Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Rentrée scolaire undrgrnd Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles
43
4,3 sur 5 étoiles
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 31 décembre 2010
Vous préparez le capes? L'agrèg? Ou vous êtes seulement en licence ou master de lettres? Cet ouvrage est fait pour vous! De prime abord d'aspect hermétique, la GMF vous permet d'accéder à des définitions précises et nettes! Allez, courage! Il faut s'accrocher!
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 mars 2014
Je recommande cette grammaire, indispensable si l'on veut parfaire la maîtrise du fonctionnement de la langue française, et qui suppose déjà d'avoir quelques bases. Tout est clair et expliqué. J'apprécie particulièrement le chapitre sur la grammaire de l'énonciation. Pour passer le CAPES, je pense qu'elle est obligatoire...
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 avril 2013
Avec La Grammaire du français de Sancier-Chateau, c'est le livre le plus complet pour suivre les cours de grammaire à la Fac. Une bible pour un budget serré. Pour les bases par contre, les 1107 pages risquent de déconcerter. La Grammaire Française de Sandrine Blondet (1,5€ format poche) est excellente. Avec si possible le Bescherelle - plus visuel dans ses explications, plus moderne dans sa maquette. Beaucoup de choses sont expliquées clairement comme par exemple : "si on a une proposition subordonnée au verbe de la principale = c'est une conjonctive, si il s'agit d'un complément essentiel alors on est en présence d'une subordonnée complétive ; si proposition subordonnée à 1 nom = on a alors une subordonnée relative etc.".
Le Riegel reste austère - mais il y a presque tout ce qu'on peut vouloir chercher comme questions les plus diverses - traitées toujours avec un souci de simplicité. De la versification aux questions pointues sur le GN, le verbe, l'adjectif, tout est bien expliqué très clairement avec beaucoup d'exemples simples pour comprendre l'idée générale, à chaque fois. L'ancienne édition était par contre plus "belle", bien reliée, sur un papier bien clair...mais son prix était 2 fois plus élevé (280 francs...au dos du livre). A destination des étudiants de lettres qui comptent aussi s'orienter vers les concours de l'enseignement --et ouvrage passionnant pour les autres lecteurs, comme moi, aimant comparer, voir ce qui a évolué depuis les années 70, ce qui a traversé l'Atlantique, ce qui nous est parvenu du MIT et des théories de Chomsky. Le must !
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 12 mai 2014
Pour redécouvrir la grammaire, rien de tel que cette fameuse grammaire méthodique du français. Un must have pour ceux qui veulent approfondir le français ou juste en redécouvrir les bases (pour aider les devoir des enfants par exemple !)
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 décembre 2014
Un ouvrage indispensable pour tous les étudiants se destinant au CAPES de Lettres.
Co-écrit par Jean-Christophe Pellat, ancien enseignant de linguistique à l'Université de Strasbourg (retraité depuis 2012).
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 avril 2013
Juste génial si on aime la grammaire pure!!! Accessible et à la portée de tous en plus d'être un outil indispensable pour s'exprimer et écrire parfaitement cette belle langue qu'est le français!
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 février 2015
Référence en matière de grammaire pour les concours de l'enseignement, sorte de dictionnaire de la grammaire! Le but n est pas de la lire d'une traite mais d'y puiser des informations
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 décembre 2015
Je souhaitais un ouvrage assez pédagogique pour aider mon fils à comprendre les règles les plus courantes du français.
Cet ouvrage s'adresse d'avantage à des pros de la linguistique française.
Il est trop complet et fastidieux à lire pour mon usage personnel
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 20 février 2016
Recommandé par une professeur de français, toutes les règles de grammaire sont expliquées. Un bon livre a consulter en cas de doute ou pour approfondir les règles de grammaire.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 décembre 2012
Ce commentaire concerne la 4ème édition “entièrement revue” septembre 2009, 2ème tirage juillet 2011. Et sur sa couverture il y a une tache violette qui porte une publicité d’un genre qui ne correspond guère à une presse universitaire : “La grammaire no 1 en langue française, 200 000 ex. vendus”

Et voici quelques unes des erreurs et confusions qu'on trouve dans ce livre:

À la page 745 nous lisons :

“…“Il” impersonnel n’a … aucune des propriétés interprétatives des sujets ordinaires et en particulier du pronom personnel “ il(s)”, “elle(s)” dans ses emplois anaphoriques et …”

Dans ce passage il convient peut-être de dire plutôt “des pronoms personnels “ il(s)”, “elle(s)” …” et non pas “du pronom personnel “ il(s)”, “elle(s)” …” et aussi on doit peut-être dire plutôt “dans leurs emplois” et non pas “dans ses emplois”.

À la page 295 nous lisons :
“Associé à un nom massif, l’article indéfini en donne une interprétation individuante, soit une sous-espèce, soit une quantité standard : “Une eau, l’eau d’Évian” -“Garçon, une bière ! ” Cet emploi de l’indéfini comptable avec un nom massif (concret ou abstrait) exige souvent que certains conditions soient remplies notamment la présence d’une expansion de ce N (ou, au minimum, du postdéterminant “certain”), qui présente l’entité ainsi dénotée comme une variété particulière du type d’entité massive dénotée par le nom …”

Et voici quelques remarques sur ce passage :

1-Faute de français ou de frappe : On doit dire “certaines conditions” plutôt que “certains conditions” (l’accord du déterminant en genre)

2-Là il s’agit selon les auteurs de deux cas de l’usage de l’article défini associé à un nom massif, soit une sous-espèce, soit une quantité standard. Soit ! Mais l’explication qui en est donnée, en termes des conditions qui doivent y être remplies (dans le texte : “Cet emploi de l’indéfini comptable avec un nom massif…”), ne concerne que le premier cas. Donc cela fait qu’en vrac on nous énumère deux cas et on nous donne un exemple de chaque et une explication qui ne concerne que le premier cas. C’est confus. Il convenait donc de séparer les cas, de donner éventuellement un ou des exemples de chacun et l’explication qui va avec. Comme ceci par exemple :

“Associé à un nom massif, l’article indéfini en donne une interprétation individuante

-soit une sous-espèce : “Une eau, l’eau d’Évian” Cet emploi de l’indéfini comptable avec un nom massif (concret ou abstrait) exige souvent que certains conditions soient remplies notamment la présence d’une expansion de ce N (ou, au minimum, du postdéterminant “certain”), qui présente l’entité ainsi dénotée comme une variété particulière du type d’entité massive dénotée par le nom …”
-soit une quantité standard : “Garçon, une bière ! ”
Mais le deuxième cas pose un autre problème.

En effet “un” et “une” sont, d’une part, des articles indéfinis et de l’autre, des adjectifs numéraux (voir aussi page 297). Et si dans le premier cas, c’est-à-dire dans le cas d’une sous espèce, ils sont définitivement des articles indéfinis et c’est leur indéfinitude qui est saillante, dans le deuxième cas, c’est-à-dire le cas d’une quantité standard, ils sont clairement plus proches de leur côté d’adjectifs numéraux. Pour voir cela remarquons que dans le premier cas “un” et “une” ne pouvaient pas permuter avec “deux”, “trois” ou “quatre” tandis que dans le deuxième cas cela est tout à fait possible et complètement d’usage, et on peut avoir :
“Garçon, une bière ! ”, “Garçon, deux bières ! ”, “Garçon, trois bières ! ”…

Là, si on veut quand même garder la classification ci-dessus on pourrait alors ajouter que l’article indéfini partage cet emploi avec les adjectifs numéraux.

Mais étrangement, dans la partie concernant les adjectifs numéraux (page 297), aucune mention de l’usage de ces derniers avec des termes massifs n’a été faite ! Or c’est ici que l’opposition entre les deux éléments est plus forte et paraît comme le comptage des non-comptables.

À présent il convient peut-être de restructurer le livre correctement pour une nouvelle édition.

Langage ordinaire et métaphysique : Strawson
Etudes de logique et de linguistique
L'Art de la renaissance
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

19,50 €
6,60 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)