undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles
31
4,3 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:5,30 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Les Commentaires sont à la fois un plaidoyer"pro domo" justifiant les ambitions de son auteur et un récit de guerre décrivant l'ensemble des opérations menées par les Romains contre les Gaulois et les Britanniques.
Le style incisif, le sens du détail et de l'ensemble, l'analyse politico-militaire des rapports de force entre Gaulois ainsi qu'un descriptif très réussi des manoeuvres, engagements et batailles font de ce texte un remarquable "reportage" sur Rome en guerre.
De plus, la lutte menée contre les tribus dispersées (l'épisode opposant les Romains aux Parisii sur une île qui n'est autre que l'île de la Cité est émouvant à lire pour un parisien), les évènements racontés (Gergovie, Alésia), la figure héroïco-tragique de Vercingétorix concernent directement l'histoire du Pays et sa formation.
Ce récit n'a pas pris une seule ride et peut se lire directement sans nécessairement recourir à l'appareil de notes. La marque du talent en quelque sorte.
22 commentaires| 52 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 novembre 2007
Voilà une très bonne surprise ! Qui imaginait qu'on arriverait à lire avec plaisir l'histoire de la pacification de la Gaule par César ?

On ne peut s'empêcher de trouver amusant le ton employé par César, qui semble absolument objectif, comme si ce n'était pas César mais un historien qui écrivait. Impression renforcée par l'emploi de la 3ème personne, annonçant peut-être Alain Delon ? En tout cas là l'effet est réussi, on en ressort avec une admiration plus forte pour César et une bien meilleure compréhension de cette incroyable épopée (César affrontant pratiquement à chaque campagne des armées de plusieurs centaines de milliers d'hommes, et ayant souvent (si on lui fait confiance) très peu de pertes. On comprend beaucoup mieux le rôle de la discipline, de l'organisation et du moral dans les armées de l'époque, où les combattants n'avaient une vue que très partielle de la situation réelle. On est aussi poussé du côté des Romains contre ces Gaulois qui ne cessent de se révolter, et de perdre chaque année, tribus par-desus le tout pas toujours fidèles (pensons aux Eduens, favorisés par les Romains pendant longtemps, mais qui furent au centre de la dernière grande révolte).
N'oublions pas Vercingétorix, qui fait son apparition dans le dernier livre écrit par César, et semble être un politique adroit, ayant réussi à lancer la révolte de presque toute la Gaule, et un chef militaire avisé, vaincu par l'esprit gaulois :

"Autant le Gaulois est ardent et prompt à prendre les armes, autant il manque, pour supporter les désastres, d'énergie et de ressort."

