undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,0 sur 5 étoiles
57
4,0 sur 5 étoiles
Format: Broché|Modifier
Prix:20,00 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 28 décembre 2014
Ce livre raconte le fil tenu grâce auquel la science va avancer. A travers les doutes, les oppositions, les fausses croyances et les intuitions de grands esprits, jusqu'aux récentes découvertes à propos de l'énergie noire précédant le big bang. De ce foisonnement mathématique et scientifique, les frères Bogdanov ont su mettre en lumière l'essentiel, sans noyer le lecteur, ni l'infantiliser. Le résultat est un livre à la portée de tous, même si, nous devons faire appel à notre imagination pour appréhender ces domaines abstraits.
Dès lors nous sommes plongés dans l'Univers, sa totale perfection, tel un Chef d'Oeuvre éternel en perpétuel mouvement. Finalement, ce que je comprends de ce livre des frères Bogdanov, c'est que au delà des limites de notre cerveau, ce qui dépasse notre entendement, notre ignorance, l'humain l'a appelé "hasard".
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 décembre 2014
Igor et Grichka ont une incroyable connaissance des milieux scientifiques et nous la font partager avec enthousiasme. Même si je n'ai pas vraiment "tout compris", certaines notions sont si complexes qu'il est impossible de les rendre accessibles à tous, (la courbure de l'espace temps, c'est pas facile à imaginer !) il y a dans ce livre comme un fil d'ariane qui unit des chercheurs de tous pays, et c'est cela peut-être qui est le mieux relaté....ainsi que les anecdotes concernant les hommes eux-mêmes, ce qui les rend plus accessibles, plus proches aussi. Les vérités scientifiques ne sont des vérités que tant qu'elles n'ont pas été démontées par des preuves du contraire. Quand la science démontre qu'il n'y a pas de hasard, cela fait réfléchir, (désolé Mr Monod !) et les mésaventures des savants qui ne pensaient pas "comme il faut", que ce soit en Union soviétique ou sous le 3ème reich, font parfois froid dans le dos !! Ce livre montre que les "congrès" où les savants de pays et écoles de pensées différents se rencontrent, voire se confrontent, sont très importants, indispensables.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 22 mars 2016
Les livres des frères Bogdanov se lisent avec plaisir. Ils sont toujours intéressants et l'écriture est belle. Ce petit ouvrage est agréable à lire et accessible à tous. En contrepartie, peut-être que les thèmes abordés ne sont pas assez détaillés.
Ce livre mérite donc 5 étoiles, mais je n'en mettrais que 4, parce que je suis toujours gêné par l'« angle mort » que l'on retrouve systématiquement dans les écrits des frères : leur incapacité à concevoir la science, et notamment les mathématiques, autrement que dans une perspective platonicienne. Or, s'il est un thème qui aurait mérité une analyse plus « humaine », c'est bien le hasard. En effet, au travers du choix des penseurs cités dans ce livre, l'« idée de hasard » y est systématiquement présentée comme une donnée extérieure à l'homme, une sorte de phénomène à la fois objectif et transcendantal, existant de toute éternité, quelque part dans le ciel, à la manière des universaux d'Aristote (le « monde mathématique » est « indépendant » et « transcendant », p.128). Bien que l'ouvrage pointe plutôt vers l'inexistence du hasard, cette conclusion part de l'hypothèse que, s'il existait, il serait extérieur à l'homme, car relevant des seules mathématiques, celles-ci étant chez les Bogdanov systématiquement considérées comme relevant du divin. Or cette hypothèse est depuis bien longtemps balayée par l'épistémologie génétique.
Est-il encore utile de nos jours de s'intéresser aux conjectures d'un Leonid Levin affirmant « que certaines des informations qui appartiennent au monde mathématique ne peuvent - ne pourront jamais - être tirées du monde physique. Et (...) que les informations du monde physique ont pour source un monde abstrait, d'essence mathématique ! » (p.127), lorsque l'on sait que l'oeuvre entière de Jean Piaget, fondateur de l'épistémologie génétique - science basée sur l'étude expérimentale du développement des connaissances chez l'enfant - a fait la démonstration magistrale que l'ensemble des mathématiques et de la logique en générale est une abstraction, une formalisation des actions, et donc du rapport physique, puis pensé, de l'homme à son environnement. On mesure alors l'ignorance d'un Levin, et des Bogdanov à qui celui-là donne « envie d'applaudir ».
Les Bogdanov préfèrent l'idée merveilleuse et consolatrice d'une Dieu mathématique au lieu de s'intéresser aux véritables sources de la logique mise en évidence par Piaget. C'est un choix, mais qui dégrade complètement leurs réflexions, et encore plus sur la question du hasard qui a justement fait l'objet d'études de psychologie expérimentale approfondies. Or rien là-dessus dans ce livre ! Si le hasard est un objet de la physique, une force mesurable, qu'il soit ainsi mis en évidence. Mais le hasard est avant tout un phénomène psychologique, une idée, une pensée, un jugement que l'homme porte sur ce qu'il perçoit. Comment peut-on écrire un livre entier sur le hasard sans jamais l'aborder sous son angle psychologique ? J'avoue que ça me laisse pantois.
Qu'est-ce que le hasard d'un point de vue psychologique ? Je ne peux que conseiller la lecture des ouvrages d'épistémologie génétique consacrés à cette question, par exemple : La genèse de l'idée de hasard chez l'enfant, de Jean Piaget et Bärbel Inhelder (1951, P.U.F.). De manière générale, le problème est abordé dans bien des publications de Piaget. Grâce à ce dernier nous savons que l'idée de hasard, comme toutes les pensées se construisant chez l'homme au cours de son développement, passe (je résume beaucoup) par deux grandes phases : une première de 2 à 7 ans où le hasard n'existe pas dans l'esprit de l'enfant, car il est encore incapable de raisonnement logique, ce qui le maintient dans un égocentrisme lui imposant de trouver à tout phénomène une explication liée à son action propre ou à celle de ses parents jugés omnipotents (c'est la pensée magique, l'animisme, l'artificialisme, le finalisme, etc.). Puis, une fois le raisonnement logique acquis (d'abord lié aux situations concrètes, et ensuite de manière abstraite), face à un phénomène dont la cause n'est pas saisissable par l'esprit, ayant dépassé les explications magiques du monde, l'enfant, puis l'adulte à inventer cette notion « fourre-tout » de hasard, qui est finalement un corolaire de la logique. Nous comprenons alors de suite que cette invention de la logique est une sorte de commodité de l'esprit qui n'a aucune réalité objective. À ce stade, la lecture du livre des Bogdanov est quasiment inutile. Mais bien évidemment que le hasard n'a jamais existé ! Ce n'est qu'une façon de parler. Et lorsque Von Neuman déclare que « le hasard doit être vu comme une sorte d'incomplétude essentielle » (p.123), il s'agit d'une incomplétude de la pensée humaine face à la complexité inconcevable des phénomènes physiques, biologiques et psychologiques depuis la création de l'univers. Je précise biologique et psychologique, car les Bogdanov n'abordent que les phénomènes physiques complexes (la météo, etc.). Or tout se corse encore plus lorsque les déterminants deviennent biologiques, puis psychologiques et enfin sociaux (les cours de la bourse par exemple).
Le grand problème des Bogdanov est qu'étant platoniciens, ils ne prennent pas en considération les origines de l'intelligence humaine, dont sont issues les mathématiques. L'intelligence est une fonction adaptative, donc relative à un contexte. Elle n'est pas apparue afin de tout connaître de l'univers (lire Kant ou Henri Bergson sur ce point). Par conséquent, elle n'est pas structurée pour traiter certaines informations dépassant son « champ d'action ». Refuser ce postulat c'est basculer dans le religieux, ce que propose les Bogdanov avec une vision mathématique de Dieu, sans du tout réaliser qu'ils commettent ainsi la même erreur que toutes les religions : réduire l'univers à soi-même, en l'occurrence s'imaginer que les mathématiques, simple abstraction des actions sur le réel, résument à elles seules l'univers et son créateur. C'est le piège de la religion : l'illusion de la connaissance ultime alors que l'on régresse vers la réduction égocentrique.
Il est vrai que les mathématiques peuvent prêter à confusion. La simple série des entiers naturels (1, 2, 3, 4, etc.) n'est pas dans le monde qui nous entoure, car si je trouve quatre pierres au sol, et que je m'emploie à les ordonner de la plus petite à la plus grande, je crée un ordre qui n'existe pas préalablement. Cette relation que j'établis entre ces pierres ne se trouve ni dans les pierres elles-mêmes, ni ailleurs dans le monde empirique. C'est mon esprit qui produit cela. Mais alors d'où cela peut-il venir ? Certains s'empressent d'y voir une transcendance platonicienne, c'est déjà Dieu qui se manifeste. En réalité, cette sériation est un produit de la logique, elle-même