Cliquez ici Cliquez ici cliquez_ici. NEWNEEEW Cloud Drive Photos En savoir plus cliquez_ici nav_STT17 cliquez_ici En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici cliquez_ici



le 10 juillet 2015
Très agréable à lire, du bon du grand Franz-Olivier Giesbert.
Très inquiétant aussi ce descriptif, car il parait que la démocratie est la moins mauvaise des solutions politiques pour diriger un pays.
Bien que cela ne soit pas le sujet, il aurait été intéressant de connaitre l'opinion de FOG sur cette démocratie avariée française. Vu les mots qu'il utilise on se doute de son jugement. Mais que proposer ?
Finalement Chirac un chic type avec qui on boirait bien un coup au comptoir. Ce n'est pas non plus un escroc, non il s'est bien installé dans le système, il en profite un peu sans plus. Sa principale préoccupation est de bien protéger son leadership sur le système....et surtout pas d'emm****s.
Malheureusement ce n;est pas ce qui est demandé, en dehors des périodes électorales il ne parle jamais des Français et de la France.. Il ne connait rien à l'économie, l'ENA ne prépare pas à ça.mais il doit diriger et gérer la plus grosse boite du pays..A la lecture de ce livre, il est clair que la notion de dette du pays est une notion abstraite.
Je ne cache pas ma très grande inquiétude pour l'avenir du pays, le clone de l'ENA qui dirige aujourd’hui marche dans ses traces. Comment on va s'en sortir, faut-il attendre un Grexit français pour se réveiller pour plonger dans un cauchemar. ...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 3 janvier 2014
D'une lecture agréable,ce livre de FO GIESBERT nous decrit avec recul et humour les facettes cachées du pouvoir et celle d'un président ,je le recommande...ainsi que ces autres du meme genre.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 13 novembre 2013
Le titre paraît facile, l'Histoire démontre qu'il existe des méandres. L'écriture de Giesbert est assez peu intéressante mais les anecdotes qui fourmillent sont dignés d'intérêt.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 11 février 2007
Manifestement, l'auteur connaît son sujet. Jacques Chirac, à l'approche du terme de son mandat, est bien sûr le fil conducteur du livre mais il est loin d'être le seul, au sein de cette galerie de portraits élaborée par une plume acérée.

Au-delà du style alerte (ce petit pavé se lit comme un bon polar) et de son intérêt documentaire sur l'histoire immédiate de notre pays, comment ne pas être accablé en découvrant comment l'énergie de ceux qui nous dirigent est mobilisée bien davantage sur la conquête du pouvoir que par l'intérêt supérieur de la nation et de ses citoyens... La réédition en poche d'un livre qui, lors de sa première sortie, a remporté un succès mérité, est l'occasion d'accroître encore sa diffusion. Il faut absolument le lire avant les prochaines élections (évidemment, il conservera encore un intérêt après mais d'une autre nature).
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 20 février 2007
« Il faut toujours se méfier des journalistes », lance en préambule à son livre Franz-Olivier Giesbert. Et il sait de quoi il parle : La tragédie du président se veut comme un manifeste de ce que le quatrième pouvoir peut produire comme ouvrage lorsque l'époque le réclame.

Car, contrairement à ce que certains ont dits, Giesbert ne tire pas sur l'ambulance. S'il parle de la tragédie de Jacques Chirac qui se révèle être celle de la France, ce n'est pas pour sonner l'hallali au moment où notre président touche au crépuscule de sa vie, mais plutôt pour tirer la sonnette d'alarme avant les élections de 2007 - d'où le sous titre du livre : Scènes de la vie politique 1986-2006.

Mais n'allons pas trop vote : le livre commence en donnant un portrait d'une grande précision de Chirac : Giesbert a recueillis patiemment ses paroles ; il le connaît tellement qu'il peut se permettre de nous en donner une vision intimiste qui paraît plutôt crédible à lire. Personnage torturé, qui se déteste, sentimental et secret, le président est un être en souffrance. La droite ? Il la déteste et en défend les couleurs, lui qui a une sensibilité de gauche.

S'il a tout fait pour arriver au sommet de l'état, se battant, tombant et se relevant plus que de raisons, Chirac a, au moment de toucher le pouvoir suprême, explique Giesbert, été atteint du mal de François Mitterrand. Pas celui du cancer, non, mais celui du ninisme. A savoir que, non, on ne va rien faire. Quand bien même le pays cours à sa perte, avec une fracture sociale de plus en plus béante chaque jour et un déficit public dont on n'arrive même plus à se rendre compte de la gravité, Mitterrand, Balladur ou Jospin ont pourtant tout fait pour taire les véritables problèmes. Le ninisme consiste à ne faire ni ça, ni ça. A contenter les électeurs, Chirac est passé maître. Sa trouille ? Voir les gens défiler dans la rue.

Dans cette tragédie française, tout le monde a sa part de responsabilité et tout le monde en prend pour son grade : seuls, peut-être, Alain Juppé et Pierre Maurois s'en sortent. Le plus détesté de tous est Dominique de Villepin dont Giesbert nous livre un portrait au vitriol. Quant aux espoirs de la nouvelle génération, ils se résument selon l'auteur à François Bayrou et Nicolas Sarkozy, les deux seuls ayant dis non à Chirac et qui ont de réelles convictions politiques.

Concrètement, s'il semble bien que Giesbert soit de droite, son analyse politique de la situation semble suffisamment sincère pour qu'on lui accorde quelque crédit : ce titre, édité en poche, vient à point nommer. Sa lecture risque de bouleverser votre vision de la politique et vous faire réfléchir aux enjeux de 2007. Ajoutez à cela un style journalistique facile d'accès à tous, des citations de moralistes du XVIIIème siècle et des anecdotes croustillantes : bref, une lecture aussi passionnante qu'instructive ; à destination des Français et des apprentis journalistes.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 13 juillet 2013
Ce témoignage en forme de chronique saint-simonienne est un régal, parce qu'il nous plonge dans les coulisse d'un pouvoir déliquescent où la grande politique s'efface devant les ambitions individuelles et les faveurs courtisanes.

S'il était besoin d'un ouvrage pour comprendre que le véritable pouvoir n'est plus à l’Élysée, c'est bien celui-là ; même si c'est à l'insu de l'auteur...
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 3 février 2008
Ce récit de Franz-Olivier Giesbert retrace bien les vingt derniéres années de Jacques Chirac au pouvoir. On y retrouve de nombreux détails que l'on voit dans le remarquable documentaire de Patrick Rotman. La cour de Jacques Chirac y est remarquablement représentée: Villepin, Sarkozy, Balladur et Pasqua sont décrits sous des traits que l'on ne connaissaient pas. On découvre finalement un homme qui est imperméable à tous les coups qu'il a reçu et qui sera rester dans la lignée de Mitterand et Jospin.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 25 février 2010
L'immobilisme est en marche
rien ne l'arrêtera
Edgar Faure

Le sous titre choisi peut paraître excessif et outrecuidant mais c'est ce qui ressort de ce livre qui survole à travers le parcours de Jacques Chirac,trente années de gouvernement de la France par des hommes qui n'ont jamais su ou voulu dire la vérité et imposer des choix d'avenir.

Il est vrai que pour nos gouvernants,sortir des ornières de la facilitè n'était
sans doute pas aisé en témoigne cette constatation de Robert Badinter qui fut un proche de Mitterrand :"François Mitterrand a gagné parce qu'il a su,le mieux,exprimer la France peureuse et frileuse,celle qui a peur de l'avenir et de l'étranger"Venant d'une telle personnalité,cette terrible apostrophe donne à réfléchir.

A travers le long parcours de Jacques Chirac c'est donc trente années de l'irréversible déclin d'un pays que nous raconte l'auteur,(avec un talent de journaliste qui aurait décidé de sortir du rôle de "porte micro"complaisant ou muet qu'ont trop souvent ses confrères,)

Deux personnalités néanmoins trouvent grâce aux yeux de Giesbert,Alain Juppé et surtout Raymond Barre .Malheureusement vite écartés sans doute pour avoir été trop rigoureux dans leur démarche.A propos de la grande grève qui a mis à terre Juppé l'auteur parle "de crédulité,d'infantilisme et de nostalgie archaïque.Une déprèssion sublimée par la grève.Une mystification"Et d'ajouter aprés avoir analysé le phénomène:"telle est la société française en cet automne 95;casanière,podagre et passablement revêche.Bloquée de partout et d'abord dans la tête.Pas réformable."
Le drame est que l'on a l'impression que rien n'a changé en quinze ans.

Un livre plein d'humour,talentueux mais terrible qui pointe sans concessions le drame de la société francaise.Et l'auteur n'oublie pas de mentionner le pire:c'est que nos insuffisances seront payèes non par nous mais par les générations futures.
11 commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 27 août 2008
Giesbert avait commis en 1985 une biographie de Chirac qui était une véritable hagiographie, rien n'y était négatif et les deux ou trois frasques 'confessées' (dont le peu glorieux dépucelage dans un bordel d'Algérie...) masquaient difficilement les trous béants sur sa fortune personnelle ou la situation de sa famille proche, tous soigneusement évités. Comme pour se rattraper, Giesbert lance le balancier à l'autre bout de la cour en chargeant Chirac lourdement pendant ses années de pouvoir. Curieuse manière de charger une réalité mille fois racontée et maintenant bien connue pour ce président dont on se demande bien pourquoi Giesbert le pilonne systématiquement ainsi...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 18 avril 2006
Ce livre est un récit de la vie politique française depuis 1986, écrit à partir de discussions "off the record" avec les hommes politiques, essentiellement du point de vue de la droite, en particulier de Jacques Chirac. Il se lit très vite et est rempli d'anecdotes, ce qui en fait une lecture agréable. Il est un peu décevant dans le sens où il ne donne pas tellement plus d'informations qu'on pourrait en avoir en lisant régulièrement le Canard Enchaîné, exceptées quelques pages sur la vie privée de la famille Chirac. En revanche j'ai apprécié l'objectivité de l'auteur, qui n'est pas du tout partisan : il décrit les hommes sans les juger et sans tenir compte de leurs opinions politiques.

L'auteur se croit obligé d'étaler au moins deux citations par page (de Lao Tseu, de Gengis Khan ou de Saint-Simon) en plus des citations en tête de chaque chapitre, ce qui finit par être un peu agaçant. L'analyse psychologique est par ailleurs un peu simpliste : chaque fois que deux personnages sont cités, "au fond ils se ressemblent beaucoup", que ce soit Chirac et Jospin, Balladur et Mitterrand ou Chirac et Balladur.

Dans l'ensemble, il me semble que le livre donne une piètre image de la politique, par la description de la fourberie et du cynisme de certains hommes politiques. Certains s'en sortent mieux que d'autres, heureusement.
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

Chirac, une vie
24,50 €
François Mitterrand, une vie
11,00 €
Jacques Chirac
27,60 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)