undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

3,6 sur 5 étoiles
17
3,6 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:6,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Pour qui connait déjà l'histoire de Miyamoto Musashi et/ou les romans de Yoshikawa, ce livre de thomas Day pourrait être vécu comme bien décevant. Aussi que l'on connaisse ou non déjà l'histoire, il faut aborder ce roman avec un aeil neuf et un esprit vierge car il n'a pas vocation à être l'écho fidèle de la mythologie de Musashi.

Le japon médiéval dépeint par thomas Day, emprunt d'éléments fantastiques et fantasmagoriques, se fait le reflet très proche de la réalité par l'utilisation d'un vocabulaire précis, de traditions bien ancrées et réelles, de rituels etc... tout en intégrant un part bien réelle et non négligeable de fiction et de fantastique. A la poésie traditionnelle de la culture japonaise, s'ajoutent donc ici plusieurs fils narratifs très enlevés, un sens de l'action et de la description bien ressentis ainsi que de nombreuses références stylistiques aux films asiatiques de Hong Kong. On imagine bien aisément les combats se dérouler à la manière des chorégraphies orchestrées avec brio dans ces films là, ce qui est par ailleurs assumé par l'auteur dans la liste de ses références en fin de livre (livres, filmographie etc...). En bref un récit plutôt efficace et agréable écrit à la manière d'une caméra visuelle.

Aussi ce roman n'est pas destiné aux fanatiques du réalisme historique mais bel et bien aux amateurs de culture japonaise et de médfan. J'ai personnellement bien apprécié en faisant la part des choses et fut par la suite très déçu par le tome 2 qui n'a pas la qualité de ce premier opus.

A conseiller pour le plaisir simplement ou comme une introduction légère et fantastique à une découverte plus large et réaliste de la vie de Musashi et du Japon en général.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 janvier 2013
Ce roman de Thomas Day n'est certainement pas le meilleur. Hélas, j'ai eu l'impression de lire une ébauche narrative plus qu'un roman achevé : on aurait aimé que l'auteur donne plus de chair à son histoire, la densifie. Tout de même, il s'est attaqué à un véritable monstre de légende: écrire une aventure en empruntant le grand Myamoto Musashi et l'inspiration de son époque, passer derrière le cultissime cycle de Yoshikawa, auraient demandé un peu plus que 280 pages typographiées assez largement...
Bien sûr, ça part sans doute d'un parti pris de l'auteur, qui aime donner à ses romans un rythme soutenu, que par ailleurs j'apprécie d'habitude. Mais quand même, on reste sur sa faim.
Dommage, le sujet était en or, et le choix de le traiter sous l'angle fantastique était alléchant. On passe malgré tout un agréable moment.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 septembre 2005
"La Voie du Sabre" est un court roman adapté d'un nouvelle précédemment parue en 1998 dans le recueil Fées & Gestes de André-François Ruaud. En fait, là où la nouvelle s'arrêtait page 119 après l'attaque du village de pêcheur par l'armée de l'Empereur, le roman poursuit la narration des aventures de Mikédi dans ce Japon médiéval imprégné de fantasy, jusqu'à sa rencontre avec la reine. Ce sont donc deux nouveaux "rouleaux" ("Les braises de l'enseignement", "L'incendie sous l'horizon") qui sont ajoutés ici.

Mais, alors que la première partie du roman prend le temps de mettre en place le décor, les personnages, leur caractère et leur philosophie, la suite expose trop d'événements en trop peu de pages. Si, dans un format court, l'aspect "conte" est séduisant, dans le roman, le nombre de pages est insuffisant pour décrire l'histoire avec soin. La plupart du temps, on a l'impression de voler au-dessus du texte sans vraiment avoir le temps de s'intéresser aux péripéties. La pagination, très aérée, n'enlève rien à cette situation : les feuilles se tournent à toute vitesse !

Et c'est bien dommage parce que de nombreux passages, s'ils avaient été exploités, auraient pu être aussi forts que les images suggérées par les descriptions des monstres de Shô, ou celles de la fabrication du sabre de Musashi à partir de métal météoritique. Quant aux six années de voyage en Europe résumées en trois pages, on croirait revenue la façon de conclure la nouvelle originale, ce qui n'est pas adapté au roman.

Alors même si le sujet est passionnant, même si le texte se lit d'une traite, là où la nouvelle était excellente parce qu'elle développait somptueusement les premiers moments de Mikédi sous la tutelle de Musashi, le roman est décevant parce qu'il veut raconter trop de choses, trop vite.
0Commentaire| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 juin 2015
ce livre ne peut pas être publié. Une suite de mots... avec beaucoup de ponctuation, car l'auteur-éditeur a compris que le style passe par la ponctuation ?
La littérature de l'imaginaire s'essouffle ( surtout la SF - le genre que j'aime) et notre auteur éditeur fait tout son possible pour l'aider dans sa chute.
Nous pourrions nous posez la question ? - Nous lecteurs intelligents (enfin un peu) de savoir pourquoi ce genre de livre peut-être vendu.
Ne suivez pas la voie du sabre - ne suivez pas la voie de "Tomas Day" - Car il est dur en tant que lecteur de ne pouvoir critiquer un livre , du fait qu'il n'y a pas de livre, juste des mots qui assemblé ne veulent rien dire.
Pour conclure l'auteur est la pire chose qui pouvait arriver a la SF ( il a même gagner gagner quelques prix ) sûrement grâce a son style.
Ce monde est parfait - la SF française a toujours eu un mâle dominant hurlant après tout et n'importe quoi - lui il ne sait même plus après quoi il hurle.
Donc je me marre en lissant certaine critique, ce livre est illisible même pour l'auteur lui-même.
Vu les autres autres critiques sur ce même sites, je peux ajouter que l'auteur ne manque pas d'amis.

Je vais conclure de cet façon : vendre des bons livres c'est bien - prendre le lecteur pour un ... ; et voila un pirate
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 août 2003
Le jeune Mikédi, surnommé « Oni » (démon), est le fils d'un seigneur de la guerre. Son but est de devenir un joru un guerrier si puissant que la file de l'Empereur-Dragon acceptera de le prendre pour époux, et de lui donner l'encre de Shô, gage d'immortalité. Pour cela, son père lui a donné pour maître un vagabond pouilleux, qui s'avère être un maître inégalé du sabre, le grand rônin Miyamoto Musashi. Mais l'apprentissage de Mikédi ne sera pas exactement ce qu'il attendait.
C'est moins un roman de fantasy qu'a écrit Thomas Day qu'un roman d'apprentissage, dans le Japon rêvé des contes, centré autour du personnage énigmatique de Musashi, véritable légende au Japon. Comment devenir véritablement un homme, c'est la question que posent Musashi et l'auteur. Ce sera au lecteur de se faire une opinion, après avoir lu ce court et fulgurant roman, plein de violence et de fureur contenues par une écriture précise et d'une grande élégance.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 décembre 2002
La Voie du Sabre... le Bushidô, Miyamoto Musashi, le Shogûn. Autant de mots qui résonnent étrangement dans notre esprit occidental, et qui éveillent notre curiosité.
Dans son roman, Thomas Day mèle adroitement japon historique (celui de l'ère Edo, d'une ère de paix et de raffinements naissants) et un Japon imaginaire, où l'Empereur est un dragon, et où les Maîtres du Sabre sont comme des magiciens. M. Day nous plonge directement dans le vif du sujet, mèlant l'histoire de Mikedi, élève de Musashi, aux légendes qui fondent son monde imaginaire.
Un style vif et clair, une passion pour le Japon qui transparait dans chaque ligne, cette oeuvre ravira ceux qui connaissent et apprécient déjà le Japon Féodal, et ceux qui cherchent une autre approche de la fantasy.
Thomas Day donne une intéressante bibliographie en appendice. :)
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 juillet 2015
J'ai commencé ce livre sans en attendre grand chose, vus certains commentaires incendiaires visibles plus haut.
Au final, c'est plutôt une bonne surprise. Certes, on peut effectivement regretter la rapidité du rythme du récit (deux années d'initiation peuvent être expédiées en un seul chapitre de quelques pages).
Mais le roman ne manque pas d'éléments positifs: le style est de meilleure qualité que ce qu'on trouve généralement dans le genre, la découverte progressive de Musashi par les sous-récits est futée, le fait de confier la narration à un anti-disciple plutôt original. Enfin, l'intégration entre un Japon historique, ne manquant pas de rigueur, et des éléments de fantasy se fait de façon cohérente. L'influence d'une filmographie intéressante, de Baby cart à Après la pluie, se fait sentir.
Le tout est peut-être de ne pas rester buté sur la version de Yoshikawa pour apprécier celle-ci.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 décembre 2013
On ne s' ennuie pas avec "la voie du sabre"!
Basée sur le principe de l' initiation à la vie , Thomas Day nous entraine dans les aventures d' un jeune asiatique déraciné, et obligé par la force des choses à se perfectionner sur le chemin de la vie.
Bien écrit et envoutant, un peu court a mon avis pour faire un grand livre , il aurait fallu sans doute développer et fouiller un peu plus la psychologie des personnages, mais ça reste d' un bon niveau et jamais lourdingue .
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 avril 2009
Un petit bijou qui se lit d'une traite et se suffit à lui même.
Moi qui désirait depuis des années lire une suite à "la pierre et le sabre" et "la parfaite lumiere", j'ai été comblé.
Néanmoins le petit coté fantastique et hérotique peut rebuter les puristes, les coincés ou les plus jeunes.
la suite:"l'homme qui voulait tuer l'empereur" est de la même veine mais amplifie encore le coté "hérotique" et fantastique plus proche d'un "assassin royal".
moralité attendez de lire celui la avant d'acheter l'autre.
11 commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 novembre 2012
Un très bon livre, captivant du début à la fin pour qui aime les histoires sur le japon et cette culture particulière.
Ce livre se lit d'une traite, la trame est bien ficelée et les références au japon sont excellentes. On voyage en même temps que les protagonistes de l'histoire.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici