undrgrnd Cliquez ici HPALLL nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_PhotoM16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux

Commentaires client

3,7 sur 5 étoiles
37
3,7 sur 5 étoiles
Format: Album|Modifier
Prix:11,50 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 23 août 2013
Le dessin de Regric, hybride de celui de Bob de Moor (uniquement visible dans "Le repaire du loup") et de celui de Martin (dans les meilleures années), tente de faire revivre Lefranc. C'est son troisième album. "Noël noir" était une réussite, un huis clos dans un esprit incroyablement martinien. "L'éternel shogun" était nettement moins bon - surtout à cause d'un scénario d'une parfaite banalité. Les mêmes défauts se retrouvent dans ce nouvel opus. Les promesses de "Noël noir", hélas, restent... non tenues.

Certaines pages de Regric sont sidérantes de fidélité graphique, mais d'autres totalement affligeantes. Les gros plans sur les personnages sont parmi les points faibles de ce dessinateur (n'est pas Martin qui veut) et les postures des personnages sont affreusement raides. Les personnages sont souvent mal campés, mal proportionnés. Pourtant, on sent qu'il y a un travail considérable derrière chaque case... Et c'est là que le bât blesse. Car la fidélité est bel est bien recherchée, et Regric y parvient... mais pas tout au long de l'album. C'est là un véritable problème. Il semble que seul Marc Jailloux, à ce jour, soit capable de tenir la distance d'un album en conservant un style fidèle à l'Univers Martin : il y a réussi sur le quatrième tome d'Orion et "La dernière conquète", le dernier "Alix" en date.

Si Jailloux est si bon, c'est qu'il travaille dur. Cela se sent dans ses dessins. Cela vaut aussi pour Regric, qui semble un véritable bourreau de travail. A l'inverse des médiocres "Alix" de Marco Venanzi ou de Ferry (ce dernier ayant obtenu la palme du pire album de la série), que l'on imagine dessinés en toute hâte, on "sent" que ce repreneur de Lefranc travaille dur. Chacun de ses dessins paraît réalisé avec la plus grande application. Son encrage se veut le plus souple, le plus fidèle possible... Et c'est là un de ses points forts. L'encrage est vraiment irréprochable. Mais les personnages !... Leur graphisme ne semble pas avoir progressé depuis "Noël noir", étrangement.

La magie n'opère pas. Ou plus. Pourquoi ? Evoquons à présent le scénario.

Si la magie n'opère plus, c'est tout bonnement parce que Lefranc ne peut pas éternellement vivre dans les années 50, sans revivre des aventures qui déjà ont été dessinées ou écrites par Martin. Il y a déjà eu tellement de Lefranc, et les scénaristes sont tellement nombreux à avoir travaillé sur ce personnage, que... les albums nouveaux finissent par ressembler aux anciens. Comme en témoigne cette couverture, qui pourrait être la couverture de plusieurs des "Lefranc" des années 50. On devine à peine la "terrible base secrète soviétique" qui pourrait être un indice de la particularité de cette illustration.

Pour cet album, Robberecht montre encore une fois ses limites en tant que scénariste. Ne déflorons pas trop le sujet, mais... la vision de l'URSS dans les années 50 est particulièrement... stéréotypée. Même Hitchcock, qui affectionnait les clichés, s'en était pourtant défié pour "Le rideau déchiré" ou "Topaz". Robberecht n'a visiblement jamais réfléchi à la question : toutes les mises en scènes paraissent terriblement artificielles, les échanges entre les personnages, les enjeux...

Pourquoi diable l'éditeur n'a-t-il pas continué sa collaboration avec Jacquemart, par exemple ? Ce scénariste semblait avoir parfaitement compris la mécanique des albums de J. Martin et son univers. Il était inventif.

Ici, on assiste à un récit parfaitement banal, l'enjeu pourrait être intéressant... s'il avait été imaginé dans les années 50 - mais le clonage de dictateurs est une idée tellement banale de nos jours. Les médias en parlent à chaque coup d'état : Kadhafi, Saddam Hussein. Clones, doubles, sosies... Ce sont des sujets à proscrire, disent tous les manuels d'apprentis scénaristes. Mais voilà. Ce Lefranc est basé sur cette "invention scénaristique" redoutable... Et l'album ne s'en relève pas. D'autant plus que dans "La momie bleu", dernier album sur lequel avait travaillé J. Martin, ce thème était déjà traité : il était question de clonage et de réanimation d'une momie. Thèmes voisins : Martin n'aurait jamais écrit sur des thèmes si semblables, si rapprochés, en si peu d'années. Le final est particulièrement "attendu", et l'album se clôt sur cette impression : "tout ça pour ça".

On attendra donc, avec une certaine impatience, le prochain opus de cette série, pour voir si Regric parvient à débarrasser ses personnages de leur raideur et de leurs problèmes de proportions. Son encrage est parfait, ses décors également, ses véhicules irréprochables. Il a un talent certain, mais il faut impérativement que ses personnages s'améliorent pour qu'ils ne soient pas des pantins désarticulés - c'était d'ailleurs le reproche que l'on avait fait, en son temps à de Moor, pour sa reprise de... Blake et Mortimer.

Vivement le prochain album, aussi, pour savoir si l'éditeur est capable, enfin, de (re)trouver à Lefranc un scénariste digne de ce nom.
0Commentaire| 33 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 septembre 2013
Commençons par les deux points négatifs : quelques aproximations dans les proportons des personnages. Ensuite, des caractères petits petits...
D'aucuns reprochent au scénariste de maintenir Lefranc dans les années 50. Et Alix au temps de la Rome antique ? Et Blake et Mortimer ? Volonté de deux génies de la BD ! D'autres ont fait en sorte que leurs héros, sans vieillir ont traversé les années. Michel Vaillant, Dan Cooper, Buck Danny...
D'aucuns reprochent le manichéisme des auteurs. Les années 50-60 sont celles de la guerre froide : les vilains communistes, la dictature stalinienne et ses millions de morts, la baie des Cochons, la construction du Mur de Berlin... Une mine d'or pour les scénaristes !
Un petit regret ; On voit de mois en moins Jeanjean. Et l'absence remarquée d'Axel Borg.
A lire. Pour les amateurs de bonne BD ! En résumé, de la belle ouvrage !
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
La bande dessinée commence par un voyage de notre journaliste à Moscou en pleine guerre froide. Staline est au pouvoir et il dirige le pays d'une main de fer en maintenant le peuple dans la terreur. Lefranc est embarqué malgré lui, au départ, dans un projet d'enlèvement d'un enfant. Je vous n'en dirais pas plus sur l'histoire, ce serait dommage. Avec ce tome, on revient un peu en Europe et sur les éléments qui marquent la période où on situe le journaliste. C'est ce qui le rend un peu plus réaliste que d'autres tomes. En bon publique, j'ai bien aimé ce tome et ses paysages enneigés. Je vous conseille cette lecture.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 décembre 2014
Je viens de relire,quelque temps après une première et très décevante lecture, cette espèce de parodie de l'oeuvre de Jacques Martin. Un seul mot : certaines planches, pages 36 et 37 notamment, sont HIDEUSES, tant le trait que les couleurs. Quant au scénario, il est d'une pauvreté niaiseuse.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 juillet 2015
Intrigue bien construite dans l'ambiance de l'URSS des années 50. L'album ayant été publié en 2013, dénoncer la dictature stalinienne n'est pas franchement un acte de résistance mais au moins l'album remet-il les choses au point sur cette période et sur les "collabos" occidentaux du régime stalinien (j'en ai connu : c'est exactement ça).
Por le reste, on retrouve le classicisme du dessin de Martin et aussi son manque d'enthousiasme à dessiner des femme set des jeunes filles, qui ressemblent toutes plus ou moins à des hommes et pour les plus réussies à des travelos.On est loin de la sensualité naïve de "Natasha hôtesse de l'air" !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 septembre 2013
Le scénario est à rapprocher de la marque de fabrique de ce que l'on avait pu apprécier dans "Noël Noir" des mêmes auteurs fortement ancré dans ce qu'on pourrait appeler un "fifties style" question ambiance. Un petit côté "Rideau déchiré" pour la fiction, car ça reste une narration fictive et point n'est besoin d'y rechercher un achoppement avec une quelconque exactitude historique. Fiction donc, mais avec une bonne dose de réalisme dans les scènes et une certaine violence, et même noirceur dans les faits . Il semblerait que les auteurs ont trouvé le bon filon, réalisant un mélange savamment dosé
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 décembre 2015
Je suis inconditionnel des livres LEFRANC depuis des années ; ce livre est dans la lignée. Merci à ce personnage pour l'histoire et les voyages qu'il vit. Il nous emmène avec lui. Lecture pour petits et grands.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 novembre 2013
Les aventures de Lefranc n'échappent pas à la règle: le créateur disparu, les "repreneurs" - scénaristes et dessinateurs - se succèdent avec plus ou moins de bonheur jusqu'à épuisement du héros.
Cette nouvelle aventure laisse entrevoir une fin proche des aventures du reporter Guy Lefranc. Le dessin devient de plus en plus laborieux et le scénario tourne l'aventure au ridicule. Les clichés stéréotypés sur l'URSS, le thème même du scénario qui n'a rien d'original, un déroulé "lourdeau" privé de suspens et de rebondissements font certainement de cet album le plus mauvais de la série. A la lecture des derniers albums, on sentait venir la fin par à-coups en fonction des dessinateurs et des scénaristes plus ou moins heureux dans leur "reprise". Là, nous y sommes. Tristement et lamentablement. Lefranc méritait mieux.
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 23 août 2013
Sans doute le scénario le plus abouti des derniers albums de Lefranc. L'atmosphère est bien rendue, le dessin est soigné.
N'en déplaise aux grincheux, Nous sommes très près de la vérité historique. Le rythme est soutenu, un excellent moment en perspective !!!
22 commentaires| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 février 2014
Après de nombreux albums qui ne m'avaient pas du tout convaincu, voilà enfin une aventure dans la lignée des meilleurs de la série.
Les dessins sont bons, il y a du suspens, l'intrigue est bien ficelée, à chaque page ou presque on s'intéresse à ce qui se passe et on a envie de poursuivre pour vite connaître la suite de l'histoire.
Bref, je recommande chaudement cet album.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles


Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)