undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles
139
4,2 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:5,90 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 18 août 2016
Albert Camus est toujour le plus Grand!
Plain de suspense!
Un livre à ne pas oublier!
Parmi les meilleurs livres dans la litterature Mondial!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 août 2016
Ce livre ma vraiment plus, l'histoire est vraiment originale. Le livre étais en très bonne état. Je vous conseille tous de le lire!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 août 2016
Je ne me suis jamais lassé et pourtant je l'ai lu plusieurs fois. Un chef d'oeuvre intemporel. Une histoire en deux parties qui pourtant ne font qu'une. Un style inimitable et l'utilisation du passé composé pour ancré le récit (au lieu de l'imparfait) relève du génie.
Le livre à avoir lu avant de mourrir, et à emmener sur une ile déserte.
Un livre qui vous marque, dont vous vous souviendrez toute votre vie.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 juillet 2016
"Aujourd'hui, maman est morte".
Le fait que je connaisse la première phrase de ce roman a donné à mon fils (en classe de 1ère) l'envie de le lire et en plus, il a aimé!!!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 juillet 2016
L’Étranger est le premier roman d’Albert Camus (1913-1960), paru en 1942 alors qu'il avait 29 ans . " Il prend place dans la tétralogie que Camus nommera « cycle de l’absurde » qui décrit les fondements de la philosophie camusienne : l’absurde. Cette tétralogie comprend également l’essai intitulé Le Mythe de Sisyphe ainsi que les pièces de théâtre Caligula et Le Malentendu " (Wikipédia). Premier roman et aussi surement roman le plus connu. L'histoire - sauf erreur de ma part - se déroule en Algérie et commence par la décès de la mère personnage principal avec "Aujourd’hui, maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas.". S'en suit alors un enterrement qui n'a pas l'air de marquer le personnage outre mesure - c'est le moins que l'on puisse dire. Puis vient la rencontre avec Marie, la description et les aventures des voisins de pallier.

Ce qui marque profondément le livre c'est la "passivité" (et peut être que passivité n'est pas le mot exact) du personnage principal qui se plie aux exigences de la vie sans broncher, sans vraiment de rébellion intérieur... Très intéressant chez Camus - en tout cas dans ce livre - ce sont les pensées qui accompagnent les actions de notre personnage principal appelé Mersault; c'est simple mais efficace. Tout le long du roman est, et il faut le souligner, marqué par l'étouffante chaleur qui reviendra constamment dans à peu près tous les "passages majeurs" du livre. Le basculement de l'histoire tient à la rencontre entre Mersault et un de ses voisin : Raymond Sintes - qui lui demande d'écrire une lettre contre l'une de ses maîtresse du moment. Raymond se dit magasinier (si mes souvenir sont bons) : il ne l'est pas. Il est proxénète. A la suite de la lettre - que Raymond trouve fort bien réussie - dispute et bagarre avec sa maîtresse et intervention de la police qui sera sans suite. Plus tard, le problème viendra du frère de la maîtresse qui veut venger sa sœur.

Sautons quelques passages. L'histoire est séparée en deux parties égales. La première partie se termine sur un drame. L'altercation entre le frère de la maîtresse - appelé " l'Arabe " - débouche sur le meurtre de celui ci par Mersault dans des conditions, il faut le dire, assez "absurdes" - notre personnage principal justifiera d'ailleurs - durant son procès - son geste par " à cause du soleil " ce qui amusera quelque peu son auditoire. Ainsi finit la première partie " Et c’était comme quatre coups brefs que je frappais sur la porte du malheur."

La deuxième partie et l'arrestation, le procès et le jugement du meurtre commis. Revenons sur la rencontre de Mersault avec Marie- une jeune femme très amoureuse lui. L'amour n'est pas vraiment réciproque mais notre personnage principal ne voit pas non plus beaucoup d'inconvenants à se marier avec quelqu'un qu'il aime à moitié (voilà encore qui en dit long sur Mersault). En attendant le procès, c'est la prison qui attends le personnage...

Venons en maintenant au procès et cette partie est plutôt réussie. Je ne peux m’empêcher de citer un des passage qui m'a le plus marqué dans ce livre "Tout se déroulait sans mon intervention". Durant le procès, Mersault ne se défend presque pas et pratiquement à chaque fois pour une raison différente : un coup la fatigue, un coup la chaleur, un coup l'avocat qui lui conseille vivement de se taire si il ne veut pas aggraver son cas. On est sans cesse tenté par la compassion - et parfois on succombe à cette tentation - pour un criminel qui semble d'avantage jugé pour son indifférence envers sa mère que pour le crime qu'il a commis.Visiblement, les circonstances aggravantes n'ont pas tenu le choc - et il est vrai que la fin du procès laissait présagé cela - Mersault est condamné à mort.

La chute n'est pas vraiment surprenante (et peut être un peu précipitée) c'est l'une des rare chose que l'on pourrait reprocher à ce roman ( un autre reproche - mais c'est vraiment une vision personnelle - c'est que je trouve que le titre du livre n'est pas vraiment évocateur du contenu, pas vraiment pertinent). La fin du livre est marquée par le total refus du personnage principal de recourir à la foi pour pallier à l’inévitable. Jusqu'au bout, Mersault refusera l'aumônier (et ses subterfuges mystiques - voir psychologiques - pour essayer d’amener un désespéré a Dieu - en vain).

Durant ce livre j'ai eu parfois cette impression que finalement tout suivait son cours, on se laisse facilement emporté.

Je trouve donc le livre dans l'ensemble très réussi puisqu'il donne beaucoup à réfléchir (n'oublions pas qu' Albert Camus est aussi un philosophe). Le personnage de Mersault est si singulier... jolie trouvaille !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 juillet 2016
Trés bon livre, reçu assez vite, je devais le lire pour l’école, et je suis tombée sur un extrait a l'oral de bac, vraiment pas déçue de l'histoire
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 juin 2016
Meursault, personnage principal et narrateur dit dans la première phrase du livre : « Aujourd'hui, maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas. »
Le roman est de 1942 mais on est déjà dans le courant existentialiste qui se développera dans l'après-guerre. Meursault est un homme pour qui l'existence n'a pas de sens. Mais ce n'est pas un roman philosophique. Il faut le lire d'une traite et se laisser aller.
Cette œuvre est classée à la 1re place du classement français établi en 1999 des 100 meilleurs livres du XXe siècle.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 juin 2016
livre est intéressent. même s'il y a pdf à télécharger gratuitement, je préfère livre broché et camus est un écrivain énorme
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 avril 2016
C'est un grand classique lu par tous les collégiens car il est au programme.
La version poche est très pratique.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 avril 2016
Très bon livre, je recommande à tous ceux qui comme moi n'avaient pas encore lu ce grand classique de Camus !!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

5,90 €
6,30 €
5,90 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici