Cliquez ici Cliquez ici NYNY18 Cloud Drive Photos En savoir plus cliquez_ici. nav_WS18 En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

4,5 sur 5 étoiles
4

le 28 juillet 2015
Le livre est aussi riche qu'il est concis et bien écrit. Il enquête sur le vaste sujet de la sorcellerie à partir d'un point à première vue bien anecdotique : les croyances populaires des "benandanti" dans le Frioul du xvie et xviie siècles. Grâce aux archives de l'inquisition il parvient à dégager les grandes lignes de croyances populaires très anciennes liées à des cultes de la fertilité. Les "benandanti" protègent les enfants et les récoltes en combattant par l'esprit les sorcières aux temps symboliques de l'année. Ces croyances font face aux savoirs "savants" des inquisiteurs qui ont leur propre compréhension du diable et des sorcières. Carlo Ginzburg met en lumière ce va-et-vient entre catégories savantes et catégories populaires lors des multiples enquêtes et interrogatoires et comment petit à petit les catégories savantes (comme le sabbat des sorcières) viennent dominer les anciennes représentations paysannes qui perdent de leur cohérence.
Le plaisir de la lecture vient aussi de ce choix de l'exploitation des archives qui rend si vivant un temps et un lieu à première vue si étranger au notre.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 30 décembre 2010
Ce livre a bientôt 50 ans (publié pour la première fois en 1966) mais il sert toujours de référence et se retrouve dans toutes les bibliographies des grands auteurs publiant sur la chasse aux sorcières. Véritable livre d'anthropologie historique!
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
1000 PREMIERS REDACTEURS D'AVISMEMBRE DU CLUB DES TESTEURSle 13 décembre 2016
Il est probable que ce livre soit le résultat d'un travail de fond totalement estimable. Mais il n'empêche qu'à contre-courant de l'ensemble des avis, cette étude sur les benandanti m'est apparue très ennuyeuse. De fait, et selon moi, c'est à dire selon une perception relative et très probablement discutable, on peut estimer que les arguments de l'auteur tiennent dans une page. Tout le reste est constitué d'une somme d'extraits de rapports d'inquisition et de reprise en boucle des mêmes thèmes. Les travaux portant sur ces questions à la limite de la religion des croyances et des superstitions sont généralement des occasions de pénétrer les mœurs d'une époque et d'y surprendre parfois les traces de notre présent. Ici reste dans un rapport de faits qui laisse notre curiosité peu satisfaite. Sans doute un travail trop spécifique pour un lecteur « généraliste »
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 10 novembre 2015
La démarche de ce professeur italien est passionnante. Il montre par les archives de l'inquisition, comment l'inquisition a obligé des guerisseurs chamans europééens à arriver à renoncer à leur conception pour les obliger sous la menace, à entrer dans le cadre mental de la vision du monde simplifiée que l'église voulait imposer . Toute experience spiriituelle devait être détruite, pour faire croire au schema: dieu, le diable, l'eglise représentante de dieu sur terre.
Il pose les bases des recherches sur le chamanisme européen et ses survivances avant l'inquisition.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus



Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici