undrgrnd Cliquez ici Litte nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Acheter la liseuse Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

3,6 sur 5 étoiles
5
3,6 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:13,90 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Parmi toutes les rééditions de "L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme", on peut clairement dire que la version la plus complète et la plus fournie (beaucoup de notes : très précis) est la réédition chez Gallimard dans la Collection "Tel" sous la direction et la traduction de Jean-Pierre Grossein.

Au sein de cette belle somme sociologique de Max Weber (1864-1920) -qui dans la Collection "Tel" fait 550 pages-, nous trouvons :

-"L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme" (250 pages).

-"Les Sectes Protestantes" (80 pages) contenant deux écrits : "Eglises et Sectes et Amérique du Nord" et "Les sectes protestantes et l'esprit du capitalisme".

-"Anticritiques" (120 pages) où l'on retrouve un ensemble de quatre long articles de Max Weber comme réponses face aux critiques et interrogations que suscita "L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme" lors de sa parution en 1904. D'ailleurs les "Anticritiques" ont pour objectif de donner de nouveaux arguments à la thèse de Max Weber en ces années 1910 où l’ascétisme protestant entraina un schème socio-économique davantage capitaliste et basée sur l'epargne (c'est l'un des arguments développés).
Il y eut un grand débat socio-économique entre Max Weber -percevant l'essor du capitalisme sociologiquement dans le monde protestant- et l'autre grand sociologue allemand Werner Sombart (1863-1941) qui dans "Les Juifs et la vie économique" (publié en 1911) théorise un essor du capitalisme dès le Moyen-Age en Europe en fonction du judaïsme davantage que du protestantisme (important débat que cette édition aborde).

-Enfin, il y a un important appareil d'analyse -glossaires, index, lexiques, etc.- établi par Jean-Pierre Grossein en 150 pages pour que vous soyez un expert sur le sujet, les arguments, les oppositions et les contre-arguments.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 mars 2011
Max Weber était un sociologue allemand, spécialiste de l'économie dont l'ouvrage le plus connu est "l'Ethique protestante et l'esprit du capitalisme" écrit en 1904.

L'objet de ce travail est la comparaison de la conception du capitalisme dans les sociétés chrétiennes, en s'intéressant en particulier aux conceptions différentes de la place du métier dans le rôle dans la société selon les tendances des différentes branches de la Réforme : luthériens, calvinistes, anabaptistes, quakers, sectes américaines...etc. La comparaison en particulier avec les catholiques sur l'emploi des richesses, sur la place de l'homme économique dans la société montre en quoi certaines tendances à donner à l'ascèse un sens particulier (non pas sur une conception "hors du monde" mais plutôt intramondaine et acceptant les richesses à condition d'en faire un emploi juste) a permis une éclosion plus rapide et plus radicale du capitalisme dans certains pays et certaines régions.

Ce livre est un ouvrage de spécialiste mais aussi une vraie réflexion sur la place du commerce et des richesses dans la conception de la société et pointe autant de particularités qui peuvent apparaître de l'extérieur comme des contradictions. Toutefois, les subtilités qui distinguent certaines tendances des réformés m'ont semblé obscures et difficiles. Le livre a marqué la sociologie et la conception sociale de l'économie à son époque et constitue encore aujourd'hui une référence.

Cette édition enrichie de très (trop) nombreux commentaires et annexes est destinée à des spécialistes ou à des étudiants. Une édition plus simple suffira pour les curieux et les amateurs éclairés.
0Commentaire| 14 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Une oeuvre classique par un grand sociologue, dont la thèse ressurgit régulièrement comme le monstre du Loch Ness, mais est malheureusement complètement fausse. Pourtant on n'arrive pas à s'en défaire et toujours de nouvelles exégèses s'ajoutent à celles qui ont déjà été publiées. L'historien Fernand Braudel n'en fait qu'une bouchée dans son magistral petit livre La dynamique du capitalisme : "Tous les historiens sont opposés à cette thèse subtile, bien qu'ils n'arrivent pas à s'en débarrasser une fois pour toutes; elle ne cesse de ressurgir devant eux. Les pays du Nord n'ont fait que prendre la place occupée longtemps et brillamment avant eux par les vieux centres de la Méditerranée." (pp. 69-70) Ni le protestantisme ni le puritanisme n'y sont pour quelque chose. On sait que corrélation n'est pas causalité, mais c'en est une première condition. Le capitalisme s'est aussi bien développé dans les régions catholiques que protestantes, même plus tôt dans les régions catholiques.
On distingue la sociologie explicative de la sociologie compréhensive, la dernière étant représentée par Max Weber. Or, pour aborder un tel sujet, la sociologie compréhensive, malgré ses grands mérites, ne suffit sans doute pas. Il faut d'abord clarifier les faits durs (dans quels régions et pays le capitalisme s'est-il développé?) avant d'en arriver aux interprétations, valeurs et sens donnés (les protestants raisonnent-ils comme des capitalistes? quelles valeurs défendent-ils?).
A lire pour comprendre comment un grand penseur peut se tromper, une leçon d'humilité en quelque sorte. Et puis il y a les autres essais.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Je sais, tout le monde cite ce livre comme étant la grande étude sur les liens entre protestantisme et capitalisme. Le problème c'est que beaucoup citent un livre qu'ils n'ont pas lus.

La théorie de Weber est très discutable, et largement contestée par les historiens de l'économie. Weber pense que le capitalisme est né en Prusse au XIXe siècle, ce faisant il oublie le rôle de l'Italie, des Templiers et des foires de Champagne dès le Moyen Age.

Il étudie un groupe de protestants, et il englobe ensuite tous les protestants dans son étude.
C'est un vrai travail de sociologue : on part d'une idée et on essaye de la démontrer. Le problème c'est que les faits s'opposent à cette idée.

L'ouvrage est toujours largement cité, et toujours largement contestable.
22 commentaires| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 avril 2014
Le créateur de la sociologie moderne . Qu'ajouter de plus à ce qui a été dit de ce maître de la pensée occidentale moderne?...
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)