issue de l'organisation sensori-motrice que l'enfant établit petit à petit dès la naissance avec le monde qui l'entoure et auquel il doit s'adapter. Cette sériation est un rapport de grandeur, d'abord physique, empirique, sensori-moteur, que l'enfant constate dès les premiers mois de sa vie lorsqu'il doit adapter ses gestes à la taille des objets. Puis il pourra se représenter par la pensée les différentes tailles, passer mentalement du plus petit au plus grand. Et lorsqu'il coordonnera ces deux transformations (du plus petit au plus grand et du plus grand au plus petit), il accèdera à la réversibilité des transformations, et dès lors à la capacité de dire que telle pierre est à la fois plus petite qu'un autre et plus grande qu'une troisième. Ainsi, il devient capable d'ordonner les pierres dans un ordre croissant, et donc de penser la série des entiers naturels qui n'est rien d'autre qu'un ordre croissant. Voilà tout. Il n'est pas nécessaire d'y voir une intervention divine, un monde des idées qui nous inspire, il n'y a que l'homme agissant sur son environnement afin de s'y adapter. L'ensemble des mathématiques procède de la sorte. Et lorsque les Bogdanov font longuement référence à Kurt Gödel (notamment pp. 116 sq.) et son « théorème d'incomplétude », il est tout à fait étonnant qu'ils ne saisissent pas que le niveau logique dépassant les mathématiques est tout simplement celui de la psychologie expérimentale de la pensée logique, cette science qui se propose d'expliquer comment se construisent les idées mathématiques, et par la même montrer ce qui manque au mathématique pour expliquer l'univers entier. Tant que l'on ne comprend pas que les mathématiques sont enchâssées dans la biologie et la psychologie, on reste comme la mouche contre sa vitre, incapable de saisir que l'obstination est vaine. Mais pour savoir cela, encore faut-il faire un petit détour par la psychologie expérimentale. Ce détour est nécessaire pour qui prétend apporter une explication, non pas du « hasard » comme titre les Bogdanov, mais de « l'idée de hasard » comme titre bien plus justement Piaget.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 décembre 2014
J'ai adoré ce livre .Celui-ci m'a invité à la réflexion et m'a passionné.,m'a donné envie d'en savoir plus.Sera t-il possible un jour de découvrir d'ou vient ce code cosmologique ? La science fait des progrès stupéfiants : J'ose espérer que les scientifiques y parviendront un jour!
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 juillet 2015
Un ouvrage remarquable, accessible, très bien structuré et dynamique que l’on lit avec plaisir tant il est bien écrit. Mais c’est avant tout, pour ceux qui s’intéressent à l’innovation, un livre qui, au fil des pages, valide les principes fondamentaux que l’on applique dans toute démarche d’innovation bien conduite. Et pour cela, je dirais qu’il est exemplaire, car je n’ai trouvé nulle part cette qualité, et surtout pas chez tous les économistes qui ont écrit sur le sujet sans faire ces rapprochements que seuls de vrais scientifiques pouvaient relier ! Merci à Igor et Grichka Bogdanov !
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 novembre 2013
Excellent ouvrage qui retrace les combats d'idées sur le hasard, notamment ceux du XXe et XXIe siècles. A partir des données expérimentales, des théorèmes et structures mathématiques, des observations scientifiques et de la logique pure, ils démontrent, en s'appuyant sur les travaux des plus grands physiciens et mathématiciens de ses trois derniers siècles, que le hasard "pur" n'existe pas, et que le hasard ne se réduit en fin de compte, qu'à l'incomplétude (c'est-à-dire à notre méconnaissance des variables cachées comme le disait Albert Einstein, et à l'ignorance des lois que nous ignorons, comme l'affirmait le grand mathématicien Henry Poincaré). Et Kurt Gödel qui démontrait, à partir des mathématiques, que la connaissance humaine est clairement limitée, et qu'elle ne saura donc jamais démontrer totalement la véracité de certaines évidences ou données, surtout en dehors des systèmes limités (finis). Ainsi, ce qui apparait comme étant parfois des phénomènes aléatoires, s'avèrent en réalité, être régulés et structurés par des lois et principes encore méconnus, comme ce que l'on appelle les "attracteurs étranges" qui sont régulés par des principes qui se situent "en dehors de l'espace-temps". Les particules élémentaires, elles aussi, sont en réalité ordonnées par des "nombres transcendants", insensibles aux changements spatio-temporels.

On y apprend de nombreuses choses, notamment les travaux et conclusions des grands physiciens et mathématiciens comme John Von Neumann, Kurt Gödel, Henry Poincaré, Turing, etc.

Un ouvrage à lire et à faire partager au plus grand nombre, car chaque chapitre se lit avec plaisir, une étonnante facilité et recèle un intérêt certain. Aucun chapitre ne souffre de lourdeur ou de répétitions inutiles ou rébarbatives. Ici encore, leurs talents de vulgarisateur et de conteur s'illustrent à merveille.

Une petite erreur toutefois à la page 60, où ils mentionnent Richard Dawkins comme étant un scientifique américain, alors qu'il est de nationalité britannique (et qu'il délaisse le champ scientifique dès lors qu'il aborde les questions d'ordre éthique, social, philosophique ou religieuse, en tenant des positions assez obscurantistes, irrationnelles, intolérantes, malsaines ou confuses).
0Commentaire| 29 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 29 janvier 2016
Je recommande ce petit livre. Les auteurs ont fait un excellent travail. Ce livre se lit comme un roman, tout en donnant une bonne idée des dernières avancées importantes dans les domaines des mathématiques et de la physique. Il s’agit d’un excellent ouvrage pour le grand public.

Je me demande pour quelle raison le prix de la version numérique (15 euros) est plus du double du prix de la version de poche (6 euros). C’est effarant. La version numérique permet d’économiser le coût du papier et du transport… mais elle est vendue plus du double !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 27 octobre 2013
Je viens de terminer "La Fin du Hasard": un regard fascinant sur l'ordre du monde. Différent des autres ouvrages des Bogdanoff qui traitent dans le détail de l'origine et de l'histoire de l'Univers, "La Fin du Hasard" établit cette fois un rapport direct, vivant, entre nous et la réalité qui nous entoure. A travers des exemples simples mais insoupçonnés, les Bogdanoff entreprennent d'abord de nous montrer que le hasard n'existe pas à l'échelle de l'Univers où tout est magistralement réglé depuis le big bang (et même avant). Puis ils nous montrent que même dans nos vies de tous les jours, le hasard est bien autre chose que ce qu'on pouvait imaginer jusqu'ici. Il ne s'agit pas d'événements "hors sens" qui surgiraient de n'importe où pour faire n'importe quoi. Le nombre de pétales de fleurs, les taches sur le pelage de notre chien, tout cela n'est pas de l'ordre du hasard. Bien au contraire, Igor et Grichka parviennent à nous convaincre de ce que ce que nous croyons être du pur hasard correspond en réalité à quelque chose comme une espèce de "programme" mystérieux à l'oeuvre "ailleurs". Cette idée est fascinante. Nous sentons tous que ce qu'on appelle "le destin" semble venir d'un autre monde. C'est là que, selon Igor et Grichka, le hasard (mais aussi tout le reste) se trouve "programmé". Cela ne veut pas dire que le monde qui nous entoure et nos vies soient entièrement déterminées mais que dans les profondeurs de la nature notre liberté d'être, de vivre et de choisir est mystérieusement "programmée". Ils le disent d'ailleurs en toute lettres : "Ce n'est pas ce que nous faisons qui est écrit, mais notre liberté de le faire". Pour Igor et Grichka, la nature est écrite dans un langage mathématique. Cette idée déjà émise par Galilée ou, plus près de nous, par le prix Nobel de physique Richard Feynman, nous permet de comprendre que si la réalité profonde est mathématique, alors le hasard n'y a pas sa place. Dans leurs ouvrages précédents, les Bogdanoff rappellent que leurs propres recherches les ont conduits à émettre l'hypothèses selon laquelle l'Univers avant le big bang était purement numérique. Une information mathématique comparable à une sorte d'ADN cosmique. Eh bien, c'est cette même information qui structure les événements physiques qui nous entourent. Et le hasard n'est qu'une des composantes des cette immense information cosmique! Bravo aux Bogdanoff pour cet ouvrage prodigieux qui nous permet de comprendre que nos vies ont un sens dans ce mystérieux univers. Merci à Igor et Grichka pour nous faire faire partager cet émerveillement. Leur livre est lumineux, étonnant, merveilleux.
55 commentaires| 44 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 24 août 2015
C'est un ouvrage intéressant, accessible et facile à lire. C'est un livre qui nous laisse songeur. J'aime beaucoup leur livre et leur conclusion.
Si il n'y a pas de vrai hasard, c'est a nous de jouer avec nos cartes en mains, je ne sais pas.
MERCI DESTIN MERCI PAPA MERCI MAMAN ?
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 juin 2015
Un livre intéressant mais sur lequel on apprend rien de bien concret. La theorie que le hasard soit une suite de chiffre combiné par une force supreme est un peu tiré par les cheveux et que les mathématiques soit la base de la creation supreme me laisse perplexe
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

20,00 €
6,90 €
6,90 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici

Liens Sponsorisés

  (De quoi s'agit-il?)