Cliquez ici Cliquez ici cliquez_ici. NEWNEEEW Cloud Drive Photos En savoir plus nav_Renewed Cliquez ici En savoir plus En savoir plus cliquez_ici Jeux Vidéo

Commentaires client

3,8 sur 5 étoiles
33
3,8 sur 5 étoiles
Tendre est la nuit
Format: Poche|Modifier
Prix:7,10 €+ Livraison gratuite avec Amazon Prime


le 5 mars 2016
Commentaire sur l'édition en Livre de poche de 1951.
Tendre est la nuit est un roman à lire si on aime Fitzgerald. Bien sûr c'est daté et trop long, mais il y a des pages et des formules poétiques inoubliables et éternelles qui font de Fitzgerald l'un des plus grands écrivains américains du XXème siècle (et peut-être le plus grand grâce à Gatsby le magnifique !).
Cette traduction est la traduction de Marguerite Chevalley (1951) préface d'André Bay. Elle est beaucoup plus réussie et élégante que celles de Jacques Tournier (Grasset 1974) ou de Philippe Jaworski (Folio 2012 ou Pléïade) qui accumulent les tournures de phrases alambiquées et lourdes (par contre la traduction de Gatsby par Jaworski en Folio 2012 est excellente). Attention, c'est imprimé en caractères minuscules (Livre de poche de 1951).
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS REDACTEURS D'AVISle 1 avril 2017
Histoire de la décomposition d'un homme (Dick Diver) et de son couple, héros de suif que le soleil de la Riviera parfond, Tendre est la nuit parut d'abord dans quatre numéros du Scribner's Magazine à partir de janvier 1934. Les ventes du livre (premier tirage de 7 600 exemplaires vite épuisé, deux tirages de 5 705 et 2 520 exemplaires, respectivement, suivront), au coeur de la Dépression, furent respectables mais en-deçà des attentes de l'auteur. Quant à la réception critique, elle fut partagée, certains chroniqueurs pointant le manque d'unité de la structure, d'autres regrettant que les causes de la déchéance de Diver ne soient pas davantage expliquées. Aujourd'hui, toutefois, Tendre est la nuit est au programme dans les collèges américains et les "PhD candidates" de Stanford et autres lui consacrent leurs thèses.

Le titre du roman est tiré de Ode to a Nightingale du poète anglais John Keats, où "Tender is the night" rime avec "But here there is no light". Et tout semble y être construit autour de cette dualité : le calme feutré du hall d'hôtel berce les infidèles, les éclats de rires sont symptômes de névrose, les orchidées sont exténuées... Fitzgerald a déposé les silhouettes pré-beckettiennes de ses personnages sur un fil haut perché au-dessus des abysses de l'Europe de l'entre-deux-guerres, dont on pressent déjà qu'elle court au désastre (cf. épisode de la bastonnade de Rome, préfiguration de la violence du régime mussolinien). L'équilibre est précaire, mais ces âmes agitées semblent s'y plaire, qui s'y balancent au rythme maladroit et pourtant grandiose des frissons de leurs coeurs - jusqu'au dérèglement et à la chute.

"Sa dernière carte est timbrée de Hornell, une très petite ville voisine de Genève, toujours dans l'État de New York. De toute façon, il n'a sûrement pas quitté la région, et il doit s'y trouver encore, dans une ville ou une autre". Écrite sous l'influence de la préface au Nègre de Narcisse de Conrad, la fin du roman, peu conventionnelle, insuffle à Tendre est la nuit tout le tragique de la médiocrité démocratique, qui fêle les héros et en époussette les bris vers des marges anonymes. Epitaphe du rêve américain, Gatsby était avant tout le portrait d'une époque décadente. Près d'une décennie plus tard, Fitzgerald, qui a déjà « perdu la faculté d'espérer sur les petits chemins qui mènent au sanatorium de Zelda », a fait un pas de plus dans « la vraie nuit obscure de l'âme ». Il signe avec Tendre est la nuit, peut-être son plus beau roman, la chronique de la défaite de l'être.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 10 avril 2017
de tous les romans de scott, celui ci semble être le plus fané, reposant sur des constats de déception, de fragilité, de bonheurs enfuisune certaine lassitude dans l'écriture. Mais ce petit monde de mondains éparpillés sur la cote d'azur reste palichon. ce sont des gravures de mode en bord de mer. parfois une belle phrase mélodieuse et détimbrée vient triuer une page... Je recommande les nouvelles de fitzgerald Elles sont sont bien meilleures, rapides,cruelles, avec des trouvailles de situations..surtout cellules qui mettent en scène Pat Hobby et la vie des studios à Hollywood.
0Commentaire| 2 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 5 octobre 2014
Une histoire tellement désenchantée qu’elle en frôle quelque fois l’ennui et laisse une sensation assez étrange à la fin : on lit sans passion, il ne se passe pas grand-chose et pourtant l’impression sur le lecteur est forte, sans doute est-ce du à cette écriture qui colle si bien à son sujet qu’on se croirait dedans ? Je ne sais pas… L’univers est le même que celui de Gatsby : argent, désœuvrement, alcool, folie et amour dans une ambiance de « fin de fête » au charme désuet et plein d’élégance. Tendre et la nuit décrit la décomposition d’un homme et de son couple et à travers cette histoire c’est tout un monde sans réelle substance qui est révélé, celui de l’éphémère, des gloires flamboyantes qui ne tiennent qu’à un fil, un monde où tout n’est que transitoire, où les illusions se perdent et où tout fini par lentement s’effriter…
0Commentaire| 6 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 16 juin 2007
Récit hollywoodien s'il en est, " Tendre est la nuit " n'a pourtant jamais été vraiment adapté à l'écran. Chef-d'oeuvre incontesté de F.S Fitzgerald, ce roman complexe frappe par la richesse de ses personnages et la densité de son intrigue. On traverse la vie tourmentée de l'auteur et par là même on entre dans l'univers Fitzgeraldien, reconnaissable entre tous. Alcool, folie, drames, amours et argent se mêlent ici avec luxuriance et sensualité. La fin sera évidemment aussi triste que la fête a été somptueuse. Fitzgerald y dessine avec élégance son propre portrait, de l'apogée à la chute, pouvait-il déjà pressentir sa destinée ? Sans aucun doute. De la fêlure au diamant gros comme le Ritz, F.S Fitzgerald a posé son regard de jeune homme désenchanté sur notre monde. Brillant observateur de la génération perdue, il laisse une empreinte unique qui marque toujours les esprits et donne envie de chercher plus avant, jusqu'à découvrir sa machine à écrire originale encore en place au Ritz, Place Vendôme...
11 commentaire| 13 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 9 novembre 2015
Ce volume provient d'une bibliothèque, il n'est même pas passé au pilon, rien n'indique cela dans l'annonce. Ce n'est pas terrible pour un cadeau !
0Commentaire|Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
500 PREMIERS REDACTEURS D'AVISMEMBRE DU CLUB DES TESTEURSle 7 octobre 2016
Tendre est la nuit / F. Scott Fitzgerald
Roman complexe largement autobiographique du couple Francis Scott et Zelda Fitzgerald, « Tendre est la nuit » raconte l’histoire très romantique de la relation entre les personnes d’un même groupe qu’unit une certaine amitié, en villégiature somptueuse sur la Côte d’Azur puis dans la capitale et en Suisse durant l’entre deux guerres.
Tout d’abord , accompagnée de sa mère Mrs Speers, Rosemary, jeune actrice depuis l’âge de seize ans, émerveillée par le charme qui émane de Dick Diver, le mari de Nicole. Devenue une fleur éclatante auréolée d’une incroyable chevelure, elle avait à l’époque réussi à forcer par son audace les portes d’un producteur américain en cure à Aix les Bains. Une jeune femme faite pour être aimée et qui sait semer le trouble.
Et puis entre en scène le couple complexe de Nicole et Dick qu’unit un secret de longue date en plus d’un amour absolu, puis tumultueux.
« La voix de Nicole était devenue sourde, comme étouffée dans sa poitrine et, lorsqu’elle approcha de Dick, sa blouse étroitement serrée, sembla se fermer sur son cœur. Il sentit ses lèvres, la fraicheur de ses lèvres, le soupir d’abandon de ce corps qu’il serrait dans ses bras, qu’il serrait de plus en plus fort, tant il fléchissait… »
Dick, médecin psychiatre, personnage qui donne toujours l’impression d’avoir pour ses interlocuteurs des attentions particulières, de déceler sous l’amas des compromissions, ce que leur vie pouvait avoir d’unique et d’incomparable. Le double rôle que tient Dick auprès de Nicole, celui de mari et de psychiatre le rend incapable de réfléchir calmement jusqu’à l’angoisse lors des crises dont souffre Nicole.
La lecture de ce roman n’est pas toujours très aisée en raison du nombre important de personnages qu’il convient de bien visualiser et même noter pour suivre le fil du récit avec plus d’aisance.
De fait, il y a peu d’action et le désenchantement nostalgique dans lequel baigne ce récit a vite fait de contaminer le lecteur que l’ennui guette s’il ne fait pas l’effort de suivre et comprendre les personnages qui au demeurant recèlent une grande richesse psychologique.
L’argent facile à dépenser, l’alcool, l’amour et le désœuvrement constituent le cadre de cette histoire à la sensualité discrète. Mais je n’en dis pas plus pour ne pas déflorer l’intrigue qui reste d’une remarquable intensité.
La construction du roman est habile et le style élégant très classique et bien travaillé. Fitzgerald fait montre d’un grand sens de l’observation, aussi bien dans la description des situations et des lieux que dans la mise en scène des personnages. Des personnages parfois fantomatiques mais toujours fascinants et pathétiques, en quête d’un idéal qui leur échappe peu à peu.
0Commentaire| Une personne a trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 6 novembre 2002
Le chef-d'oeuvre de Francis Scott fitzgerald.
Chef-d'oeuvre de l'éphémère, des gloires flamboyantes, d'autant plus magnifiques qu'elles ne tiennent qu'à un fil. Et ce fil est infime car rien de ce qui constitue le monde de Fitzgerald n'a de substance. Tout n'est que transitoire, fugitif. C'est notre monde qu'il prédit à travers les destins désenchantés de ses héros terriblement fragiles. Car leur réussite ne repose que sur le vide, sur l'absence de valeur, de toute transcendance. Et le génie de Fitzgerald réside justement dans sa capacité à rendre avec une sensibilité inégalée et sans nul doute inégalable, la souffrance des ces êtres ballotés par un monde qui n'a pas de sens et contre lequel ils ne peuvent rien. En y songeant bien:leur impuissance, c'est la nôtre.
0Commentaire| 16 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
1000 PREMIERS REDACTEURS D'AVISle 15 mars 2014
Histoire de la décomposition d'un homme (Dick Diver) et de son couple, héros de suif que le soleil de la Riviera parfond, Tendre est la nuit parut d'abord dans quatre numéros du Scribner's Magazine à partir de janvier 1934. Les ventes du livre (premier tirage de 7 600 exemplaires vite épuisé, deux tirages de 5 705 et 2 520 exemplaires, respectivement, suivront), au coeur de la Dépression, furent respectables mais en-deçà des attentes de l'auteur. Quant à la réception critique, elle fut partagée, certains chroniqueurs pointant le manque d'unité de la structure, d'autres regrettant que les causes de la déchéance de Diver ne soient pas davantage expliquées. Aujourd'hui, toutefois, Tendre est la nuit est au programme dans les collèges américains et les "PhD candidates" de Stanford et autres lui consacrent leurs thèses.

Le titre du roman est tiré de Ode to a Nightingale du poète anglais John Keats, où "Tender is the night" rime avec "But here there is no light". Et tout semble y être construit autour de cette dualité : le calme feutré du hall d'hôtel berce les infidèles, les éclats de rires sont symptômes de névrose, les orchidées sont exténuées... Fitzgerald a déposé les silhouettes pré-beckettiennes de ses personnages sur un fil haut perché au-dessus des abysses de l'Europe de l'entre-deux-guerres, dont on pressent déjà qu'elle court au désastre (cf. épisode de la bastonnade de Rome, préfiguration de la violence du régime mussolinien). L'équilibre est précaire, mais ces âmes agitées semblent s'y plaire, qui s'y balancent au rythme maladroit et pourtant grandiose des frissons de leurs coeurs - jusqu'au dérèglement et à la chute.

"Sa dernière carte est timbrée de Hornell, une très petite ville voisine de Genève, toujours dans l'État de New York. De toute façon, il n'a sûrement pas quitté la région, et il doit s'y trouver encore, dans une ville ou une autre". Écrite sous l'influence de la préface au Nègre de Narcisse de Conrad, la fin du roman, peu conventionnelle, insuffle à Tendre est la nuit tout le tragique de la médiocrité démocratique, qui fêle les héros et en époussette les bris vers des marges anonymes. Epitaphe du rêve américain, Gatsby était avant tout le portrait d'une époque décadente. Près d'une décennie plus tard, Fitzgerald, qui a déjà « perdu la faculté d'espérer sur les petits chemins qui mènent au sanatorium de Zelda », a fait un pas de plus dans « la vraie nuit obscure de l'âme ». Il signe avec Tendre est la nuit, peut-être son plus beau roman, la chronique de la défaite de l'être.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus
le 19 mai 2012
Il faut attendre la seconde partie du roman pour comprendre de quoi il est question. La première partie met le lecteur très mal à l'aise dans cette atmosphère superficielle de touristes américains fortunés et désoeuvrés auxquels on ne parvient pas à s'attacher car ils n'attirent ni la sympathie ni notre intérêt.
Et pourtant...La seconde partie nous captive entièrement car elle révèle ce qui jusque-là n'avait pas été perçu: les efforts désepérés d'un homme pour essayer de sauver la femme qu'il aime de la folie.Magnifique et cruel.
0Commentaire| 3 personnes ont trouvé cela utile. Ce commentaire vous a-t-il été utile ?OuiNonSignaler un abus

Les client ont également visualisé ces articles

Gatsby le Magnifique
2,80 €
Tendre est la nuit
7,20 €
Beaux et damnés
8,80 €
Gatsby le magnifique
5,40 €
La fêlure et autres nouvelles
7,20 €

Avez-vous besoin du service clients? Cliquez ici