Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Cloud Drive Photos cliquez_ici. nav_BTS17CE Cliquez ici En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo



Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

C'est le premier livre de Marguerite Yourcenar que je lis et je me suis laissé prendre au jeu. Faire la biographie d'un homme illustre comme Hadrien tout en ayant l'impression de lire son autobiographie est un vrai coup de maître de la part de cet auteur. C'est très bien écrit, ce n'est pas lourd, c'est très bien documenté et ce là qu'on voit que Marguerite Yourcenar est une artiste.
Le carnet de notes à la fin mentionne la collecte d'informations effectuée par l'auteur sur Hadrien, collecte tout simplement incroyable. A lire et à relire.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 mai 2017
Je l'ai lu pendant mon adolescence.
J'avais envie de le relire, un jour... et de l'avoir dans ma bibliothèque pour ne pas l'oublier.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Les mémoires d'Hadrien est incontestablement une œuvre qui se mérite. D'une approche relativement difficile, il faut quelques pages pour s'adapter au style volontairement suranné qu'adopte Marguerite Yourcenar pour faire parler le grand empereur romain Hadrien. Style par ailleurs parfaitement en phase avec le sujet de ce roman au parfum de documentaire historique.
Au fur et à mesure que l'on avance dans la lecture, on se laisse prendre par le récit et porter par l'écriture ciselée et maitrisée de Marguerite Yourcenar. Au-delà de la forme, le fond de ce long monologue très documenté est particulièrement enrichissant : la vie de l'empereur Hadrien se révèle être une véritable leçon d'histoire, de philosophie, de politique et d'humanisme. De nombreux sujets sont abordés avec finesse et justesse : l'esclavage, la guerre, le bonheur des peuples ou la nature humaine en général. On suit avec intérêt les voyages de cet homme de pouvoir qui avait décidé de parcourir son immense empire afin de mieux le comprendre pour mieux le gouverner.
Monument d'érudition et d'intelligence et véritable voyage au cœur de l'immense empire romain dans sa diversité culturelle, cette œuvre est sans conteste une pièce maitresse de la littérature contemporaine.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 juillet 2017
Un très beau journal intime! Il faut prendre le temps de le lire et de s'en imprégner. Une belle oeuvre.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 juillet 2017
Je ne comprends pas que l'on puisse accorder une telle importance à cette biographie romancée écrite sans passion, avec une grande sécheresse, dans un style certes contrôlé et soigné, mais sans attrait particulier. Si on changeait le nom de son auteur par celui d'un inconnu, les avis seraient beaucoup plus mitigés et je pense même qu'on trouverait cet ouvrage assez moyen. Il faut aussi le resituer dans son époque. Quand il a été écrit, peut-être était-il novateur. Ce n'est plus le cas. Je me demande jusqu'à quand le snobisme sévira et combien de temps encore il faudra faire sembler de porter aux nues des ouvrages qui ne le méritent pas. Mais que voulez-vous, cela fait bien, en société !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 juin 2003
A la veille de sa mort, l'empereur Hadrien écrit une lettre à son petit fils Marc-Aurèle, dans laquelle il revient sur son existence et tente d'en dégager des lignes directrices, de son enfance et ses 1ers apprentissages à son apogée, puis à son déclin. Il juge à la fois sa vie d'homme, d'artiste, de stratège, de politicien. Les faits qu'il relate sont toujours commentés et prétextes à de longues méditations sur la mort, la volupté, l'amour, le bonheur...
Ce roman est incroyablement riche, grave et fort. Il est de ceux qu'on n'oublie pas. Mais c'est aussi un livre ardu, qu'il faut prendre le temps de lire, de relire et de décortiquer. Alors on en ressort transformé...
0Commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Mémoires d’Hadrien/Marguerite Yourcenar/Académie française 1980.
En me plongeant dans ce monument de la littérature du XX e siècle, je m’attendais à trouver parfois le temps long : lire une biographie romancée de l’empereur Hadrien n’excitait pas plus que cela ma curiosité, sauf que l’œuvre globale de Marguerite Yourcenar m’attirait toujours après avoir lu naguère « L’œuvre au noir ». Bien m’en a pris de me lancer dans ce récit de plus de 350 pages : il est absolument passionnant. Marguerite Yourcenar a débuté l’écriture de cette œuvre en 1924 et ce n’est qu’en 1951 qu’elle y a mis la dernière main : il s’agit de l’œuvre d’une vie. Ne dit-elle pas plus tard que la vie de son propre père lui était plus inconnue que celle d’Hadrien !
Ce roman est une immense fresque reconstituant une période faste de l’Empire Romain, et se présente sous la forme d’une longue lettre d’Hadrien en fin de vie à Marc-Aurèle, fils adoptif d’Antonin par l’entremise d’Hadrien, Antonin lui même fils adoptif et successeur d’Hadrien désigné par Hadrien en personne.
La figure impériale d’Hadrien, né en 76 sous le signe du Verseau, l’Échanson céleste, et mort en 138, successeur de Trajan dont il fut le fils adoptif comme il se devait, brille tout au long du livre par son charisme, son intelligence, sa sagesse – chaque homme a éternellement à choisir, au cours de sa vie brève, entre l’espoir infatigable et la sage absence d’espérance - son intérêt pour la paix autant que pour la guerre lorsque celle-ci est nécessaire, son goût de la statuaire, la poésie et les légendes anciennes. Homme de lettres donc, mais aussi grand voyageur – étranger partout, il ne sentait particulièrement isolé nulle part - poète et amant, grand amateur de bons vins dont il disait qu’ils initient aux mystères volcaniques du sol et aux richesses minérales cachées, sachant allier un certain ascétisme à un hédonisme très romain, amateur d’astronomie et d’astrologie, Hadrien tout au long de ces mémoires destinées à Marc-Aurèle, examine, juge, et soupèse sa vie passée. Dans le style magnifique de Marguerite Yourcenar, un extrait qui montre bien les différentes facettes du personnage d’Hadrien :
« Il faut même avouer que certains récits indiscrets de mes maîtresses, faits sur l’oreiller, finissaient par éveiller en moi une sympathie pour ces maris si moqués et si peu compris. Ces liaisons, agréables quand ces femmes étaient habiles, devenaient émouvantes quand elles étaient belles. J’étudiais les arts ; je me familiarisais avec les statues ; j’apprenais à mieux connaître la vénus de Cnide ou la Léda tremblant sous le poids du cygne. C’était le monde de Tibulle et de Properce : une mélancolie, une ardeur un peu factice, mais entêtante comme une mélodie sur le mode phrygien, des baisers sur les escaliers dérobés, des écharpes flottant sur des seins, des départs à l’aube, et des couronnes de fleurs laissées sur les seuils. »
Débutant par un bilan de santé établi par son médecin Hermogène, Hadrien alors âgé de 60 ans se sent en fin de vie. Après le récit de sa vie, de ses batailles, de se amours, son amour de la Grèce antique et actuelle, cette nation qui a fécondé le monde – tout ce que les hommes ont dit de mieux a été dit en grec - il évoque son père adoptif Trajan, et surtout Plotine la femme de Trajan, sa meilleure amie, sa confidente fidèle. Hadrien n’aime pas les Jeux qu’il juge un gaspillage féroce, un massacre inutile de fauves ou d’hommes et ne fréquente les bains qu’aux heures populaires. Il est marié à Sabine, une femme dure et à l’humeur difficile ; il ne l’aime pas et confesse que de tous les êtres, c’est probablement celui auquel il a le moins réussi à plaire, en ajoutant qu’il reconnaissait qu’il s’y était très peu employé ! Hadrien aime aussi les jeunes garçons et Lucius âgé de dix-huit ans vient égayer les fêtes par sa grâce rieuse et sa façon de réciter des poésies lascives avec une effronterie charmante. La liaison avec ce jeune faune dura six mois, la mort l’emportant brutalement. Puis il y eut Antinoüs, un jeune grec, le plus grand amour de sa vie :
« Sa présence était extrêmement silencieuse : il m’a suivi comme un animal ou comme un génie familier. Il avait d’un jeune chien les capacités infinies d’enjouement et d’indolence, la sauvagerie, la confiance. Ce beau lévrier avide de caresses et d’ordres se coucha sur ma vie. »
Et puis Hadrien se penche sur son obsession de la mort : malade du cœur il sent venir sa fin. La rigueur de sa pensée de cet homme cultivé fait des dernières pages de ce livre un moment particulièrement émouvant, pour conclure un chef d’œuvre.
44 commentaires| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Quand on est quidam commentateur sur site on aimerait parfois récolter un peu de ce talent que le sort accorde à l'un pour priver le plus souvent l'autre. Alors il serait possible de rendre à César ce qui lui appartient et communiquer l'admiration et disons le, l'envie que l'auteur nous inspire.
Bien sûr cette lecture se mérite, mais aller trop vitre serait ignorer qu'une saveur est lente à se révéler entièrement et demande toute l'attention de nos sens.

C'est ici de l'intelligence à l'état pur, c'est Hermès dieu des marchands et des voleurs mais surtout messager entre les dieux, le porteur de message, celui qui transmet, transporte, évoque, se joue des mots en mélange la magie pour en faire des porteurs de lumière, des évocateurs de sens et transformer l'informe en sublime pour peu que l'incantation soit blanche.

Il n'y a pas ici une seule ligne laissée à l'abandon, rien de psychologique, rien de pompeux ni de forcé, mais une vision de la vie d'une incroyable maturité et fascinante vérité qui nous laisse sans voix quand l'on sait que tout cela est contenu dit et écrit par une seule personne.
Ceci n'est donc pas un commentaire, mais un admiratif hommage à un auteur qui m'a littéralement envouté. Si la beauté s'était un jour incarnée dans les mots, c'est ici qu'il faudrait la trouver. Merci.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 octobre 2007
Contrairement à ce qu'on en a écrit, ce livre n'a pas été écrit en une nuit par son auteur. Elle a remis cent fois sur le métier ce texte de jeunesse, et le travail fourni est incommensurable : par exemple, pour se mettre dans la "peau" d'un empereur romain de culture grecque, elle n'a pas hésité, une fois son livre fini, à le retraduire en grec ancien, pour voir s'il "collait" avec la façon de s'exprimer de l'empereur, puis à le retraduire en français. Totalement inattaquable sur le plan historique, remarquable sur le plan littéraire, les Mémoires d'Hadrien reste un livre sur l'humanité et ses problématiques : la maladie, le pouvoir, l'amour (existe t il ?), le fanatisme. Parfois un peu difficile puisqu'il s'agit d'une introspection, il se lit pourtant de bout en bout, passionnément, et procure un plaisir et une réflexion qui laissent pantois. A lire avec l'oeuvre au noir" du même auteur en priorité.
22 commentaires| 31 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 mars 2017
C'est un livre sur j'avais déjà lu mais je le recommande. Il faut le lire au moins une fois dans sa vie
11 commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,80 €
6,60 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici