undrgrnd Cliquez ici HPALLL nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PhotoM16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

4,3 sur 5 étoiles
17
4,3 sur 5 étoiles
Format: Album|Modifier
Prix:16,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Le suicide de Stephan Zweig au Brésil résonne encore comme la fin d'une époque.
Ici, l'auteur nous conte les derniers jours du célèbre écrivain avec sa compagne : ses doutes, ses envies, son désespoir... On ressent bien l'effondrement de l'homme blessé et traqué pour qui la mort n'est plus que l'ultime échappatoire.
La dépression de Zweig est ponctuée de flash back qui nous permettent de mieux cerner le personnage et ses angoisses.

Les dessins de cette BD sont splendides, tout en finesse et élégance.
Le romantisme et la passion brûlante de la jeune épouse de Zweig adoucissent le propos assez noir de l'ensemble (malgré les très belles couleurs des dessins).
En tout cas, une BD extraordinaire à lire même si l'oeuvre de Zweig ne vous est pas encore familière (et n'oubliez pas les biographies qui sont souvent excellentes !).

Une expérience à renouveller !
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
J'ai mis du temps à acheter cette parution. Stefan Zweig en BD, difficile à imaginer lorsqu'on est grand amateur de l'écrivain. Presqu'un peu dérangeant, même s'il s'agit bien sûr d'un hommage. Sans doute aurais-je dû opter, d'ailleurs, pour le roman du même nom, dont cette réalisation est issue.
Mais finalement, je ne suis pas déçu.

Le trait reste sobre, on évite tout excès de voyeurisme ; les expressions, silences, l'atmosphère générale suggèrent à merveille la tristesse liée à la disparition de ce monde d'hier, qui tourmente tant notre auteur, Juif loin de chez lui et désespéré par ce qu'il sait de la montée du Nazisme en Europe puis des exactions qui suivent, jusqu'à la terrible nouvelle du début de l'Holocauste, lui qui a toute sa vie défendu et voulu croire en un humanisme seul à même de permettre à l'Homme de vivre en bonne intelligence et poursuivre la recherche du bonheur.

On sait la terrible issue à laquelle cela va donner lieu. Et, telle une tragédie grecque, l'inéluctable se prépare. La jeune seconde épouse de Stefan Zweig, qui demande tant à vivre, semble connaître un sort comparable à une Antigone des temps modernes. Tout est écrit, tout semble déterminé d'avance (évocation du terrible destin de Kleist).
Quant à Stefan Zweig, on voit poindre, à travers ses silences, ses expressions, sa détresse intérieure, le désarroi total qui le ravage de l'intérieur et le conduit jusqu'à l'issue fatale.

Un livre grave, sur un sujet grave, réalisé tout en finesse.
Subtil et réussi.
1414 commentaires| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
J'ai eu le coup de coeur pour cette magnifique BD qui raconte les derniers jours d'un de mes auteurs favoris, Stefan ZWEIG. Sublime, sublime le graphisme, sublimes les textes. Une grande subtilité et des émotions comme il n'est pas toujours évident de les faire ressentir en bandes dessinées. Le récit se fait tout en nuance, en retraçant les moments clés de la vie de cet auteur qui aura marqué son temps. C'est un très bel ouvrage que je recommande tant pour l'objet en lui même que pour ce qu'il raconte et ce qu'il dégage. C'est aussi un beau cadeau.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Auteur de bandes dessinées français (1966 - ), Guillaume Sorel commence à publier ses premières illustrations professionnelles dans les magazines Scales et Casus Belli, illustre des jeux de rôles pour Oriflam, et collabore aux trois numéros du fanzine Karpath.
En 2011, il rencontre l'écrivain Laurent Seksik. L'album "Les derniers jours de Stefan Zweig" paraît le 22 février 2012, jour commémoratif des 70 ans de la mort de l'auteur autrichien.

Fuyant l'Autriche et les prémices des persécutions juives, Stefan Zweig retrouve le Brésil.
Il entreprend la rédaction de ses mémoires, revient sur les principales étapes de son existence, témoignant d'un monde en destruction.
Avec l’entrée en guerre des États-Unis, il perd de plus en plus espoir mais n’en continue pas moins son œuvre.
Hanté par l'inéluctabilité de la vieillesse, s'accommodant mal de l'asthme sévère de Lotte et moralement détruit par la guerre; il décide qu’il ne peut plus continuer à assister ainsi, sans recours, à l’agonie du monde. Le 22 février 1942, après avoir fait ses adieux et laissé ses affaires en ordre, Stefan Zweig met fin à ses jours en s'empoisonnant au Véronal, en compagnie de Lotte qui refuse de survivre à son compagnon.

Une magnifique (et tragique) page de la vie de l'écrivain, illustrée de main de maître par Guillaume Sorel. Les dessins collent à merveille aux situations (Clarté/ Noirceur).
Les 3 dernières pages offrent une luminosité à la hauteur du génie de l'écrivain.
Une BD complète par sa forme et sa profondeur .
Intense moment de lecture !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS RÉVISEURSle 2 décembre 2013
Il est toujours délicat de juger une bédé inspirée d’un roman qu’on n’a pas lu. Mais si l’on s’en tient ici à l’aspect visuel, c’est tout bonnement époustouflant. Le trait dentelé de Sorel s’allie parfaitement à ses aquarelles sublimes que l’on admire tels des petits tableaux, avec des effets de lumière sidérants. Et ce quelle qu’en soit l’échelle. Si les paysages brésiliens sont grandioses, on est tout autant ému par les délicats reflets d’une coupe de champagne ou de l’eau dans une piscine. Les souvenirs du « monde d’hier », en l’occurrence l’Europe de la culture et des arts avant la barbarie nazie, sont évoqués avec sensibilité, dans une ambiance à la fois crépusculaire et flamboyante.

Je dois dire que je me suis tellement laissé emporter par la magnificence du travail de Sorel que pour moi le scénario passe presque au second plan. Celui-ci est basé sur des faits réels : la retraite de l’écrivain au Brésil avec sa jeune épouse Lotte, quelques jours avant leur suicide en 1942. Bref, j’ai trouvé que Sorel rend ici un magnifique hommage à Stefan Zweig et qu’il a parfaitement compris l’état d’esprit dans lequel il pouvait se trouver à ce moment-là. C’est vrai, le récit est lent et contemplatif, et risquera de laisser en dehors ceux qui ne connaissent pas cet auteur dont les œuvres furent traversées par un humanisme inquiet et qui ressentit d’autant plus durement la folie destructrice qui s’était emparée de son pays et de l’Europe toute entière.

Ce que l’on peut dire aussi de cette œuvre, c’est que les auteurs jouent beaucoup sur les contrastes. Tout d’abord celui entre deux mondes opposés, l’Europe en proie au chaos et le Brésil baigné d’une douceur de vivre réconfortante et hors du temps. Puis celui entre Stefan Zweig lui-même, en proie à un abattement inconsolable, lassé d’être devenu un exilé permanent considéré comme juif par les uns et ennemi allemand par les autres, et sa jeune épouse Lotte, portée par un fort désir de vivre et aspirant à l’insouciance, alors même que sa maladie lui rappelle que cela est impossible. Sorel parvient à rendre avec délicatesse tout l’amour et la tendresse qui unirent ces deux êtres jusqu’à la fin, et cela aussi est vraiment très émouvant.
22 commentaires| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 janvier 2013
Après avoir lu le livre et vu la pièce de théatre, j'avais très envie de lire cette bande dessinéé retraçant les derniers jours de Stéfan Zweig et de sa femme au Brésil.
J'ai été enchantée par cette lecture et ravie par le graphisme
Les dessins sont beaux et rendent bien l'intensité dramatique des derniers jours de ce couple
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Stefan Zweig poursuit son exil depuis qu'il a quitté Vienne pour échapper aux nazis. Rejeté par Londres il trouve refuge au Brésil à Pétropolis. Bien accueilli par les Brésiliens, il souffrira pourtant de sa lucidité qui lui fait craindre la victoire des nazis, et il n'hésitera pas à se suicider accompagné dans son geste par sa jeune épouse

Fondé sur le livre de Seksik cet album reprend les derniers jours de Zweig, oubliant seulement qu'il avait rejoint le brésil parce que Bernanos s'y trouvait et que la première blessure fut la froideur de l'accueil de Bernanos. L'album est très beau et nous rend la fragilité des deux personnages, ainsi que l'intelligence et la lucidité de Zweig, qui pourtant se retournera contre lui puisqu'il disparaît quand les allemands semblent gagner la guerre.

Cela donnera peut-être envie à nos financiers éditeurs de rééditer l'aeuvre de Zweig qui n'est plus éditée n'en déplaise à Mr Sarkozy, dont on se demande où il a pu la lire ??
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 28 mars 2012
D'ordinaire, je n'aime pas les bandes dessinées, mais ayant lu une belle critique de celle-ci, je l'ai commandée et lue. C'est une sensible et superbe "mise en scène" des deniers jours de Stefan Zweig et de sa femme.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 2 septembre 2015
les âmes et les temps torturés, la tentative d'y survivre et la désespérance plus forte, le tout dans des paysages qu'on aurait cru libérateurs mais qui enferment; très beaux dessins et aquarelles, pour des textes subtils et sensibles
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Tout en pudeur et en allusions, ce roman graphique, tiré du livre de Laurent Seksik:Les derniers jours de Stefan Zweig, est
une belle trouvaille. Tout y est dit sur l'atmosphère glauque du Brésil, sur la désespérance de ce grand écrivain qui comprend que son monde a disparu,
(voir son Le monde d'hier : Souvenirs d'un européen) et qu'il n'a rien à faire dans l'époque qui s'ouvre.
Une sorte d'adieu au bonheur, à l'intelligence, à la grâce.... qui n'aura bientôt plus cours..
11 commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

22,00 €
15,00 €
17,00 €

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)