Difficile par contre de faire la part de la propagande de César, qui a intérêt à hausser le mérite de son adversaire après l'avoir vaincu, pour s'en réhausser d'autant.
0Commentaire| 26 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 mars 2010
En dehors de quelques voyageurs et philosophes grecs, on ne connaissait quasiment rien de la Gaule avant l'arrivée de César (pour être précis, lorsque la bibliothèque d'Alexandrie a brûlé, beaucoup des descriptions grecques de la Gaule sont parties en fumée). Le texte de La guerre des Gaules est limpide. César donne un coup de projecteur sur la Gaule de son temps tel un cinéaste de grand talent. Si César révèle beaucoup, il nous laisse également sur notre soif tant on aurait voulu qu'il s'attarde d'avantage sur les habitudes, la langue et la religion des Gaulois (il emprunte beaucoup à Poseidonios d'Apamée en ce qui concerne la situation des druides et a de fait, plusieurs siècles de retard par rapport à leur place dans la société de l'époque). Un livre passionnant et si vivant qu'on a l'impression d'être sur le champ de bataille. Les cartes fournies sont cependant peu claires. Je vous conseille d'imprimer celle-ci si vous souhaitez suivre les déplacements géographiques de César avec plus de facilité :
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 1 août 2007
Rusé politique, fin tacticien et merveilleux stratége... Un homme de guerre, un homme d'Etat comme l'histoire de l'Homme en connut peu. L'illustre Cesar nous offre ici une occasion rare d'apprendre par ses mots même la politique et la guerre "à l'Antique". Il était admirateur d'Alexandre le Grand, mais à la lecture de ce récit, dépouillé, sobre et pour résumer authentique, Alexandre n'aurait-il pas été, à son tour, l'admirateur de César ?...
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
La conquête de la Gaule par Julius Caesar a fait un million de mort et un million de gaulois ont été réduits en esclavage. Malgré des trésors de courage et d'ingéniosité auquels Jules César rend hommage, nos ancêtres, mal commandés, divisés, n'ont rien pu faire face à l'irrésistible ascension de la puissance romaine.
Il faut lire et relire ce livre car il marque le début de notre histoire et il décrit ce qu'étaient les moeurs de nos ancêtres gaulois mais aussi celles des germains. On découvre qu'ils pratiquaient les sacrifices humains, et qu'ils avaient droit de vie et de mort sur les femmes et les enfants.
"La guerre des gaules" nous montré également comment un grand chef comme César pouvait commander. Dans ses rapports avec ses hommes, il n'employait que des mots courants. Loin de se retrancher dans ses quartiers, il se montrait physiquement à ses soldats et ce en première ligne, par exemple dans une bataille, ou "chacun, sous les yeux du général en chef, chercha à faire de son mieux".
On découvre aussi un personnage qui, bien qu'il ait fait couler beaucoup de sang, n'était pas cruel. "César qui savait sa bonté connue de tous" écrit Hirtius en continuant les commentaires du maitre.
"En traitant honorablement les états, en comblant de récompenses les principaux citoyens, en n'imposant aucune charge nouvelle, maintient-il facilement en paix la Gaule épuisée par tant de rervers et à qui il rendait l'obéissance la plus douce".
C'est peut-être là que réside le secret d'une occupation romaine qui dura plus de 4 siècles.
Même si on peut vibrer à la l'histoire de la résistance désespérée de Vercingétorix, "La guerre des gaules " nous rappelle qu'à l'origine l'expédition de César en Gaule s'est faite à la demande de peuples gaulois, les Eduens et les Séquanes qui étaient en proie (déjà) aux invasions germaniques. Comme Jules César le fait dire dans la bouche du chef Eduen Diviciac, "il allait arriver qu'en peu d'années les Gaulois seraient chassés de leur pays, et que tous les Germains passeraient le Rhin (...) César, seul, par son prestige personnel et celui de son armée, par le nom du peuple romain, pouvait empêcher qu'un plus grand nombre de Germains ne passat le Rhin".
Comme l'ont également pensé beaucoup d'historiens modernes, si les romains n'avaient pas conquis la Gaule elle l'aurait été par les Germains qui n'y auraient pas été établi la civilisation dont nous sommes à l'origine.
0Commentaire| 69 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 décembre 2012
Ce livre remplit parfaitement son but, à savoir relater, du point de vue de son auteur, une partie de la guerre faite aux populations gauloises. Le style est certes froid et impersonnel mais relate d'un point de vue objectif le périple de César et de ses troupes, tentant de pacifier le monde gaulois, à l'instar de son prédécesseur Alexandre le Grand ou de son successeur Napoléon Ier.
Un esprit froid d'analyse, quelques exemples donnés concernant le mode de vie et les caractéristiques de ceux que César nomme les "barbares". L'on peut constater que certains peuples contemporains ont conservé des principes mis en œuvre par nos ancêtres à savoir la rigueur germanique de l'époque ou la relative incompétence du peuple gaulois en matière de combat...
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ecrit en petits caractères et 8 chapitres avec une chronologie de la vie de César, un glossaire très complet et des notes, voilà pour la présentation formelle. Il ne faut pas se laisser rebuter par les petits caractères, c'est un ouvrage passionnant. Certes, César subit que peu de pertes, inflige de sévères défaites à ses ennemis mais on en apprend beaucoup sur la façon de combattre des uns et des autres, l'importance de la géographie, du relief Les stratégies employées. Les aléas de la traversée de la Manche, et surtout l'attaque de Gergovie et d'Alésia se lisent comme un roman d'aventure. Pour les amateurs d'Astérix on décrypte aussi à travers les lignes les sources de Goscinny: César qui parle de lui à la 3e personne, les Helvètes...
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 novembre 2014
Un bon ouvrage regroupant les 8 livres des commentaires de la Gaule. Dommage que les notes sont en fin de livre et non en bas de chaque page. Dommage également de n'avoir pas une carte plus détaillée des différentes villes et peuples nommés par César car c'est parfois difficile de se repérer. Il n'y a qu'une carte de la Gaule ou il manque plein de choses, une carte de la bataille d'Alésia et une autre de celle de Gergovie. En revanche, le lexique à la fin avec les différentes villes et les noms des personnages est vraiment bien.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Jules César (-100 à -44 avant JC) écrit ses commentaires sur la guerre des Gaules en tant que général, chef des Romains, vénéré par eux. Le style est concis, sans emphase, descriptif. Ce grand homme de l'Antiquité nous donne une magistrale leçon de conduite d'une guerre en territoire hostile :

Etre ferme dans l'application de ses résolutions, défendre son territoire, les peuples qui vous font confiance, dissuader ceux qui se méfient de vous de vous défier par les armes, empêcher toute coalition d'ennemis contre vous, savoir vaincre mais ne pas annihiler, vaincre en ménageant les susceptibilités, les sensibilités culturelles et politiques : l'ennemi d'hier peut devenir l'allié de demain. Proposer l'alliance après la guerre procède d'une habile stratégie en territoire d'invasion quand l'ennemi, s'il se coalisait, par son surnombre pourrait vous écraser de sa puissance. Toujours diviser, mais non pas en guerrier brutal mais en souverain amical apportant la paix romaine, la civilisation, une concorde, une certaine prospérité économique.

J'ai été conquis par ce grand esprit politique qui manifestement - j'en appelle à ceux qui pourraient me le confirmer et apporter des éléments à mon intuition - a inspiré les grands conquérants français de la fin du XIX° siècle; je pense tout particulièrement à Gallieni et Lyautey. La pacification dans la recherche de l'harmonie, de la protection des faibles, en permettant de dégager une force politique autochtone puis l'aider à se faire respecter, savoir s'effacer mais toujours en cas de danger, savoir aider, affirmer l'alliance par le feu et les armes s'il le faut. N'être qu'exceptionnellement impitoyable pour marquer les esprits turbulents, frapper les consciences, dissuader par la violence même de l'acte rare, toute velléité de guerre civile. Se faire respecter et aimer même de ses hommes par l'exemplarité de sa conduite est un préalable.

Ce texte d'historien, écrit au premier siècle avant Jésus-Christ est riche d'enseignements politiques et militaires. Il est en outre passionnant à lire, nous plongeant dans les multiples combats opposant les Romains et leurs alliés - de circonstance - à la myriade des peuples de la Gaule et leurs chefs dont le légendaire Vercingétorix.

Rome a apporté une idée de la civilisation et a fait germer sur les terroirs des Gaules un faisceau de nations : la France, la Belgique ("les plus braves de tous ces peuples sont les Belges (...)" - Livre Premier) et dans une moindre mesure, l'Allemagne (les Germains).
88 commentaires| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 octobre 2014
... des classiques. Il faut commencer par là pour comprendre d'une part la pensée romaine de l'époque et avoir un aperçu de ce que pouvaient être nos ancêtres.
Mais attention car une fois de plus, c'est la vision des choses d'un ... vainqueur !
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)