undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

3,6 sur 5 étoiles
25
3,6 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:8,70 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 1 février 2005
Le CLézio est un passionné de désert, et il le montre dans cette oeuvre. Deux récits qui ne forment qu'une seule et même histoire : celle des "gens des nuages", de l'époque coloniale au 20e siècle finissant. Nour, Lalla, Ma el-Aïnine, El-Azraq, le Hartani nous donnent à vivre un désert terre de légendes, de mirages et de passion. Nous sentons le sable chaud, l'incandescence de l'air avec eux. Nous prenons les interminables pistes à leur suite. Nous voyons les mêmes mirages que leurs regards. Nous avons soif avec eux. Et finalement, nous sommes malheureux de les laisser partir à la dernière page, ces nomades, comme s'ils étaient sortis d'un rêve...
0Commentaire| 45 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce roman est un chant au désert et aux hommes qui l'habitent, qui l'aiment, qui y rêvent. On y rencontre Nour, le jeune garçon nomade, Lalla fille des bidonvilles, le berger Hartani, le pêcheur Naman et des figures de mythiques et charismatiques chefs de tribus.
Le style riche et élégant de Le Clézio, fait vibrer les mots et crée progressivement un univers, une ambiance, ou les vents secs du désert soufflent aux oreilles du lecteur.
Cet impressionnisme verbal, véritable poésie en prose, raconte sur un rythme lent et répétitif l'exode des nomades chassées par la guerre et l'arrivée des occidentaux, la liberté dans les bidonvilles marocains ou les souffrances du déracinement de l'immigration à Marseille.
La description de la détresse de Lalla dans les ruelles du « Panier » nous jette à la figure l'horreur de la misère immigrée.
Cependant le temps de l'ambiance supplante dans ce roman le temps de l'action. Ce qui peut lasser plus d'un lecteur.
A lire en connaissance de cause...
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 avril 2003
Un des plus grands de la littérature actuelle. On est dans une sorte de rêve, puis bien vite on se retrouve plongé dans une réalité bien ancrée dans la dureté de notre monde. Mais la dureté elle-même, l'esclavagisme moderne sont abordés d'une plume poétique. Il n'y a jamais aucune vulgarité. Il réussit le tour de force de nous emmener dans le monde des déracinés et autres immigrés, maltraités et malmenés d'une écriture élégante et chargée de beauté. Le langage est d'une simplicité trompeuse, élégant et raffiné sans pédanterie aucune. Je le ressens comme un tableau impressionniste : des touches de couleurs, de sons, de sensations, d'odeurs et on se retrouve là au coeur du livre, envoûté.
Ne ratez ce livre sous aucun prétexte.
0Commentaire| 45 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 octobre 2013
Je vous en prie, lisez ce livre, évadez-vous, envolez-vous loin de vous-même afin de vous retrouver, neuf, limpide, étonnamment vivant. La beauté des images, l'incroyable pouvoir des mots de Le Clézio obsèdent littéralement, durablement à la manière d'un conte vivant.
Je ne déflorerai rien du récit sinon qu'il est empreint d'une magie inexplicable que seule la lecture est à même de révéler, alors donnez-vous cette chance et partez au Désert.
11 commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 décembre 2007
Après avoir été emballée par "L'Africain", court récit retraçant l'enfance de l'auteur, j'ai honnêtement eu beaucoup plus de mal avec Désert. C'est un beau roman, plein de poésie, mais d'un abord assez complexe et j'avoue avoir survolé bon nombre de passages, vraiment par trop fastidieux. A réserver aux lecteurs émérites et/ou aux vrais amoureux du désert.
11 commentaire| 33 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 septembre 2013
L'écriture de Le Clézio se perd avec délice dans la lumière du désert, donne à sentir presque physiquement la chaleur écrasante, brosse de somptueux tableaux de paysages lointains, fait goûter l'air marin des plages africaines, ressuscite l'épopée des hommes bleus et de leur lointaine descendante Lalla... Des personnages inoubliables: le vieux Naman, le Hartani, le vieux cheikh Ma el Aïnine... Un livre qui transporte.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Livre sur les peuples nomades, les populations exilées. Pour reprendre la phrase de Camus : "il n'y a plus d'îles, plus de déserts, mais le besoin s'en ressent parfois". Récit où le style est parfois porté à une altitude qui le rend si beau et aride, et nous laisse spectateurs.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Romancier français né en 1940, Jean-Marie Gustave Le Clézio rencontre le succès dès la parution de son premier roman "Le Procès-Verbal" (Prix Renaudot).
Féru de voyages et friand de cultures lointaines, son œuvre en sera abondamment alimenté.
A partir des années 80, ses livres sont de plus en plus souvent inspirés par des membres de son entourage : son grand-père dans "Le chercheur d'or" (1985) et "Voyage à Rodrigues" (1986), son père dans "L'Africain" (2004), sa mère dans "Ritournelle de la faim" (2008).
En 2008, J.-M. G. Le Clézio reçoit le Prix Nobel de littérature ; l'an suivant, il est fait officier de la légion d'honneur. Il est actuellement l'un des auteurs français les plus traduits dans le monde.
En 1980, il reçoit le premier Grand Prix de Littérature Paul-Morand pour le roman Désert.

L'auteur fait coexister 2 histoires.
Celle de Nour,jeune Touareg fuyant les guerriers chrétiens dans une lente et inexorable marche à travers le désert à destination d'une terre de liberté.
Celle de Lalla, jeune marocaine espiègle, solitaire, libre, qui arpente les dunes jusqu'à se saouler de vent et de mer.
2 personnages aux trajectoires parallèles qui ont en commun une soif de liberté absolue, et qui en acceptent le prix..
2 histoires qui rejoignent la grande Histoire; celle de l'Afrique des colonies, des guerres de religions, du choc des civilisations.

J'ai été envoûté par ce roman qui flatte les 5 sens .
Le vent, la mer, la sable, le ciel sans fond, les hommes bleus,....
Impossible d'oublier Lalla et Nour, qui impriment la rétine, l'ouïe, l'odorat et le toucher pour ne jamais vous quitter.
Une oeuvre comme vous n'en lirez que peu dans votre vie. JM le Clézio est un Géant.
Un roman que vous ne lirez pas mais que vous vivrez, à en oublier le temps et l'intérêt de votre vie d'occidental.
Il est question de Liberté absolue, de l'essence même de la vie, en harmonie avec la nature dans ce qu'elle a de plus lumineux (et de plus dévastateur).
Un immense moment de lecture.
Un chef-d'oeuvre absolu !!!
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 31 mars 2016
Désert est un conte, une invitation à la rêverie, à la contemplation, au voyage peut-être. Il raconte les histoires croisées, emmêlées de ceux que les riches et les puissants écrasent, ne remarquent même pas. Fondé sur une binarité constante et traversé de moments intenses, le récit oppose la liberté et la beauté du désert et de la mer à la crasse et à la solitude des villes.
Grâce à une écriture et un vocabulaire d'une grande simplicité, l'auteur réussit, presque à chaque page, à convoquer nos cinq sens, à nous enivrer, à nous transporter. Mais il faut savoir se taire pour écouter la nuit, écouter le désert, voir le ciel et sentir le soleil, entendre le vent car "il y a tant de choses qui passent par le silence".
Ainsi, pour les plus rétifs à la contemplation (et au soufisme ?), il faudra peut-être s'accrocher un peu au début du livre car on a parfois du mal à voir où Le Clézio veut nous emmener. Mais, de son effort, on sera récompensé au centuple !
Et, de toute façon, il faudra relire ce livre magnifique, encore et encore.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 juin 2012
Ce roman vous fait ressentir le desert ...physiquement..et eprouver le silence , le soleil , le vent..dans un recit qui prend le temps..il faut arriver à entrer dans ce roman et à se laisser porter par ces deux histoires
Un trés beau récit qui laisse une trace dans votre mémoire
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

8,20 €
2,80 €
6,50 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici