undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles
20
4,3 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:7,10 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 19 novembre 2005
Avec son style inimitable, Giono nous parle de la grande guerre. C'est boulversant, comme le sont tous les récits de ces anciens combattants de 14-18, français ou allemands, qui ont raconté l'horreur au quotidien. Comment ces hommes ont-ils pu endurer tout cela aussi longtemps! Certains passages du livre sont inoubliables, comme l'évocation de la bataille de Verdun, toute en finesse et en sensibilité. Mais "le grand troupeau" c'est aussi la vie à l'arrière dans les campagnes,où les femmes restées seules doivent faire le dur labeur des hommes.Un grand livre, très humain.
11 commentaire| 36 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Pour moi, avec la « peur » de Chevallier, ce roman est le meilleur descriptif de l'horreur de cette guerre. Ici pas de grandes envolées littéraires guerrières, pas de charges héroïques, pas de héros aux multiples décorations. Simplement des hommes réunis pour un seul but : faire la guerre. Le titre dit tout, le « grand troupeau » ou le déni de l'individualisme, l'homme rabaissé à l'état de bétail et ce troupeau les dirigeants de la France ont décidé de le conduire à l'abattoir. Un récit fait de simples clichés comme les photographies d'un correspondant de guerre. Et ce qui est rare, une magnifique description de la pénible condition des femmes laissées à l'arrière.
Lisez la « peur » de Chevallier et le « Grand troupeau » de Giono, c'est un devoir de mémoire, de plus pour commencer à découvrir cette guerre, ils sont incontournables..
77 commentaires| 23 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
TEMPLE DE LA RENOMMEEle 10 février 2011
Pour Giono, qui a fait la guerre de 14-18, celle ci a plus été bouchère que grande et glorieuse. Pour autant ce livre n'est pas un pamphlet anti-militariste. Il décrit l'homme au front, sa vie, sa mort, ses peurs, ses fantasmagories ; il parle aussi et c'est chose rare des femmes restées seules à l'arrière avec les vieux et les inaptes au combat, faisant le travail de leurs hommes.
Le thème principal du livre, qui s'attache aux individus (comme pour compenser le fait que l'homme devient bête de troupeau à la guerre et perd toute sa personnalité) est celui de la guerre comme gâchis de vie. Plusieurs fois cette expression revient "C'est gâcher la vie". Ces hommes qui sont mariés, où fiancés et qui reviennent amputés ou ne reviennent pas. Et ces quelques vieux qui doivent à eux seuls conduire un immense troupeau de mouton vers la Crau à un rythme qui tue une bonne part des bêtes. Immense gâchis humain qui est pour Giono le signe de la fin d'un monde, le recul de la civilisation et le retour des forces sauvages. L'homme, devant elles, survit par l'instinct le plus brut. Car son devoir d'homme, son devoir envers sa famille, envers lui c'est de survivre.

Ainsi si ce livre montre clairement le dégoût de Giono pour la guerre, il n'est pas un texte creux, généralisant à outrance et maniant les masses avec facilité. L'écrivain se méfiant des masses, des troupeaux, il livre là un roman juste, puissant, cru qui dresse un tableau fidèle de la France en guerre au front comme dans les campagnes.
Un livre majeur sur le sujet.
22 commentaires| 18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
J'ai lu avec intérêt les publications au sujet du " Grand Troupeau ", que je place parmi les plus importants , avec "la Peur" , "Ceux de 14 ", " à l'Ouest rien de nouveau " , " la Main coupée " et " Orages d'acier " .
Certaines notations sont quand même bien sévères , mais elles illustrent une position et cette position est étayée : sans l'approuver , je la respecte .
Bien sûr , on peut penser que ce livre n'est pas bien bâti ( je ne suis pas certaine que l'autocritique de Giono soit à prendre au pied de la lettre : peut-être ce Grand Troupeau ne le satisfaisait-il pas tout simplement car son horreur était inépuisable ? ) , c'est une chose dont on peut débattre , mais au final , ne resteront que les goûts personnels .
Toujours est-il que les grands moments du livre , le parallèle entre les deux troupeaux ( ce qu'il me semble , c'est quil faut de la viande ), la vie de ceux qui sont restés , tout cela est dépeint avec cette merveilleuse écriture , celle qui nous éblouissait de soleil , celle qui nous remplissait le nez de poussière sur les chemins du Hussard .
Là , tout au long du livre , j'ai senti les tripes qui pourrissaient , la sueur des moissonneuses, j'ai entendu grincer les articulations des vieux qui quittaient la treille pour rentrer les blés , j'ai eu les doigts collants de sang et de sanie , j'ai entendu hurler à la mort , j'ai vu arriver le porteur du télégramme .
Mais , une fois encore , tout cela n'est question que d'interprétation personnelle .

Par contre " grand de la littérature régionale " me semble , pour le coup bizarre : qu'est-ce que la littérature régionale ?
Un vague truc accompagné au biniou ?
Une envolée lyrique à la Philéas Lebesgue, le poète en sabots ?
Ou un superbe texte écrit dans une langue régionale , comme a pu le faire Frédéric Mistral ?

Pour moi , Giono , qu'on adhère ou pas à ses positions , que ses écrits soient plus ou moins au goût du lecteur ( ainsi , je n'aime pas sa veine panthéiste , elle m'ennuie ) est au rang des plus grands écrivains de notre littérature et un des plus grands prosateurs en langue française .
Au motif que Mauriac a peint la société du bordelais , que Vialatte parlait du haut de sa Montagne ,que Maupassant a peint la vie du Pays de Caux , en ont-ils pour autant écrit des romans régionaux ?
Eh bien , Pagnol , Albert Cohen ou Giono ont situé de même leurs œuvres dans des régions très précises , certes , employé des tournures de langage particulières , décrit les paysages de la région où se situait leur roman , mais leur travail atteint une dimension universelle .
11 commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 avril 2014
J'ai depuis toujours été passionnée par la capacité des hommes a réagir ou a subir. Bien que la lecture soit rendue un peu ardue à cause du vieux français employé ou des tournures inhabituelles des phrases, ce livre n'en reste pas moins un témoignage poignant de cette capacité des hommes à s'adapter autant pour les soldats dans les tranchées que pour leur familles restées "au pays".
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 novembre 2014
Un grand livre en effet qui est un réquisitoire implacable contre la guerre (ici la guerre 14/18) pour ce qu'elle représente de barbarie inutile pour des soldats qui, en plus, ne savent pas, pour la plupart, pour quelles raisons ils sont en guerre. Ce roman "double" (la vie dans la campagne provençale sans les hommes et la vie des hommes à la guerre) offre de nombreux moments d'anthologie.
Giono nous offre un florilège de son style poétique et de son humanisme.
Un chef d'oeuvre, vraiment.
11 commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 décembre 2014
Giono a beaucoup donné pendant la guerre de 14 et connaît pratiquement tous les fronts et l'enfer des tranchées, c'est de plus un immense écrivain dont le lyrisme est unique. Lire "Le grand troupeau" c'est comprendre très vite l'impact de cette saloperie de guerre voulue et entretenue par les financiers, les marchands de mort bénéficiant d'un commandement général totalement incompétent, sur la vie dans la France profonde et sur les hommes au combat. Ils y sont traités dans des conditions pires que ce troupeau de brebis que quelques vieux bergers.essaient de redescendre en plaine. Un magnifique livre, mais cela beaucoup de monde le sait...
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 janvier 2016
Très bon roman sur la guerre 14 18 qui se passe en provence que tous le monde doit lire au moins une fois dans sa vie et doit avoir dans sa bibliothèque
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 janvier 2014
indispensable pour comprendre l'état d'esprit des poilus. Bravo Monsieur Giono ! C'est une merveille et d'une simplicité qui vous trend et vous emporte.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 juin 2014
livre militant, témoignage sur un événement à ne pas oublier, dans un style moderne , à lire absolument et à faire lire
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,10 €
4,90 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici