Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici RentreeScolaire Cloud Drive Photos Learn more nav_BTS17CE cliquez_ici Cliquez ici En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles
5
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
5
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Broché|Modifier
Prix:8,80 €+ Livraison gratuite avec Amazon Prime

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 29 mai 2017
comme à l'accoutumé, Andreï Makine nous livre un roman superbe.. on pourrait le diviser en trois parties . La première décrit le parcours d'un médecin de guerre de l'URSS qui se fait enrôler par le KGB.. L'auteur en profite pour nous livrer sa pensée sur les CIA, KGB et autres agents secrets avec toujours cette vison qui prime: " comment les gouvernements acceptent de broyer des êtres humains pour récupérer du pétrole, des diamants, vendre des armes etc..." alors que l'être humain devrait passer avant tout ... mais, hélas! souvent il passe après l'argent et les calculs politiques.
la deuxième partie qui est parfaitement enchainée à la première nous fait revivre les affres des différentes guerres qui se sont déroulées sur le sol russe et la encore, l'homme prime mème s'il est le jouet des gouvernants et des éléments. (En fait, Makine nous décrit les garnds-parents et parents de l'homme engagé par le KGB )
la troisième nous ramène vers le premier personnage qui est un peu perdu dans le monde actuel mais qui n'accepte pas que les morts d'une guerre ne soit que des numéros ... il veut absolument que le mort X soit reconnu comme un être humain qui a souffert dans sa chair et qui ne doit aucunement disparaisse dans les calculs officiels et bien-pensants.
L'écriture de Makine est toujours aussi agréable, fine et recherchée.. Un régal !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 novembre 2009
Un très beau roman où l'on revisite le poids de l'histoire contemporaine russe à travers le drame vécu par plusieurs générations d'une même famille. Pas de jugement ni d'apitoiement, uniquement des hommes et des femmes pris dans l'étau d'un siècle traversé par la folie des idéologies. Des hommes qui y ont cru, qui regardent avec leurs propres yeux l'image que nous reflétons, nous occidentaux de l'Ouest ou d'outre-Atlantique. La vision de l'auteur est à double titre pertinente : témoignage de l'"intérieur" c'est aussi un regard neutre posé sur la globalisation du monde mais aussi comme souvent chez Makine (cf "le testament français", "cette France qu'on oublie d'aimer"), du fait de la tendresse qu'il éprouve pour la France, sur ce pays qu'il ne reconnait plus. On sent chez Makine au-delà du désenchantement, une incompréhension dans la nature des comportements des français du XXIeme siècle. Ce fait est toujours abordé avec pudeur et discrétion (jamais plus de quelques lignes) mais revient régulièrement roman après roman. De ce fait, gardons nous bien de vivre la folie des hommes comme un feu circonscrit et contenue dans une seule zone géographique. Par ailleurs, autre point qui donne encore plus de densité mais aussi de plaisir à la lecture de cette oeuvre, le style est comme toujours d'une grande qualité. Une plume à découvrir ou à redécouvrir.
0Commentaire| 9 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 avril 2010
« Comme souvent, nous abandonnons à l'oubli, des parcelles irrécupérables de nous-mêmes jugées trop lointaines ou trop pénibles, ou bien trop difficiles à avouer. »

Depuis le début du siècle, les guerres, atroces et purulentes, se succèdent en Russie et ailleurs. Elles se répondent les unes les autres, s'enchevêtrent, éclatent ainsi que les répliques d'un séisme interminable, rebondissent, broient hommes, femmes, enfants les yeux écarquillés d'épouvante. Andreï Makine brosse une fresque saisissante de cette folie abyssale ou l'imagination des hommes pour s'entretuer n'a pas de limites.

Des guerres civiles, aux guerres africaines avant et après la chute du Mur de Berlin, de 1917, aux années 90, Nicholaï, Pavel puis le narrateur, soldat des guerres non déclarées : grand-père, père et fils : la balade sanglante de trois générations dans le fracas des armes.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 décembre 2002
Comprendre le drame de ce peuple russe transpercé par la guerre, de génération en génération, non pas au travers de le Grande Histoire héroïque et des analyses géopolitiques, mais par la petite, celle de la vie quotidienne des combattants au front, des familles décimées, des victimes de la cruauté et de la barbarie, qui est la même aujourd'hui, quels que soient les combats de par la monde. A la lecture de Requiem pour l'Est, on s'abstient de juger trop vite, on comprend qu'il n'y a rien à comprendre, on souffre et on s'émeut, sans voix, sans bruit, résignés, comme ces peuples sacrifiés ; parce que la guerre n'est jamais banale, mais qu'elle ne véhicule pour l'homme aucun message ni aucun sens.
0Commentaire| 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 novembre 2000
Après "Le Testament français", ce dernier roman d'Andrei Makine est certainement le plus fort, le plus vibrant. On se laisse emporter par une lecture qui ne s'arrête qu'à la dernière page, quand les mots se taisent après de grands moments d'émotion et d'un lyrisme intense. L'écriture de Makine est, comme d'habitude, très belle...
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus



Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici