undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,7 sur 5 étoiles
3
4,7 sur 5 étoiles
5 étoiles
2
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Poche|Modifier
Prix:8,20 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 16 octobre 2005
La complicité interdite du petit Arthur et de Cassian le voyou ouvre ce roman de science-fiction. Sur la planète Erda-Rann, les Gurdes évitent les Yrvènes, qui n'ont pas la même peau. Pas de contact, surtout physique, entre les deux humanités. Mais quand Arthur, qui avait intériorisé dans sa chair la douleur d'une maladie d'enfance, revoit celui qui l'a comblé de ses caresses au bord de la mer, la Loumka, ils se retrouvent au ban de sociétés intolérantes...
Amitiés et amours hors-normes, stigmate d'une maladie dont on devine l'inspiration, sensualité des surfaces, exploration des différences... Ce magnifique roman, très riche dans ce qu'il aborde, se signale aussi par son écriture magnifique, dense et poétique.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Sur Erda-Rann cohabitent deux peuples à l'origine humains, les gurdes à la peau écailleuse affiliés au sable et à la terre, et les yrvènes à la peau pigmentée affiliés à l'eau de la Loumka. C'est un monde divisé entre ces deux peuples, entre ces deux éléments. A la suite d'une guerre est instaurée la Loi d'Instinct qui exclue le contact entre ces deux races que la nature de leur peau sépare.
Arthur est un gurde, Vorgh est un yrvène, chacun va transgresser les interdits et les lois pour devenir des transvers, ceux qui ont des contacts avec l'autre race. Des parias poètes et tatoueurs dans un monde de méfiance et de rancœur. Ce qu'ils ne savent pas encore c'est que la Loumka, la mère des courants de vie et de mort de la planète, leur apportera un fléau, une maladie terrible qui fait rejaillir leurs pulsions de mort les plus enfouies...

La première chose qui saute aux yeux,c'est le style, l'écriture de Francis Berthelot. La finesse de sa plume est sidérante, un style plus proche de la poésie, sensible et ciselé. La magie des mots opère de page en page sans faillir et nous restitue toute l'émotion poignante des personnages. Car c'est l'émotion qui parcourt ce roman, une tristesse discrète derrière le drame de la maladie, fléau injuste qui fait ressurgir les préjugés ridicules et l'intolérance.
C'est de mettre en exergue la bêtise de cette intolérance qui constitue le cœur du sujet . S'il est question d'une terrible maladie, il est surtout question d'un hymne à la tolérance, un hymne profond et sincère à accepter la différence de l'autre. C'est une belle métaphore de l'homosexualité et de l'apparition du Sida. Il ne s'agit pas de la facilité de transposer dans le futur le même événement, non il s'agit d'imaginer une société fracturée, opposée profondément, dont certains luttent pour la liberté d'aimer celui qu'il désire. Il faut y voir un véritable autre monde qui ne décalque pas le notre mais s'en trouve proche.

De la bêtise humaine pourtant peut poindre l'espoir, un espoir mince et ténu d'avoir un futur meilleur pour les générations suivantes...Peut-être un espoir de l'auteur. Celui-ci se livre sûrement un peu en ce récit, sur les pertes de proches dans ce terrible fléau car au delà des mots se trouve un dur vécu.

Grand Prix de L'imaginaire mérité malgré quelques passages un poil ennuyeux, peut être trop longs, on ne peut que saluer le message que véhicule ce rivage, celui d'hommes cruellement anéantis mais qui gardent un espoir secret, celui d'être un jour autre que des intouchables, ni tranvers, ni gurdes, ni yrvènes mais vus simplement comme des hommes.

Un grand Berthelot!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 juillet 2015
Les avis sont partagés. Je ne suis pas arrivé à rentrer dedans alors que c'est un des livres-cultes de mon épouse.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

9,70 €
7,60 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici