undrgrnd Cliquez ici HPALLL nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

5,0 sur 5 étoiles
1
5,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
0
Format: Broché|Modifier
Prix:45,70 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 11 juillet 2010
L'Histoire que raconte l'auteur va du XIIIème aux dernières années du XVIème siècle.
Le lecteur est convié à un voyage en compagnie des poètes (Dante, Boccace, Pétrarque), des artistes et de leurs biographes, qui posent les fondements de ce qui deviendra l'histoire de l'art. La première partie «Des intuitions aux inventions » montre comment aux Trecento et Quattrocento, les plus grands peintres, architectes, sculpteurs, c'est-à-dire des artisans, des manuels, rejoignent peu à peu les philosophes, les mathématiciens, les grammairiens et poètes au panthéon des hommes illustres.
La seconde partie « Institutions » est axée sur le XVIème siècle et les liens des artistes avec l'antiquité, mais aussi avec le pouvoir temporel (les papes). Elle met l'accent sur la dualité entre l'art de la main et la construction intellectuelle de toute aeuvre, l'apogée du « temps des génies » menés par Léonard, Michel-Ange et Raphaël. L'auteur montre alors que les intellectuels de la fin du Cinquecento ont acquis le sentiment que l'Art a été « inventé » donc que sa mort peut et doit être envisagée.

En lisant ce livre bien écrit, érudit, voire savant, vient à l'esprit le mot de Virgile .«Procul o, procul este, profani» ou « Loin, ô, soyez loin, profanes » (Enéïde livre VI v 258) (cité aussi par l'auteur en page 234 à propos de Jules II). En effet, même si cet ouvrage apportera beaucoup à tout amateur de la Renaissance, il est préférable d'être allé à Florence ou à Rome, d'avoir quelques notions sur les arts libéraux au moyen-âge, sur les arts dans la Rome ou la Grèce antique, ainsi que d'iconologie.
Mais c'est aussi un livre qui rend intelligent le lecteur (en tout cas on en sort avec cette impression) en lui ouvrant des portes très nombreuses.
Et alors, cette lecture donnera l'envie de compléter sa culture classique et par exemple de visiter Padoue, Assise, Arezzo ou Mantoue, de (re- ?) lire « la Divine Comédie » de Dante, ou « l'Histoire naturelle » de Pline l'ancien, ou encore les « Vies » de Vasari.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles