undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

2,0 sur 5 étoiles
4
2,0 sur 5 étoiles
5 étoiles
1
4 étoiles
0
3 étoiles
0
2 étoiles
0
1 étoile
3

Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article
Partagez votre opinion avec les autres clients

Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 4 septembre 2009
Le regretté Pierre Vidal-Naquet faisait remarquer, dans un échange de lettres avec le pître BHL dans le Nouvel Obs en 1979 que le Testament de Dieu » n'est pas un roman ni même un pamphlet, il se veut œuvre d'érudition et relève, à ce titre, de la critique, en gros et en détail. En fait, outre une série d'erreures grossières qui auraient collé un candidat au bac, le BHL ne recule pas devant la falsification et le plagiat:

"Dans Le Monde du 5 janvier 1978, Bernard-Henri Lévy accorde un entretien à Gilbert Comte. On y lit ceci, qui fut dicté comme sien par le philosophe lui-même. Il s''agit de la langue française :
« Je crois que la langue française est à la fois ma plus chère maladie et ma seule patrie possible. L''asile et l''antre par excellence. L''armure et l''arme par excellence. Un des lieux, en tout cas, où je me tienne en ce monde. » Beau texte. Mais une version, sans doute, « à peu près contemporaine », puisqu''elle date du 23 décembre 1941, lui fait « spectaculairement écho ». La voici :
« Même si je n''étais pas un animal essentiellement français, ['] la langue française serait encore pour moi la seule patrie imaginable, l''asile et l''antre par excellence, l''armure et l''arme par excellence, le seul 'lieu géométrique' où je puisse me tenir en ce monde pour y rien comprendre, y rien vouloir ou renoncer ».
Il s''agit d'une lettre de Saint-John Perse (Alexis Saint-Leger Leger) à Archibald MacLeish, et on la trouvera dans les Œuvres complètes du poète (collection de la Pléiade), page 551."
Pierre Vidal-Naquet

Et voilà le bonhomme BHL....
0Commentaire| 25 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
"Le Testament de Dieu" cela sonne bien. Il y eut l'Ancien Testament, puis survint le Nouveau Testament, et enfin, plusieurs siècles après, LE Testament de BHL.

La critique de Pierre Vidal-Naquet, publiée dans le Nouvel Observateur du 18 juin 1979 qu'il signa au titre de directeur d'études à l'école des Hautes Etudes en sciences sociales, ô combien actuelle, est sans appel :

"Monsieur le Directeur,

Votre publication a eu récemment l'occasion de faire écho de façon favorable au livre de Bernard-Henri Lévy, Le Testament de Dieu, publié aux Éditions Grasset dans la collection « Figures ». Je pense que votre bonne foi a été surprise.

[Il suffit, en effet, de jeter un rapide coup d'aeil sur ce livre pour s'apercevoir que loin d'être un ouvrage majeur de philosophie politique, il fourmille littéralement d'erreurs grossières, d'à-peu-près, de citations fausses, ou d'affirmations délirantes. Devant l'énorme tapage publicitaire dont bénéficie cet ouvrage, et indépendamment de toute question politique et notamment de la nécessaire lutte contre le totalitarisme, il importe de rétablir, dans les discussions intellectuelles, un minimum de probité.]

Je n'entends pas fournir ici une liste complète des erreurs de Bernard-Henri Lévy, cela demanderait un gros volume ; je me contenterai d'une simple anthologie de «perles» dignes d'un médiocre candidat au baccalauréat. [Qu'il s'agisse d'histoire biblique, d'histoire grecque ou d'histoire contemporaine, Monsieur Bernard-Henri Lévy affiche, dans tous les domaines, la même consternante ignorance, la même stupéfiante outrecuidance, qu'on en juge:]

*Monsieur Bernard-Henri Lévy place au « 7e jour » (p. 238) de la création le péché originel. Il faut croire qu'Adam et Ève ont profité du repos du Seigneur ; mais cette précision surprendra les lecteurs de la Genèse ;

*prenant le Pirée pour un homme, il fait (p. 79) d'Halicarnasse un auteur grec ;

*de l'Antigone de Sophocle, tragédie représentée à Athènes en 442 av. J.-C. et dont l'action se passe dans la Thèbes du second millénaire, il fait une pièce qui nous informe sur Thèbes à la fin du Ve siècle (p. 87) ; c'est comme si la Phèdre de Racine était utilisée comme document sur la Crète au temps de Louis XIV ;

*il fait (p. 79) de textes qui s'échelonnent entre le Ier siècle av. J.-C. et le Ier siècle ap. J.-C. des témoignages datant du temps de la « romanité expirante » ; c'est simplement se tromper de trois ou quatre siècles ;

*Robespierre, qui organisa le culte de l'Être Suprême, est accusé de « mise à mort du Dieu Un et Souverain » (p. 106) ;

*un texte de Benjamin Constant (1818) et un autre de Fustel de Coulanges (1864) sont déclarés (p. 42) « à peu près contemporains » et c'est même le premier qui fait « spectaculairement écho » au second. À ce compte, on pourrait déclarer « à peu près contemporains » le J'accuse de Zola (1898) et l'Appel du 18 juin du général de Gaulle ;

*de Staline, il est dit que, « au milieu de l'année 1928, [...] il lance les masses sur la Place Rouge, à l'assaut d'un parti qui l'a mis en minorité et retarde pour l'heure la procession du socialisme » (p. 23). Et cette mise en minorité et cette manifestation sont une pure invention ;

*Bernard-Henri Lévy cite (p. 278, note 49) la « déposition d'Himmler » au procès de Nuremberg. Ce dut être une déposition fantomatique, car Himmler s'est suicidé après son arrestation, par les troupes anglaises, le 23 mai 1945.

II me semble que ce petit relevé suffit et qu'il est de nature à intéresser vos lecteurs. Le véritable problème n'est donc pas de « critiquer » le livre de Bernard-Henri Lévy, car il est en deçà de toute critique ; il est de se demander :

1) Comment un normalien, agrégé de philosophie selon ce que nous apprend la couverture du livre, peut-il se mépriser lui-même et mépriser ses lecteurs au point de leur infliger une pareille « science » et se comporter, pour utiliser son propre vocabulaire (pp. 78-79), comme un « bateleur analphabète » ?

2) Comment il peut se faire que, sans exercer le moindre contrôle, un éditeur, des journaux, des chaînes de télévision lancent un pareil produit, comme on lance une savonnette, sans prendre les garanties de qualité que l'on exige précisément d'une savonnette ? Est-ce cela la « Barbarie à visage humain » ?

Veuillez agréer, Monsieur le Directeur, l'expression de mes sentiments les meilleurs.

Pierre Vidal-Naquet"
115115 commentaires| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 13 janvier 2014
Une bonne grosse bouse de chameau balancée dans les bacs par monsieur moi-je financé avec l'argent de monsieur moi-je, argent gagné par papa.
Ce Levy est une horreur. C'est un menteur compulsif et un sinistre personnage.
Philosophie de supermarché, égo surdimensionné, auteur médiocre, falsification, triche, mensonge, escroquerie. Ce livre est exactement au meme niveau que les autres, au niveau de la poubelle. Cela vient confirmer que cet horrible est un type détestable humainement(et voyez ce que les vrais intellectuels pensent de cet escroc)
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 mars 2010
suis tres etonnée de l autre commentaire car bhl( et là je suis entierement d accord avec mon collegue amazonien , est aussi pedant qu approximatif ....)n est pas paul Levy
ce qui fait que ce livre est aussi interessant que beau . et oui ausi les hommes de Dieu furent massacrés ! juif ou non , on en apprend beaucoup dans ce livre sur l histoire du judaisme et des Rabins resistants ( dont on a tres peu parlé)
merci mr Levy de nous ouvrir encore un peu plus les yeux et l esprit.
22 commentaires| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

22,00 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)