undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,4 sur 5 étoiles
19
4,4 sur 5 étoiles
Prix:12,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 4 novembre 2013
La route de la servitude est un des plus importants ouvrages de la philosophie libérale du 20e siècle. Cela tient tant au contexte de sa publication, en pleine seconde guerre mondiale, par un témoin autrichien de la montée du national-socialisme, qu'à son contenu, qui est un avertissement du danger mortel pour les libertés de maintenir en temps de paix la planification rendue temporairement nécessaire par l'effort de guerre.

Le problème est que la seule version disponible en français, qui date de 1946, voulant éviter à toute force la traduction littérale du texte anglais de F. A. Hayek (prix Nobel 1974), en devient très inexacte. Elle en altère le sens au point de le fausser. Traduttore, traditore. Cette traduction ou plutôt cette réécriture de G. Blumberg avait le mérite de donner un premier accès dès 1946 au texte de Hayek publié en 1944, mais elle ne répond plus au degré d'exigence que l'on est en droit d'attendre de la collection Quadrige des Presses universitaires de France.

Il faudrait publier une nouvelle traduction française du texte, et en attendant, il faut impérativement se reporter au texte original en anglais.

Quelques exemples des altérations criantes du texte tirés du chapitre 10: "social reformers" devient "théoriciens socialistes" (p. 146), "nationalism" devient "national-socialisme" (p. 153), "collectivist or military" devient "militariste ou commerciale", etc. etc.

La mauvaise qualité de cette traduction ne permet pas de donner à cet ouvrage les 5 étoiles qu'il mériterait au titre de son importance dans l'histoire des idées.
11 commentaire| 19 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Une présentation brillante des risques du planisme et de l'étatisme pour la liberté individuelle, non pas uniquement pour la liberté économique, mais pour toute forme de liberté. Un ouvrage qui connut une diffusion massive, non sans raison. Hayek y livre ici un classique indispensable dans toute libraire, qu'on partage ses idées ou non.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 avril 2016
Cet ouvrage analyse les ressorts du système totalitaire et explique pourquoi une étatisation de l'économie peut aboutir à une montée du totalitarisme par un processus de centralisation des décisions. Il insiste également sur le manque de performance et la corruption d'un modèle économique centralisé et sur ce dernier point l'histoire récente lui donne parfaitement raison.
Notons que contrairement à de nombreux commentaire lu ici ou ailleurs, cet ouvrage parle très peu du libéralisme et n'expose que brièvement cette doctrine.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 janvier 2016
Je le recommande à tous les acteurs politiques afin qu'il comprennent mieux les mécanismes et les conséquences du collectivisme appliqué à démocratie.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 décembre 2013
A mon époque...les livres que tout le monde avaient lus en seconde étaient:
- le meilleur des mondes
- 1984
- Farenheit
C'était de la science fiction, et cela ressemblait plus à un avertissemnt de ce qu'une sociétée pouvait devenir qu'à une réalité...
Trente ans plus tard, mon neveu passe le bac, mention bien, sans avoir lu un seul livre de sa vie (à part croc blan)...

En fait, nous sommes dans le meilleur des mondes depuis....
Mme de Stael (de la litterature) en 1805 qui écrit "l'égalité soulage la médiocrité jalouse" et qui parle de "l'abaissement démocratique"
Chateaubriand parle de "la vanité des médiocrités en souffrance"
La Comtesse de Boigne (1830) écrit qu'"En France, l'égalité est devenue une maladie de la vanité".

Tout cet abaissement démocratique, au nom d'un égalitarisme inssassiable a été prévu par Tocqueville ("il n'y a rien de pire pour une démocratie qu'un peuple ingnorant vulgaire et sans foi" "qu est ce que la liberté ? A ceux qui n'ont pas l'ame assez grande pour la percevoir, il faut renoncer à le leur expliquer")comme le danger que représente la Démocratie (ou dictature du Peuple) vis à vis de nos libertés individuelles.
H Taine reprend le flambeau, suivi par B Fay...et puis J Raspail "le Camp des Saints".

Ce courant de pensée libéral est étoufé, camouflé, éteint par une Société qui ne prétend qu'à nous rendre heureux dans le seul but de pouvoir mieux nous asservir en nous emasculant.

F Hayeck théorise avec une accuité implacable le rouleau compresseur de la socialisation des ames qui aboutit à la société nivellée et abaissée d'aujourd'hui...sans ame ni réfléxion...

Peu de livres arrivent à nous faire prendre conscience de l'influence de l'inconscient collectif d'une sociétée socialisante (60% de pression fiscale)sur notre conscience individuelle, notre interrraction avec les autres individus de cette société et à décrire de façon aussi précise, la prison mentale que constitue notre inconscient collectif...que l'on appelle Etat Bienveillant.. destructeur de nos libertées (de penser, de vivre, de croire, de s'enrichir, et donc de nous accomplir en tant qu'individu pensant...)

le "Dieu existe" et le "je pense donc je suis" sont passés par un "je consomme donc j existe" pour arriver à un long "je paye 60% de pression fiscale donc je suis un bon Citoyen heureux de participer à l'effort nationnal de l'asservissement des ames au nom de la sainte déesse égalité fruit de la vanité des médiocrités socialisantes d'invidus frustrés et jaloux de n'avoir pas fait l'effort d'essayer de devenir des hommes libres"...parce qu'une fois que le Peuple Jacobin Nihisliste de 1789 a tué Dieu (action qui s'est transformée plus tard par la laicisation forcée égalitariste et anti-chrétienne)...c'est difficile de remplacer "Dieu et sa morale Chrétienne d'amour du prochain" par autre chose que la vanité des médiocrités en souffrance d'un peuple envieu...Levier sur lequel savent si bien jouer nos hommes politiques..(bon je vous rassure...en France..l'horizon politique est socialiste à 99,99%)

J'ai appris il y une semaine qu'en France 14 Millions d'individus tiraient leur existence de l'Etat...soit 1 actif sur 2 ... (5 M fonctionnaires, 3 M de chomeurs, 2 M RSA, 4 M liés aux dépenses de l'Etat).

Accrochez vous...votre libertée...ou plutot le début du commencement de la fin de votre asservissement...commence par la lecture de ce livre...
88 commentaires| 24 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 mars 2014
Ce livre décrit très justement comment la planification de la vie de la société par un gouvernement aboutira systématiquement à la dictature. Les droits individuels se doivent d'être respecté. C'est le fondement du libéralisme et de la déclaration des droits de l'Homme.

Ce livre se lit très bien et devrait être lu par tout le monde, même si on partage pas l'idée qu'une société peut se baser sur la responsabilité individuelle et sur un état limité.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 septembre 2013
La Route de la Servitude est un classique qui ne s'est pas démodé. Percutant, l'ouvrage permet de comprendre les défauts des systèmes socialistes qui dérivent très rapidement vers la privation des libertés de l'individu.
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 novembre 2015
Ce livre de 1946, difficile à lire, a fini par me faire comprendre pourquoi ça ne va pas dans nos sociétés :
- Les dépenses publiques arrivent à 60% du PIB, donc de nos impôts.
- Le marasme économique, le chômage, RMI, ...
- Les décisions des politiques sans lien avec les désirs du "peuple" qui les a élu, voire même à l'opposé.

Il démontre bien deux optiques d'organisation de nos sociétés :
- le libéralisme ou le socialisme,
- la liberté économique et les risques qui vont avec, ou la sécurité sans liberté et sans égalité pour autant.

En fait, suivant le sens premier du mot "socialisme", tous nos partis, quelle que soit leur couleur, sont socialistes. Ils se disputent simplement le fromage et les privilèges des uns et des autres.

Ce livre démontre également que socialisme et dictature ne sont jamais très éloignés, même aujourd'hui.
Nous élisons démocratiquement nos dictateurs.
Et que libéralisme et dictature ne sont pas antinomiques pour autant.

Voici un extrait, qui a mon avis résume parfaitement le sujet :
<< Nous sommes prêts à accepter toutes les explications de la crise actuelle de notre civilisation sauf une : à savoir que l'état actuel du monde résulte peut-être d'une véritable erreur de notre part, et que la recherche de certains des idéaux qui nous sont les plus chers a produit des résultats tout à fait différents de ce que nous attendions. >>

Un livre à lire (je l'ai lu deux fois avant de bien comprendre).
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 juillet 2014
Ce livre m'a bien fait comprendre la conception libérale de l'économie qui met en avant l'initiative individuelle et s'oppose à la conception d'une économie planifiée centralisée.
L'auteur explique aussi très bien comment les idées nazies sur l'économie sont le prolongement des idées socialistes du 19ième siècle : annihilation de l'individu au profit de la communauté
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 juin 2013
Si vous cherchez à comprendre lorigine des maux que connait notre société contemporaine, lisez ce livre écrit en 1943 par un esprit aussi perspicace que visionnaire. Ce texte est un plaidoyer implacable dénonçant les conséquences sur le long terme du socialisme.

Vous découvrirez comment, malgré ses bons sentiments, le socialisme est, a été et sera toujours un échec en créant plus dinégalité quil nen résout, en déresponsabilisant les individus, en flattant légoïsme du peuple, en biaisant la définition des mots jusquà en faire des contre-sens (lisez les romans dOrwell), en concédant toujours plus de privilèges aux corporations bien vu des médias, en édictant toujours plus de lois pour nous dicter la façon dont on doit être heureux, en détruisant toute initiative personnelle, en rejetant ses erreurs sur des boucs émissaires
Vous comprendrez aussi pourquoi le socialisme se marie si bien avec un courant de pensée qui peut lui paraitre opposé au premier abord : le nationalisme

Bref, la lecture de ce précis de libéralisme est salutaire dans cette société ou ce mot est considéré comme un synonyme desclavagisme Comment ne pas y trouver une similitude avec lune des devises novlangue du 1984 dOrwell : « La liberté, cest lesclavage » ?
0Commentaire| 8 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus