Cliquez ici Cliquez ici Galette2018 Cloud Drive Photos En savoir plus nav_WSMI18 En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici cliquez_ici Jeux Vidéo



le 26 novembre 2017
L'un des chants - oui, car sa prose est poétique - le plus enchanté de la littérature contemporaine.
Ce roman est horriblement fabuleux, Oh oui, qu'il est féroce, oui !
Ce sont trois femmes, trois histoires finement alliés,
Par des alois vivants, végétaux, vernaculaires,
Luttant à leur propre courageuse cadence face aux saloperies,
Aux veuleries masculine omniprésentes qui polluent leur jour.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 19 juin 2013
Les atouts de Marie n'diaye : un style à part,où les secrets se déploient progressivement, une force émotionnelle.
Une déception pour l'histoire de ces trois femmes. La première moyenne me laisse sur ma fin. La deuxième mauvaise me paraît être la plongée dans,la tête d'un homme à moitié fou et c'est plutôt son histoire que celle de sa femme. La troisième est la plus triste mais la meilleure. Le lien entre ces 3 femmes est quasi-inexistant. Les émotions sont parfois complètement exagérées. À chaque chose faite, une émotion est décrite. je n'ai pas compris les allégories avec l'arbre dans la première histoire, ni l'oiseau dans la deuxième histoire. Je trouve vulgaire et sans signification, le fait que la première héroïne urine sur elle, que l'homme se gratte les fesses sans retenue et les allusions à son sexe. Peut-être cela vaut-il pour une dénonciation de la condition de la femme en général ? Mais je ne comprends pas pourquoi ce livre là à eu un tel prix et vu le nombre de critiques négatives écrites !
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 4 décembre 2016
Il faudrait 10 étoiles pour Marie N'Diaye, comparé aux Goncourt Lemaitre et Slimanih. L'intelligence, la clairvoyance, la subtilité de ce livre le rangent dans la catégorie littérature vs romans-scénarios de plage, gare ou WC qui encombrent les librairies comme autant de yaourts nature indifférenciés.
La complexité du féminin post féminisme, du masculin post colonial, des rapports de couple, la violence de la pauvreté et de l'exil... Marie saisit notre monde comme personne, et nous le restitue avec une envie d'être comprise parfois un peu appuyée (mais c'est histoire de dire qu'elle reste humaine malgré un talent exceptionnel). Toutes les personnes à qui j'ai conseillé ce livre ont été subjuguées
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 30 octobre 2016
Je n'avais pas eu envie de livre ce livre à sa sortie après avoir pris connaissance des commentaires des lecteurs et des critiques. Qu'ils soient positifs ou négatifs, j'avais à leur lecture le sentiment que ce roman n'apportait pas grand chose de nouveau.
Et puis il y une semaine, il m'est tombé par hasard sous la main. Je l'ai entamé. Je ne l'ai pas lâché. Que dire sinon que j'ai été subjugué par cette oeuvre puissante. Bien sûr, c'est le titre du livre. Mais c'est probablement le meilleur qualificatif.
La dimension africaine m'a paru tenir plus du procédé pour exprimer sa foi en la femme que le sujet (ou un des sujets) du texte.
Montée sur les épaules de Beauvoir, une génération plus tard, Marie NDiaye transcende le combat féministe et impose l'évidence du sujet féminin. La progression d'un caractère à l'autre est remarquable. Depuis une femme française, noire certes, mais française avant tout, jusqu'à la plus pauvre, démunie, inculte et abandonnée aux pires malheurs de l'Afrique, Marie NDiaye donne à voir la dimension irréductible du sujet féminin.
Une étape est franchie : le sujet n'est plus le combat des femmes contre les hommes pour conquérir leur liberté, mais celui de gagner sa liberté malgré les hommes. Ces hommes qui ne sont plus présentés comme une caste opprimant les femmes. Ils peuvent être bons mais le plus souvent profitant de leur position de manière opportuniste et cynique par rapport à elles, ni plus, ni moins. Sauf les pères qui sont incarnés par des personnages particulièrement destructeurs et égoïstes.
La finesse de l'analyse psychologique de Maris NDiaye est exceptionnelle, surtout quand il s'agit des hommes (je suis probablement moins bon juge lorsqu'elle se met à la place des femmes!). Quelle subtilité, quelle intelligence!
Si vraiment, il faut trouver des défauts, 2 ou 3 fois, elle utilise des procédés superflus ou bien elle en rajoute un peu. Mais franchement c'est anecdotique à côté du souffle qui traverse cette oeuvre.
Elle a obtenu le Goncourt avec ce livre en 2009. Depuis, les œuvres récompensées par le Goncourt n'ont jamais retrouvé cette ampleur (même si parmi ceux-ci Houellebecq et Jenni sont excellents, mais sans l'humanité profonde qui traverse chacune des 3 histoires de Marie NDiaye).
Je ne souhaite qu'une chose c'est que le jury du Goncourt puisse nous dénicher cette année une oeuvre aussi éclatante.
Un gigantesque merci à Marie NDiaye.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 15 novembre 2014
Trois récits de femmes, entre France et Sénégal, sans lien apparent – si ce n’est quelques éléments ténus et épars, semés ça et là : la première se bat contre le retour impromptu d’un père destructeur et pervers, en plein déclin ; la deuxième est une déracinée, confrontée à un mari socialement raté et à une vie provinciale médiocre ; la dernière participe à un voyage au bout de l’enfer, contrainte par sa famille à immigrer. Le style est précis, le récit parfois empreint de mystère. Marie Ndiaye met en scènes trois existences qui convoquent à leur manière diverses tragédies qui ont en commun les blessures profondes et les humiliations indélébiles. Impuissantes face à un destin implacable, elles en deviennent puissantes par la grâce d’un grand talent romanesque.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 16 juillet 2011
Malgré les commentaires peu engageants des lecteurs, j'ai quand même souhaité découvrir cet ouvrage, et, j'ai bien aimé. Marie NDIAYE nous fait découvrir 3 destins de femmes issues d'Afrique, avec chacune leur parcours. La dernière m'a particulièrement choquée. C'est vrai qu'il y a parfois des longueurs, certains "dialogues intérieurs" des personnages mériteraient d'être raccourcis. J'ai également trouvé qu'un lien plus évident entre les 3 femmes aurait été bienvenu. La 1ère histoire m'a laissée sur ma faim, j'aurais aimé connaître la suite. Mais c'est le signe que l'histoire m'a accrochée.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 27 janvier 2012
Reconnu par la critique (prix Goncourt 2009), apprécié par les lecteurs (plus d'un demi million d'exemplaires vendus), le dernier roman de Marie NDiaye vaut être lu pour au moins trois raisons : un style novateur, une histoire intéressante et un message loin d'être banal.

Cette écrivaine d'origine franco-sénégalaise a effectivement réussi à s'emparer d'un bon nombre de lecteurs non seulement grâce à de captivantes histoires, mais aussi à une ambiance singulière de sa prose composée à l'aide du procédé dit « réalisme magique ». Comme l'indique déjà le titre, son plus récent roman traite de trois femmes puissantes.

Prénommées Nora, Fanta et Khady Demba, celles-ci sont fortes à de nombreux égards, sans que leur force équivaille nécessairement à la résistance psychique. Après de nombreuses années de séparation, Nora doit ainsi faire face à son père autoritaire et ultra misogyne ainsi qu'à un secret familial susceptible de surprendre même le plus perspicace lecteur. Jadis professeur de lettres à Dakar, Fanta, demeurant depuis quelques années en France, apparaît dans le roman de Marie NDiaye de manière indirecte ' sa présence n'est marquée que par le récit de son mari qui se reproche constamment de ne pouvoir garantir à sa conjointe des conditions décentes de vie en Europe.
La suite à lire sur : [...]
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 3 février 2017
Je suis atterrée de lire tous ces commentaires négatifs. Ils prouvent à quel point notre époque est celle de la médiocrité. Une oeuvre complexe, riche et atypique est invariablement dédaignée et rejetée, au profit d'une "littérature" de supermarché, prête à consommer et destinée à satisfaire les masses.

Marie NDiaye n'est ni Marc Lévy, ni Guillaume Musso, ni Anna Gavalda. Entrer dans son univers dense et foisonnant, où s'expriment les élans les plus secrets et les plus obscurs de l'âme humaine, demande certes un peu plus d'effort. Mais l'aventure vaut le coup, et Trois femmes puissantes fait partie de ces livres qui restent en tête, hantent la mémoire, comme un songe étrange et persistant.

L'écriture de Marie NDiaye est une musique, une mélopée entêtante et mystérieuse d'une incroyable richesse. Et pour qui sait l'entendre, c'est un enchantement.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 14 avril 2016
J'avoue : j'avais écrit un commentaire à propos de ce roman. Mais voyant la moyenne de 2 et demi d'évaluation sur les 100 commentaires précédents -le mien sera le 101ème- je le reprends, l'oublie, (sans doute en restera-t-il des traces), et cause en direct,début 14 h21 heure franchouillote.
Avec ces 2 et demi j'oscille entre colère étranglée et très très lourde lassitude.Ce livre de Marie N'Diaye -c'est la 1ère fois que je lis un livre d'elle- est un grand livre, d'une douceur et d'une profondeur que j'admire.
Je crois qu'ici dans le pays où j'habite encore, on aime la mort, surtout lorsqu'elle ne vous touche pas de trop près.C'est pratique d'aimer la mort dans ces conditions, ça vous évite de réfléchir aucune question ou de dire non loin du tiers-monde comme on vous a appris à penser ...Ou même du quart-monde.Allez je me tais :ma colère est trop grande, trop étranglée, elle devient illisible.N'oubliez pas de redevenir Charlie! lors des prochains désastres.Moi, je m'absente.14 h36.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 30 mars 2015
Pour ma part, j'ai beaucoup aimé ce livre et surtout le premier récit. Il faut s'accrocher un peu les premières pages car le style de Marie NDiaye est inhabituel. Mais il suffit de rentrer dedans. Ensuite, j'ai complètement adhéré. J'ai tout aimé, le rythme, les images, j'ai voyagé avec elle, j'ai souffert et espéré avec ses personnages... Un recueil de pure psychologie qui vise très juste, mâtiné d'un exotisme agréable, haut en couleurs, bien que sombre aussi. J'ai aimé cet usage à la fois audacieux et cohérent qu'elle faisait du français, un usage que seul permet une parfaite maîtrise de la langue, et qui retranscrit au mieux la tourmente dans laquelle se trouvent ses personnages. J'ai passé un très bon moment avec ce livre, qui selon moi est une oeuvre aboutie et mérite amplement son Goncourt.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)