Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW Cloud Drive Photos cliquez_ici. nav_CD Cliquez ici En savoir plus En savoir plus cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,8 sur 5 étoiles
6
4,8 sur 5 étoiles
5 étoiles
5
4 étoiles
1
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Album|Modifier
Prix:17,90 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 8 février 2012
Les ouvrages de "vulgarisation" sur l'histoire du Cambodge ne sont pas nombreux. C'est une bonne raison pour souligner la sortie de cette BD. Tian, l'auteur, est lui-même né au Cambodge en 1975, trois jours après la prise de pouvoir des Khmers Rouges. Il a fui la guerre avec ses parents et est arrivé en France en 1980.
Dans ce premier tome (espérons que la suite arrivera vite dans les bacs !), il raconte l'histoire de sa famille et porte un regard très sensible sur cette période. Il montre bien que les personnages ne comprennent pas ce qui leur arrive lorsque les Khmers Rouges vident la capitale de leurs habitants.
Le dessin m'a un peu rappelé celui de Sfar dans Le Chat du Rabbin.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Phnom Penh, 17 avril 1975, année du lièvre, la ville est en émoi suite à la prise de la capitale par les Khmers rouges qui a vaincu la République Khmère soutenue par les États-Unis. Comme toute la population, la famille de Khim et Lina se regroupe, amasse ses biens et fuit la ville laissant derrière elle ses biens et souvenirs. Cette trilogie - 1. Au revoir Phnom Penh 2. Ne vous inquiétez pas 3. Un nouveau départ - constitue un témoignage autour la période la plus sombre du Cambodge et raconte l’expérience d’une famille vivant la révolution Khmer.
Les membres de la famille seront successivement menacés, séparés et dénoncés. Pour survivre, ils vont petit à petit se détacher de tous leurs biens, à la manière d’un Petit Poucet à rebours, échangeant leurs objets contre de la nourriture ou un service: les albums photos d’abord (pour dissimuler leurs origines), puis la voiture, les bijoux et même jusqu’aux vêtements.
De cet album se dégagent l’humiliation, la perte de la dignité humaine que les Khmers rouges ont fait subir à la population cambodgienne. Ce témoignage documenté et détaillé montre l’horreur de la déshumanisation du régime et son organisation perverse. Les différents rôles et les arcanes du pouvoir en place sont intégrés au récit, tel les schlops ces mouchards qui écoutent et dénoncent. La négation de l’individu est mise en évidence par la différenciation de classes, l’uniforme imposé (tenue noire et foulard rouge) et le manque criant de nourriture.
De nombreuses cartes et plans détaillés, viennent éclairer le lecteur pour préciser le propos. Tian à le talent de ne jamais verser dans le pathos malgré les épisodes tragiques. La légèreté et la justesse de son trait contrastent avec la gravité du sujet. Les couleurs douces divergent elles aussi avec ce parcours de réfugiés.
Tian a le courage de réussir un album sur sa famille et ses origines, peut être a-t-il réussi à se libérer du passé et réaliser la paix en ce récit? L’auteur remplit son devoir de mémoire pour donner voix et vie à ces corps étouffés et disparus par milliers dans les charniers. Il témoigne aussi et surtout pour les vivants, traumatisés par la fuite, la déshumanisation et l’incompréhension.
Au coeur de l’album et à de nombreuses reprises, l’auteur laisse une place non négligeable à l’Espoir. La famille va se retrouver à de nombreuses reprises dans l’impasse et par un heureux coup du destin fera des rencontres salvatrices.
L’auteur ne se contente pas de témoigner l’horreur d’un régime dévastateur, il brille par la narration, maîtrise l’art du récit en modulant la palette des émotions et des cadrages. Cette trilogie transcende le passé sombre du Cambodge et révèle à travers un parcours particulier la réalité d’un pays tout entier, qui comme le rappelle l’auteur demeure « le pays du sourire ».
MARIE SATOUR (CULTURE-CHRONIQUE.COM)
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 mars 2016
Dire que le génocide cambodgien est une des périodes les plus sombres de l’humanité, cela va de soi. Une période tellement sombre que les personnes l’ayant vécue peinent souvent à la rendre intelligible autant qu’ils rechignent à l’évoquer. Pourtant, il ne faut pas oublier.
La forme de BD se prête très bien à la narration de ce pan difficile de l’histoire : elle évite l’écueil d’un livre trop austère et difficilement accessible, tout en saisissant efficacement l’ineffable atrocité du génocide. Avec beaucoup plus de suggestivité que de violence frontale, Tian rend ainsi parfaitement compte de la folie mortifère des Khmers rouges et du sentiment d’horreur absolue mêlé d’impuissance des habitants. On lui en est reconnaissant.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 juin 2013
Excellent bande dessinée sur la période khmère rouge, plus facile d'accès que les livres écrits sur le sujet. Je recommande et vais acheter le tome 2 qui vient de sortir.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 septembre 2012
J'ai toujours voulu savoir ce qui c'était passé cette année là au Cambodge. En plus sous forme de BD, c'est très agréable à lire. Vivement la suite.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 janvier 2012
bd interessante sur un recit de description d'un drame, dessins simples mais avec une patte artistique, on attend le tome deux pour confirmer le talent
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici