Cliquez ici undrgrnd Cliquez ici Levy Cloud Drive Photos cliquez_ici. Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

3,8 sur 5 étoiles
11
3,8 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:8,65 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

Ce livre que j'ai cherché pas mal de temps pour le relire , je l'ai retrouvé à la biblio de mon village sur une toute vieille étagère. Quand commence ce roman, la GG vient de se terminer, durant celle-ci la femme française s'est émancipée de différentes façons : occupation de métier d'homme, de fonctions importantes (il y eut même des femmes maires), socialement en quittant son rôle de femme au foyer ou inversement en prenant toutes les décisions importantes pour gérer la ferme par ex...
En France, la guerre terminée, les femmes ont directement repris le chemin du foyer et le soldat- époux- revenu vainqueur a repris sa place de mâle décideur. Seule pour une certaine élite féminine, l'émancipation perdura... Ce livre où l'héroïne- Monique- vit à fond sa vie de femme libérée a fait scandale car les sujets abordés allaient à l'encontre des idées morales de l'époque. Monique veut choquer, vivre à cent à l'heure avec sa coupe courte de cheveux, ses pantalons, sa présence provocante dans des milieux masculins, sa vie sexuelle débridée- lesbianisme, plusieurs partenaires, sodomie-, sa conduite sans pudeur, sans retenue, son arrogance, son cynisme... En 1922, ce roman fit scandale, aujourd'hui, il ferait presque sourire mais sa valeur en tant qu'étude de moeurs reste très intéressante.
Ce livre fut traduit et devint un succès immédiat en Angleterre, pays où la GG scella définitivement l'émancipation de la femme avec l'obtention du droit de vote ; en France, la femme du attendre la fin de la Seconde Guerre, une bien grande différence !
Ce livre reste une de mes grandes lectures malgré son côté « désuet » mais en 1922, il fallait oser...
Ce livre étant devenu presque introuvable, quelle merveilleuse idée que cette réédition !
0Commentaire| 10 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Heureuse d'avoir lu ce roman qui m'intrigait depuis longtemps ! Je voulais savoir ce qui avait tant choqué les gens lors de sa publication en 1922. La Garçonne est une critique intéressant des moeurs et du comportement de la bonne bourgeoisie française (parisienne même) de l'époque : critique des arrivistes, des parents qui ne pensent qu'à faire faire à leurs gentilles et pures filles de bonnes alliances (bonnes d'un point de vue économique bien entendu, les sentiments du garçon important peu dans la sélection), des jeunes filles manipulables... La Garçonne, après des déceptions cuisantes (des parents et un fiancé qui lui mentent pour arriver à leurs buts...) et des décisions surprenantes (la rencontre avec l'inconnu...), s'émancipe et obtient son indépendance après quelques égarements. Par contre, elle ne perd jamais ce côté naïf et romantique qui lui fait regretter jusqu'au bout de ne pas avoir trouver l'Amour. Après avoir surmonté des obstacles et des rumeurs, elle réussit socialement, mais ne trouve pas le bonheur... Un roman intéressant dont la conclusion me laisse cependant perplexe.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 février 2014
Un ouvrage sulfureux à sa sortie. Il est aux années 20 ce qu'est "sur la route" de Jack Kerouac pour les années 50.
C'est le début de l'émancipation de la femme qui constitue la trame principale du récit . L'histoire permet de se replonger dans les mentalités des années folles .
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
La Garçonne de Victor Margueritte, un tout petit roman de journaliste, souvent assez commun de sentiment et parfois contourné d’un maniérisme de syntaxe qui sent le mal de poignet. L’ensemble vaut pour ce qu’il documente de cette société de l’immédiat après-guerre qui a su s’embusquer puis pornographiquement jouir jusqu’à ce que 1929 vienne répandre son deuil sur ce plaisir rescapé. Le livre fut scandaleux ; il ne l’est évidemment plus mais se laisse lire avec toutefois ce sentiment que l’on a entre les mains un texte qui n’aurait été refusé que de justesse par la collection Harlequin.
11 commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Victor Marguerite brosse un portrait incisif d’une femme libérée d'entre les deux guerres mondiales. Elle quitte très jeune la maison familiale à la recherche d'une relation idéale. Mais, après des aventures lesbiennes, de l'addiction à l'opium et un mari dominateur et jaloux, trouvera-t-elle son amour parfait sous un ciel paradisiaque?

L'auteur ne mâche pas ses mots et qualifie la garçonne comme 'du même instinct brutal (elle) repoussait l'homme … il suffisait qu'elle perçut l'approche du spasme créateur pour que, volontairement, elle s'y dérobât, d'une secousse adroite.... Elle voulait, non subir des maternités hasardeuses, mais n’avoir d'enfants que du père qu'elle aurait, entre tous, choisi.'

A travers elle, V. Marguerite dénonce l'immoralité de la bourgeoisie, obsédée par l'argent et le sexe (‘Les corps les moins désirables comme les plus harmonieux s'exhibaient de 1'aisselle au creux des reins, dans l’échancrure des robes légères. On eut dit un marché d'esclaves, sous l'œil expert des amateurs et des marchands.')
La soi-disant bonne morale étalée n’est que du vernis; des mariages ne sont que des contrats (‘Le mariage d’une fille, pour un grand industriel, c’est à tous les sens du mot, un placement. Il doit correspondre à l’importance du bilan, et renforcer le crédit.’). Quant à son mari dominateur, 'des enfants mêmes, il ne se souciait guère, ayant déjà, de par le monde, une fillette abandonnée … Responsabilité qui ne se pesait pas plus, au cent à l'heure de sa conscience, que son dernier chien écrasé.’
La garçonne se rend vite compte qu'elle vit dans un monde d'apparences: ‘Dans le monde, et par conséquent dans la vie, ce qui importe, c’est moins ce qu'on fait, que ce qu’on dit, et surtout, ce qu'on en dit.'

Ce roman avec son thème universel de 'la recherche de la liberté' est resté moderne et captivant. Il présente une bonne exploration de la psyché féminine, mais avec parfois trop de théorisation féministe et d'effets mélodramatiques.
Ce livre catalogué à l'époque comme scandaleux, est en fait une œuvre moralisante.

A ne pas manquer.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 26 mai 2014
Je suis venu à ce roman car j'ai acquis récemment et lu attentivement "Au bord du gouffre" édition de 1919 par Victor Margueritte. J'avais recherché qui était cet écrivain et je suis arrivé à "La garçonne"...
J'aurais apprécié en préface une simple présentation de l'auteur écrite sur une à deux pages mais elle compte plus de 20 pages alors j'ai sauté sa lecture. J'ai lu le roman, l'ai beaucoup apprécié et me suis fait ma propre opinion.
Puis je suis revenu à ce long commentaire qui devient "postface" ; on est dans le sujet. Les citations de certains passages du roman deviennent alors compréhensibles. Il me semble qu'en dessous du titre il eut été plus judicieux d'imprimer postface de M. untel !
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 30 octobre 2016
J'ai lu "La Garçonne" il y a plus de 50 ans. J'avais découvert ce livre dans la bibliothèque de mes parents. ils ne m'en ont pas interdit la lecture parce qu'ils avaient l'esprit ouvert. Mais à l'époque ce n'était pas de la littérature pour un adolescent.
Dommage que Victor Margueritte ait été oublié, auteur sulfureux des années 1920, il sera pour ce livre déchu de sa légion d'honneur. On devrait s'excuser et la lui rendre.
A lire aussi, du même auteur, "Ton corps est à toi". Evidence, banalité, pas tout à fait.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 novembre 2015
On conçoit la nouveauté du personnage au lendemain de la première guerre mondiale et on sait le scandale qui s'ensuivit. Qu'en reste-t-il aujourd'hui? Un récit finalement moralisateur avec une multiplication de dialogues assez ennuyeux. Bref, un témoignage historique intéressant mais rien de plus.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 mai 2016
Roman très caractéristique d'une époque , les années 20 ,traduisant l'émergence du féminisme . L'on comprend que ce livre ait pu causer scandale : intéressant , mais cependant " daté ".
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 avril 2017
Très intéressant de lire ce livre en le plaçant dans le moment historique pendant lequel il a été écrit. Ça nous plonge dans le passé et nous fait voir l’ouverture d’esprit de l’ecrivain.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

2,00 €
21,72 €
14,09 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici