Cliquez ici Cliquez ici cliquez_ici. NEWNEEEW Cloud Drive Photos En savoir plus cliquez_ici nav_Renewed cliquez_ici En savoir plus Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici cliquez_ici Jeux Vidéo



le 25 août 2013
Une bonne intrigue mettant en scène le monde de l'Ecole Normale, la religion et ses institutions, l'ésotérisme et ses sectes ainsi que leurs interactions, le tout sur une toile de fond antique. Dénouement assez largement prévisible mais se lit agréablement.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 5 août 2016
suspense subtil et bien écrit, par ailleurs largement documenté. L'auteure est égale à elle-même, lecture recommandée à tous...
D de C
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 29 septembre 2013
Pardon du peu mais ce roman peut faire de l ombre au maitre du genre C Grangé,plus "intellectuel" il a un petit air de Da Vinci Code, ce qui est loin d être une insulte. Pour les amateurs du genre, un bon moment ponctué d Histoire(s anciennes).
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 29 octobre 2013
Eliette Abecassis, elle conais tres bien l'historie, antique et moderne, elle le combine avec l'intrigue mais toujours fidele aux origines de personnes auquel elle ecrit. C'est un beau livre A revoir Julia Manzano
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 20 septembre 2013
Bon thriller philosophico-esotérique. Assez captivant et agréable à lire, mais le comparer à Qumran ou à Da vinci Code me parait surfait. C'est un bon polar, divertissant mais qui ne marquera pas l'histoire de la littérature.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 31 octobre 2015
on est tenu en haleine, tellement bien écrit, on se régale! magnifique, je le relirai certainement pour le plaisir, Eliette se surpasse
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 29 décembre 2013
On en attendait pas moins de ce magnifique auteur. Un tout bémol pour ma part, pour un défaut que je n'avais pas rencontré dans les précédents romans : une place un peu trop grande accordée à la philosophie. N'hésitez cependant pas, vous passerez un bon moment.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 8 août 2013
Mon premier livre d'Eliette Abécassis et surement pas le dernier !

Quelle magnifique, envoutante et délicieuse plume.

On se délecte de l'exceptionnelle érudition de l'auteur qui est distillée avec délicatesse de manière à ne jamais alourdir le récit. Une brillante réussite !

On part d'étranges meurtres qui portent le sceau du nombre Pi.
Aux côtés d'un jeune intellectuel normalien et de son professeur de philosophie nous pénétrons dans une enquête palpitante ou s'entremêle dans une danse étourdissante, ingénieuse et réaliste des crimes étranges, des rituels méconnus, un palimpseste qui pourrait radicalement modifier notre conception du monde, les sacrifices d'Eleusius et d'autres thèmes religieux, historiques ou philosophiques.
Le tout dans un contexte très contemporain.

Eliette Abécassis nous emmène en voyage à travers l'espace et le temps, de Syracuse à Alexandrie, de Constantinople à Jérusalem et nous fait(re)découvrir avec passion des aspects peu connus de plusieurs lieux et monuments parisiens.

J'ai tout particulièrement aimé le développement autour du nombre Pi et les mystères encore partiellement incompris qu'il renferme. J'ai également découvert que le palimpseste d'Archimède existe réellement(voir wikipedia par exemple).

C'est également un magnifique « essai philosophique » qui aborde Socrate, Platon, Aristote ou encore Heidegger, nous invitant à une réflexion sur le "sens du meurtre", notre propre finitude et autres thèmes existentialistes tout en menant en filigrane une critique très intéressante de notre société.

Les personnages sont très attachants et possèdent une belle « épaisseur » psychologique.

On est malheureusement toujours un peu déçu sur la fin d'un tel roman car on se voit promettre des découvertes exceptionnelles et des secrets incroyables et on oublie l'espace d'une lecture qu'on est dans une fiction et que bien que l'on apprennent énormément au travers de l'érudition de l'auteur, aucun secret du fonctionnement de l'univers ne nous sera finalement révélé...

Bref : Un excellent thriller ésotérique, historique et philosophique.

BRAVO et MERCI Madame Abécassis!
0Commentaire| 11 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 7 septembre 2014
J'ai beaucoup aimé ses premiers ouvrages (Qumran, L'or et la cendre, Le trésor du temple, La répudiée). Je suis d'autant plus déçu. Des erreurs dans la bouche de personnages réputés savants (p49: la fabrication du parfum saint figure dans Ex 30, 34-35, non dans le Deutéronome; p57: l'irrationnalité de pi, établie par Lambert en 1761, prouve que le nombre de ses décimales est infini - dit en passant, sa "transcendance" (le fait qu'il ne soit pas algébrique) a été établie en 1882, il eût été amusant que ce terme trouve place dans le contexte religieux du roman! ; p60: lire 600 millions et non 600 000... et cela signifie que les dix chiffres sont sensiblement équirépartis, comme dans une distribution aléatoire, que cela peut-il avoir d'étrange? ...) et des invraisemblances criantes (p75: Joachim ne fait aucune réflexion sur le tweet "Andrieux141", il saute pourtant aux yeux qu'apparaissent les 3 premières décimales de pi au lieu des 5 suivantes pour Sorias, ce qui annonce un 3ème meurtre à venir avec cette fois un seul chiffre, l'entier 3 de pi; p83: le sermon du père Delbos insiste sur un seul Dieu en 3 personnes, ce qui ne met toujours pas la puce à l'oreille de Joachim; p103: curieux ce paléographe qui voudrait que la restauration du codex, prestation privée, soit financée sur crédits publics; p137: toujours aucune réaction de Joachim quand il entend le père Delbos citer explicitement Père, Fils et Saint-Esprit -mystère de la Trinité - avant Dieu, il est vraiment bouché, non?...). Je relève aussi une apparente ignorance p58 : l'expression d' "hérésie orthodoxe" est étonnante puisque orthodoxe signifie littéralement la vraie foi! Il ne s'agit pas d'une hérésie puisque cela fait référence au mouvement hésychaste, né chez les moines du désert aux premiers siècles, qui fera l'objet d'une vive polémique au XIVème siècle; St Grégoire Palamas prendra une part déterminante dans la défense théologique de la doctrine hésychaste, qui connaîtra une renaissance en Russie à partir de la publication des "Récits d'un pèlerin russe" à Kazan en 1870 puis, dans une version correcte, en 1881.
Le fond de l'intrigue est aussi invraisemblable. Le Traité d'Archimède sur la mesure du cercle nous est parvenu et les methodes grecques de calcul de pi furent utilisées jusqu'au XVIIème siècle. JAMAIS cette recherche toujours plus approfondie des décimales de pi n'a posé problème aux religions, à la différence de l'héliocentrisme ou de l'évolutionnisme.
Et pourquoi impliquer des jésuites dans une telle intrigue, alors que l'ordre a toujours su louvoyer entre ouverture intellectuelle et obéissance absolue au pouvoir papal? Les attaques les plus vives contre Galilée ont été le fait de dominicains. Et à l'époque moderne la personnalité de Teilhard de Chardin témoigne de l'implication de jésuites dans les découvertes scientifiques qui n'ont pas manqué de poser problème au Vatican, lequel a changé d'opinion à l'égard de Teilhard bien après sa mort.
Encore une invraisemblance p218: le crime serait signé par l'inscription du christogramme de l'ordre au bas de l'obélisque... indice qui ne sert de rien dans la suite... Enfin le meurtrier sait opérer un meurtre selon un rite sacrificiel (ce dont l'auteure est friande) ce qui ne s'improvise pas.
Quant aux méthodes d'investigations du commissaire, encourageant une enquête parallèle, disons qu'elles ne correspondent en rien à la réalité de la PJ parisienne.
Restent un parcours dans Paris, banal... et un témoignage sur quelques pratiques "ulmiennes" pour reprendre le jargon trop utilisé par l'auteure. C'est maigre.
11 commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus
le 26 janvier 2015
Eliette Abécassis nous gratifie d'un Da Vinci code chez les normaliens. Comme son inspirateur Dan Brown, l'auteur a visiblement quelques comptes à régler: ici les comploteurs ne sont plus l'Opus Dei mais d'affreux jésuites... La psychologie est sommaire et le style peu soigné, mais la narration est alerte et on suit l'histoire avec plaisir à défaut de conviction. L'ensemble paraît suffisamment documenté pour sembler crédible (même si on relève des erreurs, par exemple un probable anachronisme au sujet de l'incendie de la bibliothèque d'Alexandrie). Les développements "philosophiques" peinent à s'élever au dessus du niveau du roman de gare. Quant à la partie mathématique (ma principale motivation pour lire ce livre), elle est malheureusement creuse, un simple prétexte à des pseudo-mystères. Au final, on est heureux d'apprendre que les adorateurs d'Isis vont sauver l'humanité des obscurantistes... En bref,distrayant mais oubliable.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ? Signaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

Sépharade
8,10 €
Qumran
7,10 €
La Répudiée
4,30 €
Alyah
6,90 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici