undrgrnd Cliquez ici RentreeLitteraire nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos Rentrée scolaire Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Bijoux en or rose

Commentaires client

4,2 sur 5 étoiles
10
4,2 sur 5 étoiles
Format: Poche|Modifier
Prix:6,90 €+ Livraison gratuite avec Amazon Premium
Votre évaluation :(Effacer)Evaluez cet article


Un problème s'est produit lors du filtrage des commentaires. Veuillez réessayer ultérieurement.

le 13 septembre 2006
Une fois de plus, Bukowski nous entraîne à sa suite dans un récit hautement autobiographique qui rassemble pêle-mêle souvenirs d'enfance, découvertes d'adolescence et difficultés d'adulte.

Dans un premier temps, l'écrivain nous décrit assez longuement l'isolement d'un enfant à qui on interdit de côtoyer ses semblables, et sa souffrance comme victime des fréquents et violents accès d'humeur de son père. Souffre-douleur d'une grand-mère dure et bigote, il a honte d'être laid, pauvre ; d'être différent tout simplement. A travers ces souvenirs d'enfance peu réjouissants, le lecteur voit se dessiner le portrait d'un gamin que la vie n'a pas épargné. Plus tard, le narrateur découvre les joies de l'adolescence, les filles, l'acné, les amitiés, la masturbation, la solitude, l'alcool. Entre études et premier boulot, il apprend la vie en société et flirte bien souvent avec le chômage, la violence, la boisson et la pauvreté.

Cet ouvrage au style toujours simple et direct, à l'écriture vivante et fluide, se révèle intéressant et instructif. En effet, parce qu'il retrace dès son commencement le parcours de Bukowski, il nous donne les clefs pour comprendre ses craintes, sa désespérance, mais aussi ses forces et son opiniâtreté.
0Commentaire| 12 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 février 2012
Après avoir lu Bukowski, qu'on a du mal à retourner aisément aux grands classiques de la littérature ! Il faut un temps de latence, tant la fraicheur et la spontanéité de la prose au grand Charles reste ancrée.
Avec ce livre l'auteur nous raconte l'enfance cabossée de Chinaski d'une manière percutante et empreinte d'humour. Ce gars-là, il est comme nous tous, c'est-à-dire pas grand chose dans cette société, mais lui au moins il s'en rend compte et n'aspire qu'à ne rien y foutre. Surtout qu'avec la guerre qui approche, vaut mieux se planquer. Mais aussi comme tout bon p'tit dur, il se castagne, boit (un peu plus que la moyenne), fume, et rêve de moments charnels. C'est à peu près le scénario : mais avec Bukowski, c'est tellement agréable !
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 17 novembre 2013
Un aperçu de Bukowski qui m'a bien plu, sentir l'homme sous la carapace, en effleurer la profondeur, c'est un indispensable à la compréhension de son oeuvre.
Pour tout public, libéré ou non, Buk est une clé de l'esprit.
0Commentaire| 4 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 21 janvier 2011
Mon premier Bukowski et sans doute pas le dernier. Une écriture claire et percutante raconte l'histoire d'une enfance et d'une adolescence misérables, d'une Amérique désabusée, d'une société désincarnée. Malgré la noirceur du propos, l'humour est là, noir inévitablement. A découvrir.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 14 février 2015
Je recommande ce livre a tous les amoureux de la littérature avec un grand L. C'est un "classique". La forme, donc le langage est certes cru, parfois vulgaire, mais le fond est d'une grande profondeur, d'une grande sensibilité, de beaucoup d'humanité et d'une grande intelligence. Et d'ailleurs c'est bien des grands écrivains dont il s'est nourri comme il le raconte dans cette passionnante autobiographie. Mon fils l'a lu adolescent - alors qu'il détestait lire - et a beaucoup apprécié. Bonne lecture
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 avril 2016
Plein d'humanité sous des dehors immondes, Buk avance non-masqué : c'est un sentimental, un risque-tout et un froussard. Décrivant l'envers du décor du rêve américain, les Etats-Unis des laissés-pour-compte, il n'en fait pas des tonnes et ne joue pas au poseur.
Dans Ham on rye, roman cathartique, il raconte son enfance triste et douloureuse dans le Los Angeles des années 1920 et 1930 et la découverte de sa vocation d'écrivain. Le chapitre 44 est d'une tristesse déchirante.
Malgré des passages inégaux et des dialogues peu nombreux et tombant souvent à plat, la grande simplicité de l'écriture de Buk permet au texte de se déployer à un rythme effréné. Les phrases courtes et directes sont autant de jabs préparant le crochet ou l'uppercut. Le style est étonnamment cinématographique, bien plus que dans ses autres romans.
En revanche, qu'est-il donc passé par la tête du traducteur pour qu'il farcisse le texte de passé simple ! Extrait : "Le Chauve et moi décampâmes. Nous filâmes par l'entrée du terrain et courûmes presque jusqu'à la rue suivante. Et puis nous regardâmes par-dessus la clôture." Dégueulasse !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 décembre 2008
Comme souvent chez Bukowski, il est difficile de distinguer ce qui tient de la biographie du romancé et après tout peu importe. L'essentiel est ce portrait au vitriol de l'amérique de l'entre deux guerres vu par un mal-aimé, un sans grade, un marginal qui jette un regard sans concessiosn et touchant sur lui et le monde qui l'entoure. Une âpreté et une désepérance qui font un très bon roman.
0Commentaire| 5 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 3 septembre 2015
J'ai beaucoup aimé ce livre : l'histoire (très dure mais qui dépeint vraiment la réalité d'une époque), le style de l'auteur. Je le recommande à ceux qui sont au bord du désespoir parce que c'est une belle page de vie, à ceux qui aiment l'écriture vraie, sans fioritures mais qui sait faire rire aussi !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
Charles Bukowski évoque dans son autobiographie son enfance dans une famille d’émigrés catholiques polonais pendant la dépression économique aux États-Unis.
Sa famille est très pauvre avec un père chômeur et une mère qui travaille à temps partiel. L’enfant a un handicap physique : il souffre d’acné.
Pour un rien, il est roué de coups par son père.
L’école est un véritable cauchemar aussi bien physique que mental : ‘Ainsi donc c'était ça qu'ils voulaient: des mensonges. Des beaux mensonges. Les gens étaient bêtes.’ ‘Moi, je n'étais qu'un étron de cinquante cents qui surnageait les cents au milieu du grand océan vert de la vie.’
En tant qu’adolescent, il noie ces harcèlements continuels et ses passages à tabac dans des excès de sexe et d’alcool.
En fin de compte, il décide d’entreprendre des études de journalisme, parce qu’apparemment ‘les étudiants là-bas n’avaient presque rien à faire pour obtenir leur diplôme’.

Ce document est une confession directe et cynique de quelqu’un qui apprend dès son enfance que ‘survivre’ est le but principal de la vie et cela par tous les moyens. Il est parfaitement traduit (aussi l’argot américain) par Robert Pépin.
A lire, et certainement par les fanas de l’auteur.
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 11 février 2016
Le premier roman de Bukowski, poignant, authentique et "salement humain", sans édulcorant.
Un must-have dans la littérature américaine.
J'adore Bukowski.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

6,10 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici