undrgrnd Cliquez ici Litte Stockage illimité pour les photos et bien plus encore cliquez_ici Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux en or rose

Commentaires client

3,7 sur 5 étoiles
26
3,7 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:7,70 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 25 avril 2011
Ce livre est une tentative par des scientifiques exerçant dans diverses disciplines, d'expliquer des phénomènes que les ésotéristes nommeraient par exemple "communion des âmes" ou "loi de l'attraction", en introduisant le concept de synchronicité développé par Jung.

Le sujet est extrêmement intéressant, et il est rassurant de constater que des scientifiques de renom se démarquent d'une vision parfois naïve, et dirais-je fataliste, de la science, au profit d'une réflexion plus large et réconciliatrice.

Je trouve seulement un peu dommage que certaines parties soient exprimées de manière compliquée (en faisant référence à des travaux externes non détaillés ici) ; cela empêche parfois - pour un public non érudit - de saisir le fond des développements présentés.
Fort heureusement, certains passages, de par leur clarté, jettent de la lumière sur l'ensemble.

Bref, un peu dur, mais un livre qui vaut le coup !
0Commentaire| 32 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 octobre 2012
Si vous cherchez une explication complète sur le concept de synchronicité, ça n'est pas dans cet ouvrage que vous trouverez satisfaction. Seul H. Reeves, avec des exemples simples arrivera à nous faire approcher cette notion complexe. Malheureusement, l'essentiel du livre est totalement stérile et ne consiste qu'à paraphraser Jung de façon parfois complexe et absurde. M. Cazenave tourne en rond autour de la synchronicité et finit par s'embourber dans un phrasé dont le snobisme intellectuel condamne le lecteur, au fil des pages, à la nausée et un mal de crane inévitables.
Très déçu!
11 commentaire| 21 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 avril 2011
Pour un néophyte, l'immersion est délicate: la première partie, rédigée par Hubert Reeves donne confiance tant elle est lipide est imagée. Ensuite d'autres auteurs sont moins accessibles, mais le sujet reste passionnant de bout en bout et même extrêmement troublant.
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 15 juillet 2009
Pour amateur très éclairé ayant déjà abordé ces sujets sous d'autres angles.
A ne pas négliger cependant, certains auteurs de cet ouvrage sont un régal de clarté.
0Commentaire| 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Carl Gustav Jung a inventé dans Synchronicité et Paracelsica ce terme, la synchronicité, pour désigner ces corrélations acausales entre un phénomène objectif physique et un événement psychique. A titre d'exemple, Jung cite la télépathie, les pratiques divinatoires comme le Yi King ou encore l'astrologie. .Jung a commencé à étudier ces "phénomènes inexplicables" en 1902 avec sa thèse "Psychopathologie des phénomènes dits occultes" et en est amené à penser que la psyché et la matière sont deux aspects d'une "unus mundus" indivisible et inaccessible par voie directe. Cependant, Jung a toujours fait ressortir qu’il s’agissait que d’une hypothèse, et que les découvertes en cours de la physique quantique contenaient les indices qui permettaient de lever le doute
C’est ce que propose ce livre, œuvre collective de Hubert Reeves, Michel Cazenave, Pierre Solié, Karl Pribam, Hansueli F.Etter et Marie Louise von Franz : revoir la notion de synchronicité par rapport aux nouvelles avancées de la science.
Reeves ne fait qu’effleurer le sujet et n’apporte rien de nouveau au principe d'intrication quantique, défini par les physiciens David Bohm et Basil Hiley, comme explication de la synchronicité.
Cazenave reprend le principe d’intrication quantique en décrivant l’univers comme un tout dont le centre est partout et la circonférence nulle part et le centre est nulle part et la circonférence partout. Mais après, il s’est borné à broder autour du sujet avec son jargon abscons et pseudo-scientifique qui lasse vite et au final, on n’a rien appris de nouveau.
Le texte de Solié est plus intéressant. Il explique clairement en quoi la pensée de Jung procède de ce savoir absolu, qu’on retrouve chez Platon, Leibniz, Hegel, et en fournit un exemple : E=mc2 est un savoir conscient, mais avant sa découverte par Einstein, il était contenu dans l’univers, dont il constituait une parcelle du savoir absolu et inconscient, et Einstein n’a fait que de l’actualiser dans le conscient. Ainsi, reprenant Reeves, mais en termes plus limpides, il explique qu’au moment du Big Bang, nous assistons à l’actualisation de la réalité objective tandis que la réalité psychique objective demeure potentielle, mais pas inactive. La réalité physique objective en expansion (corpuscules >atomes>molécules minérales>molécules organiques>molécules vivantes>évolution des espèces jusqu’à l’homme) subit une évolution entropique vers sa dégradation thermodynamique alors que la réalité psychique objective ( propriétés émergentes des complexifications jusqu’à la conscience humaine) jouit d’une évolution néguentropique, inverse de la dégradation entropique connotant un sens de plus en plus important. En d’autres termes, la synchronicité, c’est l’évolution néguentropique en marche, qui fait que l’homme, à travers la recherche scientifique, philosophique, mystique, artistique ou amoureuse, effectue une approche irrationnelle vers ce savoir absolu. Se basant sur son expérience professionnelle, Solié est convaincu que le destin qui fait que deux personnes se rencontrent, l’une en quête d’une solution à son problème, l’autre détentrice de cette solution, n’est pas le fruit du hasard, mais la manifestation de l’évolution néguentropique.
Le texte de Karl Pribram donne le point de vue d’un neurophysiologue sur la synchronicité et le fonctionnement du cerveau, mais pour en savoir davantage, il vaut mieux lire le livre « The holographic universe » que Michael Talbot lui a consacré, lui et David Bohm. Dans ce livre, on apprend que pour le théoricien de l'Ordre Implicite, le comportement des particules est déterminé par les lois d'un ordre supérieur, non observable dans notre espace temps à 4 dimensions, que tout est dans tout, chaque partie contenant des informations sur l'univers tout entier, et que la synchronicité ne serait alors qu’une manifestation de « l'ordre caché" de l'univers.
Pour Etter, les synchronicités se produiraient dans le modèle d’évolution néo-darwiniste quand le hasard se manifeste lors des mutations des codes génétiques qui font avancer l’évolution des espèces.
Von Franz, quant à elle, va plus loin. Partant du postulat qu’ont formulé, Gödel, Heisenberg et Bohm, selon lequel les mathématiques qu’ils utilisent pour l’instant ne suffisent plus à formaliser les découvertes les plus récentes, et qu’il faille inventer de nouveaux algèbres adéquats, elle conclut en affirmant que la synchronicité ne s’insère pas dans le corpus des sciences comme elles le sont aujourd’hui, mais se situe au seuil d’une évolution générale des sciences vers la recherche d’un sens plus profond qu’une information partielle.
Aujourd’hui, la synchronicité ne relève plus du domaine de la spéculation. Récemment, dans un article publié le 29 mai dernier dans la revue Science, le professeur Ronald Hanson et ses collègues de l’Université technologique de Delft expliquent être parvenus à transférer une information d’un bit quantique (qubit) à un autre, situé à 3 mètres de distance. Équivalent quantique du bit informatique, le qubit est la plus petite unité de stockage d’information quantique. Pour arriver à ce résultat, l’équipe a utilisé le principe d’intrication quantique, qui fait que lorsque deux particules deviennent intriquées, leurs identités fusionnent, les deux particules sont liées de manière à ce qu’une modification de l’état de l’une ait une influence sur l’autre, quelle que soit la distance les séparant.
0Commentaire| 26 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Les questions qu'on se pose sur la vie, sur l'univers, pourquoi sommes-nous là et quelle est la raison de notre existence - ne trouvant pas toujours une bonne réponse on renoce à la réflexion.
Mais avec ce livre on reste guidé et stimulé pour garder l'esprit ouvert, curieux et on veut savoir et connaitre d'avantage.
C'est une lecture pour ceux qui trouvent notre univers passionant et ils cherchent à le comprendre.
0Commentaire| 18 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 8 décembre 2011
Je n'ai pas trouve dans ce livre ce que j'attendais.
Des notions de physique doivent être bien intégrées pour suivre l'analyse de la synchronicité telle qu'elle y est expliquee.
Trop compliqué , très pointu , s'adresse essentiellement à des esprits mathématiques
0Commentaire| 17 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 18 octobre 2004
Il se passe que des événements, des faits sont si "accidentiel" (voire "dû au hasard") qu'un concours de circonstances est si particulier, si curieux, que l'on cherche une sorte d'éclaircissement; une relation causale est rarement trouvée.
Carl Gustav JUNG (1875-1961), le seul concurrent pour "le génie du 20ème siècle" qu'est devenu son ami Albert EINSTEIN, a examiné pendant une période de multiples années ce phénomène d'événements accidentels en apparence et a pu conclure qu'il y a question ici de liens, de rapports acausals, phénomène qu'il a défini avec le mot "SYNCHRONICITE". L'identification des ces liens ou rapports acausals est bien connue par presque chaque homme, ET NE PEUT PAS REMPLACER LE FAIT DE "PENSER, REFLECHIR D'UNE FACON CAUSALE".
Mais il est bien possible que "CETTE APPARENCE PARTICULIERE" AJOUTE UNE NOUVELLE DIMENSION A NOTRE PERCEPTION. Jung devenait de plus en plus persuadé qu'il y était "UN SEUL RANGEMENT" de base ainsi pour la psyché humaine que pour la matière vivante.
Dans ce sens la synchronicité se réfère à un rangement semblablement arbitraire. La dualité du psyché et de la matière ont un fondement commun: UNE UNITE D'EXISTENCE (déjà connue par les alchémistes!), fondement qui est ACCENTUE par des symptômes, des phénomènes synchronistiques qui s'expressent dans le psyché inconscient tant que dans la matière. JUNG DENOMMAIT CETTE UNITE D'EXISTENCE LE "UNUS MUNDUS".
Nous ne serons très probablement jamais être capable d'éclairer cette unité indivis, mais nous en sommes sûrs que le monde empirique des phénomènes est basé, fondé d'une façon quelconque sur un fond transcendant. C'EST CE FOND-CI QUI - A CAUSE DE, PAR DES EVENEMENTS SYNCHRONISTIQUES - PERCE, APPARAIT TOUT A COUP DANS NOTRE MONDE CONSCIENT.
Evidemment nous savions déjà bien de cet ENORME GENIE suisse, homme très aimable, ex-ami et élève de Sigmund FREUD, ami aussi - entre beaucoup d'autres - de James JOYCE et de Albert EINSTEIN). Il n'était pas seulement psychanalyste par excellence, mais aussi un scientiste dévoué, homme de grande culture (connaisseur estimé des moeurs et religions de la Chine et de l'Inde) ET - ce que trop peu de gens savent - grand philosophe important, qui nous influencera encore pour longtemps.
CET OEUVRE EST ASSEZ DUR A LIRE. MAIS, POUR CEUX QUI LE FONT, QUI ONT LE COURAGE, JE PEUX LEUR ASSURER QU'ILS VERRONT D'AUTRES MONDES ET D'AUTRES DIMENSIONS. SANS AUCUNE DOUTE, UN OEUVRE RECOMMENDE DE TOUT COEUR.
0Commentaire| 81 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 7 septembre 2010
Livre un peu technique mais accessible. Des scientifiques reconnus, se rendent compréhensibles. Ils semblent nous rendent compte d'un principe/questionnement de base : l'homme peut-il tout maîtriser? Nous connaissons certaines règles qui nous régissent et nous découvrons que pourtant d'autres règles (a-causalités apparentes) nous échappent. Bloqué au niveau de l'infiniment petit, c'est à présent (par exemple) dans l'infiniment grand que l'on tente de percevoir ce qui nous guide et pourtant nous échappe. Le saura t-on un jour? Doit-on nécessairement le savoir? .... Livre à lire ne serait-ce que par les interrogations que pose ou su(r)ppose le collectif d'auteur (complication/complexification).
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 août 2012
Je ne mets que 2 étoiles ( pourquoi pas qu'une d'ailleurs ? ) parce que ce livre est quasiment incompréhensible, aucun effort n'est fait pour expliquer des termes qu'on n'a pas du tout l'habitude de rencontrer ( enfin, le commun des mortels du moins... ).
De plus, certaines phrases me semblent être à la limite du ridicule : un exemple ? Allez, faisons-nous plaisir... c'est page 31 "en dépsychologisant la psychologie,Jung le fait à partir d'un archétype qui repsychologise du coup d'emblée la dépsychologisation nécessaire" si,si je vous jure que c'est écrit!
Bien sûr on ne vous donne nulle part une indication sur ce qu'il faut entendre par "archétype", mot qui revient assez souvent, et au final le livre est truffé de phrases vraiment incompréhensibles (il y a d'autres mots dont on ne vous donne aucune définition ).
Quelle déception, vraiment, de tomber sur un truc pareil alors qu'on espérait une lecture sympa!
0Commentaire| 7 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

22,00 €
7,40 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)