undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles
13
4,4 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:9,20 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 26 mai 2009
En dépit du caractère un peu décousu propre au genre - recueil d'articles et d'interventions, ce livre offre une excellente synthèse du travail de Michéa. Contre les idéologies dominantes, il trace une perspective nouvelle à laquelle devront se confronter tous ceux qui veulent s'intéresser à la philosophie politique.
0Commentaire| 15 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 décembre 2008
Pour qui n'est pas universitaire et doit sélectionner ses lectures en fonction de critères de stimulation intellectuelle et d'exigence déontologique, Jean-Claude Michéa lui fait un don inestimable: celui de l'espérance fondée sur les vraies valeurs. L'extrême gauche libérale toute-puissante qui détruit les racines des peuples pour le plus grand profit capitalistique des nomades cosmopolites avec ses bonimenteurs médiatiques n'est pas certaine d'une victoire définitive: pour mettre un point d'arrêt à la mutation de l'être humain en consommateur aliéné par l'occupation de son esprit par la publicité et par le harcèlement à son travail, on peut s'appuyer sur le "bon sens" et la "décence commune" chers à Orwell, le visionnaire de "La Ferme des Animaux" et de "1984".
Tout ça n'est pas nouveau, certes: les Evangiles, Saint Thomas, et bien d'autres mais les médias n'existaient pas à cette époque et l'auteur ne s'y réfère pas sauf indirectement ( ex: Chesterton ).
La démonstration subtile de l'accord entre néo-cons et extrême gauche (libérale donc) nécessite une certaine réceptivité au langage philosophique mais l'érudition de l'auteur n'est jamais pesante: la lecture de Michéa est aisée et vaut bien un polar.
On peut regretter que soit effleurée seulement la nature des vrais tireurs de ficelles derrière les masques de l'imposture mais la crise financière est suffisamment révélatrice pour avoir à s'y étendre dans un ouvrage finalement humaniste dans le sens traditionnel et noble du terme.
Un très grand intellectuel au service de la pensée libre de l'aliénation de la marchandisation totalitaire.
Une lecture indispensable et promise à un grand avenir.
Bravo !!!
44 commentaires| 53 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 25 août 2013
J'aime bien la pensée de J.-C. Michéa même si je ne suis pas socialiste.
Mais sa critique du libéralisme et de la gauche du progrès est très originale et stimulante pour qui veut dépasser les clivages manichéens droite/gauche.

Ce livre n'est pas son meilleur : j'ai préféré
Le complexe d'Orphée : La gauche, les gens ordinaires et la religion du progrès

Selon moi, il donne trop de poids à la doctrine libérale dans l'évolution - qu'il dénonce à juste titre - de nos sociétés. L'idéologie égalitaire (l'égalitarisme) en est sûrement aussi une cause si ce n'est la plus importante.

Mais son analyse sur la séparation entre la gauche du progrès et le socialisme (qui défend les pauvres) au tournant du XXe siècle (après l'affaire Dreyfuss) est très intéressante.
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Ce petit livre devrait rapidement s'imposer comme une référence incontournable pour toute discussion sérieuse sur l'état actuel de notre société. Comme il dévoile assez radicalement l'inanité de la pensée de ceux qui occupent la sphère médiatique, il ne manque pas de déclencher une forte hostilité et d'évidentes tentatives de falsification sur le sens de son propos. Le mieux ne consiste t'il pas a vous faire votre propre opinion en vous confrontant à cette vivifiante lecture?
0Commentaire| 24 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 mai 2013
"On oublie trop souvent que le monde moderne, sous une autre face, est le monde bourgeois, le monde capitaliste. C'est même un spectacle amusant de voir comment nos socialistes antichrétiens, particulièrement anticatholiques, insoucieux de la contradiction, encensent le même monde sous le nom de moderne et le flétrissent, le même, sous le nom de bourgeois et capitaliste." Charles Péguy.

"Le socialisme au XIXième siècle, a été inventé pour remplacer la capitalisme. Or nous devons assumer pleinement l'économie de marché. Je préfère parler de la gauche." Manuel Valls, France-Soir, 19 mai 2008.

C'est notamment par ces deux citations que s'ouvrent la Double Pensée. A lire impérativement pour comprendre la citation de Péguy, et l'évolution de la gauche française...
11 commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Quel livre ! Gérard Leclerc dans le dernier numéro de Royaliste avait analysé cet ouvrage en le recommandant chaudement. Bien vrai.

Michéa est un philosophe. Ce n'est pas l'agrégation de philosophie qui confère cette qualité à l'homme. Non. C'est précisément la qualité de savoir poser des questions simples, de savoir trouver des éléments de réponse, de savoir les relier entre eux, de critiquer la synthèse, d'aller de l'avant dans une pensée qui, se construit clairement.

Le synopsis est excellent. L'auteur le développe tout-au-long de son livre.

Orwellien, il insiste sur la pertinence de la "common decency" que l'auteur définit comme étant "ce jeu d'échanges subtil et compliqué qui fonde à la fois nos relations bienveillantes à autrui, notre respect de la nature et, d'une manière générale, notre sens intuitif de ce qui est dû à chacun", "ce sens commun qui nous avertit qu'il y a des choses qui ne se font pas".

"(...) La doctrine libérale a toujours trouvé ses appuis métaphysiques privilégiés, d'une part dans le relativisme moral et culturel ("à chacun sa vérité"; "des goûts et des couleurs on ne discute pas") et, d'autre part, dans le culte positiviste de la Science et de la "Raison" - c'est-à-dire dans le culte des seules instances supposées capables de fonder des discours sans sujet et donc officiellement libres de toute implication philosophique".

Libéralisme économique et libéralisme des moeurs sont deux expressions d'une même philosophie de l'homme qui le conçoit de nature mauvais - Hobbes, le Leviathan- (je souligne que le christianisme - le judaïsme également - s'inscrit en opposition radicale avec le libéralisme car le chrétien conçoit que l'homme est créé bon mais faible, en proie au péché mais appelé au Salut).

Il importe pour le libéralisme de conduire l'homme sur le terrain de la neutralité marchande. Le libéralisme s'affranchit des valeurs morales car :

"Si aucun individu ne peut se voir imposer par qui que ce soit (Etat, Eglise ou autres individus) la moindre définition positive de ce que serait un comportement décent ou conforme au bon sens - et tel est, en définitive, l'essence même de la liberté pour tous les libéraux - cela n'implique pas seulement l'adhésion préalable aux dogmes du relativisme culturel ou l'existence d'une théorie "postmoderne" de la déconstruction. Cela implique également que la liberté individuelle - puisqu'elle ne saurait être soumise à aucune valeur morale ou philosophique commune - ne peut rencontrer ses propres limites que dans la liberté correspondante des individus ("la liberté des uns s'arrêtant où celle des autres commence."). Du point de vue libéral, par conséquent, seule la liberté est fondée à limiter la liberté."

Michéa démontre également qu'il est "absolument impossible de comprendre les enjeux ultimes de la politique contemporaine (et donc l'essence du monde où nous vivons) si l'on oublie que derrière l'adhésion intellectuelle au libéralisme et à la modernité, il y a toujours l'acceptation préalable, consciente ou inconsciente, de cette anthropologie pessimiste et désespérée".

"On appellera donc "libéral" tout pouvoir politique qui prétend substituer aux anciennes interrogations "idéologiques" et "partisanes" sur la nature de la société bonne ou décente, le seul problème concret de gouvernabilité des sociétés contemporaines" - la fonction de l'Etat de Droit étant conçue à la manière de celle du Code de la route.

Michéa nous aide donc à comprendre pourquoi tant de gauchistes héritiers d'un certain Mai 68 ont basculé avec fanatisme dans le libéralisme.

Les nombreuses mises en lumière des philosophes libéraux Benjamin Constant, Hobbes, Sieyès, de leur confrontation à Marx, à Debord, à Orwell enrichissent la réflexion. L'analyse est profonde, riche et invite à la continuité de cette féconde pensée.

Repenser le "don", la "générosité", "de sens commun" en économie et en société est essentiel. Ce faisant c'est prendre le parti radical de la lutte efficace contre le libéralisme.
33 commentaires| 24 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Cet ouvrage, composé pour moitié d'interventions de l auteur à propos de son ouvrage l empire du moindre mal, et pour moitié de textes indédits, est un ouvrage philosophique de première importance. C'est avec ce genre d'ouvrage que l'on peux penser le politique.

Michea est probablement un des, voir le principal, philosophe français parmis les plus pertinents, et une analyse du monde moderne se doit, à mon avis,d' intégrer son travail.
22 commentaires| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 août 2010
Michéa revient ici sur son analyse de la pensée libérale. Ce livre rassemble divers textes et entretiens, qui peuvent se lire comme autant d'appendices à son ouvrage précédent, « L'empire du moindre mal : Essai sur la civilisation libérale », dont la forme était celle d'un essai philosophique.
Il doit être possible de le lire indépendamment (surtout qu'il n'y aborde pas seulement le problème du libéralisme et qu'il y est aussi question de la soif du pouvoir, un autre thème de prédilection de Michéa). Mais je pense quand même qu'il vaut mieux avoir lu au moins un des deux autres livres de cette trilogie, « l'empire du moinde mal » ou «Impasse Adam Smith ». Quoi qu'il en soit, les trois livres méritent d'être lus, ils constituent un jalon important de la philosophie politique.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 avril 2015
critique pertinente, percutante et aisée à lire dans lequel l'auteur fait preuve d'une grande érudition et ouvre d'autres pistes de lecture...
je regrette juste de ne pas avoir découvert J.C. Michéa plus tôt
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Disons-le clairement "La double pensée" n'est pas le meilleur livre de Michéa. Il s'agit d'un recueil d'articles parus dans "Le nouvel obs", la revue anarchiste "Réfractions" et d'un entretien sur Radio libertaire. Le but du livre est une explication sur les concepts définis dans son précédent et excellent livre "L'empire du moindre mal". Pour ceux qui auraient déjà lu ce livre ou son plus ancien "Impasse Adam Smith" il est quasiment inutile de lire "La double pensée". Seules les 80 dernières pages apportent des éclairages nouveau sur la pensée de Michéa. On trouve notamment une belle réflexion sur la mystification des sacro-saints "Droits de l'homme" et il explique comment ce concept a été dévoyé au cours du temps (comme l'avaient déjà souligné Marx dans La question juive et Engels dans L'anti-Dühring).

Comme d'habitude on retrouve les concepts fondamentaux développés par le professeur de philo montpelliérain : la common decency orwellienne, la critique de la logique libérale, du libéralisme-libertaire et la défense d'un socialisme conservateur etc. mais aussi son humour et sa critique acerbe de Libé et de ses lecteurs, de la gauche multiculturaliste, de la "lutte contre toutes les discriminations"...
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)