undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles
47
4,5 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:7,70 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Dans ce document humain très émouvant, Albert Camus est à la recherche de ses racines familiales, géographiques et intellectuelles. Il explique aussi sa vision sur l'humanité et pourquoi une partie de cette humanité tient une place de préférence dans son coeur.

Sa famille, L'Algérie
Ses aïeuls ont émigré d'Alsace en Algérie dans des conditions terribles (`ils ont eu droit au choléra ...il y en mourait une dizaine par jour'). Son père, orphelin et illettré meurt au cours de la bataille de la Marne, pour lui `une incompréhensible tragédie loin de sa patrie'. Albert est le chéri de sa mère : `la douce odeur de sa peau qui lui rappelait cet endroit, sous la pomme d'Adam, qu'il aimait respirer et caresser.'
En Algérie, où la chaleur rendait fou, il y avait `une menace invisible qu'on reniflait dans l'air des rues certains soirs où une bagarre éclatait entre un Français et un Arabe.'

Sa jeunesse (école et travail)
Albert Camus a profité pleinement de l'influence remarquable et cruciale de son instituteur à l'école primaire, à qui il envoie une lettre émouvante de remerciement après avoir reçu le Prix Nobel : `vos efforts, votre travail et le caeur généreux que vous y mettiez sont toujours vivants chez un de vos petits écoliers'.
Sa famille est tellement pauvre qu'Albert doit travailler dès l'âge de 13 ans pendant ses vacances pour pouvoir payer ses études. Le travail de plumitif le tue : `la chaleur, l'ennui, la fatigue qui révélaient sa malédiction, celle du travail bête à pleurer dont la monotonie interminable parvient à rendre les jours trop longs et la vie trop courte.'

L'humanité, le premier homme
Pour Albert Camus, `il n'y avait que le mystère de la pauvreté, qui fait les êtres sans nom et sans passé, qui les fait rentrer dans l'immense cohue des morts sans nom qui ont fait le monde.' `L'honneur du monde vit chez les opprimés, non chez les puissants. Et c'est là seulement que gît le déshonneur.'
Mais aussi, `il comprit (vraiment) que les hommes font semblant de respecter le droit et ne s'inclinent jamais que devant la force.'
Tous les hommes sans père sont des premiers hommes : `cheminant sur la terre de l'oubli où chacun était le premier homme, où, lui-même avait dû s'élever seul, sans père, comme tous les hommes nés dans ce pays, qui, un par un, essayaient d'apprendre à vivre sans racines et sans foi.'

Cette autobiographie â peine déguisée est une affaire de coeur, de liens et de trous émotionnels, de combats physiques et mentaux pour la (sur)vie, l'amorce dramatique d'un itinéraire étonnant.
Ce livre admirable, et en même temps tragique, sent la plume d'un homme généreux, superbement reconnaissant et animé d'une volonté de vivre réellement.
Lecture obligatoire pour tous les hommes et toutes les femmes de bonne volonté.
0Commentaire| 27 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 août 2011
C'est étrange ce que l'on peut ressentir en lisant ce livre...
Camus ne l'avais pas finit, il a été son dernier ouvrage.
Un ouvrage en perpétuel construction, même aujourd'hui.
Dans ''Le premier homme'', des notes ont été ajoutés car la famille n'a pas pu reconstituer tout le manuscrit.

Au fil des pages, on découvre l'enfance de cet auteur majeur du siecle dernier,
on découvre ces années en Algérie, le talent de cet homme...
Et puis d'un coup, comme un accident, il n'y a plus de pages...
C'est finit
Deja
0Commentaire| 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 janvier 2010
La fille d'Albert CAMUS a publié le texte manuscrit retrouvé dans la saccoche qu'il avait avec lui le jour de sa mort. Le texte est inachevé, on ignore le niveau de travail déjà réalisé sur ce projet. Mais en l'état, c'est un pur chef d'oeuvre d'un écrivain en parfaite maîtrise de la langue et de son style, sobre, puissant et émouvant.
Entièrement autobiographique, l'enfance d'Albert CAMUS y est décrite avec force précisions et détails qui confirment ce que nous savions dejà de lui, de sa psychologie comme des idées qui ont dirigé son action et son oeuvre.
A lire impérativement.
22 commentaires| 27 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 février 2010
Ce livre, dont la lecture est accessible à tous, est une petite merveille....
En cours d'écriture au décès d'Albert Camus et publié tel quel beaucoup plus tard par sa fille, il nous permet de faire connaissance avec cet homme exceptionnel....
Un vrai régal.
0Commentaire| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 4 juin 2002
Oeuvre passionnante tant sur la forme que sur le contenu d'inspiration autobiographique.Camus nous fait découvrir des sensations de son enfance passée à Alger.Grande richesse au niveau des images, des couleurs et des odeurs.
A lire d'urgence!!
0Commentaire| 46 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 août 2011
Roman posthume de Camus, il y travaillait lorsqu'il est mort et a été publié grâce à sa fille. Jacques, orphelin de la grande guerre, grandit dans l'Alger des pieds noirs entre sa mère et son oncle. On devine la portée autobiographique de ce texte d'une remarquable humanité. Hommage aux siens intelligent et sensible, Le premier homme est un chef d'œuvre qui ravira même ceux qui ont trop entendu parler de Camus en 2010.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 mai 2013
Cela est tout Camus, plus la nostalgie de notre enfance en Algérie : il montre bien que les "colonialistes" n'étaient pas forcément des "riches colons" mais tout un petit peuple bien chez eux. Le portrait de l'instituteur, très exact selon mes propres souvenirs, réhabilite, s'il est besoin, le coté progressiste et méritoire le l'instruction publique dans ces départements français.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 avril 2013
Tout inachevé qu'il est, ce livre est d'une intensité, d'une beauté littéraire et d'une force qui surpassent bien des livres achevés dont je n'ai pu terminer la lecture. Avec Le premier homme, Albert Camus se livre sous les traits de Jacques Cormery, homme d'une quarantaine d'années, qui retourne en Algérie, là où il est né et a passé son enfance.

Jacques est orphelin de père et a vécu à Alger avec son frère, sa mère, sa grand-mère et son oncle. Il fait état de son amour pour sa mère, femme douce et silencieuse, et nous présente sa grand-mère sous des traits pour le moins tyranniques. Sa vie sera ainsi forgée, en l'absence d'un père qu'il recherche tout au long de ces pages, autour de ces deux femmes. De son père, il ne lui reste que la tombe qu'il visite à Saint Brieuc pour se rendre compte qu'il fut emporté par la Grande Guerre avant l'âge de trente ans alors que, lui, en a quarante.

L'instituteur, pour lequel il éprouve de forts sentiments, jouera sans doute un rôle de père de substitution. Il en parle avec beaucoup d'affection d'autant plus que c'est grâce à lui que le jeune Jacques ira au lycée, sésame de sa vie future.

Les questions sociales et politiques sont bien évidemment abordées, que ce soit les différences de classes ou bien les différences entre les Français colons et les Arabes.

Bref, après La chute, mon retour vers Camus s'avère fructueux et je vais donc continuer de ce pas ces lectures enrichissantes.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 octobre 2012
ce livre est pour moi le meilleur de camus, sensible, émouvant, vrai, et pour moi née à alger et issue d'un milieu modeste il m'a fait "remonté" des souvenirs un peu enfouis dans mon subconscient je me suis reconnue petite fille dans cet alger parfaitement décrit. Par ailleurs la recherche du père est bouleversante et explique en partie la personnalité de camus.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 janvier 2013
livre merveilleux,révélant la culture des pauvres de jadis et la-bas fait comprendre et aimer Camus,livre indispensable pour apprécier l'oeuvre de cet auteur
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

5,90 €
6,30 €
6,50 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici