undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
2
4,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
1
2 étoiles
0
1 étoile
0
Prix:6,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Le récit commence à Kobé au Japon (Acte I) où deux lieutenants français dont Kessel et son comparse Bob vont s'embarquer sur un cargo "La rose de Java" (Acte II) qui les conduira à Shanghaï (Acte III), ils sont jeunes (Joseph à 21 ans et Bob 25) aventuriers sans craintes ni peurs, ils font partie des victorieux de la première guerre mondiale -donc tout leur est permis-, ils ne pensent qu'à s'amuser et prendre du bon temps, ils se partagent tout dont les femmes ("N'avions-nous pas, Bob et moi, pour certitude que toute femme ne demandait qu'à être forcée ?" p63) égoïstes et se croyant irrésistibles... bref Joseph croise une très belle métisse à Kobé, fier et en brin sadique -du moins c'est ce qu'il pense- Et surtout elle semble l'ignorer (l'injure suprême !) ... ils se retrouveront sur le cargo hollandais d'une saleté incomparable avec un étrange anglais décatis et le non moins étrange capitaine et son lieutenant... trois jours de traversée qui est en fait la plus grande partie du roman où se jouera un huit-clos savoureux entre ses personnages dont la mystérieuse métisse est la clé... puis un final à Shanghaï ("Shanghaï en 1919 n'avait pas atteint sans doute les proportions gigantesques, la prodigieuse exubérance urbaine et humaine que cette ville a connues plus tard. Les années d'entre les deux guerres n'avaient pas déversé sur elle des foules par millions, des capitaux par milliards. Les quartiers des blancs n'étaient pas encore devenus des cités américaines hérissées de gratte-ciel. La métropole jaune n'avait pas encore un caractère d'océan soulevé par les ras de marée des combats et des révolutions. Ce n'était que l'éclosion d'une ère délirante. (...)" p168) c'est évidemment un récit autobiographique -enfin Kessel a bien fait ce trajet en 1919- mais est-ce qu'il s'est passé ce qu'il nous conte ? qu'importe ; je l'ai pris comme un roman et ce que j'ai adoré avant tout c'est le regard plein d'enthousiasme sur un Joseph à peine sorti de l'adolescence et de la guerre avec sa viridité, son inconséquence, ses ridicules, son machisme atténué par sa juvénilité, un certaine cruauté, sa fascination pour les découverts de toutes sortes -drogues, femmes, jeux, paysages, cultures différentes-, une soif absolue de vie, un mépris total devant la mort ("A vingt ans, je ne connaissais guère la peur. Mon courage n'était pas une vertu : il était fondé sur le refus organique de reconnaître qu'il pût y avoir pour moi un danger plus fort que ma chance. (...) p114), une naïveté mâtinée d'un orgueil pharaonique ("Je ne pensais pas mourir. A cette époque, rien ne me semblait capable de me tuer. (...)" p53) ; en plus d'être un roman qui se dévore à la prose fluide, précise et claire, c'est un témoignage d'une époque engloutie où les Européens étaient les maîtres du monde, avec une vision unique sur le Japon ou la Chine du début du XXe siècle. J'ai passé un très bon moment.
11 commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 juillet 2008
Un récit direct, brutal, presque reportage, une confusion des sentiments pour au final aucune morale, telle est la vie de l'aventurier selon Kessel. Autobiographique ? Certainement.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

5,40 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici