il revient à Paris, beaucoup de choses ont changé, les amis sont moins engagés dans la lutte politique, sa fiancée en aime un autre, lui-même change « Puis j'ai lu des livres, j'ai réfléchi, et je ne crois plus aussi fort que jadis à l'efficacité du régicide », pourtant avec quelques comparses il va tenter d'organiser un attentat contre Napoléon III qui échouera. Arrêté, libéré, il vivote dans la presse et l'édition car ses articles sont trop polémiques pour ses employeurs.
De leur côté, ses parents se séparent en raison d'infidélités du père. Sa mère qu'il va revoir, espère le marier avec une jeune fille mais il préfère retourner à Paris pour éviter de s'engager dans une vie bourgeoise. Finalement, dans le dernier chapitre « il se rend », acceptant un job de pion dans l'enseignement lui qui « voulait brûler les collèges », écartelé entre ses convictions et la nécessité de travailler.

Idéaliste révolutionnaire « J'aime ceux qui souffrent, cela est le fond de ma nature, je le sens », Jacques Vingtras décide de sacrifier l'avenir bourgeois qui est censé être le sien, pour se lancer dans une vie ouvrière où il pense trouver des compagnons de rage pour la révolution qu'il espère. En confrontant ses idéaux à la réalité il découvre des facettes de sa personnalité qu'il ignorait « C'est terrible, ces goûts d'aristocrate avec mes idées de plébéien ! ». Finalement il doit abdiquer temporairement ' du moins dans ce deuxième volet de la trilogie ' acceptant un job honnis « Je vais mentir à tous mes serments d'insoumis ! N'importe ! Il me faut l'outil qui fait le pain' ». La rage est rentrée mais non éteinte. A suivre.

Un livre qui sait être dur quand il évoque la misère, exaltant quand il ranime nos espoirs de jeunesse en un monde meilleur sous les traits de Jacques, mais Jules Vallès sait aussi nous faire sourire grâce à l'humour ou l'ironie de certaines situations. Ecrit dans un style haché, fragments de textes, notes comme dans un journal intime, décompte exact du budget serré du héros où chaque dépense ou rentrée fait l'objet d'une ligne, etc. un texte moderne qui déjà a mis pied dans le XXème siècle.

« Avez-vous donc besoin d'être ouvrier pour courir vous faire tuer à une barricade, si la vie vous pèse !' Allons ! prenez votre parti de la redingote pauvre, et faites ce que l'on fait, quand on a eu les bras passés par force dans les manches de cet habit-là. Vous pourrez tomber de fatigue et de misère comme les pions ou les professeurs dont vous parlez ! Si vous tombez, bonsoir ! Si vous résistez, vous resterez debout au milieu des redingotes comme un défenseur de la blouse. Jeune homme, il y a là une place à prendre ! Ne soyez pas trop sage pour votre âge ! Ne pensez pas seulement à vous, à vos cent sous par jour, à votre pain cuit, qui roulerait tous les samedis dans votre poche d'ouvrier' C'est un peu d'égoïsme cela, camarade !' On ne doit pas songer tant à son estomac quand on a ce que vous semblez avoir dans le cœur ! »
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 novembre 2013
C'et avec plaisir que je me suis replongée dans ce livre.
D'une part car i y a très longtemps que je l'avais lue.
Je le trouve toujours d'actualité.
Je le conseillerais a tous les jeunes lecteurs.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 juin 2014
Super. Toujours actuel. Les chefs d'oeuvre ne prennent pas une ride et quel plaisir de les lire oo relire. Idem pour les autres bouqins de Vallès.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 février 2007
Suite de *l'enfant* (et suivi par *l'insurgé*) dans la trilogie autobiographique de Vallès.

Cette fois, on assiste aux débuts malheureux de l'auteur dans la vie parisienne. Son bac en poche, comment vivre ? (on est au 19e siècle). Au contraire de *l'enfant*, livre ancré dans l'histoire (personnages, faits historiques) donc moins littéraire et beaucoup moins facile à lire et à appréhender.

Il faut saluer l'appareil critique résumant les faits historiques et donnant la biographie des différents personnages réels apparaissant. (Enfin, je ne comprends guère plus, mais je me sens moins bête.) Le livre contient également plusieurs variantes du texte.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 juin 2016
Un grand classique de la littérature que j'ai dévoré avec joie ! Une lecture qui fut un pur plaisir et restera un excellent souvenir !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 mai 2014
livre arrivé en parfait étét. Livraison rapide; Pour qui aime Jules Vallès ,c'est un vrai cadeau à se faire. Je ne vois pas ce que je pourrais rajouter de plus à ce commentaire
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

4,10 €
5,90 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici