undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles
12
4,4 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 29 janvier 2010
La vie de Mr Cousin dans cette immense jungle qu'est Paris nous montre bien a quel point plus on est nombreux plus on se sent seul...
Un livre qui nous apprend beaucoup sur la solitude et la façon dont on s'en accomode.
Sous ces airs un peu irréels ce roman est en fait une véritable analyse de notre société.
Parfois drôle, triste ou pathétique le personnage principal nous dévoile son univers que l'on peut s'amuser à comprendre sous plusieurs angles et à plusieurs degrés !

Amour et solitude n'ont jamais fait aussi bon ménage...
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Alors que la critique croyait Romain Gary « fini », Emile Ajar écrit un récit surprenant.
« Gros câlin » interpelle. L'auteur y jongle avec les mots et des phrases impossibles. Jamais la solitude, le désespoir d'un homme, perdu dans la grande ville, n'auront été décrits avec tant de talent. L'enfant de l'Assistance, en quête d'affection, avec lequel chemine, au fil de courts chapitres, le lecteur intrigué, est à l'image des hommes et des femmes innombrables dans notre société, que ronge la solitude. On se prend à aimer ce personnage étrange, fragile, désespéré, que seule la compagnie d'un python de deux mètres, console quelque peu du vide affectif d'un destin subalterne.
Qui eut imaginé que Gary se cachait derrière Emile Ajar ? Le premier des romans publié sous ce nom relu, alors que désormais on connaît son auteur, donne pourtant quelques clés : « Pseudo-Pseudo » revient fréquemment dans le texte ; la double vie menée par Mademoiselle Dreyfus est une indication. Mais à bien y chercher, « Cousin » exprime aussi les angoisses de Romain, alors que celui-ci est conscient de n''avoir plus de « ticket » valable, à l'heure où les critiques se détournent de lui.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 mars 2006
Romain Gary, sous le pseudo d'Emile Ajar, signe ici une oeuvre originale et pleine d'humour. Originale de par la narration qui tente de reproduire les noeuds et enroulements du python ; originale également de par l'intérêt que suscite très rapidement l'histoire au cadre pourtant plus que banal (un pauvre type, seul avec son python, et vivant dans l'illusion d'une histoire d'amour au travail) ; mais aussi amusante grâce à la narration un peu naïve d'un personnage attachant.
A lire pour être sûr de arder le sourire !
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 octobre 2012
Une belle réflexion sur la solitude de l’homme. L'écriture est espiègle et recherchée: jeux de mots, lapsus ect Un livre drôle et très touchant.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 octobre 2015
Très beau roman, histoire intéressante amenant une réfléxion sur la solitude dans les grandes métropôles.

Ce que j'aime dans les romans écris sous les pseudo d'Emile Ajar, c'est cette écriture simple, enfantine (surtout dans "La vie devant soi" et cette manière de s'affranchir des codes de la littérature traditionnelle.

Un très beau livre !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 août 2011
Voici un livre qui est très difficile à résumer ...
L'histoire d'un homme qui recueille un serpent en plein Paris. Oui mais ...
Gros Câlin est bien plus que çà , c'est l'histoire des relations ou de l'absence de relation entre les hommes.
A signaler que c'est extrêmement drôle à lire.
Donc ... Jetez vous dessus !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 août 2015
J'ai tout lu de cet auteur surdoué.
Gros calin est excellent...Moins lourd que La promesse de l'aube ou les racine du ciel. C'est un livre léger. J'ai vraiment été emporté dans des crise de fou rire. Humour délicat. Gary nous transporte comme dans un bon film. Quel géni!!!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Voilà un livre qui ne donne pas envie de le lire ! enfin, à mon avis. Une couverture douteuse, un titre qui ne l'est pas moins... Mais quant au contenu (et somme toute c'est bien là ce qui nous interesse !), il est jubilatoire. Le héros est un peu paumé, naïf : il voit la vie en rose ! c'est tout dire de sa naïveté... Du coup, il nous montre un monde différent, dans lequel l'horrible devient agréable, plaisant, et nous afit passer pour d'incorrigibles pessimistes.
Mais attention, sous ces airs ingénus, l'auteur nous renvoie bien au monde réel (celui-là même que ne comprend pas le personnage principal, et que nous, nous ne comprenons que trop bien).

Alors, jubilatoire ou pas ? antidéprime ou rechute ??? je vous laisse choisir.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 août 2003
Il est rare de trouver des livres comme celui ci.
Une emotion profonde a chaque page, une ecriture enfantine mais tellement adulte par la lucidite qui point derriere.
Un livre sur l'amour, mais egalement sur l'Autre, sur un univers si proche de la France et en meme temps irreel. Le livre de Romain Ajar le plus abouti...
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 juin 2006
Gros câlin c'est le python, mais parfois aussi c'est l'homme qui le possède. C'est la montagne d'amour du statisticien rempli et prêt à donner, qui vit une petite vie imaginaire.

Ce livre est plein de fantaisie et de d'innocence, la pathétique réalité de la solitude du héro, un peu handicapé des sentiments au point d'adopter un python, -comme une évidence de sa différente façon d'aimer- tout en dénis des critères qui du "comment on doit aimer", et qui se refuse à apprendre le langage des autres pour finalement se retrouver à parler seul, avec son python, et à s'enlacer dans ce bras géant.

Un livre drôle et triste à la fois, ou l'histoire d'un jeune homme qui fonctionne à contre temps, contre les principes et qui ne comprend pas leur fonction social...

A lire en acceptant ce sentiment d'incomplétude qu'on ressent jusqu'à la dernière page.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

7,70 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici